Archives de Tag: arbre

Mythe hawaïen de création du monde

Par défaut

Hawaï mythe créationAvant qu’existe la lumière, il faisait nuit ; tout était noir et avant les ténèbres, il y avait Te Kore – c-à-d le néant. Après cela est venu l’après-nuit … infiniment longue et très sombre, et puis, d’autres genres de nuits.

Lorsque le premier rayon de lumière apparut, il n’était qu’un point minuscule, et quand furent créés le soleil et la lune, personne n’était là pour les voir.

Puis le ciel, Ranginui, s’unit à la terre, Papatuanuku. Mais leur nombreuse progéniture, dont aucun n’avait forme humaine, vivait toujours dans l’obscurité, car ils étaient étroitement liés à leurs parents.

Le ciel collait fermement à la terre, et entre eux il n’y avait pas de lumière.

Cet état dura très longtemps, mais à un moment, les descendants de Ranginui et Papatuanuku, qui en avaient marre de l’obscurité, se réunirent pour faire changer les choses. Et d’abord, ils devaient décider quoi faire avec leurs parents ; les séparer ou les tuer.

Longtemps, ils délibérèrent dans l’obscurité. Tumatauenga, gardien de la guerre et le plus impétueux des enfants, dit voulait qu’on les tue, mais Tāne Mahuta, gardien de la forêt, était d’avis contraire.
Il proposa de les séparer ; « mettons le ciel loin de nous, & qu’il nous devienne étranger – dit-il – mais gardons la terre proche, comme une mère aimante ».

Chacun reconnut la sagesse de ces propos & élit cette proposition. Seul Tawhirimatea, gardien des vents et des tempêtes, s’y opposa ; il craignait qu’après la séparation du ciel & de la terre, son royaume ne s’écroule. Il s’abstint donc de voter.

Rongomatane, gardien des aliments cultivés, défia la terre & le ciel, mais échoua. Tangaroa, gardien des êtres marins, essaya alors … mais sans succès. Après lui vint Haumiatiketike, gardien de la végétation sauvage, mais il échoua également. Puis Tumatauenga coupa le lien entre le Ciel et la Terre, en sorte qu’elle se mit à saigner. Ceci donna à l’argile sa teinte ocre rouge, qui a depuis été vénérée comme sacrée.

Tumatauenga, le plus fort de tous, n’a pas eu assez de force pour séparer les 2.

Donc, ce fut le tour de Tanemahutę : lentement, en tant qu’arbre kauri, Tāne Mahuta poussa entre la Terre et le Ciel. Au début, il tenta de desserrer leurs mains, mais sans succès.

Alors, épuisé, il se reposa, très longtemps, presqu’indéfiniment.

Et une fois qu’il eut récupéré de la force, il se mit à pousser, avec les épaules, depuis les pieds de la Mère Terre et du Ciel. Peu à peu, ses parents commencèrent à céder sous la pression & à s’éloigner l’un de l’autre.

Sachant que c’était la fin, ils se mirent à pleurer désespérément, et à demander à leurs enfants : « Pourquoi faites-vous ça ? Pourquoi voulez-vous tuer l’amour parental ?! « 

Mais Tāne Mahuta ne répondit rien ; il se raidit & poursuivit ses efforts pour séparer ses 2 parents.

A présent, la Terre était loin au-dessous de lui, et le Ciel, loin au-dessus ; le lien entre Ranginui et Papatuanuku était étiré au maximum.

Enfin, Tumatauenga le coupa d’un seul geste. Le sang se répandit sur le sol. Aujourd’hui, il est kokowai, la terre rouge sacrée, formée du premier sang à l’aube de l’histoire. Dès que Tanemahuta eut fini ce travail, toute la progéniture de Ranginui et Papatuanuku, qui jusque-là ne connaissaient pas l’éclat de la lumière, furent libérés, comme nés de nouveau et les enfants Tane ; les arbres, les oiseaux et les insectes purent enfin respirer et se mouvoir.

Publicités