Archives de Tag: blanc

Comment la société protège les PN

Par défaut

diable menteurC’est étonnant le nombre d’ouvrages (livres, articles, émissions télé) semant la désinformation à propos des êtres dérangés ; on « apprend » là des contre-vérités renversantes ; que les psychopathes sont sages ou honnêtes, empathiques ou vertueux (!).

Et à l’inverse (puisque le noir devient blanc et le blanc, noir) que les victimes n’en sont en fait pas, ou qu’elles ont voulu ce qu’elles subissent.

Ces « informations » proviennent soit de psychopathes , soit de petits malins soucieux d’attraper une part du gâteau (puisque la perversion narcissique est devenue un sujet à la mode) ou soit d’ignorants bien intentionnés (les pires !) vivant dans un monde enchanté, & pour qui « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » !

Mais le mal existe, et ce n’est pas en s’aveuglant dessus qu’il disparaîtra !

Le livre de diagnostic des maladies mentales (DSM) décrit ces critères pour ces êtres ;

– la duplicité ; comme montré dans les mensonges continuels, l’utilisation de fausses identités, ou d’arnaquer autrui pour son plaisir ou son profit personnel,

– un mépris total de sa sécurité ou de celle d’autrui,

– une irresponsabilité continuelle (bien que non dans tous les domaines de la vie),

– un manque de remords, montré par le fait de se ficher de ou de rationnaliser le mal qu’on fait aux autres, les violences, vols et maltraitances.

Je ne vois donc guère ce qu’il y a de bon, de sage ou d’empathique là dedans..

Les psychopathes ne sont pas juste des êtres normaux sujets à prendre des décisions dures parce qu’ils manquent d’empathie ; ce sont des êtres (pas humains du tout) qui AIMENT faire mal aux autres, qui en ont BESOIN & qui en JOUISSENT ! Ce sont des menteurs pathologiques qui soulagent leur ennui chronique (forcément, étant morts à l’intérieur, la vie normale leur semble morne, et ils sont aveugles à ses beautés) en blessant d’autres êtres !

Où, par conséquent, peut-il y avoir là du bien ou des vertus ? (certains troubles se caractérisent par une basse empathie, mais là, il n’y en a pas du tout). Bref, prétendre que ces monstres ont du bon est un mensonge !

Les PN observent & imitent les comportements des humains, et ils les étudient, parce que ça leur permet de pouvoir les manipuler. Mais ils ne les RESSENTENT pas ! (ils ne peuvent être tristes ou joyeux devant la tristesse ou la joie d’un autre).

La plus grande arme des PN est leur masque de normalité (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/10/24/6148/ ). Même eux, ils y croient, généralement.

Et les études soi-disant sérieuses sur la question, se basent sur des tests remplis par les sujets eux-mêmes ! Quelle bêtise ! N’importe quel PN voit tout de suite quoi répondre pour se faire bien voir !

Partout, on entend que « le mensonge n’est pas grave & est souvent utile » (!), que « chacun manipule de temps en temps » (!) & qu » au fond, on est tous un peu psychopathes »… Désinformation toute pure !
Bien sûr que chacun d’entre nous a parfois des émotions négatives (colère, jalousie, …) & peut même causer de graves dégâts en agissant d’après elles, mais lesdites émotions ne naissent pas d’un désir de blesser autrui ! Personne de normal ne se dit que ce serait marrant de voir souffrir quelqu’un d’innocent…

Voilà comment l’Etat pervers normalise la perversion narcissique ! Et voilà comment, au lieu de payer pour leurs crimes, ils s’en sortent sans dommage, et même plutôt bien, dans nos sociétés !

Ce qu’elles font ( & qui prouve leur perversité foncière), c’est minimiser le mal causé par les êtres dérangés en « redéfinissant » le bien & le mal, la vérité & le mensonge, pour éroder nos valeurs …

Comment peut-on dire qu’ils sont utiles en affaires ou en politique, alors qu’ils ne pensent qu’à eux, & feraient brûler toute une ville s’ils pensaient que ça peut les amuser ? C’est insulter à la douleur des victimes.

Du reste, si les auteurs de ces ouvrages veulent une information vraie ( = basée sur de l’expérience vécue), ils n’ont qu’à demander aux vicimes. Chacune lui dira que ces prédateurs n’ont rien à offrir de positif, à part du chaos & de la souffrance !

Mais … j’oubliais… ces victimes ne sont que de « soi-disant victimes », elles l’ont choisi, elles ont des « failles », elles sont « co-dépendantes » (voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/05/12/la-soi-disant-co-dependance/ ) … Une nouvelle pseudo-science, la victimologie règle leur sort & leur ferme le clapet définitivement : voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/17/pourquoi-on-delaisse-les-victimes/ !

Tout ceci est du Mal pur (car c’est du mensonge) et il faudrait (dans l’idéal) que ça cesse…mais sans doute ces mensonges servent-ils un but… à vous de trouver lequel il peut être !

Tant que j’y suis, je vous colle, ci-dessous (en italique), un florilège de « bons conseils » censés nous mettre à même de nous défendre contre les PN – avec, en gras & entre parenthèses, mes remarques ;

Les conseils débiles sur comment gérer les êtres dérangés :

1. « n’achetez » pas les crasses qu’un taré projette sur vous – laissez-lui son cadeau empoisonné ! Si quelqu’un vous insulte, restez calme (Non ! ces paroles ont une énergie, et cette énergie nous affecte, qu’on la nie ou non ! cela est scientifiquement prouvé) : refusez mentalement de vous laisser affecter et d’accepter son « don » de rage ou de folie – qu’il se le garde ! (facile !… eh non ; ceci est juste impossible !).

(…) diverses méthodes de visualisation existent, qui peuvent nous y aider. (j’ai essayé des dizaines de méthodes : conclusion : CA NE MARCHE PAS !).

-Mais parfois, il faut élever la voix, pour se mettre au niveau de l’autre, puis le faire redescendre avec vous. ( Ok ; faites ceci ! Vous allez voir ce que vous allez « prendre » si vous osez élever la voix avec un PN !).

2. (…) songez à diverses actions à entreprendre (Ca va être facile, dans l’état où on est ! En plus, comme si on puvait faire ou dire quoi que ce soit qui changerait quelque chose à son comportement ! La vérité scientifique est qu’un PN ne change JAMAIS et que, comme il a besoin de notre « sang », RIEN ne peut faire qu’on ne sera plus attaqué !)

Vous devez anticiper leurs réactions (sur base de votre connaissance de leurs intentions, et des raisons de leur attitude).(si on est normal, on ne peut tout simplement pas entrer dans le mode de pensée d’une taré !!!)

Voici quelques actions possibles :

-Effacer la personne de votre vie. Cette solution extrême est parfois la meilleure ; si votre proprio est mauvais, ou si votre chef ou vos collègues vous harcèlent, le mieux est de « bouger » de là. (Et on nourrit sa famille comment en attendant d’avoir trouvé autre chose ? !)

-Causez-lui de son attitude.(encore une imbécillité ! il n’y a pas moyen de causer avec ces malades ! c’est leur survie et leur normalité qui est en jeu – alors,, ils s’y accrochent comme un noyé à une planche de salut ! et ils n’ont aucun scrupule !)

-Elevez votre niveau d’exigence quant à ce que vous êtes prêt(e) à accepter ; fini les jeux malsains (comme si on y participait en connaissance de cause & de notre plein gré !)  : affrontez votre adversaire, expliquez pourquoi certains de ses agissements sont intolérables et dites ce que vous voulez (n’importe quoi ! quiconque a déjà tenté de causer avec un PN sait qu’il va piquer une crise et partir, ou vous distraire sur un autre sujet, ou vous insulter en vous jetant la faute de ses agissements sur le dos !!).

-« Dressez » votre adversaire. Des employés ont conditionné leur chef violent à les encourager et les soutenir. (..) Comme pour les enfants (ou les chiens), il faut cesser de récompenser le comportement négatif et louanger le comportement positif. Quand leur chef les insultait, les employés l’ignoraient ou lui montraient l’abus du doigt en demandant : « vous voulez me manipuler en usant de violence verbale ? »

Par contre, au moindre mot positif qu’il disait (« merci » ou « bon travail »), les employés le remerciaient pour sa gentillesse. En quelques semaines, ce chef changea de comportement. (je n’y crois pas une seconde) Vous pouvez faire de même avec votre abuseur, à condition que vous ayez une certaine influence sur lui.(Ben tiens ! L’inverse a été prouvé, je vous signale !)

-Acquérez de l’influence, que vous utiliserez ensuite pour agir. (mais bien sûr ! « Y’a qu’à » !! C’est malin ! Comme si c’était possible !) Testez si vous pouvez faire renvoyer quelqu’un sous prétexte qu’il fait baisser la productivité ; contactez ceux qui ont affaire à cette personne et informez-les de ce qui se passe – allez jusqu’à la presse (fastoche ! tout le monde connaît des gens influents ou des journalistes !) ou l’Etat, si vous pouvez. (Oui ; faites ça ! et ils vous enlèveront vos enfants, comme ils ont fait à moi !)

Lâchez prise. (bien sûr ; c’est la victime qui s’accroche !). Ignorez (Oh, comme c’est facile… en théorie ! Et comme c’est impossible en réalité !) et allez de l’avant. Demandez-vous pourquoi vous fréquentez cette personne ; par ex si pour vous, l’argent prime sur la qualité de vie, ne venez pas vous plaindre.. ou changez de valeurs (revoilà le « victim blaming » ! il est dégoûtant de jeter la faute sur l’innocent !).

Publicités

Les enfants chéris de PN ont disjoncté !

Par défaut

F. double Le PN, on le sait, vous adule au début, puis vous insulte, il vous place sur un piédestal, pour ensuite vous mettre plus bas que terre ; vous êtes clairement passé(e), pour lui, de « totalement parfait(e) » à « totalement imparfait(e) ».

Le splitting est un mécanisme de défense consistant à tout mettre dans 2 catégories opposées ; on l’appelle la pensée « noir ou blanc », ou « tout ou rien » ; pas de nuances, pas de moyen terme : tout est soit entièrement bon, soit entièrement mauvais. C’est une forme de maladie mentale, et la cause de la plupart des souffrances dans le monde.

Mais ça arrive aussi à la victime : lorsqu’on doit vivre dans la violence (tous les genres de violences) et surtout, dans la terreur de celles-ci chaque jour, durant des années, notre cerveau fait ce qu’il peut pour nous garder en vie, et donc, « clive » notre personnalité (sinon, on mourrait sous la schlague !) qui nous rend comme « absent(e) à nous-mêmes » durant les pires épisodes de torture et rituels sataniques auxquels notre bourreau nous soumet pour se nourrir…

Ici http://www.bonheuretamour.com/2015/06/02/refugiee-dans-ma-tete/ et ici : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/17/marie-crispeels-la-blouse-fleurie/ , je parle de ce phénomène de dissociation ; d’un côté, ça nous sauve la vie, mais d’un autre, ça nous maintient dans la relation qui nous détruit !

Hélas, on y a bien souvent été programmés dans notre enfance si on a grandi comme bouc émissaire (pour infos sur cette dynamique, voir * sous ce texte) dans une famille PN…

Si c’est le cas, nous – l’enfant Bouc Emissaire – « dissocions » durant les séances de coups ou d’humiliations publiques , tandis que l’enfant chéri – le Golden Child – dissocie autrement ; il « charge  » à fond l’un des parents et idéalise l’autre (oubliant tout le mal qu’il a pu faire à lui & à la famille). c’est la « pensée Noir ou Blanc ».

Donc, le bouc émissaire sait, au moins, ce qu’il a subi ; même s’il a oublié (occulté) son enfance et si tout s’est brouillé dans son esprit, il se souvient de ce qu’il a ressenti, et que les 2 parents étaient coupables & complices (même s’ils s’engueulaient sans arrêt), tandis que le Golden Child, lui, se rappelle des agissements de l’un des parents mais, trop faible que pour supporter la vérité ( = qu’il a grandi dans une famille de démons cruels, drogués & sans scrupules), il oublie totalement ce qu’a fait l’autre parent & le rend tout blanc.

C’est ainsi, en ne s’avouant pas qu’ils furent violentés aussi (bien que privilégiés par rapport à l’enfant Bouc Emissaire), que ces enfants-là deviendront, à leur tour, des PN. Je trouve que ceci rappelle les récits moyennâgeux de diablotins envoyés sur Terre par Satan sous diverses formes pour recruter des adeptes au Malin, en leur mentant (fausses promesses) et en les faisant tomber dans le péché…

Les victimes, au moins, ont gardé le contact avec la réalité ; on SAIT ce qu’on nous a fait. Les PN veulent nous faire croire (comme c’est arrivé à EUX, jadis) qu’il n’y a pas eu de violences – pour qu’on dissocie comme eux, de façon maladive, nocive… tout à fait comme les diablotins recruteurs dont je parle plus haut !

Contrairement au nôtre, plus fort & sain (& c’est bien pour ça que les PN à la fois nous envient & nous haïssent, et à la fois nous choisissent comme proie), l’esprit plus faible du Golden Child a craqué ; il s’est tourné, pour survivre, vers « le côté sombre de la Force ». Il s’est alors construit un monde imaginaire où il n’y a pas d’abus, ou juste d’un côté.

Mais l’enfant Bouc Emissaire, lui, n’est pas mort à l’intérieur ; son âme vit, son esprit est resté du « côté lumineux de la Force » ; il sait que des abus ont eu lieu, et par les 2 parents.

C’est simple : si vous, ex-victime, parlez des violences à votre frère ou soeur Golden Child, il (elle) les niera avec force, car désormais (depuis l’instant de leur « scission »), les parents PN n’ont plus besoin de lui mentir ; il (elle) se le fait à lui(elle)-même !

On peut arguer que les victimes aussi se sont menti à elles-mêmes et que leur esprit s’est fermé durant les séances de torture, mais jamais il n’a « éclaté » ainsi, et c’est cela – cet esprit vivant, sain, solide – qui leur permet aujourd’hui, de reconnaître leur problème et d’y travailler, tandis que les ex-Golden Children, eux, ne reconnaissant pas ce qu’ils ont subi, restent éternellement sur place, dans les problèmes…

Hélas, c’est cela qui les rend dangereux ; refusant de traiter le vrai problème & de travailler sur eux-mêmes, ils doivent, pour se sentir mieux, attaquer les autres … et le cycle continue…

* http://www.bonheuretamour.com/2015/05/05/dynamique-de-la-famille-perverse/

http://www.bonheuretamour.com/2015/05/12/pn-creation-dun-monstre/

https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/29/famille-pn-un-schema-a-connaitre/

Lait meringué

Par défaut

Ce « leche merengada » est un dessert espagnol « double emploi » ; un milk shake au blanc d’œuf, à boire froid (comme une boisson) ou glacé (comme une crème glacée), et donc, à préparer au minimum plusieurs heures avant de consommer.
Je vous livre la recette de base, mais vous pouvez la modifier selon votre goût, en y ajoutant un peu de vanille, de café ou de jus de citron – ou le zeste râpé d’un citron.

Ingrédients (4 personnes) :
– ¾ l. de lait,
– 3 blancs d’œufs,
– 1 petite pincée de sel,
– 150 gr. de sucre en poudre,
– 1 bonne c. à s. de sucre impalpable,
– 3 gouttes d’extrait d’amandes,
– ½ c. à c. rase + 1 bonne pincée de cannelle en poudre.

Préparation :
Versez le lait dans un poêlon et ajoutez l’extrait d’amandes (ou le zeste de citron), la cannelle et le sucre semoule.
Faites tourner le poêlon pour bien tout mélanger, et attendez 20 minutes, puis, chauffez le liquide jusqu’à ébullition.
Otez alors la casserole du feu et laissez refroidir.
Dans un grand saladier en verre (ou métal), battez les blancs en neige bien ferme, avec le sel et le sucre impalpable.
Incorporez délicatement le lait refroidi aux blancs en neige (si possible, avec une spatule en caoutchouc).
Saupoudrez de cannelle, placez au frigo et servez bien frais.