Archives de Tag: altruisme

Croissance, conscience & contresens

Par défaut

panneaux-ridicules

Notre psyché étant complexe, votre chemin vers l’épanouissement se heurtera à tout un tas d’affirmations contraires & « irréconciliables », de paradoxes.

Ceux qui résistent à la croissance résistent aux contradictions, et c’est dommage, car quand on approfondit les choses, quand on s’élève, on attrape une vue plus globale des choses et ce qui semblait en opposition, se révèle ne pas l’être.

Nous essayons de savoir comment nous fonctionnons, comment la vie fonctionne, d’en connaître toutes les facettes pour pouvoir en former une grande image cohérente. Et que chaque petite parcelle de vérité s’insère dans cette grande image & la clarifie un peu.

Lorsque quelqu’un possède une telle grande image, il possède la sagesse pour créer sa vie idéale & une vie pleine de sens.

Ceux qui ne possèdent pas cette grande image, n’ont pas de compréhension de comment ils fonctionnent ni comment le monde fonctionne, & passent leur vie à errer…

Voilà ce que nous ferons ensemble ; récolter de petites facettes de vérité & les assembler …

La croissance étant un processus « à vie », quand on commence à le suivre, on trouve souvent des pièces qui semblent ne pas s’intégrer au tableau… On ne comprendra comment elles s’y insèrent que bien plus tard, & de nouvelles pièces viendront toujours se rajouter.

Sur cette voie, il arrive souvent qu’on croie avoir compris un domaine, puis qu’on trouve une pièce qui remet tout en question, ou que l’on soit étonné de ce qu’on trouve, car cela s’oppose à nos croyances, mais il faut toujours que celles-ci cèdent devant la vérité car elles se sont implantées en nous irrationnellement, et, étant fausses, nous nuisent.

L’ennemi est ici l’ego, qui déteste l’incertitude.  Si on l’écoute, il nous persuadera qu’effectivement, cette pièce trouvée est à rejeter ou nous fermera les yeux & les oreilles devant des vérités qui le dérangent.

Il faut donc – depuis le début de notre quête – garder l’esprit ouvert, accepter de faire sans cesse évoluer l’image & de la modifier au fur & à mesure que notre conscience s’élève, sinon, on reste bloqué.

Pour avancer en développement personnel, il faut en accepter les paradoxes :

  1. D’un côté, on vous dit que vous êtes déjà parfait, complet tel quel, & de l’autre, que vous devez travailler dur pour vous épanouir.
  2. D’un côté, on vous dit que vous avez des problèmes & devez travailler à les résoudre – & on vous aide à les diagnostiquer, les comprendre & les traiter, & de l’autre, que vos problèmes sont illusoires, qu’en fait, ils ne sont pas le problème.
  3. D’un côté, on vous dit que les relations peuvent vous donner beaucoup de bonheur & d’épanouissement, & de l’autre, que les relations ne peuvent vous rendre vraiment heureux car le bonheur ne vient que de soi, de l’intérieur, et qu’il ne faut pas compter sur quelqu’un d’autre pour nous rendre heureux.
  4. D’un côté, on vous dit d’être sage, de faire des choix éclairés pour éviter les erreurs, & de l’autre, que les plus grands hommes connus ont réussi leur vie autour de leurs plus grandes erreurs et que plus on échoue, meilleur on devient à ce que l’on fait – certains gourous du développement nous conseillent même d’échouer plus, pour mieux réussir.
  5. D’un côté, on vous dit que vous devez réfléchir sur votre vie & vos plans, & de l’autre, que penser est l’ennemi & que vous devez cesser de penser.
  6. D’un côté, on vous dit que se rendre séduisant(e) est un dur travail, & de l’autre, que vous n’êtes jamais aussi séduisant que lorsque vous êtes cool & ne songez pas aux résultats, qu’il ne faut même pas songer à être attirant.
  7. D’un côté, on vous dit d’être « dans le moment présent » & de l’autre, qu’il faut songer au futur, avoir des perspectives à long termes, priorétiser, planifier, et savoir retarder la gratification, pour obtenir le bon de la vie.
  8. D’un côté, on vous dit que vous devez vous méfier de vous-même car votre esprit & votre ego sont trompeurs, & de l’autre, de vous fier totalement à vous-même pour réussir votre vie.
  9. D’un côté, on vous dit de toujours persévérer, ne jamais abandonner, & de l’autre, de priorétiser & de faire au plus vite des coupes claires dans le superflu pour ne pas gaspiller notre temps.
  10. On nous dit que pour être heureux, il ne faut pas vouloir l’être, ne pas penser au bonheur, vu que l’on ne peut être heureux que « dans le moment » et que si on y pense, on ne peut être heureux en même temps. Alors, faut-il penser au bonheur & y travailler – & n’être pas heureux – ou faut-il se ficher du bonheur… & être comme la masse des gens, qui ne sont pas heureux ? Comment, dans ces conditions, être heureux ?
  11. D’un côté, on vous dit qu’être altruiste est une vertu, & de l’autre, que pour le devenir, il faut beaucoup penser à soi, donc être égoïste. On vous dit que pour être authentique, il faut éliminer l’ego, mais il faut vouloir s’améliorer, et donc, employer notre ego pour vouloir éliminer l’ego.
  12. D’un côté, on nous dit qu’on existe & de l’autre, qu’il n’y a pas d’existence réelle.
  13. D’un côté, on vous demande d’accepter les paradoxes – donc d’avoir l’esprit ouvert, & de l’autre, de créer une image cohérente de la réalité.

Les sciences, les maths & la linguistique comprennent aussi des paradoxes, qui choquent certains. Quand on refuse un paradoxe, ce n’est pas lui qui pose problème, en soi (après tout, ce n’est qu’un jeu de mots ou jeu d’esprit), mais c’est qu’il heurte un espace d’insécurité en nous – & c’est là qu’on ressent le besoin d’avoir des certitudes (rassurantes).

Alors, il y a dissonance cognitive ; l’esprit, devant cette apparente contradiction, est tiraillé et devient agité.

Ces paradoxes ne sont jamais un problème de logique ou de réalité, mais un problème d’ego.

En général, il est bon de résoudre les contradictions, de tenter de leur donner du sens, mais les paradoxes ne doivent pas vraiment être résolus.

Il s’agit de reconnaître les limites de notre esprit & que ce processus d’appréhension du réel durera toute notre vie, ce processus de connaissance est infini, l’image n’est jamais terminée & ne le sera pas, même à notre mort …

Si vous prenez le temps de regarder maintenant autour de vous, vous verrez qu’il n’y a pas de bizarreries ou contradictions dans la réalité.

Mais alors, d’où viennent les paradoxes ? Eh bien, d’un désir de votre esprit de conceptualiser le réel pour lui-même.

La vie est si riche & complexe qu’on ne peut la simuler dans un ordinateur ou un système quelconque (comme notre cerveau), puisqu’il en fait partie !

Par conséquent, quand l’humain tente de créer une simulation du réel en lui, il y aura toujours un manque…

Dans notre arrogance, on s’imagine que l’on a maîtrisé tout le réel alors qu’en fait, notre savoir sur le réel est mince, car basé sur des concepts qu’on a créés – des modèles finalement très simplistes !

On a voulu ramener toute cette richesse de la vie dans un petit schéma – qui sont nos formules mathématiques ou nos représentations « logiques ».

Pour certaines choses, il est certes utile de conceptualiser le réel, mais il faut rester conscient que nos concepts ne peuvent capturer qu’une petite part du réel. Si l’on reconnaît ceci, on comprend qu’il ne faut pas prendre nos opinions trop au sérieux, que ce puzzle qu’on assemble n’est pas la vérité du réel, mais juste une pauvre approximation & que ce qui nous semble des invraisemblances sont des problèmes non de la nature, mais de notre ego ou esprit.

On peut alors accepter les paradoxes, en sachant qu’on comprendra plus tard, que notre intuition nous fera appréhender des contradictions apparentes & que même si l’on ne parvient pas à les concilier, ce n’est pas grave ; ça n’affecte nullement la réalité. On peut même jouer des paradoxes, aller explorer chaque option & voir les résultats qu’on obtient, …

Il faut être assez fort que pour pouvoir tolérer ces paradoxes durant des années, sans sentir le besoin de « vérité bien stable & logique ».

Les gens lambda s’accrochent à leurs croyances & enveloppent leur ego dans leur vision du monde & cela ne fait que générer des problèmes. La sagesse est de cesser de se sentir menacé par les paradoxes, de tolérer ces contradictions, de rester ouvert à de nouvelles idées, d’être toujours prêt à explorer des paysages mentaux inconnus, …

En conclusion, si vous voulez faire évoluer votre vie, vous DEVEZ accepter les paradoxes, car vous en rencontrerez partout sur cette voie !

Publicités

Le Secret du Bonheur

Par défaut

bonheur2

Attention : ne vous attendez pas à des « solutions-miracle » ici ! Juste la vérité (comme d’habitude) !

Pour être bien, c’est tout simple ; faut avoir une bonne vie. Si on a une mauvaise vie, on se sentira mal. C’est aussi simple que ça ! Le tout est de savoir ce qui rend la vie bonne ou mauvaise…

Notre société nous bourre le crâne & nous assène que les biens matériels nous rendront heureux… mais ils ne le peuvent pas & ne le pourront jamais ! Nous sommes, à la base, des êtres spirituels, avec des besoins spirituels, et jamais aucun bien matériel ne pourra remplir ces besoins-là !

En outre, comme on est le bétail de la société de consommation (ils nous traient), et que les gens heureux consomment peu (voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/ ), elle vise à nous garder en vie, mais malades & malheureux.

On est donc submergé de fausses informations, tandis que les vraies disparaissent mystérieusement (ainsi que ceux qui les répandent, d’ailleurs ; il n’y a qu’à voir Nicholas Tesla, …voir http://www.bonheuretamour.com/2013/07/03/des-faits-inquietants/).

Ainsi, les dirigeants du monde (qui ne sont pas les rois, les présidents & les hommes politiques) sont assurés de pouvoir écouler leurs produits (« les quantités de choses, qui donnent envie d’autres choses » d’Alain Souchon) & de devenir toujours plus riches & plus puissants !

Et comme « les chiens les plus fidèles sont ceux qu’on ne tient pas en laisse, ces êtres maléfiques s’assurent un pouvoir illimité (car occulté) & sans risques en accordant une illusion de liberté & de gouvernement « démocratiques » (voir :

https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/10/06/liberte-egalite-en-occident/).

Et pour couronner le tout, pour donner au peuple une cohésion (perverse, bien sûr), pour garder les gens à leur place & les rendre plus malléables & manipulables, créons de la peur avec quelques attentats terroristes bien sentis ! Jean-Christophe Rufin, dans son livre « Globalia » (que je vous recommande) décrit bien ce phénomène.

La réalité, c’est que le monde est une machine folle, une jungle impitoyable. C’est pour ça que j’insiste tant sur le fait de se démarquer des dogmes ambiants pour partir en quête de la vérité, avant de partir en quête de notre propre vérité.

Quand on commence à penser vraiment (& « penser, c’est dire non »), que l’on sort de la confusion & du mensonge, que l’on voit où on est, on est mieux armé

Ce n’est qu’à partir du moment où on rejette la « rat race » que l’on commence à agir juste et qu’on cesse de continuer à perdre notre temps & notre énergie (c-à-d notre vie !) à poursuivre des buts illusoires qui ne pourront pas nous satisfaire !

Le problème, c’est que l’être humain est hédoniste, en sorte qu’ils rejettent la sagesse pour se jeter sur les solutions faciles, oubliant que ces solutions n’en sont pas & se retournent contre eux, leur occasionnant de la souffrance.

Le proverbe disant que « le bonheur est le plaisir du sage, le plaisir est le bonheur du fou » a 1000 fois raison !

Ils mènent une mauvaise vie & s’étonnent d’être malheureux.

Les gratifications immédiates coûtent finalement plus cher qu’elles ne rapportent … non ? Songez à ceci.

Par contre, faire la bonne chose – même si c’est plus dur car il faut réfréner notre envie de céder à une gratification immédiate, se priver – est la seule façon d’agir pouvant nous offrir des avantages permanents, & le bonheur.

Je ne vous conseille pas de vivre comme un ascète & de vous priver des plaisirs de la vie ; ils sont nécessaires ! Mais bien d’y résister quand c’est mauvais pour vous ; pour votre santé physique ou mentale, pour votre âme ou pour votre mission de vie.

Pour être heureux, vous devez apprendre à estimer la valeur d’une action, voir si elle vous rendra heureux à long terme ou si elle ne vous donnera qu’un plaisir immédiat & fugace, avec des conséquences nocives plus tard.

Une fois de plus, les biens matériels sont un puit sans fond, tandis que les spirituels seuls peuvent nous donner le bonheur.
Il y a une bonne raison pour laquelle toutes les cultures ont prôné depuis des millénaires, les vertus classiques ; dur travail, persévérance, courage, honnêteté, loyauté, compassion, générosité, discipline, altruisme, …

Faire le bien porte en soi sa propre récompense ! Et cette récompense, c’est qu’on est heureux.

En outre, quand on agit ainsi, on sent au fond de soi qu’on est quelqu’un de bien et en conséquence, on exige le respect

On ne peut plus ni se traiter soi-même sans respect, ni se laisser maltraiter ou manquer de respect par les autres.

Souvent, ma sœur se plaint de se faire traiter comme une crotte par ses chefs, ses collègues, sa fille & son mari… Oui, mais elle n’a jamais appliqué les vertus susmentionnées. Sa fille, Flo, se laisse aussi maltraiter par tous ses petits amis. Oui, mais elle vit une vie de « plaisirs », c-à-d de stimulations rapides (et est donc très malheureuse !), ne se respecte pas, se montre très ingrate, & insulte sa mère…

On ne comprend pas comment des gens peuvent choisir une telle vie & tourner le dos à la vertu, quand on voit que ça prive de tout bonheur & les terribles conséquences qu’une vie déréglée & relâchée entraîne !

Le sage est plus serein que le « drogué de la sensation » mais, pour ça, il faut rejeter la facilité (sous la forme de solutions à court terme), oui, il faut du courage ! Amelia Earheart l’a dit ; « le courage est ce que la vie exige de nous en échange de la paix » !

Notre but (si on est normal) doit être d’atteindre un état de bonheur serein, stable, durable & non une vie en dents de scie, faites de « drame » & de montagnes russes émotionnelles. Pour beaucoup, hélas, le bonheur est vu comme ennuyeux, il leur faut des sensations fortes, plus d’intensité ; mais cela, ce n’est pas le bonheur, c’est l’effet de traumas passés & d’auto-sabotage ! (voir

https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-nous-aussi/ et http://www.bonheuretamour.com/2014/09/21/signes-dauto-sabotage/).

Mais le bonheur n’est pas donné aux mauviettes ; il exige de la force morale ; il ne s’atteint pas sans beaucoup de travail & de discipline !

L’altruisme est aussi essentiel à une bonne vie (qui nous rende heureux) ; il faut s’efforcer d’atteindre une chose que l’on estime importante, & qui bénéficiera non seulement à nous, mais aussi aux autres.

Les plus grandes satisfactions proviennent de la croissance personnelle & de notre contribution au monde. Il n’y a donc rien de plus satisfaisant de faire de son métier une occasion de croître & de contribuer… C’est ce que je fais 😉

Aucun plaisir ne peut offrir le niveau de bonheur offert par l’altruisme ou la dévotion !

Les Hindous & les Chinois vantaient déjà les bienfaits de « l’action juste ».

Pour l’instant, la plupart d’entre nous ont des habitudes néfastes, qui nous rendent malheureux ou insatisfaits… Alors, comment commencer à se bâtir des habitudes ( = à faire de façon régulière) qui nous rendront heureux ?

Des périodes de silence & de solitude – que l’on mettra à profit pour réfléchir sur notre vie & sur notre nature profonde – sont le plus facile.

Ensuite, la méditation – même une méditation en mouvement (plus adaptée aux Occidentaux), comme la marche afghane.

La gratitude, la lecture (je décris ici ses multiples bienfaits : https://bonheuretamour.wordpress.com/2014/10/12/lisez-et-vous-irez-mieux/ ), s’informer sur notre monde ou un sujet qui nous intéresse, tenir un journal de nos pensées, le sport, un mode d’ alimentation saine, éliminer toute addiction, ainsi que les pensées négatives, & enfin, travailler dur vers un but qui nous inspire.

Attendez-vous au fait qu’il faudra lutter contre votre paresse & qu’au début, ce sera très dur… mais au fur & à mesure, ça deviendra de plus en plus facile. Là, vous serez heureux !

Sites d’infos sur les PN

Par défaut

Barbies2Ceci est encore un billet d’humeur…ou plutôt, d’indignation. Comme vous le savez, j’en connais un rayon sur la perversion narcissique (j’ai même écrit une cinquantaine d’articles sur ce sujet). Bien sûr, d’autres que moi en parlent, mais je m’étonne de trouver, sur la toile ou sur Youtube, des articles ou des vidéos qui traitent de ce même sujet, émanant de gens qui se croient ou se font passer pour des spécialistes alors qu’il est clair qu’ils n’y connaissent rien ou pis, font de la désinformation délibérée, dans un but bassement commercial …

Je n’ai encore jamais rien écrit sur ceci, car normalement, je m’occupe de mes sujets, mais cette façon d’agir sordide m’indigne de plus en plus. En outre, m’étant rappelé que je me suis donné pour but d’augmenter le degré de bonheur ici-bas en répandant la vérité & en combattant les fausses croyances, les préjugés, l' »opinion commune » & la désinformation, je vois qu’il faut aussi que je mette en garde les victimes contre des faussetés qui ne peuvent que leur nuire énormément.

Voici, par ex, un article sur « comment échapper au roi des connards ?« , du site (je n’indique que les initiales) T.F ; un site qui se veut « la référence actu pour les femmes » – prétendant donc être de leur côté… ce qui me semble être une vaste fumisterie !

Comme dit dans ma page d’accueil, « tant la nature que la société se fiche du bonheur des gens : ce que veut la nature, c’est que l’espèce se reproduise et ce que veut la société, c’est qu’on PRODUISE, consomme et “rapporte” : notre bonheur individuel n’entre pas en ligne de compte ! « , ou « Nos sociétés de consommation induisent exprès des croyances qui nous affaiblissent et nous nuisent – profit oblige ! – des croyances qui nous poussent à des comportements aberrants et créent invariablement souffrances, dysharmonie et ruptures.
Bref, tout va mal parce que c’est supposé aller mal ! En effet, à part le fait que « les gens heureux n’ont pas d’histoire », une personne heureuse en ménage et en famille… ne rapporte que peu, alors que des gens en état de besoin, ou en souffrance, seront prêts à tout (et surtout à dépenser sans compter) pour se sortir de leur misère ! » (dans : http://www.bonheuretamour.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/).

Ce site (T.F, donc) se prétend « pour les femmes « … mon oeil ! D’abord, qui en sont les rédactrices ? De toutes jeunes filles* bien bourgeoises (sûrement pistonnées), qui ne peuvent évidemment rien connaître à la vie – ni – à plus forte raison – au sujet de leur article ; c-à-d la perversion narcissique …

Ensuite, comme c’est écrit par une femme (je veux dire, une femme sotte), on patauge allègrement dans ce que Montherlant nommait la « bouillie pour les chats » ; c-à-d une prose de singe savant, de grandes phrases floues & tarabiscotées ; guimauve dégoulinante qui plaît aux esprits confus & aux incultes ayant des prétentions de culture (& surtout aux soi-disant « féministes ») !

Quelques exemples de ce langage fleuri, digne des pires romans à l’eau de rose (et donnant à tout être sensé envie de dégobiller) (entre parenthèses, mes commentaires) :

-« Elle ressemble à un petit animal fragile, perdu, inquiet. Lui, grand félin élégant, a le verbe haut, la démarche gracieuse, le sourire vorace et le regard qui frise. Il la dévore des yeux, la happe. Le piège se referme. Et soudain, le regard bleu s’assombrit et vrille. Il l’écrase, l’humilie, s’échappe. Elle tente de le rattraper, mais il esquive de plus belle »… (Bonjour le mélodrame ! On se croirait dans un roman de gare de 1910 ! Et voyez aussi l’affirmation – mensongère ! – que les victimes sont en fait, fragiles !!!),

-« Mais comment tenir debout lorsqu’on chevauche des montagnes russes émotionnelles ? Ce tango toxique mené par le pervers narcissiquebeaucoup de femmes l’ont dansé. Disséqué avec finesse par Maïwenn dans son nouveau film Mon Roi, » … (pub ! Et 2d gros mensonge, disant que la femme participe à sa propre maltraitance !),

-« Enivrée par ses mots d’amour, intoxiquée par ses baisers (Et paf ! Revoilà « Mon Amant de St-Jean », une bluette sentimentale de 1942 !), nous l’avons laissé s’immiscer sous notre peau frémissante. » (beuârk !!! Vite, les toilettes, un seau, n’importe quoi !),

-« On se déchire, on s’oublie, on se nie. Et cette boule qui nous broie le palpitant du matin jusqu’au soir. Jusqu’à la fuite, presque salutaire, pour que ce lent cauchemar s’arrête enfin ». (Mon Dieu, que c’est ENNUYEUX ! Ma parole, cette conne se prend pour Barbara Cartland ! Et pourquoi « presque salutaire »? ? ? ? ).

Etc… Pearl Buck avait bien raison de dire que ceux qui savent de quoi ils parlent ne donnent que l’amande, le noyau du fruit, non la peau ou la chair ! Par ce style « nouille » ( 😉 ), cette Catherine R. (l’auteur du post) prouve une bêtise qui confine à la débilité mentale, et un pédantisme insupportable… Ah, que ne s’est-elle souvenue de cet adage de La Bruyère ; « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément » !

Mais s’il n’y avait que ça, ce ne serait pas grave… Hélas, s’y ajoute une désinformation systématique – théories débiles, démontrées fausses par toutes les études sérieuses faites sur le sujet – & pour donner confiance, quelques infos justes, qu’on entrelarde de mensonges éhontés assénés de façon péremptoire, pour les faire trouver vrais & se faire passer pour un spécialiste !

De 2 choses l’une ; soit c’est fait exprès (désinformation visant à maintenir les victimes dans l’erreur, c-à-d dans le malheur … qui rapporte), soit c’est encore une expression de « l’innocence au sourire sanglant » (où, en toute ignorance & inconscience, l’on colporte l’opinion commune, toujours fausse) ; mais dans les 2 cas, c’est inapproprié et NOCIF, et cela doit être déraciné pour perdre son pouvoir destructeur !

Car les victimes, souffrant mille morts & désireuses de se sortir de leur enfer, se renseignent sur la toile, & tendent à se fier aux choses écrites (ou dites) – et avec ce genre de désinformation, elles ne pourront jamais se sauver !

Voici ces mensonges :

-que la perversion narcissique est divisée à égalité (50%) entre hommes et femmes (! – toutes les études prouvent qu’il y a une écrasante majorité d’hommes parmi les PN),

– qu’« il laissera vite tomber si on le plaque (! – si « vite » signifie « jamais », alors, c’est vrai !!! voir la fin de https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/02/17/pn-meurtre-moral/ ),

– mais qu’au cas où il ne laisserait pas tomber, « il n’y a qu’à » (!) appeler la police (! – qui ne fera strictement rien, sauf vous revictimiser en vous engueulant ou se fichant de vous, & en refusant de prendre votre plainte, ou, si vous faites appel aux organismes « féministes » ou aux assistantes sociales, vous attaquer en vous signalant aux Tribunaux de la Jeunesse & en vous ôtant vos enfants !),

qu’il peut réaliser qui il est & guérir (!) ; je cite ; « sa seule façon d’évoluer c’est d’être quitté, de se retrouver seul face à sa dépression » … N’est-ce pas à mourir de rire ?! JAMAIS il ne peut le réaliser ! Tous le disent : même le Dr Sam Vaknin (un PN devenu médecin, qui a étudié son cas, et écrit des livres là-dessus) est formel !,

– et bien sûr (cas classique) faire retomber la faute sur a victime – qui aurait des « failles narcissiques »… ben tiens ! Si on traduit « failles narcissiques » par « bonté, altruisme, gentillesse & désir d’avoir des relations saines & sérieuses », ça peut coller… Mais QUI (à part des êtres mauvais) considère ces qualités comme une faiblesse ?! QUI (à part un pervers narcissique, justement !) voit la candeur, la compassion & la sensibilité comme autant de faiblesses faisant que la personne possédant ces précieuses qualités « mérite » d’être abusée ? POSEZ-VOUS LA QUESTION, & distinguez le vrai visage de ces « informateurs » si « bénins » & « sympathiques » ! …

Bref, c’est à vomir ! Ces « braves » jouvencelles, n’ayant que peu vécu (& seulement une existence protégée), ne peuvent ni connaître ce sujet, ni avoir la culture & le recul nécessaire pour se distancier des théories du temps (la psychanalyse, par ex, que l’avancée des neuroscience prouva comme étant à la fois fausse & nocive !).

Même si ces fillettes ne sont pas perverses & ne répandent ces mensonges que par bêtise & ignorance, elles nuisent, car elles font le jeu des pervers. Ce sujet est une question de vie & de mort ! (où Vie = Vérité & Mort = Mensonge). Irait-on, par ex, confier de la dynamite ou des bombes atomiques à des enfants ?

Eh bien là, si l’auteuse est innocente, c’est la même chose ; elle joue (ou gagne sa vie) avec des choses dangereuses & qui la dépassent… Des sujets qu’elle DEVRAIT laisser aux spécialistes.

En conclusion, voici mon conseil aux victimes de PN : ne prenez vos infos qu’auprès de gens qui ont une connaissance (à la fois livresque & VECUE) du sujet, qui s’en sont sorti(e)s & qui ont réellement vos intérêts (& non les leurs ou ceux d’êtres indifférents & intéressés) à coeur.

Car bien sûr, une abondante publicité est faite au film « mon Roi » (avec photos & extraits vidéo), ainsi qu’au livre de J-Ch. Bouchoux (avec une longue interview dudit psychanalyste)… lesquelles pubs étaient sans doute la raison principale de cet article trompeur – comme des autres de même farine !

(*Il y a juste une femme âgée).

Arriver au sommet

Par défaut

arriver au sommet

Ce que j’entends par là, c’est (en gardant à l’esprit que ; 1) l’être humain est toujours à équilibrer, car toujours sur le fil d’un rasoir et que 2) tout bouge, car la vie est mouvement), c’est parvenir à un état de bien-être physique & mental ; bref, le bonheur, la santé & et le développement personnel.

Quelles sont les « clés du bonheur » ?

– La gratitude :

Elle est LE facteur essentiel à notre bonheur ; en effet, notre niveau de bonheur est lié à notre niveau de gratitude – lequel augmente lorsqu’on l’exprime !

Lors d’une étude, des chercheurs demandé à plusieurs personnes de songer à l’être ayant le plus influencé leur vie en positif, puis de noter ce qu’ils pensent de cette personne et enfin de l’appeler pour le lui dire.

Résultat ? Le sujet qui a vu son niveau de bonheur s’élever le plus, était celui qui était le moins heureux au départ. Donc, si l’on traverse une période difficile, on peut améliorer notre humeur en faisant ceci …

– Un vrai désir d’évoluer : notre transformation commence au moment où l’on souhaite profondément et honnêtement devenir quelqu’un de différent (voir aussi “choisir le bonheur” ;  http://www.bonheuretamour.com/choisir-le-bonheur/ ),

– Une connexion à des principes réalisables :  nous devons nous connecter à une source d’aide pure ; un livre, un guide éclairé ou notre propre lumière intérieure,

– L’intégrité (congruence, véracité) : nous devons affronter courageusement les faits qui nous concernent, même s’ils sont dérangeants, pour briser nos chaînes,

– La persévérance : la plante germe lentement, donc, on ne voit pas tout de suite des résultats – mais peu à peu, si l’on persiste à bien agir, le bonheur vient, comme une lumière clignotante qui finit par briller de façon continue ou une plante qui émerge peu à peu du sol …

-L’altruisme => C’est merveilleux ; la bonté est bonne pour la santé !

J’aime cette phrase du Duc de Lévis-Mirepoix ; « Soyez meilleur, vous serez plus heureux. Ceci est la meilleure leçon de morale, car elle est fondée sur l’intérêt » – eh bien, c’est à présent scientifiquement démontré !

Une étude (faite par le Pr Barbara L. Fredrickson, du College of Arts and Sciences à l’Université de Caroline du Nord) a prouvé que notre corps (au niveau cellulaire) reconnaît divers genres de bonheur ; certains nuisant à la santé, d’autres lui bénéficient ; un « noble but » nous procure un bien-être lié à une amélioration de la santé cellulaire, alors qu’une gratification égoïste a des effets négatifs, même s’il nous fait sentir bien sur le moment.

Et c’est là qu’on voit aussi la véracité du proverbe (chinois) : « Le bonheur est le plaisir du sage, le plaisir est le bonheur du fou ».

-une bonne santé mentale – c-à-d :

Penser positif,

Aimer tendrement nos proches,

Toujours continuer à s’instruire,

Tirer la leçon de nos erreurs,

Faire chaque jour du sport,

Ne pas se compliquer la vie,

Tenter de comprendre nos proches et les encourager,

Ne pas abandonner nos buts avant de les avoir atteints,

Découvrir et développer nos talents,

Se fixer des buts et les poursuivre.

-de l’intelligence émotionnelle (voir aussi : http://www.bonheuretamour.com/la-cle-du-bonheur-de-la-reussite/ )

Comment pensent & agissent les êtres émotionnellement mûrs ? Eh bien, ils :

Vont toujours de l’avant,

Gardent le contrôle,

Saisissent le changement,

Savent comment rester heureux,

Agissent avec bonté,

Vivent dans le moment présent,

Prennent des risques calculés,

Acceptent leurs responsabilités,

Célèbrent les succès d’autrui,

Acceptent l’échec,

Jouissent de leur propre compagnie,

Savent quand et comment travailler dur,

Font preuve de résilience,

Réévaluent leurs grandes croyances,

Tolèrent l’inconfort,

Réfléchissent.

– la sécurité financière :

Pour une réussite plus « tangible », vous pouvez consulter mon article d’hier ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/03/08/conseils-dun-milliardaire-pour-reussir/

En n’oubliant toutefois pas ; 1) qu’on ne peut être heureux & en santé sans altruisme, sans faire du bien,

2) que dans la vie, tout n’est que de « l’éprouvé vital » ; que le bonheur est une sensation, et qu’elle peut donc être générée de l’intérieur (c’est ça l’important),

3) enfin, que « réussir dans la vie » est moins important que « réussir sa vie » !

Un miracle de l’amour

Par défaut

J’aime cette histoire – vraie, en plus, qui montre bien que tout est énergie et vibration, en ce monde.

Une jeune femme attendait famille 3 ans après avoir eu un garçon, Michael. Hélas, l’accouchement s’est mal passé et son bébé (une fille) était en très mauvaise condition, avec peu de chances de s’en sortir.

Au fil des jours, l’état de la fillette empirait et l’issue fatale était proche. Mais le petit Michael a insisté pour chanter pour sa sœur, et là, une chose extraordinaire s’est produite ; comme il lui chantait: « Tu es pour moi la lumière du soleil, mon unique lumière, tu me rends heureux quand le ciel est gris », le pouls du bébé s’est régularisé.

Le garçonnet continuait ainsi : « l’autre nuit, ma chérie, quand je dormais, j’ai rêvé que je te serrais dans mes bras. » Sa sœur devint alors plus relaxée et s’endormit calmement. Les jours suivants, il lui chanta encore un petit chant d’amour… Très vite, la petite fille se remit ; en sorte qu’elle put rentrer dans sa famille.

Oui, les mots comptent, les intentions comptent, l’amour – surtout si on y ajoute un rythme (une mélodie) est en fait si puissant qu’il peut faire des miracles !

Alors faites bien attention à ce que vous dites et à vos intentions : vous avez un effet sur votre environnement… Prenez garde aussi ; sachez que si vous nourrissez envers quelqu’un de mauvaises pensées, paroles ou intentions, cela reviendra vers vous comme un boomerang – Je vous promets que c’est vrai.

Par contre, comme dit un proverbe arabe : « Si tu sèmes le bonheur dans le jardin de ton frère, il fleurira chez toi » !

Et faites bien attention à ceux que vous fréquentez : leurs intentions peuvent faire ressortir ce qu’il y a de meilleur en vous, ou peuvent vous faire dépérir…

La confiance, Maher Zain et moi

Par défaut
English: Maher Zain during the making of "...

Maher Zain (Photo credit: Wikipedia)

Dernièrement, je racontais à ma soeur que j’avais été trahie par une femme que je croyais mon amie, et elle me disait : « tu vois, je t’avais bien dit de te méfier, de ne pas t’ouvrir ! Les gens, après, ils utilisent tes confidences contre toi ! »

Mais en fait, elle a tout faux : on ne PEUT tout simplement pas vivre ainsi, toujours sur ses gardes et en train d’endurcir son coeur ! C’est mauvais pour la santé physique et mentale – et en plus, ça fait des rides  – 😉   Ce qu’il faut, au contraire, c’est OUVRIR, amollir notre coeur – voilà la façon de vivre intelligente !

Et voilà où arrive Maher Zain ! Il a (entre autres choses) ce pouvoir-là – nous ouvrir, nous amollir (dans le bon sens du terme).

Attention : pas de préjugés ! Ouvrez-vous (justement !) à une expérience formidable ! Donc, oui, il est musulman, oui, il parle d’Allah (= Dieu), ce qui peut effrayer les athées ou les non-musulmans, mais Dieu (ou l’Univers) est Un – et son message en est un d’unité.

Voilà pourquoi je voulais  vous faire connaître cet artiste merveilleux (que peut-être, vous ne connaissez pas), partager avec vous cette chanson bouleversante « hold my hand », où Maher Zain, qui est toujours inspiré, se montre encore plus inspiré que d’habitude … Ecoutez, comprenez, RESSENTEZ – si vous êtes comme moi, je frissonne et je pleure et je voudrais lui dire mon respect et mon admiration !

Je vous envoie cette chanson parce que je pense qu’elle peut illuminer votre journée, vous inspirer et changer votre vibration – voici le lien : www.youtube.com/watch?v=zBrNyFJXrTY

PS : écoutez TOUTES ses chansons, c’est encore mieux ! Par ex (oh, comment les citer toutes !) ; Inchallah (Français) – www.youtube.com/watch?v=Kvger_C4LN8&feature=relatedFor the rest of my life (Maher Zain)- www.youtube.com/watch?NR=1&feature=endscreen&v=PHbZ9SXHJwA, ou encore (me revoici à pleurer !) Open Your Eyes – www.youtube.com/watch?v=jdO9_fGsykg&feature=related

PPs :  dans le même esprit, vous pouvez écouter aussi Chase Binnie : together – www.youtube.com/watch?v=qL7AbaOLt0o, et Unity (love is the way) – www.youtube.com/watch?v=uoWE40uF4Kw, ou  allemaal – Wim Soetaer –www.youtube.com/watch?v=k3y6BD83Bhw.

Love,

Béa

Jouer « petit » ne sert pas le monde

Par défaut
English: Nelson Mandela in Johannesburg, Gaute...

(Photo credit: Wikipedia)

Voici un extrait du discours d’investiture de Nelson Mandela en ’94 :

« Notre peur la plus profonde n’est pas de ne pas être à la hauteur ; notre peur fondamentale est que nous sommes puissants au-delà de toute limite.

C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus. Nous nous demandons : « Qui suis-je moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux? »

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?  Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde.  L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour vous éviter d’insécuriser les autres.

Elle ne se trouve pas non plus chez quelques élus. Elle est en chacun de nous.

Et au fur et à mesure que nous laissons brûler notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.  Si nous nous libérons de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres ».

Béni sois-tu pour ces merveilleuses paroles, Nelson Mandela ! Elles m’ont fait comprendre que je devais radicalement cesser de me dénigrer et m’aplatir pour ne pas effrayer les autres, mais au contraire, me laisser exprimer ma vraie nature, laisser filtrer au-dehors de moi, cette lumière qui était en moi, et avec elle, éclairer les autres !

Et c’est la raison pour laquelle j’ai fait ce blog ; pour vous apprendre des choses nécessaires à votre épanouissement et que vous ignoriez, pour vous expliquer les méthodes qui vous y mèneront, et enfin, pour que, vous aussi, creusiez profondement en vous pour y retrouver votre propre lumière et trouviez la force de commencer aussi à luire et à briller, pour vous et pour le monde !


Choix et désintéressement

Par défaut
English: Bud of an oleander (Nerium oleander)....

(Photo credit: Wikipedia)

Aïvanhov écrit que celui qui veut réussir dans la vie doit posséder certaines capacités et travailler, mais que ça ne suffit pas ; que pour savoir quelle direction prendre, avec qui s’associer, etc., il doit aussi avoir du discernement.

Comment acquérir cette qualité ? En étant désintéressé. Oui ; le désintéressement donne à l’homme la faculté d’y voir clair.

Au contraire, l’égoïsme, l’avidité, la cupidité lui brouillent la vue et lui font perdre sa lucidité : tellement obnubilé par la recherche de son intérêt personnel, il aperçoit ce qui se passe autour de lui comme au travers de verres déformants.

Et puisqu’il ne voit pas la réalité telle qu’elle est, ce qu’il croit faire dans son intérêt, il le fait à son détriment. Contrairement à ce que l’on a tendance à penser, ce n’est pas l’égoïsme qui aide nécessairement les humains à arranger leurs affaires, mais le désintéressement.

De bons choix

Pour être satisfait de votre vie, vous devez atteindre vos buts, et pour cela, il vous faut des capacités cognitives saines et fortes, c’est-à-dire, surtout  un bon jugement joint à une solide capacité de décision. Si l’un de ces 2 facteurs vous fait défaut, voyez l’article concernant le lien entre nos choix et le bonheur.

La capacité de décision consiste principalement à pouvoir comprendre avec sa raison et ressentir les conséquences de nos actes, car « qui choisit un comportement, en choisit aussi les conséquences » !

Modifier les souvenirs douloureux

Par défaut
Souvenir

 (Photo credit: cbcastro)

Voici un exercice capable de modifier vos souvenirs pénibles :

D’abord, visualisez la situation ou les personnes impliquées dans ce souvenir, mais sans aucun jugement négatif ou résistance, et voyez-le (l’événement) comme une chaîne d’acier sombre entourant votre cœur.

Puis, focalisez votre attention sur la force, la puissance et la chaleur de votre lumière intérieure.  Baignez alors la chaîne de lumière, jusqu’à ce qu’elle luise d’un éclat doré, et que l’acier fonde à sa chaleur.

Votre lumière chauffe et brille de plus en plus ; voyez les maillons fondre, s’ouvrir– le mauvais souvenir se dissout peu à peu dans cette lumière, qu’il nourrit, en sorte qu’elle devient encore plus brillante.

A présent, la lumière envahit tout votre corps et déborde au-dehors, en rayons de pardon pour les gens qui vous ont fait souffrir. C’est le moment de dire 3 fois de suite cette invocation (en le pensant vraiment) : « Amour inconditionnel. Paix et bonheur pour tous sur la terre ».

Maintenant, à chaque fois que le souvenir ressurgit, transformez-le en lumière, et en pardon et compassion pour vous-même et tous les habitants de la Terre, même les mauvais – ce qui bénéficie à eux comme à vous. Puis, demeurez aussi longtemps que désiré dans le sentiment de réconfort et de liberté par rapport aux souvenirs douloureux du passé.

La méditation de la compassion

Par défaut
Meditation Interior

(Photo credit: Donatas Grinius)

Cette méthode nous aide à développer amour et bonté envers toutes les créatures vivantes – nous-mêmes inclus !

–          asseyez-vous confortablement, au calme (là où vous ne serez pas dérangé)

–          ramenez votre attention dans l’ici et maintenant en regardant quelque chose de plaisant – plante, œuvre d’art, …

–          Respirez profondément 3 ou 4 fois et détendez-vous physiquement.

–          fermez doucement les yeux et scannez votre corps pour en devenir conscient(e) ; commencez par vos orteils, et remontez via les pieds, le long des jambes, le ventre, la poitrine et les bras (sans oublier les mains) et enfin, le cou et la tête.

–          réfléchissez à ce que vous voulez atteindre par cette méditation et dites-vous que vous y parviendrez,

–          éveillez alors en votre poitrine (entre les seins) une chaleur d’amour et de bonté – ceci en vous rappelant d’une fois où vous avez ressenti cela, ou en pensant à un être cher et envoyez-lui des souhaits de bonheur – ex : « Puisses-tu être libre de toute souffrance. Puisses-tu ressentir joie et bien-être » – ou imaginez quelqu’un vous envoyer ces pensées d’amour à vous.

–          comme notre façon de nous voir affecte notre façon de traiter autrui, envoyez-vous ici cette pensée de bonheur à vous-même. Si vous n’arrivez pas à vous aimer, imaginez quelqu’un vous envoyant ces pensées-là et vous-même, étant totalement ouvert(e) à cet amour.

–          envoyez alors la pensée d’amour vers quelqu’un qui vous inspire des sentiments positifs (ami, collègue, prof, …). voyez cette personne irradiant de la joie

Attention :  au début, il vaut mieux se focaliser sur un ami plutôt que sur un amoureux(se), un enfant ou un parent, vu que l’attirance sexuelle ou des relations familiales peuvent compliquer nos sentiments.

–          envoyez à présent la pensée d’amour à quelqu’un de neutre, quelqu’un qui n’éveille en vous ni amour, ni peur, haine ou dégoût et que vous voyez régulièrement (un voisin, par ex),

–          envoyez enfin la phrase d’amour – toujours en la ressentant en vous –à une personne hostile ; quelqu’un qui vous pose problème actuellement (il arrive que ceci améliore les relations avec cette personne, mais pas toujours).

–          cultivez l’amour envers vous-même, vos amis et vos ennemis, ensemble, puis élargissez-le énormément, jusqu’à ce qu’il touche toutes les créatures vivantes. Pour ce faire, songez à diverses ethnies terriennes, vivant leur vie dans leur culture particulière,

–          restez assis(e), ouvrez les yeux, et repensez à cette méditation – revenez ensuite à votre vie – en essayant d’y appliquer ce que vous venez de faire.