Archives de Tag: alimentation saine

Mincir sans compter les calories

Par défaut

plat boulettesOn entend toujours dire que pour mincir, il faut réduire notre prise de calories, mais en fait, c’est faux.

Quand on est décidé à mincir, on consulte un nutritionniste, et il nous prescrit du sport quotidien et un régime constitué de 40-50% d’hydrates de carbone, 25-35% de protéines, 20-30% de gras et moins de 2,5 gr de sel/jour.

Se basant sur un tableau mentionnant le sexe et la taille, il nous enjoint de ne pas dépasser un nombre précis de calories/jour. Et là, si on commence effectivement par perdre du poids, ça s’arrête assez vite, et on reprend du poids (et même plus qu’avant, en général).

En fait, ce ne sont pas tant les calories qui comptent, que le genre de calories. Dans notre corps, de l’insuline est libérée à chaque fois qu’on avale de l’amidon ou des hydrates de carbone. Ce qui n’est pas utilisé tout de suite est stocké sous forme de gras.

Il suffit alors, pour mincir, de réduire notre consommation d’hydrates de carbone. En commençant à consommer des fruits (surtout baies), des légumes, de la viande, des oeufs, des noix, du beurre et du fromage, on ne doit plus penser à compter les calories ni à nous priver et souffrir de la faim.

On consomme peut-être plus de calories qu’avant, mais surtout, depuis 1970, on consomme plus de sucre et de mauvaises huiles, plus de conservateurs et colorants qu’avant (sans compter les OGM).

Nos – tant vantées – huiles végétales contiennent trop d’acides gras Omega-6, par rapport aux Omega-3, ce qui cause une inflammation au niveau cellulaire.

Comment prouver que c’est surtout le genre de calories consommées, qui nous rend gros ?

Un diabétique de type 1 ne peut produire son insuline – une hormone convertissant les sucres & amidons en énergie – et doit donc se faire des piqûres d’insuline.

Si ce diabétique ne prenait pas ses piqûres, il pourrait manger toute la journée sans prendre 1 gramme, puisqu’il n’aurait alors aucun moyen de stocker de la graisse.

A l’inverse, si l’on veut prendre du poids, on prend de la maltodextrine ; un hydrate de carbone complexe produisant des pics d’insuline … et insuline = gain de poids.. On voit bien que c’est une question d’insuline.

En 1928, une étude fut menée au Russell Sage Institute ; des hommes pouvaient manger jusqu’à + de 3000 calories par jour, constituées de  80 % de gras et  1-2 % d’hydrates de carbone. Eh bien, tous ont perdu du poids.

Les chercheurs en ont conclu que la quantité d’insuline produite chez l’humain dépend de celle des hydrates de carbone ingérés.

Alors, pour maigrir, évitez les rayons présentant des hydrates de carbone dans les magasins (céréales & produits contenant du sucre), ça vous évitera les pics d’insuline générant de la graisse abdominale !

Bien sûr, il ne faut pas manger 80% de gras, mais des fruits, et surtout des légumes – crus et cuits –, de la viande, et une bonne dose de “bonnes graisses” (huile de coco, de feuilles d’olivier et de chanvre) ; n’oubliez pas que notre cerveau est constitué à 60% de graisse, et qu’on a besoin de gras (bien plus que prescrit par les nutritionnistes) pour qu’il fonctionne correctement.

Regardez les films anciens ; il n’y avait presque pas de gros, bien que ces gens mangeaient des choses bien grasses (cassoulet, saucisson, …).  Il n’était pourtant pas question alors, de “diététique” ou de “light” !

En fait, depuis l’apparition de “l’alimentation saine”et du “light” , le nombre d’obèses a explosé dans nos pays… cherchez l’erreur !

L’avantage du mode d’alimentation sans (ou presque) d’hydrates de carbone, c’est que ce n’est pas un régime ; vous ne devez pas compter les calories, et vous pouvez continuer à manger ainsi tout le reste de votre vie…  Là, votre graisse fondra sans que vous deviez vous priver ou avoir faim !

En plus, en achetant ainsi, vous évitez les ingrédients nocifs contenus dans les plats industriels.

Alors, le gras, ami ou ennemi  ?  On nous serine que le gras saturé est l’ennemi à combattre ; pourtant des études tentant de prouver cette assertion, ont fait chou blanc ! Et  idem des études tentant de prouver qu’un régime alimentaire pauvre en graisses saturées favorisait une bonne santé ou une longue vie ; cela réduisait le risque de maladies cardio-vasculaires, mais augmentait le risque de cancer !

Et le sel ? Lui aussi est montré du doigt et désigné comme nocif (car augmentant la tension sanguine).  En réalité, ce qui est nocif, c’est le sel raffiné, vide de toute vertu. Le sel de mer, par contre, bourré de dizaines d’oligo-éléments essentiels, est nécessaire à une bonne santé !

Savez-vous qu’à part l’hémoglobine (la métalloprotéine (fer) qui transporte l’oxygène), la composition du sang est identique à celle de l’eau de mer ?

Une fois de plus, les recherches tendant à faire le lien entre le sel et les maladies cardio-vasculaires, ont échoué.

On est partis de l’hypothèse que ce qui cause ces maladies cause aussi de l’hypertension. alors que ce qui cause cela, c’est la résistance à l’insuline, et celle-ci est causée par le sucre (fructose, surtout) et les hydrates de carbone des céréales… Les gens consommant un régime riche en gras, mais pauvre en hydrates de carbone & en sucre ont vu leur tension baisser. Et en plus, leur cerveau est devenu plus clair et plus efficace (car le gluten « moderne » nuit au cerveau) …

Alors, ça vaut le coup d’essayer, non ?

Publicités