Archives de Tag: arrogant

Blâmer la victime la re-traumatise !

Par défaut

J’ai grandi dans une famille de pervers narcissiques et par la suite & n’ai rencontré, quand je tentais de parler des tortures subies, qu’incompréhension, fuite effrayée ou blâme… sauf quand j’ai rencontré mon « cher & tendre » (en fait, un PN au carré, qui m’en a fait baver durant presque 40 ans).

Quant aux « professionnels » (psys ou docteurs) chez qui j’ai cherché de l’aide, ce n’étaient que des Diafoirus, ignorants, indifférents à mon sort, inaptes à faire quoi que ce soit, à part me prendre mon argent.

Pour ces êtres arrogants & méprisants, c’était moi qui avait un problème mental… Loin de m’aider, ils ont tenté de m’en convaincre, ont violé mon âme, m’ont arnaquée, blessée, et ont toujours tenu pour mon bourreau, contre moi !

Et la Loi, censée protéger les victimes, à fait pis, en changeant finalement ma vie en état policier & en assassinant l’âme de mon garçon (le seul enfant qui me restait) !

En effet, la société veut des preuves (mais il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !) & la loi ne voit pas le problème ; démolir l’âme de quelqu’un, son estime de soi, son goût de la vie, et le rendre faible & dépressif, n’apparaît pas comme un crime.

En outre, la plupart des gens ne peuvent croire (aveuglement volontaire pour garder leur confort mental & rehausser leur estime de soi) que quelqu’un puisse vouloir du mal à sa propre famille…

On dirait – malgré toutes les preuves du contraire – qu’il a été scientifiquement prouvé que les parents & les partenaires aiment toujours leurs proches – or, il n’y a qu’à ouvrir un journal pour voir que cette croyance est idiote !

Les victimes sont blâmées pour leur naïveté, quand elles expliquent à des « spécialistes » qui ignorent comment la psychologie fonctionne ! Quand on est gentil(le) à la base et qu’on a subi un gaslighting » durant des années, il est normal qu’on croie ce que nous dit le PN – & alors, les gens (amis ou professionnels) vous méprisent d’y avoir cru et déduisent (curieux raisonnement !) que c’est de notre faute, car on est trop naïf(ve) !

La société aime ceux qui gagnent… & refuse de croire qu’il y a des choses qui échappent à notre contrôle – ils ne veulent pas piger que quelqu’un qui est constamment rabaissé & violenté, sans possibilité de s’évader, devient impuissant et finit par négliger sa santé & sa sécurité (& bien d’autres choses).

Jusqu’à ce que la société réalise ce qui se passe & que la science « suive », le problème demeurera…

Les PN & leurs complices ont donc les mains libres, et jeter la responsabilité sur autrui est un truc psychologique commun qu’utilisent ces êtres toxiques, émotionnellement immatures, pour maltraiter des victimes.

Dans une relation assez intime, le blâme est en effet indispensable pour appliquer & dissimuler le pouvoir et le contrôle sur l’autre.

Ce processus cruel consiste à placer la responsabilité des actes méchants du PN, de leurs conséquences & de ses sentiments, sur sa cible … & en plus, ces êtres malfaisants exigent que la victime soit d’accord avec leur vision tordue des choses !

Blâmer une victime implique non seulement qu’elle n’a aucun droit en tant que victime, mais en plus, qu’elle a mérité ou est coupable des violences qu’elle a subies, responsable du manque de conscience de son agresseur & de son choix immoral de la maltraiter.

Les PN & leurs complices, les flying monkeys diront toujours à une victime d’abus – qui a subi des menaces, des insultes, des tromperies, d’horribles mensonges, des attaques à sa réputation, … – qu’« Il y a toujours 2 sons de cloche » ; voilà comment ils déplacent la faute sur l’individu qui ne devrait jamais la porter !

Le PN adore en recruter d’autres (voir http://www.bonheuretamour.com/2016/09/25/le-pn-ses-flying-monkeys/ ) pour l’aider à blesser & traumatiser sa cible &, pour cela, il faut se faire passer pour le bon gars (ou même pour une victime) et faire passer sa vraie victime pour le mauvais. Si celle-ci va se plaindre, comme le PN aura bien pris soin de saper sa crédibilité, elle ne rencontrera que doute & mépris.

Mais une victime a BESOIN, pour guérir, d’une reconnaissance, par la société, de ce qui se passe, et ce blâme que tout le monde lui jette, après tout ce qu’elle a subi, la traumatise encore davantage.

Et c’est encore pis si ça vient de quelqu’un à qui on avait cru pouvoir se confier – quelqu’un (ami, membre de la famille… ou acteurs sociaux) qui s’est fait passer pour un ami compatissant, pour quelqu’un qui est de notre côté !

Ces gens, comme le PN, mentent aux victimes, invalident leur être & leur souffrance, tuent leurs espoirs, sapent leur confiance en l’humanité & leur infligent de terribles blessures émotionnelles… tout ça pour se sentir mieux elles-mêmes ! (oui, c’est un ego trip pour les flying monkeys).

La responsabilité des abus doit être re-placée là où elle doit l’être : sur la tête des PN, qui ont choisi de se permettre de violenter des victimes.

Il est complètement fou de jeter la faute sur la victime ! Pour cet être déjà blessé, ce genre de phrases est comme des pierres tombant sur son coeur ; une véritable lapidation !

Il faut savoir, en effet, que le système, dans le cerveau, gérant la douleur physique & la douleur émotionnelle, est le même, en sorte que des insultes ou l’indifférence à la réalité de la victime, a sur elle le même effet qu’un coup de poing dans le ventre !

Des actions peuvent être attribués à une gamme presque infinie de choses allant de la plus proche à la plus lointaine ; par ex, pourquoi ne pas attribuer 15% de la cause des violences à la prédisposition biologique, 20% à la tante Marie pour avoir présenté les 2 membres du couple, 5% aux événements ayant entraîné la disparition des dinosaures, etc. ?

Tous ces événements sont aussi des causes, finalement…  (si les dinosaures vivaient encore, les mammifères n’auraient pas évolué autant, il n’y aurait pas d’humains et donc, pas d’actes de violence)

Mais il est clair que, tant pour les causes proches que pour les lointaines, tout ça n’a rien à voir avec la responsabilité de l’agresseur, qui demeure entière !

La société tend à jeter la faute sur la victime de violence perverse, d’abord parce que le PN apparaît doux, normal & blanc comme neige, mais aussi parce que la victime (vivant un stress intense & prolongé) semble, elle, agitée, agressive & déséquilibrée (j’en parle ici :  https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/04/30/pn-la-colere-des-victimes/ ).

Et bien sûr, surtout, à cause de la croyance générale à des théories farfelues et mensongères ( voir : http://www.bonheuretamour.com/2016/03/17/pourquoi-on-delaisse-les-victimes/ , http://www.bonheuretamour.com/2012/05/12/la-soi-disant-co-dependance/ ,

http://www.bonheuretamour.com/2016/05/17/comment-la-societe-protege-les-pn/ )

Si vous recherchez des infos sur les PN, vous tomberez sûrement sur le terme codépendance – j’ai dit comment juger cette criminelle stupidité ici (Voir http://www.bonheuretamour.com/2012/05/12/la-soi-disant-co-dependance/ ).

Que vous soyez actuellement englué(e) dans une relation abusive ou en train d’en sortir, ce terme vous est sans doute familier et vous vous constatez que vous l’êtes, puisque vous avez atterri dans cette relation malsaine.

Mais si vous êtes ou avez été victime d’un PN, abstenez-vous de vous qualifier de codépendant(e) – ou de permettre à quelqu’un d’autre de vous étiqueter ainsi !

Les psychopathes fabriquent le désespoir, le désir, la jalousie, la frustration, la dépendance, la toxicomanie et l’anxiété.

C’est ce que tous visent à faire et donc, si vous vous sentez ces choses après une relation avec un psychopathe, c’est normal ; c’était le résultat escompté.

C’est un peu comme diagnostiquer quelqu’un de dépression clinique après la mort d’un être cher. Oui, votre déprime est réelle & présente sans doute tous les symptômes de la dépression clinique, mais c’est aussi une part universelle du processus de deuil – & en tant que tel, c’est totalement sain – et non pas pathologique, comme voudraient nous le faire croire ceux qui se soucient plus de leur portefeuille que de notre bien-être.

Par conséquent, même si c’était vrai que vous êtes codépendant(e), inquiet, naïf, ou vulnérable, la violence & l’exploitation sont toujours à blâmer. Personne ne mérite d’être maltraité.  Les agresseurs ou les Social Justice Warriors (voir http://www.bonheuretamour.com/2017/04/10/les-peu-reluisants-indignes-chroniques-pleurnichards-decerebres-fascistes/ ) usent & abusent de ce terme de « codépendance », car il les décharge de tout blâme, pour faire peser la responsabilité sur les épaules de leur victime, & les fait se sentir bien dans leur peau.

Même si vous étiez codépendant (et la grande majorité des victimes de PN ne sont pas!), ça ne rend pas les violences acceptables, tout comme laisser votre voiture déverrouillée ne signifie pas que vous méritez d’avoir votre voiture volée.

Ceux qui blâment les victimes aiment proclamer que jamais elles ne guériront si elles  » n’acceptent pas leur part de responsabilité  » pour leur rôle dans la dynamique des abus (parce que la relation, ça se danse à 2″, etc), mais c’est faux ! Ce qui guérit, c’est que la société nous reconnaisse comme victime, & reconnaisse notre bourreau comme agresseur, & qu’il soit puni de ses crimes ! Il n’y a aucune raison d’accepter le blâme pour le comportement horrible de quelqu’un d’autre ; on n’est responsable que de notre propre comportement !

Voilà comment on bâtit le respect de soi et des limites. Voilà comment on apprend à cesser d’absorber les abus d’un autre ; la projection, les  excuses et le rabaissement systématique.

Cessons, par conséquent, de croire à ces idioties & disons le vrai : la violence est toujours un mal, et l’agresseur, toujours coupable ! Et il n’est jamais trop tôt ou trop tard pour se libérer.

Publicités

Faux « apitoyés » & vrais crétins

Par défaut

mouche du coche  J’avais déjà traité le sujet des Schtroumpfs à lunettes (voir : http://www.bonheuretamour.com/2013/08/19/aux-schtroumpfs-a-lunettes/), mais je n’en avais qu’à ceux qui voulaient me convertir à leur foi.

Or, constatant que ce même genre de crétins arrogants, enfonceurs de portes ouvertes & autres « pompeux cornichons » chers à l’Entarteur, sévissent abondamment dans les groupes de victimes, où ils pontifient à qui mieux-mieux du haut de leur ignorance, j’ai décidé de réagir.

Hier, j’ai publié l’article http://www.bonheuretamour.com/2016/07/21/provocations-du-pn-cessez-de-reagir/ et sur le groupe 

 » Se libérer de l’emprise des manipulateurs pervers narcissiques », un de ces mal embouchés se permet de l’ouvrir alors qu’il ne connaît visiblement rien au sujet : ces mongoliens-là n’ont strictement rien à dire (rien d’intéressant, en tout cas), mais vu que « tout âne aime s’entendre braire », ils tiennent absolument à s’exprimer – mieux ; à se faire reconnaître comme un expert du sujet !

Comme j’ai une allergie aux abrutis & que j’en ai ras le bol de leurs interventions intempestives, voici un copier-coller de ladite conversation (en italique ; mes commentaires à leur stupidité)  :

Christian M dans cette situation précise à garder car c’est essentiel : jouer la carte de L »INDIFFERENCE. Vous m’en direz des nouvelles ! (déjà, s’il avait lu – ou pigé ! – l’article, il verrait que c’est impossible). 

Majda SJ ai essayé l indifférence, et la situation était devenue ‘surréaliste’…Il a tt fait pour que je devienne folle ou pique une grosse colère par exemple:
Il avait pris mes clefs de voiture et a essayé de me faire croire que je les avais perdues et se me disait que j avais intérêt à les retrouver sinon….
Peu importe si je devais déposer les enfants à l’école je devais me demerder.
J’ai qd mm retrouvé les clefs dans sa poche évidemment il a continué à se moquer de moi…
Quand je rentrais du boulot vu que je faisais comme s’il n’existait pas , je retouvais la cuisine tte dégueu…
Il lui arrivait mm de mettre un coton tige sale dans mes affaires de boulot etc….

Christian M l’idée c’est de demander à quelqu’un d’écouter ta colère car le pervers ça va le nourrir, par contre, si son narçisse n’est pas entretenu pq tu es indifférente, là ça va devenir très vite insupportable pour lui !

Bea de LaatBea de Laat Oui, c’est ainsi qu’il en vient à nous frapper ou nous étrangler… A vous de voir si vous préférez ça…

Christian M ça devient du pénal…

Bea de LaatBea de Laat Hahaha ! Tu débarques de la lune, ou quoi ?

âne brait  Christian M à partir du moment où quelqu’un touche à ton intégrité, il n’y plus négociation et ça ne va pas relancer le couple. (Noooon ??? Pas possiiiible ??? Quel SCOOP !! Merci de ce conseil éclairé, ô andouille !!!

Il a tout pigé, l’idiot ! J’ai un dossier gros comme le bras de plaintes (& encore, il n’y a que celles que les flics ont bien voulu prendre) mais LA SOI-DISANT « JUSTICE » S’EN FOUT ! JAMAIS ils ne sont punis ! Mais bien sûr, ça, notre Schtroumpf à lunettes l’ignore ! Il vit dans son petit monde de Joyeux Lutins roses & croit à la fable des « Droits des femmes » … et donc, que je parle de négocier avec le PN !)

Majda SEn tt cas ce fut très difficile de rester indifférente vu qu’il faisait tt pour me provoquer, à la fin j ai craqué et je l’ai quitté…

Bea de LaatBea de Laat C’est effectivement ce qu’il y a de mieux à faire

Christian M la solution est dans le problème, le quitte en était une. Maintenant, la question à se poser c’est pq, je m’attire ce genre de personne, qu’est-qe qui dans la grande histoire familiale a fait que j’ai reproduit un scénario?

(& paf ! le victim blaming ! Je l’attendais, celui-cà ! Les cons – comme de bons moutons de Panurge qu’ils sont – avalent toujours l’opinion commune et les théories débiles, même prouvées archi-fausses !)

Majda S C un sujet que je dois travailler avec ma thérapeute car je n’ai pas la réponse
Je sais que je manque de confiance, que j’ai perdu bcp d’estime et que je risque de faire les mm erreurs…
Mnt le pq du comment…
(& aussi ceci : que la femme réponde non à moi, mais à un homme … elles resteront donc toujours aussi bêtes, à encenser les plus bêtes du moment qu’ils ont un service 3 pièces , & à être d’accord de prendre sur elles la faute dont seul l’agresseur est coupable ?)  

schtroumpf lunettes Christian M quitter le bonhomme, contacter un thérapeute et prendre conscience qu’on a perdu l’estime de choix est un chemin vers la guérison, ça prendra un peu de temps, certes, mais on ne te reprendra plus au piège d’un autre mpn

Bea de Laat lire ceci, svp : http://www.bonheuretamour.com/2013/01/01/lhistoire-du-chat-sauvage/ & http://www.bonheuretamour.com/2015/10/13/victime-avez-vous-chois-la-violence/

Conclusion :

… Quand on pense que ce con est éducateur ; ça fait peur ! Remarquez, par ex, l’expression « estime de choix » (Mdr !), que seul notre confus mental pige, apparemment !

& elle, elle poste ceci sur son mur : (https://scontent-amt2-1.xx.fbcdn.net/v/l/t1.0-9/13062189_10154131916041726_5374194417801391511_n.jpg?oh=e569cbce0b288b9fe622bbbad796d0c7&oe=582CFDE2), ce qui est déjà bête & revanchard, et en plus, c’est précisément ce qu’elle fait avec l’abruti pontifiant !

« Victimes de sectes » ; addendum

Par défaut

Guyana

Suite aux remarques peu amènes (& peu pertinentes) à cet article http://www.bonheuretamour.com/2016/06/21/victimes-de-sectes-a-plaindre-ou-a-blamer/ , je dirais ceci :

S’il faut mettre les points sur les « i », je le ferai :

Toute vision promouvant la séparation est Mal ! (mauvaise, démoniaque) & ne fait qu’engendrer (« c’est au fruit qu’on connaît l’arbre ») les fréquentes dérives de ces trouducs spirituellement (& mentalement) faibles, qui se croient autorisés à recourir à la violence pour promouvoir « l’Amour » (terrorisme, mettre le feu au cinéma passant « la dernière tentation du Christ », « suicides » de masse, viols, prostitution & pédophilie, meurtres rituels, cruauté physique & mentale, coups & emprisonnement d’adeptes refusant d’obéir, meurtre des adeptes voulant partir ou parler, …).

Le Mal, ça consiste à faire (du) mal aux autres ; il faut le dire ! Les membres des sectes sont pareils à ceux d’un parti ou d’un groupement extrémiste (genre Ku Klux Klan), mais plus hypocrites – or, tant qu’à être une merde, je préfère qu’on le soit ouvertement ! Ca ne fait qu’un outrage, et pas 2 !

La vérité est toujours de l’amour, & toujours divine.

Or, la vérité, ça coupe (ou ce n’est pas la vérité). R.W. Emerson l’a dit en 1841 : « truth is handsomer than the affectation of love. Your goodness must have some edge to it, else it is none. »

Jadis, on reprochait à Zola de « se vautrer dans l’ordure », alors qu’il ne faisait que dénoncer les tares de la société.

Ses écrits auraient pu (& dû) servir de leçons aux riches – pour qu’ils prennent conscience de leur exploitation injuste & fassent cesser ce scandale – et aux pauvres – pour qu’ils voient les pièges ouverts sous leurs pas et puissent les éviter.

J’ai moi-même vécu très isolée, rejetée de partout, en poignant manque d’amour & en recherche de Dieu (même quand j’étais ou me croyais athée) et j’ai été approchée par diverses sectes (Hare Krishna, Scientologie & Témoins de Jéhovah), mais j’ai tout de suite vu à qui j’avais affaire et ne me suis pas laissée avoir.

Mais imaginons que j’aie cédé à « l’appel des sirènes » d’une promesse de chaleureuse communauté ; eh bien à partir du moment où ceux du groupe auraient commencé à pervertir le langage par l’emploi d’un jargon sectaire ou auraient dit quoi que ce soit impliquant qu’il fallait se séparer de ses proches (famille, amis, collègues), ou faire des choses anti-vie comme cesser de manger ou de dormir ou donner de l’argent, ou que le gourou me demanderait de lui livrer ma fille de 12 ans (car il y a énormément de viols & de pédophilie dans les sectes) je me serais levée & je serais partie.

Quand on entend de telles choses, on a beau avoir envie d’être aimé(e) & accepté(e), on comprend que c’est très malsain et on refuse d’en être victime & complice.

Oui ; « et complice » – car tant qu’on participe, tant qu’on promeut, tant qu’on ne dénonce pas, on est complice !

Par ex, un copain à moi, Michel Antoine, s’était fait happer par la scientologie, et tentait de m’y convertir. Lui, si bête, me traitait de haut, avec l’air supérieur de « ceux qui savent », comme si j’étais une débile à qui il faut faire voir la lumière…

Il me disait d’un air convaincu des choses complètement connes, du genre : « tu es myope ? Eh bien, c’est parce que tu n’es pas « claire » (ex. de terme perverti) ; si tu lis le livre « La Dianétique », ta myopie disparaîtra et tu verras parfaitement. Ou, si tu as le vertige et que tu lis le livre, tu pourras tendre une corde entre le sommet de 2 buildings & traverser sans problème » (!). Déjà, on voit qu’il faut être bien bête pour croire à de telles élucubrations.

Pour lui faire plaisir, j’ai commencé à lire … Après quelques pages (qui d’ailleurs m’ont bien barbée, car à tout être ayant du bon sens, ça ne paraît que comme un fatras délirant), j’ai repéré que l’auteur, Ron Hubbard, se contredisait … c’était à mourir de rire.

Je l’ai fait remarquer à Michel, qui a enfin ouvert les yeux, & quitté la secte (il était, à ce moment, ruiné & dans les dettes, mais sans mon intervention, ça aurait empiré).

Et l’article, je l’ai écrit pour que les membres de sectes qui le liront, fassent un retour sur leur scandaleuse stance de supériorité (si éloignée de toute spiritualité vraie) et que les non-adeptes soient mis en garde, et cessent de voir ces êtres comme d’innocents agneaux. Je ne nie pas qu’ils furent victimes, mais ils s’y sont mis par un bien vilain sentiment.

Titanic : la leçon du naufrage

Par défaut

TitanicTim Maltin (auteur, historien & présentateur télé) n’était pas satisfait des explications des raisons du naufrage du Titanic et a donc décidé de reprendre l’enquête. Il a trouvé la solution, a écrit un livre sur le sujet (“A Very Deceiving Night”) et la National Geographic en a tiré un documentaire ; « Titanic, case closed », qui m’a frappée et fait réfléchir…

On savait déjà que le naufrage du Titanic a donné un sanglant démenti à l’orgueilleuse arrogance des hommes persuadés de pouvoir dompter la Nature, mais les découvertes de Tim Maltin ne laissent, à mon avis, plus aucun doute là-dessus.

Les faits sont tellement étonnants et improbables qu’on ne peut que conclure qu’il y a un dessein délibéré (ou des coïncidences incroyables) sous ce drame.

Les voici, ces faits ; à vous de juger !

– Le bateau comprenait 2 veilleurs ; par mer calme (& c’était le cas le soir du naufrage), on voit sur l’eau à des kilomètres, en sorte de pouvoir avertir d’un iceberg 20 minutes à l’avance. Pourtant, malgré que ces 2 hommes avaient une bonne vue, étaient sobres & bien éveillés, ils n’ont aperçu l’iceberg qu’au dernier moment,

– Le Californian – le seul navire proche du Titanic & qui aurait pu aller sauver les passagers, envoie des messages au Titanic pour l’informer qu’il y a des icebergs mais, bizarrement, ces messages ne sont pas reçus. En effet, juste à ce moment, les opérateurs radio du Titanic sont submergés de demandes de messages de la part des passagers, et excédés, coupent le contact avec le Californian !,

– Le Titanic était insubmersible car construit en sorte que, même avec 4 compartiments touchés (& inondés), il puisse rester à flot. Mais l’iceberg a déchiré la coque de 6 compartiments – un accident qui ne s’était encore jamais produit jusque là dans l’histoire de la navigation, & ne s’est plus jamais produit depuis,

– Le Titanic a coulé au point de rencontre entre le Gulf Stream (chaud) et le courant du Labrador (froid) ; cette rencontre provoque de brusques hausses et baisses de température ; les survivants l’ont dit : soudain, bien qu’il fasse très beau (jamais ils n’avaient vu une nuit avec autant d’étoiles), la température a brusquement chuté.

Or, ces variations de densité de l’air causent des mirages… 2 masses d’air différentes placées l’une au-dessus de l’autre, causent une réfraction de la lumière.

L’air n’est pas une chose transparente, mais un genre de lentille, et ce qu’il nous fait voir dépend des conditions atmosphériques. Quand une couche d’air est plus froide ou chaude que l’air au-dessus d’elle, il y a création de distorsions, de flous, de reflets.

C’est pareil que dans les déserts, où il y a des couches d’air de densités différentes et des écarts de température (sauf que là, ce sont des mirages chauds et ici, un mirage froid).

Ce 14 avril, l’air réchauffé par le Gulf Stream a rencontré brutalement les eaux glacées du courant du Labrador, ce qui a refroidi la couche d’air surmontant la mer.

Le capitaine du Californian a vu le Titanic mais, à cause de la distorsion, il l’a pris pour un petit bateau.

– Le Titanic, contrairement à l’idée commune, n’allait pas trop vite ; en effet, le temps étant très clair, on pouvait naviguer vite, puisque (voir + haut) on voit alors les icebergs à des kilomètres de distance, et on a tout le temps de les éviter…. sauf que, vu la rencontre des 2 courants, un mirage s’est créé, « déformant » la mer, faisant « monter » son niveau ; la faisant paraître plus haute derrière l’iceberg, qui est alors devenu invisible… jusqu’au dernier moment (trop tard pour l’éviter) !

Les données météo confirment que le Titanic a coulé juste au centre d’un anticyclone mobile polaire (on aurait dit qu’il avait visé ce bateau),

Quand la mer est calme, il est difficile – même en plein jour – de distinguer l’horizon (la limite où le ciel commence & où la mer finit). Alors, c’est tout à fait impossible de nuit,

– La radio aurait pu offrir un dernier espoir : appeler un navire proche pour venir secourir les naufragés… Mais cet espoir aussi s’est évanoui.

Car bien que les marins du Californian voyaient des lumières et envoyaient des messages en morse (comme le faisait le Titanic, qui envoyait des messages de détresse frénétiques), dans les 2 navires, ils ont conclu qu’ils ne voyaient que des étoiles, et non des signaux en morse, car ces lumières clignotaient de façon anarchique et n’avaient aucun sens.

Ces 2 bateaux s’envoyaient bien des signaux mais n’ont pas réussi à communiquer parce que le scintillement dû à la friction des couches d’air chaud et froid, a totalement brouillé les signaux lumineux.

A lire ceci, on dirait que les éléments naturels s’étaient ligués pour faire sombrer le Titanic ! Moi, j’y vois comme un avertissement, de rester humble et de ne jamais se croire supérieurs à la Nature… Faites-vous votre idée…

Le PN & l’argent

Par défaut

Femme yeux détresse  Quant on vit avec un PN – qu’on est sa victime, donc – il nous fait subir divers (TOUS, en fait) genres de violences ; des violences et cruautés physiques, émotionnelles, sexuelles, mais aussi économiques !

Comme un pervers narcissique est totalement dénué d’affects, l’argent est tout pour eux ; le Dr. Sam Vaknin (spécialiste des PN, et PN lui-même) affirme que touts les traits d’un PN se révèlent dans leur relation à l’argent ; par ex, comme il juge qu’il a droit à tout, il a droit à l’argent d’autrui. Son principe : ce qui est à lui est à lui, et ce qui est à vous, est aussi à lui !

Toujours, il se débrouille pour contrôler l’argent & dépouiller sa victime (je parle par expérience !), même s’il est riche, il la fait vivre en devant se restreindre & se serrer la ceinture (c’est ce que j’ai vécu durant + de 30 ans) alors que lui se la coule douce & ne se refuse rien, se payant ses moindres caprices… Et pas question de le lui reprocher ; il en serait indigné & s’en vengerait durement !

Vous, la victime, n’êtes qu’un outil ; vous n’avez pas droit au chapitre, vous ne pouvez remettre ses méthodes en question. En plus, il est Dieu, et – c’est bien connu – Dieu a toujours raison !

Il vous reproche chaque cent que vous dépensez pour vous-même ou les enfants, mais peut très bien mettre le compte commun dans le rouge ou « oublier » de payer ses impôts… ce qui créera des ennuis à toute la famille !

Il peut utiliser plein d’astuces pour dépenser sans se faire pincer ; par ex, utiliser votre nom (ou carte de crédit) pour commander ou acheter des choses pour lui. Ils peuvent même faire pareil avec le nom des enfants !

Ils ne connaissent pas de limites dans la ruse, la tromperie & la falsification : soyez-en conscient(e).

Méfiez-vous si votre partenaire refuse de fournir des informations sur leur argent ou impôts, s’il vous cache ses factures, ou les fait envoyer ailleurs, ou dissimule l’état de ses finances & s’il vous dénie tout droit de regard dans ses affaires. C’est un signe qu’il y a du louche…

Dans ce domaine-là aussi, il vous tient dans le brouillard, pour mieux vous contrôler : soit il est riche mais joue les pauvres, soit l’inverse ; il prétend être un nabab alors qu’il est pourri de dettes…

Le PN a toujours un compte bancaire séparé, ou un compte dans un paradis fiscal, ou un compte partagé avec un membre de sa famille ou un associé, mais pas avec vous, qui partagez sa vie !

Surtout, ne faites pas l’erreur que j’ai faite ; leur avancer de l’argent ou leur prêter des affaires ; malgré ses belles promesses, le PN ne rend ou ne rembourse jamais !

En devenant leur créancier, vous avez un lien à eux, et les PN en sont très conscients ; en fait, ils ont fait exprès de vous emprunter quelque chose, pour créer de force un lien entre vous 2. Ensuite, ils gardent le lien en re-nourrissant l’espoir (l’espoir d’être remboursé) de temps en temps… tout en pouvant, entretemps, continuer à vous torturer & ainsi, se procurer leur drogue ; « l’approvisionnement narcissique »…

Croyez-moi ; argent ou autre, il vaut mieux « le passer par pertes & profits » (y renoncer), pour couper ce lien toxique !

Aussi, durant la relation, il vous refusera de l’argent ou des cartes de crédit et, après la relation, il refusera de payer la pension alimentaire…
Un PN vous privera (& les enfants) sans scrupule des nécessités de base (nourriture, vêtements, abri, médicaments) – durant la relation (question de contrôle) mais surtout après (où il vise à vous piétiner à mort & à vous détruire totalement, puisque vous avez osé le quitter – ceci est mon cas).

Il se fiche que vous (& les enfants) ayez besoin de manger, d’acheter des vêtements ou des fournitures scolaires, d’aller consulter un docteur, ou d’acheter des médicaments.

Pour lui, ses besoins ou caprices priment sur tout, et quant à vous, vous n’êtes rien & n’avez donc droit à rien..

Attention : si vous lui laissez entendre que vous souhaitez rompre, il vous piquera tous vos sous & vos cartes de paiement. Si, par conséquent, vous voulez le quitter, ne lui en dites surtout rien – ni à lui, ni à personne d’autre ; n’oubliez pas qu’il a l’art de charmer vos proches, et ceux-ci lui révèleront bien vite vos projets..

Au contraire, préparez un plan de sauvetage pour vous et vos enfants dans le plus grand secret ; tâchez de trouver des ressources, un job, un lieu de vie, de mettre des doubles de clés & de papiers officiels en sécurité (hors de la maison !) & éventuellement une assistance pour pouvoir survivre.

Comme le PN a besoin de vous dominer et de vous garder sous sa coupe, il fera tout (ô, comme je sais ceci !) pour empêcher que vous n’ayez accès à des ressource – en clair : il vous empêchera de trouver ou de garder un boulot.

Il vous harcèlera & vous sabotera de toutes les façons possibles, et s’il voit que vous persévérez malgré tout, il se trouvera une autre victime à vampiriser … là, il peut vous plaquer du jour au lendemain, sans préavis…

Ses techniques préférées pour rester le maître et vous laisser pauvre & dans la confusion sur les finances :

– mentir sur ses revenus & dissimuler ses biens,

– refuser de payer les pensions alimentaires, et employer des avocats retors – utiliser toutes les failles du système pour garder son argent volé & ne rien vous rendre – ajoutant, au stress de son harcèlement, le stress de pauvreté (souvent mortel pour la victime, et toujours très dommageable pour la santé physique & mentale des enfants).

Oui ; le PN n’a réellement aucun sentiment humain !!!

NB : Souvenons-nous quand même qu’en cas de harcèlement, il y a toujours 3 parties concernées : le harceleur, le harcelé, & l’autorité, et que, à chaque fois qu’il y a harcèlement, c’est que l’autorité en place ne fait pas son boulot ! Ça en dit long sur la société puisque le PN y est bien adapté & y nage comme un poisson dans l’eau.. et que oui, la société permet ce scandale ! Pis, elle attaque – par une impitoyable chasse aux sorcières moderne – les victimes & les enfants – finissant le boulot que le PN ne pouvait faire lui-même : la mise à mort !