Archives de Tag: baiser

Nécessité de fonder le couple sur la foi

Par défaut

africaineDans plusieurs articles déjà (http://www.bonheuretamour.com/2012/10/19/union-religion/ , http://www.bonheuretamour.com/2016/07/05/lunion-solide-est-une-corde-a-3-brins/ ,

http://www.bonheuretamour.com/2016/09/02/cessez-de-perdre-votre-temps-dans-des-relations-destinees-a-foirer/ , …), j’insiste sur l’absolue nécessité d’être strictement religieux* pour fonder un couple – & de ne s’engager qu’avec un partenaire qui le soit aussi.

En anglais, il existe même un adage : « Couples that pray together, stay together » (les couples qui prient ensemble restent ensemble) & des études le confirment !

Il est dit qu’alors que 50 % des premiers mariages finissent en divorce (& 78% des seconds mariages), le taux de divorce de couples croyants pratiquants n’est que de 1% – ce chiffre est sans doute exagéré, mais le fait est avéré ; plusieurs études l’ont prouvé.

J’avais cité plein d’experts qui le croient aussi fermement, par ex Iyanla Vansant. Elle aussi ne voit pas « l’amour » ou « les sentiments », ou autres détails superficiels comme fondateurs de l’union ! Voici, par contre, les éléments qu’elle estime indispensables à toute union ;

– une union des âmes,

– un partenariat spirituel,

– un but plus grand que les individus,

– une source de soutien qui aide à la croissance – ce qui implique d’affronter notre partenaire en cas de problème, de lui signaler ses failles et de ne pas tolérer ses manquements,

– une vision commune partagée faisant progresser l’Union – ce qui implique une base ou des principes fondamentaux et pas de « dealbreakers » (comme l’alcoolisme, la violence, l’immaturité, un attachement restant à la famille d’origine, …),

– un engagement envers Dieu, la famille & la communauté.

Elle dit que lorsque ces éléments sont absents, on n’a PAS réellement d’union, & que s’ils sont manquants, le couple a vite fait de pourrir à cause de l’arrogance & du sentiment d’ »avoir droit » !

Des confirmations de cette nécessité d’une morale stricte me sautent aux yeux dès que j’ouvre la télé :

L’autre jour, c’était la lamentable histoire d’un pauvre Anglais qui était tombé fou amoureux d’une pute thaïe (voir http://www.bonheuretamour.com/2016/06/09/legende-thaie-lecon-de-vie/ ), laquelle l’a (cas classique) séduit, s’est fait épouser, lui a piqué tout ses sous, pour ensuite le rejeter à la rue comme un malpropre, ou comme un citron bien pressé & dont il n’y a plus rien à tirer … le laissant le coeur brisé & dans une misère noire (quelques connaissances – des Anglais, bien sûr, pas des Thaïlandais ! – lui font l’aumône, pour l’empêcher de crever de faim).

Aujourd’hui, c’est le cas de Gerard, un gars, de 40 ans (Ah ! la crise de la quarantaine !), marié, père, patron d’une boulangerie, qui s’est amouraché d’une Sud-Africaine sur l’internet.

A sa décharge, on peut dire que ce gars avait été mis dans l’ornière du travail depuis tout jeune, et n’avait jamais rien connu d’autre… d’où, en milieu de vie, un ras-le bol grandissant (mais inconscient), une lassitude, une vague nostalgie d »autre chose »… Pas étonnant, alors, qu’il se soit laissé tenter par un amour lointain, intense (comme sont toujours les débuts !), sans attaches, sans soucis ni responsabilités, & frais comme un retour à une enfance qui fut trop courte pour lui…

Au début, il avait des scrupules de briser sa famille, mais, vivant sans religion, on est son propre dieu, en sorte que les scrupules n’ont pas fait long feu…

D’ailleurs, pour s’assurer – car Monsieur exige quand même des assurances – que la fameuse Ayanda est bien « l’amour de sa vie », il part en Afrique du Sud pour « essayer » la dame… et bien sûr, il en revient « limé, vidé, ruiné, comblé » (comme le chantait Plastic Bertrand), si vous voyez ce que je veux dire…

Bref, il est enchanté de la fille – qui bien sûr, pour le rendre fou, s’est donnée à fond pour le satisfaire … On voit qu’hélas, une fois de plus, ce n’est pas le chien qui remue la queue, mais la queue qui remue le chien !

La pauvre épouse européenne ne peut pas lutter contre ce bombardement d’amour que la pute offre à l’homme (qui, comme un couillon, s’y laisse prendre !)… Elle a beau s’être dévouée pendant 20 ans pour lui faire une vie agréable & avoir risqué sa peau pour lui faire des enfants, elle a beau l’aimer & être très attachée à lui (puisque c’est son époux & le père de ses enfants), et il a beau savoir que la quitter ainsi lui fera très mal (ainsi qu’à leur fils), tout ça ne compte pour rien du tout devant le beau cul rond d’une traînée exotique !

Monsieur « veut suivre ses sentiments », & s’estime parfaitement en droit (n’ayant pas la foi), de faire cette chose si cruelle et, au fond, si folle & si contraire à ses propres intérêts !

Il a « trouvé l’amour » et son épouse (& leur fils) n’ont qu’à l’accepter, na !

Bref, lassé de « bobonne » (qui est quand même depuis 15 ans son épouse & la mère de son fils) & du train-train quotidien, il la plaque d’une phrase bien sentie & s’envole vers d’autres cieux rejoindre sa dulcinée, avec toutes ses économies…

Lesdites économies, vous vous en doutez, sont vite passées de sa poche à celle de l’Africaine, qui, dès ce moment, l’a plaqué aussi … Notre Don Juan n’a plus eu qu’à revenir en Hollande, la queue entre les jambes, et plus léger de 20.000€…

Moralité : ces beautés exotiques sont sans doute plus jeunes, plus douces, plus soumises, plus encourageantes & admiratives, et surtout plus chaudes (hum), que les femmes d’ici, mais au moins, les femmes d’ici sont vraies – car ces putains étrangères n’ont que des qualités feintes, comme leur amour !

Une femme d’ici aime l’homme, & non son porte-feuille !

Tout ce gâchis, si triste & douloureux ne serait pas arrivé si Gerard avait été pieux… Songez-y…

* je parle de religions sérieuses, non de « religions de fantaisie », comme celle de la légende thaïe citée dans l’article.

Publicités

Conte : la piscine & la maîtresse

Par défaut

piscine & femme2Un jour, un homme qui avait une piscine chez lui, alla au magasin pour acheter les produits chimiques pour assainir l’eau de sa piscine. Les produits s’entassaient dans son panier ; des granulés de chlore, une solution contre l’élévation du pH, un produit purifiant, un réducteur d’alcalinité, … en sorte qu’arrivé à la caisse, il en avait pour une grosse somme.

« Houlà ! – dit-il au caissier – ça fait bien cher, tout ça ! Vous ne trouvez pas ? « 

 » Oui – dit le caissier. Une piscine, c’est comme une maîtresse ; c’est coûteux à entretenir, ça vous donne beaucoup de travail et finalement, on ne reste en elle que très peu de temps ».

Cette analogie a beau être un peu « crue », elle n’en est pas moins vraie, et tout homme ayant une maîtresse serait d’accord.

Il y a l’argent pour les hôtels, les cadeaux, les restaurants, les vêtements, les téléphones portables ignorés des épouses, devoir quitter le bureau durant les heures de travail … sans parler de l’argent servant à « clore le bec » à certaines personnes. Mais il y a plus…

Il y a tous les efforts – et ça fait vraiment beaucoup ! – pour dissimuler la liaison à l’épouse & à toutes les personnes qui pourraient la lui révéler, pour inventer des mensonges crédibles, pour communiquer en cachette avec l’amante en se rappelant de supprimer l’historique du portable et de l’ordinateur, …

Il faut aussi, pour que ce petit système puisse durer, trouver un juste équilibre entre l’une et l’autre, c-à-d ne pas être trop absent de la maison pour que l’épouse n’attrape pas de soupçons, tout en restant assez proche de l’amante que pour éviter ses plaintes & sa possible colère… et vengeance…

Il y a les ruses à trouver pour éviter d’emporter chez soi le parfum de l’amante ou du rouge à lèvres sur ses vêtements, ou des cheveux dans la voiture, il faut tout payer en espèces au lieu d’utiliser la carte de crédit, et finalement, espérer que l’amante ne tombe pas enceinte ! … La liste est longue…

Sans oublier le prix le plus élevé de tous : être pris, perdre son mariage et le respect de ses enfants, sa réputation et sa tranquillité ; tout ça pour un plaisir fugace.

Il semble qu’il faut être bien bête pour prendre une maîtresse, et pourtant, de plus en plus d’hommes le font & choisissent le prix élevé de la trahison.

Il y a pourtant une alternative à considérer : transformer son mariage en une aventure passionnante et sa femme en maîtresse. La plupart des hommes seront tentés de rejeter cette idée sans réfléchir, tant elle leur paraît saugrenue, mais pourtant, c’est possible.

Beaucoup d’hommes vont chercher au-dehors ce qui leur paraît manquer en leur femme ; les baisers au lieu des disputes, les mots doux au lieu des reproches & exigences, le look sexy au lieu de l’odeur de friture, …

Ils ne veulent pas réaliser qu’ils sont les principaux responsables de cet état de choses ; si leur épouse est devenue terne & indifférente, c’est eux qui l’ont rendue ainsi.

S’ils traitaient leur femme comme une maîtresse (c-à-d comme ils le faisaient au début, pour la conquérir), elle redeviendrait vite la vibrante amante qu’ils avaient à l’époque. Et à l’inverse, s’ils traitaient leur amante comme ils le font de leur femme, elle aussi se changerait en « ménagère popote » et en mégère en peu de temps !

Il faut être un mari-amant, pour avoir une femme-maîtresse ; c’est bien plus simple, moins cher, et à la fin, le plaisir est plus grand (sans compter les bienfaits pour les enfants !).

L’Art du baiser sensuel (pour les hommes)

Par défaut

BoucheUn sondage réalisé par le site de rencontres sérieuses Parship a révélé que les femmes embrassaient plus que les hommes et y étaient donc plus expertes.

Consciente que ce sont les talents d’ »embrasseur » d’un homme qui poussent la plupart des femmes à désirer – ou pas – aller plus loin avec lui, je me suis dit qu’une mise à niveau pour les hommes s’imposait !

Trop d’hommes croient encore que les femmes fonctionnent comme eux et qu’ils peuvent passer directement aux « choses sérieuses », en sorte qu’ils effarouchent la dame & gâchent leurs chances.

Il faut savoir que « Les hommes sont comme des ampoules lumineuses (ils s’allument), alors que les femmes sont comme des fours (elles se réchauffent peu à peu) ».

Donc, Messieurs, la lenteur peut vous sembler superflue et ennuyeuse, mais essayez… et je parie que vous y prendrez goût !

Beaucoup de femmes jugent, à votre façon d’embrasser, si vous serez bon au lit ou pas… Bien embrasser est donc un outil très utile si vous voulez arriver à vos fins ; cela multiplie vos chances de « conclure » !

Pourquoi se précipiter sur une femme comme la faim sur le monde, alors qu’on peut faire durer le plaisir ? Plaisir qui sera mutuel, d’ailleurs ; à moins d’être désensibilisé, vous en profiterez aussi.

En outre, c’est bon pour la santé ! Un baiser passionné stimule le métabolisme (donc, fait maigrir), le cerveau et l’immunité, produit des endorphines (apaisant le stress, l’anxiété et la douleur), équilibre l’activité cardiaque, lutte contre les rides en faisant travailler 30 groupes de muscles, fait baisser le taux de cholestérol et la tension, … Top Santé avait même détaillé les bienfaits du baiser sur la santé (http://www.topsante.com/couple-et-sexualite/amour-et-couple/vie-de-couple/les-bienfaits-du-baiser-sur-le-bien-etre-et-la-sante-244891).  

Alors, si vous en êtes resté au « bécot » sans fantaisie, il est temps de raffiner votre technique.

Suivez le guide ! Voici comment pratiquer cet Art (car c’en est un) & y devenir maître :

Approchez tendrement votre visage de celui de votre partenaire, et respirez-la (un peu comme les Esquimaux), frôlez de vos lèvres (totalement relaxées) diverses parties de son visage (tempes, yeux, oreilles, cou). Vous pouvez même y poser de petits bisous tendres, puis approchez-vous des lèvres .. .

Rien que ceci, déjà, vous distingue de la majorité de vos rivaux et vous donne un grand avantage sur eux.

Donc, ce baiser, faites-le-lui désirer ; faites-la panteler d’envie que vous l’embrassiez !

une fois là, frôlez (ou « brossez »)  doucement vos lèvres – totalement relaxées (pas de froncement, pas de « bec de canard » !) – sur les siennes,

Puis, très lentement, entr’ouvrez les lèvres – j’ai bien dit « entr’ouvrir » et pas « ouvrir » ! (le déchaînement total, bouche ouverte, n’est permis qu’en plein acte sexuel) …  Ce n’est qu’à ce moment ; lorsque vos 2 bouches sont « arrimées » l’une à l’autre, que vous pouvez tendre un peu vos lèvres,

la langue peut alors entrer en action – mais attention : ne la lui enfoncez pas à fond comme un brutal ! N’oubliez pas qu’elle en tire des conclusions sur comment la rencontre amoureuse risque de se passer – et ceci ferait très mauvais effet !

La langue est, à ce moment, relaxée ; que ce soit très progressif ; toujours doux, tendre, sensuel.. Ne soyez pas le Cro Magnon qui lui fourre un gros  morceau dans la bouche et couvre de bave la moitié de son visage ! Cette façon balourde d’embrasser donnera à votre partenaire une pauvre idée de vos talents amoureux, et guère envie d’aller plus loin avec vous !

Que vos maîtres-mots soient ici ; tendresse, douceur et lenteur … Donc, que votre langue s’adapte et réagisse à sa langue à elle et à ses réactions corporelles ; molle si la sienne l’est, par exemple.

Et si cette lenteur vous agace, souvenez-vous de cette règle d’Or ; vous perdez du temps pour en gagner !

En effet, votre partenaire tirera de cette pratique à la fois sensuelle et maîtrisée, des conclusions flatteuses sur votre compétence au lit – sans compter que ça lui en donnera l’envie, surtout si vous pensez alors à l’accompagner de douces caresses ! (évitez les zones érogènes à ce stade).

La bouche étant très sensible et richement innervée (c’est une zone érogène de base), il y aura une progression. Les baisers sensuels, en effet, sont le prélude nécessaire à toute séance amoureuse, qu’ils précèdent et accompagnent…

bougez votre langue autour de la sienne comme si vous vouliez écrire (non avec la pointe de la langue !) les 5 premières lettres de l’alphabet …

à partir de là, il suffit d’adapter toujours votre pratique à ce qu’elle vous envoie – c’est un jeu de ping-pong, une conversation très intime sans paroles – ce qui est encore mieux ; ça évite les malentendus qui gâchent si souvent le langage !

cela devient plus chaud, plus intense ; alors, laissez-vous aller… Souvenez-vous seulement de ne pas serrer trop les lèvres – « dégustez » votre partenaire comme vous feriez d’une crème glacée bien crémeuse …

Remarque : faites attention à votre haleine !  Celle-ci est toujours un peu « bizarre », vu que c’est l’odeur de nos organes internes.

Et ne hâtez pas non plus l’acte d’amour ; là aussi, faites-le-lui désirer ! Comme pour le baiser, la lenteur à parvenir à l’acte sexuel en multiplie les plaisirs et la durée ; voir Retardez le moment de faire l’amour !

(Source : https://www.parship.fr/pics/downloads/fr_FR/CP-Bisous.pdf )

La vérité sur les sexes & l’amour

Par défaut

autoportraitJ’ai vu cette émission télé (flandrienne) montrant comment les femmes se font harceler (siffler, insulter, toucher) et une autre (américaine) où une fille avait ouvert un « chat » invitant les jeunes filles et les femmes à raconter les harcèlements qu’elles subissaient dès qu’elles osaient sortir de chez elles, et où on voyait les temoignages arriver si vite qu’on ne pouvait pas suivre…

C’est si lamentable et triste !  Je veux en parler aujourd’hui.

Attention : âmes sensibles (= ceux qui refusent de voir ce qui se passe parce que ça ne les arrange pas de croire cela) et » oreilles chastes » s’abstenir : « peinture » exacte de la réalité et langage franc en vue !

De toute façon, « On n’a le droit d’avoir raison qu’avec les faits dont on dispose ! » et « Les gens qui se fâchent sur vous parce que vous dites la vérité, sont ceux qui vivent dans le mensonge ».

Accrochez-vous à vos chaussettes ; je commence !

« Je pense donc je suis… seule  » !

Ce proverbe peut signifier 2 choses : 1) « comme je réfléchis, sachant ce que je sais, j’ai  choisi de ne pas avoir d’homme dans ma vie », 2) « comme je suis une femme qui sait penser, les hommes, remarquant qu’ils ne peuvent m’exploiter, me rejettent. »

De toute façon, une femme ne peut PAS gagner avec un homme : il va toujours tenter de profiter (= prendre sans donner), de se ficher de vous ou de vous tromper et soit vous avalez ses bobards et il vous méprise d’être si facile à berner, soit vous regardez son comportement, en tirez les conclusions et exigez un deal honnête, et il vous rejette !  Dans les 2 cas, vous perdez ! (bien que perdre de telles « taches » soit plutôt un soulagement qu’une catastrophe) !

Les hommes ne réalisent pas (hum : ne VEULENT souvent pas comprendre – car ils sont ingrats) ce qu’ils doivent aux femmes…

En effet, l’être réel d’une femme n’intéresse pas les hommes – ce genre d’être est incapable de voir sa richesse, son courage et son bon sens, et quant à ses aptitudes à donner la vie, elles l’effraient ou le rendent jaloux.

Qu’elle se taise, qu’elle reste « à sa place » (c-à-d la servante gratuite qui fait tout et se laisse tout faire avec le sourire) – partout et toujours, c’est leur revendication principale (ouvrez les yeux , les opposants – lisez, écoutez les nouvelles !).

Jadis (et même encore aujourd’hui, dans certains pays) les femmes devaient se taire en public, et on ne les poussait vraiment pas aux études (il est même encore parfois interdit de leur apprendre à lire !) ; « ils » savent trop bien que savoir = pouvoir ! Or, tout pouvoir chez la femme se doit d’être détruit pour que « Monsieur le Faiblard » se sente mieux !

Du reste, RIEN d’une femme n’intéresse les hommes, à part ce qu’elle peut lui apporter…

Vous ne me croyez pas ? Que dites-vous de ceci : lorsque, en ’85 et ’86, des bombes ont explosé dans le métro de Paris, tous les hommes qui en sont sortis handicapés, ont été bien aidés par leur épouse ou compagne…Mais toutes les femmes en couple qui en sont sorties handicapées… ont en plus perdu leur mari ou compagnon !   C’est logique : quand un outil ne peut plus servir, on le jette ! Voilà leur soi-disant « amour », leur « loyauté », le dévouement auquel on peut s’attendre avec un homme !

Aussi, lorsque j’ai parlé à mon médecin de mes soupçons quant à l’homosexualité de mon mari, il m’a dit que c’était très courant : que beaucoup d’hommes homosexuels, sachant très bien qu’on ne peut compter sur un homme pour être dévoué, épousent une femme… Elle vivra un enfer, bien entendu, mais ils s’en fichent !

Ou cette boutade : « qu’est-ce qu’un homme veut d’une femme ? Tout dépend s’il est midi ou minuit ! » – Bref, ne les intéressent que notre c.. et notre force de travail –nos possibilités de « bonheur » en ce monde fait par et pour les hommes, ne dépend que du fait de piger ceci ou pas !

Les hommes seront heurtés par mes dires – normal ! – mais je sais que bien des femmes (fermant les yeux sur une réalité qui ne convient pas à leur nature) le seront aussi… Comme dit le proverbe :  « Dieu a fait la femme belle, pour que l’homme puisse l’aimer, et Il l’a faite stupide, pour qu’elle puisse aimer l’homme ! »

Quelqu’un a dit « Il ne faut pas faire attention aux paroles d’un homme, il faut regarder ses actions »… Alors, examinons l’Histoire : y a-t-il eu, dans toutes les civilisations comme à toutes les époques, autre chose que des putains (quel que soit leur nom ; favorites, vraies courtisanes ou épouses légitimes) qui ont réussi ?  Non – sauf de très rares exceptions.

Il incombe à chaque femme de voir si elle va assassiner son intégrité pour réussir (= seule façon pour une femme de réussir et/ou d’être en couple) ou si elle la gardera comme trésor, se condamnant du même coup au célibat (ou à une union à disputes) et/ou à la pauvreté…

Je ne nie pas qu’il n’y ait des exceptions, mais, comme toutes les exceptions, elles sont si rares qu’elles confirment la règle !

De toute façon, ces 2 options rendent malheureuse… d’un autre genre de malheur, c’est tout ! C’est à chacune de distinguer quelle est sa nature et de décider laquelle des 2 situations malheureuses elle préfère ! *

Il faut que l’on sache à quoi s’attendre, au lieu de continuer à croire à leurs fables, à leur déguisement de gentil, d’ami, d’amoureux – et tous leurs autres déguisements, tous destinés à profiter de nous !

J’ai suivi, jadis, TOUTES les émissions de Judge Judy (une femme juge intelligente, bourrée bon sens et pleine de cran) ; dans ces centaines d’émissions relatant de vrais procès opposant toujours un homme et une femme, il n’y eut que 2 cas où c’était la femme qui tentait de profiter de l’homme – dans TOUS les autres cas, c’était l’inverse !

 « L’homme aime la femme comme le loup aime l’agneau » ; voilà la vérité !

Certaines me rétorqueront qu’elles ont un mari parfait et sont très heureuses en ménage – ou qu’elles connaissent des femmes qui le sont… Je dis que ce sont encore des exceptions – Avez-vous déjà écouté ces « maris parfaits » causer entre potes ? C’est très éclairant, croyez-moi ! … et cela détruit toutes vos belles assertons !  Eh oui ; comme tous les faibles, l’homme passe sa vie à mentir et son hypocrisie ne connaît pas de bornes !

Ne criez pas : ce fait (que  les hommes mentent plus que les femmes) est scientifiquement prouvé !

Personnellement, comme j’adore rire et m’amuser, j’apprécie chez les gens (hommes ou femmes) le côté « déconneur », mais – alors qu’il y a beaucoup d’hommes « marrants », ils ne le sont qu’entre eux, pas avec moi… Et je ne peux l’être avec eux, car les hommes n’apprécient – oh mais pas du tout ! – les femmes d’esprit !

Même les meilleurs (ou les moins mauvais !) se font de nous une construction fantasmée (et fantaisiste) à laquelle ils s’accrochent et après, il « n’y a plus qu’à » y correspondre… Vous devez jouer la comédie de » la nunuche  princesse innocente dans sa tour »… Pour peu que vous soyez intelligente, cultivée, et terre-à-terre, avec un franc-parler, c’est la porte !

-> Le genre « Hein, quoi ? Je te fais l’honneur de te faire le porte-manteau de mes fantasmes, et tu oses interrompre ma masturbation mentale en te comportant comme un vrai être humain ?!  Quelle déception ! Je suis désorienté et furieux !  Fous le camp, espèce de cinglée ! » – J’ai vécu cette « gifle » très souvent…

Et soit ils vous le disent (toujours brutalement et de façon blessante) ou, pis, ils ne vous le disent pas et vous LE FONT SENTIR (mimiques !) – ce qui est encore plus blessant !  Et le pis est qu’ils n’ont même pas conscience de fonctionner ainsi !

Et si on continue en détaillant leur comportement au lit, c’est encore plus lamentable – ou rigolo, c’est selon… la boutade suivante est très juste : Qu’est-ce que faire l’amour ? C’est ce qu’une femme fait pendant qu’un homme la baise !

Quant à nos idées sur la chose, je laisse la parole à Montherlant :  « Cette conception féminine du bonheur, souffre le sort de toutes les conceptions féminines : elle n’intéresse pas l’homme !»

Eeeh oui ; à part quand ils ne nous ont pas, et qu’ils veulent paraître s’intéresser à nous pour pouvoir nous baiser, ils ne nous écoutent pas, ils se fichent de nos idées et de nos sentiments ; leur but est de se satisfaire – « se vider les couilles » – et ils ne peuvent faire ceci qu’en nous blessant et nous salissant, en froissant et tuant notre pudeur, en souillant notre beauté, en piétinant notre innocence – c’est CA qui les amuse ! Bref, « ce n’est pas le chien qui remue la queue, c’est la queue qui remue le chien » !

J’ai découvert que les hommes sont littéralement INCAPABLES de bander s’ils nous prennent pour un être humain : pour y arriver, il FAUT absolument (condition sine qua non) qu’ils fassent de nous – en pensée – un objet !

Vous n’en êtes pas un ? Tant pis pour vous ; ils ne s’en soucient nullement et sont de toute façon les plus forts !

Qu’ils bandent sur nous est assez douloureux – moi par ex, on m’a prise et tripotée abondamment contre mon gré depuis toute enfant et jusqu’à maintenant, que je suis ménopausée – mes larmes, le choc d’horreur incrédule (quand on s’imagine que l’autre est un ami) qu’ils m’infligeaient, ont toujours laissé de marbre ces robots dénués de sentiments !

Et le fait qu’ils soient faibles de façon innée et déprimés par l »éducation à la virilité » qu’ils ont subie, ne les excuse pas totalement …

Dieu, dont je n’oserais critiquer les décrets, l’a voulu ainsi – Je sais qu’il doit y avoir une bonne raison, mais je n’ai jamais vraiment compris pourquoi – bien que j’aie plusieurs hypothèses…  Les femmes sont-elles bénies ou maudites ?  Là est toute la question…

*Attention : chacune peut s’appuyer sur ce malheur pour trouver le bonheur – bonheur qui sera matériel dans la 1ère option, et spirituel dans la 2ème.

Comment embrasser sensuellement une femme

Par défaut

Messieurs, savez-vous que, pour bien des femmes, ce sont vos talents d’ « embrasseur » qui la poussent à vouloir – ou pas – aller plus loin avec vous ?  Beaucoup de femmes, en effet, extrapolent à partir de votre façon d’embrasser, si vous serez bon au lit ou pas… et en tirent les conclusions qui s’imposent …

Bien embrasser est donc un outils hyper-méga-utile – 😉 – si vous voulez arriver à vos fins ! Souvenez-vous que je sais de quoi je parle, étant une femme.

Le baiser est une pratique typiquement humaine – tout comme le raffinement en amour, du reste… Nous ne sommes pas des bêtes !  Pour ceux que ces considérations laisseraient insensibles, souvenez-vous que bien embrasser multiplie par 10 (au moins) vos chances de « conclure » !

Et puis, pourquoi se précipiter sur une femme comme la faim sur le monde, alors qu’on peut faire durer le plaisir ? … Plaisir qui sera mutuel, d’ailleurs ; à moins d’être désensibilisé, vous en profiterez aussi.

En outre, c’est bon pour la santé ! Un (bon) baiser stimule le métabolisme (donc, favorise la perte de poids), le cerveau et l’immunité, apaise le stress, l’anxiété et la douleur (production d’endorphines), équilibre l’activité cardiaque, lutte contre les rides en faisant travailler 30 groupes de muscles, fait baisser le taux de cholestérol et la pression sanguine, …

Alors, il est peut-être temps de quitter vos façons de pithécanthrope et de raffiner votre technique…

Voici comment pratiquer cet art (car il s’agit bien d’un art) en maître :

– Approchez tendrement votre visage du sien,  respirez-la (oui ; un peu comme les Esquimaux), frôlez de vos lèvres – totalement relaxées à ce stade ! – diverses parties de son visage (tempes, yeux, oreille, cou) – vous pouvez même y poser de petits bisous tendres, puis approchez-vous des lèvres ..  Rien que ceci, déjà, vous distingue de la majorité de vos rivaux et vous donne un grand avantage sur eux …

Donc, ce baiser, faites-le-lui désirer ; faites-la panteler d’envie que vous l’embrassiez !

– une fois là, frôlez (ou « brossez »)  doucement vos lèvres – totalement relaxées (ne les froncez pas encore – pas de « bec de canard » !) – sur les siennes,

– Puis, très lentement, entr’ouvrez les lèvres – j’ai bien dit « entr’ouvrir » et pas « ouvrir » !*  …  Ce n’est qu’à ce moment ; lorsque vos 2 bouches sont bien « arrimées » l’une à l’autre, que vous pouvez « tendre » un peu vos lèvres,

– la langue peut alors entrer en action – mais attention : ne la lui enfoncez pas à fond comme un brutal ! N’oubliez pas qu’elle en tire des conclusions sur comment la rencontre amoureuse risque de se passer …  Inutile de vous dire le mauvais effet que cela aurait !

La langue est, à ce moment, relaxée ; que ce soit très progressif ; toujours doux, tendre, sensuel.. Ne soyez pas la « tache » qui lui fourre un gros  morceau dans la bouche et couvre de bave la moitié de son visage ! Croyez-en mon expérience ; cette façon indélicate et primaire de traiter le baiser (et elle-même), lui donnera une pauvre idée de vos talents amoureux, et guère d’envie d’aller plus loin avec vous !

Que vos maîtres-mots soient ici ; tendresse, douceur et lenteur … Donc, que votre langue s’adapte et réagisse à sa langue à elle et à ses réactions corporelles ; molle si la sienne l’est, par exemple.

De cette pratique sensuelle, artistique et maîtrisée, votre partenaire tirera des conclusions flatteuses sur votre compétence au lit – sans compter que ça lui en donnera l’envie – surtout si vous pensez alors à l’accompagner de douces caresses !

Bien sûr (vous vous en doutez), il y a une progression : la bouche est en effet très sensible et richement innervée – bref, vous le savez, c’est une zone érogène de base !

Bien que l’on puisse s’embrasser par amour ou affection, sans que cela mène à autre chose, les baisers sont le prélude nécessaire à toute séance amoureuse, qu’ils précèdent et accompagnent…

– bougez votre langue autour de la sienne comme si vous vouliez écrire (non avec la pointe de la langue !) les 5 premières lettres de l’alphabet …

– à partir de là, il suffit d’adapter toujours votre pratique à ce qu’elle vous envoie – c’est un jeu de ping-pong, comme une conversation …D’ailleurs, c’est une conversation, et très intime, même, mais sans paroles – c’est encore mieux !

– c’est ici que cela devient plus chaud, plus intense ; alors, laissez-vous aller… Souvenez-vous seulement de ne pas serrer trop les lèvres – « dégustez » votre partenaire comme vous feriez d’une crème glacée bien crémeuse …

Remarque : faites attention à votre haleine !  Celle-ci est toujours un peu « bizarre », vu que c’est l’odeur de nos organes internes.

Voici quelques trucs pour contrer une mauvaise haleine (qui mettrait vos chances en péril) :

– le plus évident : lavez vos dents régulièrement, et prenez soin d’ôter (au fil dentaire) TOUS les restes de nourriture coincés entre les dents après chaque repas (je vous jure qu’il y en a toujours, même si on ne les sent pas), et qui y pourrissent,

– juste après, rincez-vous la bouche avec de l’eau contenant du bicarbonate de soude,

– Buvez du lait fermenté (en plus, ça rajeunit et adoucit la peau et ça fait maigrir !),

– mangez de la chlorophylle : les légumes verts, la menthe, le persil, … en contiennent,

– mâchez des graines de cardamome, ou un petit morceau de gingembre,

– hydratez-vous : faites circuler une gorgée d’eau quelques secondes partout dans votre bouche, ou mâchez un bonbon ou un chewing gum,

– mangez du pain (ou des féculents) la veille ; sinon, leur manque produit des cétones, donnant mauvaise haleine,

– Enfin, si vous avez continuellement mauvaise haleine, consultez ; c’est peut-être le signe d’une maladie.

* le déchaînement total, bouche ouverte, n’est permis qu’en plein acte sexuel.