Archives de Tag: amant

Infidélité : faut-il haïr l’amant(e) ?

Par défaut

F. enrage  Découvrir que notre partenaire nous trompe cause un énorme choc, une douleur terrible et, bien sûr, une rage monstrueuse … qui se porte généralement vers l’amant(e).

D’un côté, c’est compréhensible (& excusable), puisqu’on le (la) considère comme le(la) responsable de toute cette douleur et de ce « vol » (car il ou elle prend quelque chose qui n’est pas à lui (elle).

Il est très tentant de croire que s’il (elle) n’avait pas été là, notre partenaire nous serait resté fidèle… Hélas, ce n’est généralement pas vrai ; il l’aurait fait quand même, avec quelqu’un d’autre !

Après avoir appris la trahison, le partenaire trompé tend à s’obséder sur l’amant(e) ; on l’imagine comme un Don Juan ou une femme fatale, plus beau, brillant, organisé que nous … Là aussi, c’est généralement faux ; c’est le plus souvent quelqu’un de tout à fait ordinaire, et même plus laid(e) que nous.

Bref, ce « tiers » aurait pu être n’importe qui. Son seul avantage sur vous, c’est qu’il (elle) n’est pas vous, justement, et surtout qu’il (elle) ne porte pas l’étiquette « engagement » ; qu’il représente la liberté, la légèreté, l’amour et non le devoir…

Dans 99 cas sur 100, ce sont plus les circonstances de la situation, plutôt que la personne de l’amant(e), qui ont fait pencher la balance vers l’infidélité.

D’ailleurs, c’est une relation de fantaisie, toute en surface & d’apparences, où chacun des 2 se présente sous son meilleur jour, et qui n’atteindra sans doute jamais ce stade d’intimité où on se laisse aller complètement…

C’est une sorte d' »évasion », de « plage de repos », de « lieu hors du temps & du train-train quotidien », où il n’y a que le côté agréable d’une relation, loin des activités banales de la vie, et surtout, libre des restrictions, obligations & responsabilités qu’exige une vie de famille.

Et à ceci s’ajoute la nouveauté, puis, le mystère & l’intensité de devoir dissimuler… Pas étonnant que ça semble plus excitant qu’avec vous !

En fait, le plus souvent, la liaison ne constitue pas un rejet du conjoint, mais un rejet d’un rôle jugé terne ou trop lourd à porter ; un rejet de tous ces devoirs et limitations.

Comprendre ceci met un peu de baume sur nos blessures… et aide à tempérer nos opinions & sentiments envers l’amant(e).

Bien sûr, on est tenté de se rebeller contre l’idée même de relativiser, de tempérer notre colère, car la colère est une émotion qui nous fait sentir puissant … et on a bien besoin de se sentir puissant, dans le maelstrom d’émotions (surtout une grande détresse & impuissance) causées par l’infidélité !

L’ennui, c’est que ça nous ronge, nous empêche de penser clairement et nous fait agir à notre détriment.

Dites-vous plutôt ceci : si votre bien-aimé(e) a pris cet amant (cette maîtresse), soyez sûr(e) que c’est pour son rôle ; ce rôle d’apporteur(euse) de fantaisie ; bref, c’est pour ce qu’il(elle) n’est pas, et non pour ce qu’il (elle) est !

D’ailleurs, si (cela arrive dans 1,5% des cas) votre partenaire vous plaque pour s’installer avec son amant(e), il (elle) réalise vite – quand l’autre s’est installé dans le rôle de « conjoint officiel » – qu’il a conclu un marché de dupes & se retrouve à son point de départ…

Il se rend alors compte que sa croyance que l’amant(e) était différent(e), n’était qu’une illusion, et ses vieux sentiments d’être prisonnier d’une vie terne seulement faite de devoirs & dénuée d’excitation, ressurgissent… & le désir de s’en évader (par l’infidélité) ressurgit aussi…

Prenons l’exemple de mon 1er beau-frère, Philippe D. Il a épousé ma soeur en ’84 et, peu après l’achat d’une maison, est devenu infernal avec elle. Un soir, elle est rentrée du boulot & a eu la surprise de trouver l’oiseau envolé, avec toutes ses affaires (& le compte en banque vidé).

L' »oiseau » en question s’était trouvé un nouveau nid, chez une certaine Ariane, qu’il a mise enceinte… Comme cela lui pesait, il a renoué avec ma soeur (qui est aussi tombée enceinte).

Ce beau coco a donc « dû » quitter Ariane, pour s’installer chez une 3ème oiselle, Patricia.

Comme elle lui correspondait plus, il l’a épousée & lui a fait un gamin… Ils ont vécu ainsi 18 ans, & là, Patricia a acheté un appartement (avant, ils louaient) ; là, c’était trop pour notre pigeon voyageur ; il a pris son envol pour s’installer chez une Catherine… C’est beau, non ?

Bref, si votre compagnon(gne) vous trompe, sachez que 1) il y a peu de chances qu’il vous quitte pour s’installer avec l' »autre » (évidemment, c’est à voir si VOUS voudrez rester avec un(e) partenaire infidèle), 2) même s’il le fait, l’amant(e) risque fort de se retrouver très vite à votre place, confrontée à la douleur de l’infidélité (vengeance, vengeance !).

Donc, faut-il haïr l’amant ? En fait, non ; il(elle) n’en vaut pas la peine…

Publicités

Conte : la piscine & la maîtresse

Par défaut

piscine & femme2Un jour, un homme qui avait une piscine chez lui, alla au magasin pour acheter les produits chimiques pour assainir l’eau de sa piscine. Les produits s’entassaient dans son panier ; des granulés de chlore, une solution contre l’élévation du pH, un produit purifiant, un réducteur d’alcalinité, … en sorte qu’arrivé à la caisse, il en avait pour une grosse somme.

« Houlà ! – dit-il au caissier – ça fait bien cher, tout ça ! Vous ne trouvez pas ? « 

 » Oui – dit le caissier. Une piscine, c’est comme une maîtresse ; c’est coûteux à entretenir, ça vous donne beaucoup de travail et finalement, on ne reste en elle que très peu de temps ».

Cette analogie a beau être un peu « crue », elle n’en est pas moins vraie, et tout homme ayant une maîtresse serait d’accord.

Il y a l’argent pour les hôtels, les cadeaux, les restaurants, les vêtements, les téléphones portables ignorés des épouses, devoir quitter le bureau durant les heures de travail … sans parler de l’argent servant à « clore le bec » à certaines personnes. Mais il y a plus…

Il y a tous les efforts – et ça fait vraiment beaucoup ! – pour dissimuler la liaison à l’épouse & à toutes les personnes qui pourraient la lui révéler, pour inventer des mensonges crédibles, pour communiquer en cachette avec l’amante en se rappelant de supprimer l’historique du portable et de l’ordinateur, …

Il faut aussi, pour que ce petit système puisse durer, trouver un juste équilibre entre l’une et l’autre, c-à-d ne pas être trop absent de la maison pour que l’épouse n’attrape pas de soupçons, tout en restant assez proche de l’amante que pour éviter ses plaintes & sa possible colère… et vengeance…

Il y a les ruses à trouver pour éviter d’emporter chez soi le parfum de l’amante ou du rouge à lèvres sur ses vêtements, ou des cheveux dans la voiture, il faut tout payer en espèces au lieu d’utiliser la carte de crédit, et finalement, espérer que l’amante ne tombe pas enceinte ! … La liste est longue…

Sans oublier le prix le plus élevé de tous : être pris, perdre son mariage et le respect de ses enfants, sa réputation et sa tranquillité ; tout ça pour un plaisir fugace.

Il semble qu’il faut être bien bête pour prendre une maîtresse, et pourtant, de plus en plus d’hommes le font & choisissent le prix élevé de la trahison.

Il y a pourtant une alternative à considérer : transformer son mariage en une aventure passionnante et sa femme en maîtresse. La plupart des hommes seront tentés de rejeter cette idée sans réfléchir, tant elle leur paraît saugrenue, mais pourtant, c’est possible.

Beaucoup d’hommes vont chercher au-dehors ce qui leur paraît manquer en leur femme ; les baisers au lieu des disputes, les mots doux au lieu des reproches & exigences, le look sexy au lieu de l’odeur de friture, …

Ils ne veulent pas réaliser qu’ils sont les principaux responsables de cet état de choses ; si leur épouse est devenue terne & indifférente, c’est eux qui l’ont rendue ainsi.

S’ils traitaient leur femme comme une maîtresse (c-à-d comme ils le faisaient au début, pour la conquérir), elle redeviendrait vite la vibrante amante qu’ils avaient à l’époque. Et à l’inverse, s’ils traitaient leur amante comme ils le font de leur femme, elle aussi se changerait en « ménagère popote » et en mégère en peu de temps !

Il faut être un mari-amant, pour avoir une femme-maîtresse ; c’est bien plus simple, moins cher, et à la fin, le plaisir est plus grand (sans compter les bienfaits pour les enfants !).

Eviter l’infidélité

Par défaut

infidélité7L’infidélité touche bien plus de la moitié des couples ; par conséquent, elle est, non pas l’exception, mais la règle.

Vu son extrême nocivité ( = aptitude à blesser, ou même tuer), il faut tout faire pour l’éviter, et pour ce, décider de recourir à  des mesures extrêmes pour « imperméabiliser » son couple contre ce fléau !

C’est l’une des choses les plus douloureuses (si pas LA plus douloureuse) de la vie ; pis que les coups, le viol, … l’une des choses les plus pénibles qu’un être puisse infliger à un autre être – et ce n’est pas puni par la Loi ! Pis : c’est encouragé par la société ! N’oublions pas ; l’Etat nous veut vivants, mais malheureux & malades – car c’est ça qui rapporte (voir Une affaire en or ; l’auto-sabotage ! – http://www.bonheuretamour.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/ ).

Beaucoup protestent quand on dit ceci, mais pourtant c’est vrai ; par ex, quand on demande aux femmes alcooliques pourquoi elles ont commencé à boire ou à se droguer aux antidép’, beaucoup disent « j’ai commencé quand j’ai appris qu’il m’a trompée »…

N’oubliez pas que n’importe quelle trahison est pénible, mais subir ceci de celui(celle) qui a promis de nous aimer & de nous protéger, est horrible.

Donc, oui ; l’infidélité nous guette, et de tant de façons ! Donc, pour ne pas connaître cette terrible épreuve, ou ne pas l’infliger à l’autre, il FAUT être réaliste, savoir qu’on est vulnérable, que ça risque plus de nous arriver que l’inverse ( = ne jamais tromper, ni être trompé) et prendre dès le début des mesures pour nous en protéger.

A moins d’être en couple avec un pervers narcissique, si notre partenaire nous trompe, ça commence toujours par d’innocentes conversations avec quelqu’un d’autre, et, une chose en entraînant une autre, des sentiments se développent.. et bien sûr, ça finit au lit !

Ensuite, même si le partenaire trompé  « pardonne » et garde le « trompeur », il n’oublie quand même jamais.

Par conséquent, pour éviter ça, si jamais il arrive (& ça arrivera !) que votre partenaire ne remplisse pas l’un de vos principaux besoins émotionnels, vous devez, non vous tourner vers un(e) autre, mais lui en parler.

Même, si vous ressentez une attirance pour un(e) autre, dites-le à votre conjoint(e), et ensuite, évitez cette personne à tout prix – même si ça signifie changer de boulot ou couper les ponts avec des ami(e)s !

Si on a été trompé(e), il ne faut pas pardonner sans raison (ce qui équivaut à effacer la « dette » de l’autre), mais exiger une compensation pour ce qu’il nous a fait subir ; il ne faut pas pardonner si le trompeur ne regrette pas (et le prouve) son acte.

Le trompeur doit, en quelque sorte, mettre du baume sur les blessures qu’il a infligées à son(sa) partenaire, et guérir l’union, qui a été très abîmée par l’infidélité.

Il doit d’abord couper radicalement les ponts avec son amant(e), n’avoir plus aucun contact, quel qu’il soit, avec ce dernier. Surtout, ne plus le (la) VOIR ; car chaque vision de l’amant(e) non seulement risque de rallumer la liaison, mais re-blesse son(sa) partenaire  = > à chaque fois que le trompeur revoit son amant(e), il ré-inflige une torture à son (sa) partenaire ; à chaque fois, la personne trompée ressent à nouveau toute la douleur de la tromperie !

Cette règle de non-contact absolu, est un « must », et n’a pas d’exceptions.

Suite à la révélation de la rupture & à la coupure avec l’amant(e), chaque membre du couple sera déprimé et irritable pendant 3-6 mois ; le trompeur, d’avoir quitté quelqu’un à qui il tenait, le trompé, de la douleur.

Et ça mettra 2 ans d’efforts pour guérir le couple (pour que la confiance revienne) … mais ça vaut le coup ; le couple, ayant repéré & réparé ses manques, en ressort alors plus fort qu’avant.

Il faudra désormais, faire ce qui rend un couple solide, et agir ainsi :

-prendre toutes les décisions en ayant l’autre (& le couple) à l’esprit ( = créer un mode de vie compatible),

-éviter les tue-l’amour (voir Les causes du désamour – http://www.bonheuretamour.com/2013/12/14/les-causes-du-desamour/ ),

-remplir, chacun, les principaux besoins émotionnels de l’autre.

Ce n’est pas toujours facile, surtout après une infidélité, mais n’oublions pas qu’un couple stable & harmonieux est ce qu’il y a de meilleur pour la santé physique & mentale !

Il FAUT donc absolument suivre la ligne de conduite décrite ci-dessus – car sinon, on ne pourra retrouver un couple sain et heureux !