Archives de Tag: agressif

Comment dois-je être ?

Par défaut

image-miroir

A mon avis, il faut être le plus « vrai » possible !

La plupart d’entre nous n’avons pas d’idée de qui est notre vrai moi – pis ; ils croient le savoir & se trompent !

Il est souvent difficile d’être soi-même, d’exprimer qui nous sommes réellement

Les gens stables & assurés, qui se fichent de ce que les autres pensent d’eux, sont rares.

Beaucoup, en effet, ayant constaté – avec souffrance – qu’exprimer leur vrai moi ne leur attirait que des ennuis,  dissimulent soigneusement qui ils sont.

Notre vrai moi est semblable à une étoile brillant au fond de nous, mais qui est peu à peu étouffée sous des voiles de croyances limitantes & négatives, & de nos programmations (famille, société, religion).

Voilà pourquoi les enfants sont si lumineux & joyeux, & les adultes, si ternes & mornes.

Quand on nous a ainsi étouffé l’âme, il est dur d’être heureux ou satisfait de quoi que ce soit, et il est dur de sortir de cet état, de retrouver notre passion & radiance premières, pour partir à la conquête de nos rêves.

Et ce n’est pas par la pensée qu’on pourra y changer quelque chose ; nos croyances, notre façon de raisonner (esprit « logique ») nous en empêcheront.

En outre, malgré nos qualités, on ne pourra pas attirer ceux qui pourraient nous aider ; en effet, les gens ne veulent fréquenter que des êtres qui sont au même niveau spirituel (ou vibratoire) qu’eux – à cause de notre manque de rayonnement, on sera comme « invisible » pour les individus radieux.

Au fil des années, on est devenu mal à l’aise avec le regard d’autrui ; tout le temps, on se sent regardé & jugé parce qu’en fait, on a une mauvaise image de soi-même.

Par moment, on se demande ce que les gens pensent de nous, comment ils reçoivent nos paroles, & quels sont leurs sentiments envers nous. Il ne faut pas se comporter comme un grossier merle, mais il ne faut pas non plus se soucier de l’opinion des autres sur nous, car c’est paralysant (j’en parle ici ; http://www.bonheuretamour.com/2017/02/25/tuons-lego/ ).

Si on se préoccupe tant de l’avis d’autrui, c’est qu’au fond de soi, on s’estime inférieur aux autres – mais ce faisant, on transfère notre pouvoir aux autres…

Quand on manque d’estime de soi, on a absolument besoin de l’approbation d’autrui, & pour l’obtenir, on est prêt à tout supporter, et surtout, gommer toute trace d’avis & d’expression personnels.

Si la validation ne vient pas de l’intérieur, on a littéralement besoin d’en avoir de l’extérieur, et de s’entendre dire qu’on est belle, ou un chic type, ou une bonne mère, ou un bricoleur génial, …

Il n’y a rien de mal à recevoir des compliments, mais si c’est un besoin, ce n’est pas bon signe.

Par moment, on évite de s’exprimer franchement avec quelqu’un parce qu’on en reçoit des avantages matériels (argent, statut, marchandises, soutien, sexe, amitié, relations, aide, …) – ceci est de la malhonnêteté.

Mais ce n’est pas par la malhonnêteté qu’on arrive à l’épanouissement !

Non seulement « Bien mal acquis ne profite jamais » (c-à-d que les biens acquis malhonnêtement ne sont généralement pas durables), mais en plus ils ne fournissent pas un réel bonheur ; tout au plus, des plaisirs (excitation, stimulation)…

Sans compter qu’au fond de soi, quand on agit sans intégrité, on se condamne soi-même ; on juge qu’on n’est pas digne du bonheur & des bonnes choses de la vie et donc, on ne se respecte pas & on ne se fait pas respecter – ce qui amène une vie insatisfaisante à tous points de vue.

Bref, on se trahit pour rien ! Ce n’est pas du tout par ce moyen-là qu’on peut obtenir un vrai bonheur et un vrai épanouissement.

Si on travestit ainsi qui l’on est, c’est parce qu’on se dit qu’on a absolument besoin de ces avantages que l’on se gagne en trichant, mais c’est un piège.

A chaque fois que vous prétendez être autre chose que ce que vous êtes, ou penser autre chose que ce que vous pensez, pour être bien vu par les autres, vous vous prostituez, en quelque sorte.

Parfois, ce comportement est tellement automatique ou subtil qu’il est dur de le reconnaître. Par ex, si quelqu’un vous « coupe » dans une file d’attente, vous ne le « reprenez » pas parce que vous ne voulez pas passer pour quelqu’un d’agressif – alors, vous vous dites : « oh bon, j’ai le temps, c’est pas grave, je vais le laisser passer ».

Alors qu’en réalité, vous vous êtes fait manquer de respect (le dépasseur le sait, & vous le savez) !

Le sens de la dignité caractérise les humains (les animaux, par ex, se fichent de faire leurs besoins en public ou de se jeter sur la nourriture déposée par terre quand ils ont faim) & cette dignité exige le respect.

Donc, en ne réagissant pas – pour ne pas encourir la désapprobation des autres – vous vous trahissez vous-même et votre estime de soi baisse encore un peu plus.

En outre, en laissant passer l’infraction, vous n’avez pas été intègre ; parce qu’en fait, ce dépassement vous a touché(e), & vous avez nié cela.

« Vivre avec intégrité signifie : ne pas accepter moins que ce que vous savez mériter dans une relation, demander ce que vous voulez et avez besoin de la part des autres, dire la vérité, même si ça peut créer des conflits ou des tensions, avoir les comportements correspondant à vos valeurs personnelles, faire des choix basés sur ce que vous croyez et non sur ce que d’autres croient » (Barbara de Angelis)

Si vous agissez ainsi dans une file d’attente, vous le faites sans doute aussi dans d’autres domaines de votre vie.

Pourquoi sacrifier votre être, vos valeurs & vendre votre âme pour un peu d’approbation ? Pourquoi donner ainsi le pouvoir aux autres ?

Car quand vous vous effacez pour ne pas paraître brutal, c’est comme si vous disiez ceci ; « Si les autres (qui ne vous connaissent pas & ont sûrement tendance à juger sévèrement) pensent ça de moi, c’est qu’ils ont raison ; je suis agressif » – Or, vous n’aimez pas penser ceci de vous…

Cessez de remettre votre pouvoir en d’autres mains que les vôtres. Vous savez qu’en réclamant votre place dans la file, vous n’êtes pas agressif ; au contraire, vous vous respectez. C’est le dépasseur qui est agressif. Et si d’autres gens ne voient pas les choses ainsi & vous critiquent de vous défendre, c’est qu’ils le sont aussi !

Vous êtes persuadé d’avoir besoin des choses que vous obtenez de façon non-intègre … sans voir que vous les payez d’un prix bien trop élevé ! Oui, on a besoin d’amour, de soutien, de sexe & de l’aide des autres, mais pas au prix de notre âme, de notre bonheur & de notre épanouissement !

Même si vous obteniez l’approbation des gens du monde entier avec ce simulacre, ça ne vous causerait aucun bonheur réel – juste un plaisir superficiel & fugace.  Et idem avec l’amour, l’argent, …

Le bonheur ne peut venir que de l’intérieur, et d’abord, de vivre de façon intègre.

Bien sûr, être soi-même a un prix ; ça peut nous couper de certains proches (famille, amis, partenaire) ou jobs.

Dans cet article ; http://www.bonheuretamour.com/2017/02/24/reussir-dans-la-carriere-choisie/, j’écrivais :

« Il s’agit, en effet, de trouver la juste dose entre 2 ingrédients opposés ; entre poursuivre ou exprimer ce qu’on est vraiment ou ce qu’on veut exprimer, ou se résigner à ne pas l’exprimer et, au lieu de ça, se conformer à ce que les autres attendent de nous.

Car il y a généralement un abîme entre ce que l’on est vraiment ou ce qu l’on veut vraiment, et ce que la société ou la famille veut qu’on soit. Et ce délicat dosage dépendra énormément de nos forces physiques & mentales (il peut donc varier suivant les moments de notre vie). »

Et dans celui-ci ; http://www.bonheuretamour.com/2017/02/10/la-dure-quete-dequilibre/ : « Est-on assez fort, malin & motivé que pour résister à la société & suivre nos idéaux ? C’est à chacun de peser ceci… »

Au fond, peu importe ce que les autres pensent de nous ; ils ne peuvent que mal juger, puisque, pour la plupart, ils ne nous connaissent pas ou sont peu doué pour juger, ou nous jugent mal parce qu’ils nous envient, …

Et obtenir l’approbation d’autrui en étant inauthentique ne pourra jamais nous satisfaire, puisque c’est faire aimer ou apprécier quelqu’un qu’on n’est pas, donc, pas notre vrai moi.

Quand on ose se montrer tel qu’on est, au moins, les gens qui nous aiment, apprécient notre vrai moi.

Une fois de plus, à vous de peser le pour & le contre ; le « prix » de chacune de ces attitudes, & celui que vous êtes prêt à payer…

A vous de peser vos forces, et de réfléchir si vous vous contentez d’un plaisir creux ou si vous voulez une satisfaction profonde. Personnellement, je conseille la 2de solution.

Observez votre attitude, & notez les fois où vous vous « travestissez » pour ne pas déplaire.

Puis, écrivez les domaines où vous faites des compromis avec votre nature profonde, & ce qui arriverait si vous osiez vous exprimer ou être vous-même. Ensuite, demandez-vous quel prix vous êtes prêt à payer ; vous trahir ou bien vous respecter & perdre les avantages de votre malhonnêteté (mais en gagnant d’autres avantages plus solides) ?  A vous de voir !

Attention : La franchise ne consiste pas à dire tout ce que l’on pense, mais à penser tout ce que l’on dit – pas question, donc, d’être malpoli & de vous croire tout permis.

Si être vous-même, c’est être quelqu’un de grossier qui se fiche de heurter la sensibilité des autres, ce n’est pas un bon objectif non plus… Surtout que, authentique ou non, on a besoin des autres, & à froisser tout le monde, on se nuit à soi-même aussi…

PN vieillissants et dépression

Par défaut

old-devil2

J’entends souvent de soi-disant spécialistes des pervers narcissiques affirmer qu’en vieillissant, les PN se retrouvent tout seuls et misérables, qu’il y a une justice immanente, que le karma les rattrape.

Quelle cornerie ! Encore une croyance New Age ne reposant sur aucun fait – sauf celui de vouloir que les choses se passent ainsi…

J’en ai parlé ici (http://www.bonheuretamour.com/2016/10/02/pourquoi-le-pn-ne-paie-pas-pour-le-mal-quil-fait/ ).

En fait, ça n’arrive qu’à un genre bien particuliers de mauvais : les individus très égoïstes & avides, d’un niveau de conscience bas, mais sans être des PN (qui est un trait inné) ; des êtres qui, donc, ne présentent que quelques traits narcissiques, ou qui en ont beaucoup, mais à un bas niveau.

Oui, ceux-là perdent, au fil des années, leurs amis & amants … et se retrouvent dans une vie assez merdique.

Leur mentalité d’avoir droit à tout, leur indifférence aux ennuis d’autrui, leur agressivité, leur côté intéressé & profiteur & leur ingratitude leur ont fait perdre leurs relations une à une – en sorte qu’ils se retrouvent seuls, en compagnie de quelqu’un de très ennuyeux & de peu reluisant ; eux-mêmes…

Ceux-là, leurs actes les rattrapent, les conséquences les frappent de plein fouet & ils font généralement une dépression. On peut dire que c’est effectivement ce qui arrive à des « mauvais sujets », des losers violents, des manipulateurs (contrairement aux dires de certains, on peut être manipulateur sans être PN – ça n’a rien à voir !), mais aux vrais PN, non !

Ceux-ci, au narcissisme marqué, sont bien tranquilles, riches (de l’argent qu’ils vous ont volé), & donc puissants, entourés, respectés ou craints (ça leur suffit). Ils avaient des complices apeurés ou intéressés & des compagnons de bamboche & les gardent en vieillissant.

Pour eux, la fête continue, & il n’y a aucun danger qu’ils dépriment !

Dans ce cas-là, c’est plutôt la victime qui est déprimée, parce qu’elle vit dans la pauvreté, dans un stress terrible dû aux pressions & poursuite de la société (elle-même perverse & protégeant les PN), qu’elle a perdu ses enfants, ou qu’ils sont eux-mêmes devenus des flying monkeys ou des loques humaines, parce que, à cause des violences subies, elle souffre de mauvaise santé physique et mentale & souvent d’addictions (& n’a pas de travail, donc d’argent pour se faire soigner), parce qu’elle vit dans quartiers merdiques, où règnent le bruit, la violence, la laideur, & où l’hospice pour les pauvres se profile à l’horizon …

C’est dire si les victimes ne doivent pas perdre une seconde à récriminer sur leur bourreau, & tout faire pour échapper à l’horrible sort qui les guette !

Comment se venger d’un PN ?

Il n’existe pas, quoi que certains prétendent, de manière de se venger d’un PN, sauf celle-ci ; se dire que la perversion narcissique est une maladie & que les PN ne peuvent s’empêcher d’être qui ils sont.

Ces êtres sèment le chaos & la désolation, ils blessent & détruisent ce qu’ils peuvent, mais au fond, eux-mêmes, ils sont déjà en enfer, car leur âme est morte.

Sans les excuser (oh que non !), dites-vous qu’il est pénible de vivre avec un sentiment de vide intérieur tout en se bâtissant une belle façade, & de devoir dépenser plein d’énergie à la maintenir.

En ce sens, un PN est comme l’oiseau-mouche dont je parlais ici http://www.bonheuretamour.com/2013/01/24/une-vie-doiseau-mouche/ – sauf qu’au lieu de se nourrir de nectar de fleurs, ils consomment votre vie…

En tout cas, imaginez leur frustration ; ils se sentent toujours mal, confrontés qu’ils sont sans cesse au fait que d’autres valent tellement mieux qu’eux.

Toujours, un autre a une plus grande maison, un boulot plus prestigieux, une voiture plus grosse, un(e) partenaire plus beau(belle), … Tous leurs efforts pour impressionner les autres & être admirés, ne sont jamais assez…

Oui ; peu importe ce qu’un PN fait ou possède, ce n’est jamais assez ; il n’y a pas assez d’amour en ce monde pour emplir ce puit sans fond !  Votre vengeance est de comprendre que leurs actes viennent d’un lieu de vide.

Pour votre propre paix intérieure, acceptez les excuses que vous n’avez jamais reçues – mais coupez entièrement les ponts avec eux.

Cessez de vous laisser entraîner dans leurs jeux sataniques, ne nourrissez pas le « drame », ne gaspillez pas vos énergies à faire qu’il vous aime ou vous haïsse…

La seule revanche est celle-ci ; partez en quête de votre propre bonheur… une chose que le PN ne pourra jamais avoir.

Le PN a ses raisons…

Par défaut

agressif

J’ai traité ici toutes les  » bonnes raisons » qu’a un PN de maltraiter autrui : http://www.bonheuretamour.com/2016/06/22/le-pn-a-de-bonnes-raisons-de-vous-maltraiter/

Dans cet article (http://www.bonheuretamour.com/2012/05/20/pourquoi-certains-sont-mechants-et-cruels/ ), on a vu qu’en général, ceux qui agressent autrui le font pour 3 raisons ; passer sa douleur à autrui, soif de pouvoir ou rivalité.

Mais il ne s’agit – si j’ose dire – que de « violence ordinaire »… avec les PN, on passe à un tout autre niveau !

Alors, pourquoi les PN agressent-ils autrui ?

D’abord, pour les 3 raisons ci-dessus :

On a déjà vu qu’ils sont très très faibles et se sentent donc poussés, pour avoir moins peur, de prendre le pouvoir (soif de pouvoir), comme on a vu aussi qu’ils haïssaient & jalousaient les êtres ayant la Vie en eux.

Profondément tarés, ils ne voient pas l’univers comme un océan de vie dont chaque être est une goutte ou une toile dont chacun est un maillon, mais comme un grouillement d’individus séparés, une foire d’empoigne où chacun doit jouer des coudes pour conquérir une place au soleil (rivalité, compétition pour les ressources).

Et ils doivent passer leur douleur et leurs tares à autrui, à la fois parce qu’ils sont jaloux de cette Vie, de cette joie intérieure que leurs victimes ressentent, et veulent ramener tout le monde au niveau de misère où ils végètent (passer sa souffrance à autrui).

Mais chez les PN, d’autres raisons d’agresser se rajoutent :

– pour éloigner le spectre de la folie & de l’écroulement total :

Les PN sont en effet continuellement déprimés & envahis de sensations négatives, de pensées informes dégradantes ; alors, refusant de les affronter, ils les projettent sur leurs victimes…. ça le fait se sentir mieux ; ça leur offre un répit durant un bref instant…

Les PN refusent tout mal, tout défaut en eux, d’où la projection (comme mécanisme défensif). C’est la victime qui est le (la) mauvais(e), le salaud, le sale caractère, le pénible, l’intolérant, le crétin(e), le déchet humain, pas eux !

On croirait le raisonnement puéril d’un sale gosse : « c’est pas moi, c’est lui ! »

Les mécanismes de défense de l’enfant (censés le protéger) se sont mis à dysfonctionner, mutant en modes de penser & d’agir pathologiques, l’assaillant de « commentaires intérieurs » agressifs – c’est pour cela qu’un PN ne supporte aucune critique & rejette toute responsabilité ; car il doit supporter déjà trop de critiques (purement imaginaires, mais bien réelles pour lui), tout en étant intérieurement faible comme un nouveau-né (au niveau mental & émotionnel).

– parce qu’ils ne voient pas les gens comme des personnes :

Tout comme un aveugle inapte à se représenter les couleurs, étant sans affects, les pervers narcissiques ne peuvent voir les gens comme des êtres doués de sensibilité.

Bien sûr, ils « savent » (intellectuellement) qu’on est des personnes, mais ils ne le « sentent » pas, ce qui fait qu’ils traitent les autres soit comme des objets pour arriver à leurs fins, soit comme des obstacles à ceci.

Donc, (projection !) ils croient que, tout comme eux, les autres « jouent » les sentiments pour manipuler ..

En plus, ils considèrent les sentiments d’autrui comme totalement sans importance par rapport aux leurs et à leurs désirs. En effet, la zone du cerveau nous permettant de nous soucier d’autrui est, chez eux soit immature & dysfonctionnelle, soit absente.

– parce qu’ils sont des vampires :

Comme dit ailleurs (voir http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/), les PN, étant morts à l’intérieur (bref, des morts-vivants), doivent, pour survivre, chasser des proies pour se nourrir de leur « sang » (émotionnel). Là aussi, chaque « fix » leur offre un court répit, un bref éclair de vie… et il leur en faudra bientôt un autre… Ils se traînent d’une « prise » à l’autre… toutes leurs forces passent à cela. Ceci explique pourquoi, d’une part, ils se débrouillent pour « lier » (« emprisonner ») une victime ; pour l’avoir toujours sous la main & pouvoir lui « tirer du sang » dès que le besoin s’en fait sentir.

Et c’est aussi pourquoi ils ne peuvent guérir ; car chaque « prise » n’offre que peu d’énergie (sans compter celle nécessaire à maintenir une belle façade pour le monde extérieur), une quantité insuffisante que pour cesser & travailler sur soi.

– par envie jalouse :

Les PN, qui tout au fond d’eux, savent être des merdes, crèvent de rage devant les qualités d’autrui et veulent les détruire (à la fois les qualités & la personne qui les possède !).

C’est ce qu’ils tentent d’obtenir en rabaissant, blessant, humiliant systématiquement leur victime. Si elle est équilibrée, le PN la traite de folle, si elle est intelligente, il se débrouille pour la faire paraître (& se sentir) stupide, si elle est aimante, généreuse & attentionnée, le PN la traite d’égoïste, si elle est compétente, le PN travaille à détruire sa réputation, …

Ainsi, se dit-il (dans son délire), je la ramène à mon niveau ! Et il en est heureux ! Car si sa victime est stupide, par comparaison, lui-même aura l’air malin, et si elle est déséquilibrée, lui-même semblera normal par comparaison.

Incapables de se perfectionner, les PN choisissent, à la place, de tirer les autres vers le bas.

En outre, la victime doit aussi porter & exprimer les tares du PN (inapte à les affronter, il les refuse en lui-même & s’en débarrasse en les projetant sur sa proie – c’est là toute la base de la perversion narcissique).

Celle-ci tente de le sauver (car elle perçoit sa dépression) et de le convaincre qu’elle l’aime, qu’elle ne lui veut pas du mal (car bien sûr, il l’en accuse).

Mais comme la victime a subi un lavage de cerveau en plus d’être « saignée à blanc » ( = vidée de son énergie & de son estime de soi), elle devient faible & confuse, et croit ce que le PN lui dit d’elle (qu’elle ne vaut rien, …) … Alors, elle commence à exprimer la folie de son bourreau – par des crises de colère, par ex, ou en anesthésiant sa douleur à l’alcool ou aux médicaments…

Ce faisant, le PN estime qu’elle mérite d’être violentée, en sorte que ça devient un cercle vicieux où la violence s’intensifie & où la victime va de plus en plus mal.

– Les PN aiment agresser :

Ils aiment avoir quelqu’n en leur pouvoir, et pouvoir lui faire tout ce qu’ils veulent, ils aiment que la victime soit rabaissée plus bas que terre, qu’elle pleure, supplie, ou ait honte d’elle-même – et surtout, voir (boire !) la terreur dans ses yeux, ils aiment qu’elle soit confuse, croie leurs bobards et s’excuse, ils aiment semer la zizanie, ils aiment tromper et manipuler et que le monde extérieur croie à leurs mensonges et surtout , jouent les « flying monkeys » agressant, rejetant et condamnant la victime à leur place.

Oui ; c’est CA qui leur fait du bien, en les faisant se sentir tout puissants & supérieurs, comme Dieu : les maîtres d’un jeu de marionnettes qu’ils font agir à leur guise… N’est-ce pas répugnant & pathétique ?

Par ex, ils vont continuellement provoquer et insulter quelqu’un – parfois pendant des heures – jusqu’à ce que la personne réagisse avec colère… ça lui permet alors de jouer le pauvre innocent, injustement persécuté !

Conclusion

Il est essentiel de comprendre qu’une fois qu’on est PN, on est forcé de violenter autrui pour survivre – car pour les PN, « tirer du sang » est littéralement une question de vie ou de mort !

Et aussi que tout notre amour ne peut le changer & est investi à perte, comme si on le jetait dans la fosse des Mariannes.

En effet, ce mode de fonctionnement interdit toute remise en question (il est parfait, donc, que pourrait-il avoir à améliorer ?).

En outre, le mal est chez lui systématique, méthodique, et non accidentel : un PN est persuadé que le monde est hostile et qu’il est normal de manipuler pour obtenir des privilèges car tout le monde fait pareil.

Et quant à ses cibles (victimes de choix), il leur invente des torts imaginaires et se convainc toujours qu’il est en état de légitime défense en les attaquant.

Echanges Facebook : signes révélant un loser

Par défaut

hypocrite2  Vu que les hommes parlent toujours avec un but en tête (ce n’est pas moi qui le dis, mais les spécialistes de la question – ex :  If a Man Talks to You, He Likes You : http://www.therulesrevisited.com/2013/08/if-man-talks-to-you-he-likes-you.html ), si un gars n’a pas de but à votre égard, il ne vous abordera pas.

Le sujet de comment reconnaître les losers ou les PN qui, tout sucre tout miel au début, vous feront souffrir, je l’avais déjà traité ici http://www.bonheuretamour.com/2014/10/21/sortez-vous-avec-un-loser/

Et ici http://www.bonheuretamour.com/2015/03/31/sortez-vous-avec-un-pervers-narcissique/ .

Mais comment commence une relation avec un malade de ce genre ? – car plus tôt on reconnaît le loser à éviter, moins on s’engage, & moins on a à en souffrir.

Pour vous le montrer en « live », j’ai accepté des messages privés d’un certain Eric M., qui s’est mis à me faire du gringue l’an passé, & copié nos échanges (je n’ai gardé que les échanges éclairants, & supprimé la plupart de ses fadaises)  ;

D’abord, comme notre page d’accueil Facebook donne une image du genre d’être qu’on est & de nos intérêts dans la vie, je vais voir son mur pour voir de quel genre il est, & si on a des points communs…

  • constatations :
  1. « Mur » fade, inintéressant (pour moi, en tout cas),…
  2. Photos : il n’y a QUE des « contacts »-femmes (mauvais signe)
  3. Ce qu’il a à dire (en italique & entre parenthèses, mon avis sur ses dires) :

LUN 21:45

Je te trouve de plus en plus attirante sur les photos (Voilà qui est original ! Il n’est que le 10.000ème à me sortir ce fade « compliment » ! Qui d’ailleurs, n’en est pas un pour moi ;  je vois ce genre de phrases plus comme une insulte, vu qu’on n’est +- pas responsable de notre physique)

(…) MER 20:54

Bonsoir

Moi : Bonsoir

Tu travailles beaucoup ?

Moi : Ben non, je suis tjs soit à l’hosto, soit dans les travaux…

Pourquoi à l’hosto? (comme je ne réponds pas tt de suite 🙂 Coucou (houlà ! Red Flag ! Bonjour le taré !)

Moi : je n’en parle pas…

Pourquoi? Tu es une personne tellement adorable (ceci, sans aucunement me connaître)

Moi : Houlàlà … Tu te fais des illusions sur moi émoticône wink

(…)  Tu aimerais correspondre avec moi?

Moi : Pourquoi pas ?

Merci cela me fait plaisir, je veux te déranger le moins possible….

Moi : C’est gentil – mais je me demande de quoi nous pourrions parler…

Faire connaissance puis un jour nous rencontrer (peut être)

Moi : Tu as trouvé des points communs entre toi & moi ?

J’aime ta sincérité, ta pureté, ta gentillesse,(je sais tu n’ as rien à répondre) j’ai une attirance pour une personne comme toi (QUE que des compliments exagérés => méfiance !)

Moi : Pourquoi ?

Je ne sais pas peut être que je ne rencontre pas assez de personne comme toi

Moi : Es-tu ainsi, toi aussi ?

Je ne sais pas j’ai des défauts je vais pas te dire que je suis formidable (toi oui)

Moi : Tu ne me connais pas – je ne suis pas ainsi…

Tu aimes quoi comme loisirs cinema, sports, lecture…….

Moi : lire, l’Histoire, peindre, photographier, chanter, la musique, les animaux, la cuisine, ..

et la « Résistance « , bien entendu…

La « résistance » c’est à dire?

Moi : par ex, ce que je viens de partager…

Je ne comprends pas pardon (« pardon », « excuse-moi » = TROP POLI POUR ETRE HONNETE ! Trait typique des gens agressifs)

Moi : Je te mets le lien : Pétition : #YesWeGraine Pour que les maraîchers aient le droit d’utiliser des semences…

Tu es écologiste tu manges bio? (il n’a lu que le titre, pas de quoi l’article parle)

Moi : Non. On ns a volé une liberté de plus !

(…)  Tu penses qu »il faut avoir des points communs pour correspondre ? (s’il ignore ça, à son âge !!!)

Moi : Déjà que chuis une femme & toi un homme… Donc oui

Tu as raison je suis charmé Tu as raison mais c’est difficile de s’exprimer comme cela et de faire ressentir une émotion

Moi : Je ne comprends pas …

Je veux dire que de se connaître de cette manière la n’est pas facile

Vous avez manqué un appel de Eric. (il me fait le coup en vache de m’appeler sur le « tél » facebook)

(…)  J’espère que tu as passée une bonne journée j’ai vu des nouvelles photos de toi, c’était très agréable (agréable pour lui – non pour moi, de lire ceci !!!)

Moi : Ok. Moi, j’ai de nouveaux châssis…

C’est à dire?

Moi : Autant te le dire tt de suite : je m’exprime tjs très simplement & terre à terre.. Donc, j’ai de nouveaux châssis

De nouvelles photos? Des révélations? Tu veux me rendre fou? C’est à dire?

(Bonjour le cinglé ! j’ai dit, la veille, que j’étais dans les travaux & aujourd’hui, que je m’exprimais très terre à terre ! On voit que son respect obséquieux n’est qu’une comédie !)  Je veux tout savoir. Je pense beaucoup à toi

Moi : Tu sais pas c’est quoi des châssis ???

Non pas vraiment dans ta bouche (Et rran ! La machine à fantasmes marche à plein rendement, à ce qu’il paraît ! Bêrk, le porc !)  Explique moi. Je suis peut être naïf. Parle moi (trop doux, trop intense, trop gentil = DANGER !)

Moi : Entourage de fenêtre

Et ça continue… entre interrogatoire policier & banalités… Enfin, la question qui tue :

Je voulais savoir ce que tu penses de moi?

Moi : Je n’ai encore jamais dit à personne ce que je pensais de lui (ou d’elle) & c’est pas là que je vais commencer.. Je ne pourrais même rien dire de moi (sans compter que je refuse les étiquettes, quelles qu’elles soient) Les mots ne veulent tellement rien dire !

Oui tu as raison mais je me sens psykanaliser par toi peut être à tord (Oh, ces fautes !!! Pitié !!!)

Moi : Alors là, aucun danger ! Je suis, sur toute la Terre, la personne qui hait le plus la psychanalyse ! (cette arnaque pour débiles)

Je suis heureux de parler avec toi (Remarquez que je le traite très froidement : on se demande donc vraiment comment il peut être heureux de nos échanges… Donc, nécessairement, soit il est fou, soit il me joue la comédie !)

=>tout cet échange illustre le trait typique du connard cochon : il suit son phantasme, sans jamais tenir compte de ce que la dame lui dit.

(…) Moi : Il est bien rare que je parle à un homme…

C’est un honneur que tu me dise cela

Moi : C’est l’inverse, non ?

Tu parles avec beaucoup d’hommes?   (Euh… A-t-il lu mon avant-dernière réponse ?)

Moi :  Je viens de te dire que non

Donc c’est un honneur que tu fasses une exception avec moi

Moi : Je ne sais pas… (on voit que je suis froide & tente de le décourager, mais il s’accroche => avis aux lectrices : ceci est un GRAND signal d’alarme !!)

Que tu dialogues avec moi c’est déjà beaucoup j’en suis très sensible (encore bien trop poli pr être honnête …et encore mal exprimé !!)

Moi : je me demande pourquoi, en fait… par ex, pourquoi as-tu voulu me parler ?

 Parce je te trouve jolie (je sais c’est pas très originale) j’ai vu sur google tes vidéos et j’ai epprouvé l’envie de dialoguer Avec toi J’ai une attirance spontanée. Tu es une femme qui me fait rêver (nous y voilà !)(PS : orthographe du verbe éprouver !)

Houla! Houla! Je dis trop de choses….(Ho le con !! Le « mec naïf », c’est comme la licorne ou le Père Noël, ça n’existe pas ! Mdr ! Comme si j’allais tomber ds ce piège grossier J’aimerais lui écrire ceci : Ce « Houlàà… » ne peut signifier que 2 choses :

1. que tu me tendais un piège, en t’approchant mine de rien, mais avec un but précis dans la tête – or je ne supporte pas la dissimulation & le mensonge (je n’aime que l’intégrité),

2. Comme si à mon âge, j’ignorais que, quand un gars aborde une femme, c’est qu’il veut la baiser ! C’est une insulte à mon intelligence ! Or, je déteste qu’on me prenne pour une conne !)

Moi : J’ai beau chercher, je ne vois pas ce qui, en moi, peut faire rêver qui que ce soit…

Tu es trop modeste,  Je suis heureux de dialoguer avec toi

Moi : Et ça nous mène où ?

Je ne sais pas encore mais le plaisir de se découvrir, de se connaître plus si affinités (tt le plaisir est pour toi !)

Moi : Tu n’as pas remarqué : je suis une femme … & en + HP, & en + baha’ie

Je ne comprends pas expliqué moi

Moi : 3 choses qui font qu’il ne peut y avoir d’affinités, non ?

C’est quoi baha’ie  – Hp cela veut dire quoi explique moi  Je ne comprends rien excusé moi – Tu es une femme je vois pas le problème

Moi : Tu vois, c’est ça le problème… Rien n’est possible (je suis bien bonne de le lui dire ainsi !)

 Parce que je ne comprends pas . Tu peux m’expliquer Quel problème ? (Mais suis-je une institutrice, payée pour expliquer des choses évidentes à un adulte ? !)

Moi : m’enfin, c’est impossible que tu ne vois pas que ça ne peut pas aller…

Mais pourquoi?  C’est l’éloignement (Punaise ! Je VIENS de le lui écrire !)  Expliqué moi le mot baha’i.e.

Moi : ma religion

(…) DIM 19:01

Bonsoir. Tu passes une bonne journée?

Bonsoir

Bonsoir

Bonsoir

Bonsoir Bea (insistance prouvant le dérangement mental & le manque de respect – de soi & des autres)

(…)  Donc tu peux dialoguer avec moi ?

Moi : Je ne pige pas cette question

Tu m’as fait comprendre il y a quelques jours que tu ne pouvais pas parler avec moi d’après ce que j’ai compris.

(le con pige toujours TOUT … mais à l’envers !!! En fait, je lui avais écrit que je ne VOULAIS pas causer avec lui)

Moi : mais ce n’était pas pour ça…

Pourquoi? alors

Moi : Je te le redis : 1.je suis une femme …2. HP, 3.baha’ie

Hp c’est quoi? une femme tant mieux ( pardon encore une fois je me sens idiot)  Je ne comprends pas

Une amitié? Une correspondance? C’est pas possible pourquoi? Je me sens « larguer » Perdu dans ce monde cruel

(les Béotiens & leur fameuse utilisation des poncifs ! Oh, que c’est pénible !)

Coucou?

Moi : (perdant patience) Which part of « no » didn’t you understand ?

Je ne connais pas la langue Traduction ?  (Houlà ! L’anglais est la langue la + parlée au monde !)

Coucou (J’ai droit à « coucou » à chaque fois que je mets plus d’une minute pour répondre ! Bonjour le taré irrespectueux !)

Moi : Crois-moi, c’est pas possible. Restons-en là

Oui mais j’aurai plus d’explications.  Hp explique moi pour un ignare comme moi (IMMENSE Red Flag qui indique le loser dangereux A COUP SUR = le gars qui refuse d’entendre notre « non » !)

Moi : haut potentiel

Donc interdit de parler avec un pauvre bonhomme comme moi (« pauvre bonhomme »… c’est censé me faire pitié ??? Ca me fait juste PEUR – surtout qu’il joint un 3ème autocollant « pleurer » !)

Moi : c’est pas ça

Je croyais que ta religion favorisée l’humilité mais je suis pas au niveau malheureusement (& un 4ème visage pleureur !)

Et voilà ! CQFD ! Comme je l’avais prévu & prédit, rien n’est possible ; ça tourne clairement de + en + au vinaigre … Ca ne vient pas de mon côté – je suis restée gentille => les insultes commencent (de son côté)… Il ne pige rien – je l’agace & il m’agace…

Mais puis-je expliquer, dire que là, il a surabondamment PROUVE qu’il est bête, inculte, menteur, dragueur et surtout, un taré dangereux ? Non…Les Anglais ont raison, qui disent de ne jamais expliquer ! (« Never explain, never complain ; your friends don’t need it, & your enemies will not believe you anyway »).

Moi : Non, ce n’est vraiment pas de ça qu’il s’agit…

Tu vois je comprends pas mais je veux pas te causer d’embetement.  Je trouve tellement adorable pour aller plus moins ( ???) Un dialogue n’est pas possible c’est la vie

(il m’envoie 4 autocollants avec des coeurs => ? Lui seul se comprend, apparemment …)

Moi : Ta dernière phrase semblait « chinoise », mais bon, chuis contente que tu t’en rendes compte. Cherche ailleurs, il y a des tas de femmes sur Facebook…

Mais tu es tellement exceptionnelle je sentais que c’était sincère et profond (Ha ! Ca n’a jamais été ni sincère, ni profond !)  Tu dois me prendre pour un rigolo qui cherche sur Facebook

Moi : en fait, oui…

Je l’avais compris mais j’ai parlé avec mon cœur (Ne compte pas sur moi pour avaler ça, mon vieux !)

J’ai lu tes articles sur ce sujet  Mais je pensais être au dessus de ça

Moi : au-dessus de quoi ?

Du contact qui cherche la « gonzesse » sur Facebook avec des gros sabots previsiblent

Je pensais que notre dialogue pouvait être d’un nôtre niveau (oh, cette orthographe ! quelle souffrance !)

Notre dialogue n’était pas un crime  Mais merci de l’intérer que tu m’as porté pendant quelques temps

Merci pour ta compréhension

Moi : Ciao, alors ?

C’est tout comme explication

Moi : Crois-moi, tu ne veux pas de cette explication 😉

Pourquoi je ne veux pas de cette explication  J’avais un vif intérêt pour toi c’était pas pour moi une rencontre banale  Je me sens misérable maintenant   Je suis coupable comme un « dragueur » de bas étage (Oh, le pauvre petit… Comme je me sens coupable d’avoir oser le soupçonner… Tu parles ! N’espère pas que je tomberai là-dedans non plus, mec ! Chuis pas née de la dernière pluie ! & j’ai une bonne estime de moi)

(…)    Explications (si je pouvais les lui donner, ce qui n’est pas le cas) :

Enfin, il n’y a qu’à voir ton mur FB : QUE des femmes ! Même E. Willems (mon ex-époux, grand dragueur devant l’Eternel) n’a pas ça sur son mur ! Ta comédie de l’amoureux transi qui aurait, soi-disant, discerné mes « qualités uniques » & me ferait la cour, ça ne tient pas la route une seconde !…

Quant au « crime » auquel tu fais allusion, il est clair qu’avec toi, c’est une réelle possibilité, car tu m’as l’air fort négatif, violent & dangereux… N’espère donc pas, même un millionnième de seconde, pouvoir me rouler dans la farine !

Je continue ? Voici tes envois & mes commentaires ;

– Page Facebook inintéressante, fade… (Or, cette page montre qui on est)

Refus d’accepter le « non » : un signal d’alarme typique ! Bip bip ! Loser en vue !

– Refus d’attendre – d’où d’agressifs « Coucou ? » quand je ne réponds pas tout de suite ( irrespect – exigence qu’on lui réponde immédiatement => arrogance, « intitlement » !)

compliments exagérés (alors qu’il ne me connaît pas) = compliments insincères, intéressés !

-« pardon », « excuse-moi » « excuse mon manque de culture », « un ignare comme moi » « un pauvre bonhomme comme moi », « je ne suis pas au niveau », etc = , au mieux, manque d’estime de soi & dépression (qui est, je le rappelle, une psychose !) ou au pis, obséquieux (pouah !) & TROP POLI POUR ETRE HONNETE ! (gars dangereux, agressif !)

-fantasmer (= porc) alors que je parle de châssis – le « venant de toi, je m’attends à tout » : ai-je déjà donné, dans tous mes écrits (ou à lui), un indice que je parle bizarrement ? Jamais !

On voit que c’est du pur fantasme ! Surtout que j’avais écrit que j’avais des travaux & que je m’exprime « terre à terre » – bref, ça dégoûte !

– me faire ce coup en vache : m’appeler sans prévenir via la mess. privée de Fb… Ca aussi, c’est « bip, bip, danger ! Mec à éviter à tout prix ! »

– étant sapiosexuelle, son inculture m’inspire une répugnance.

– Pourquoi il veut me parler ; parce qu’ »il me trouve jolie », que « je le fais rêver » – C’est à la fois bête & dégoûtant de l’avouer ! C’est comme si, à un dîner chic, on se jetait sur la nourriture, qu’on mangeait tout à toute allure, avec les mains… Ben non ; si on est a des usages, on se retient, même si c’est notre plat préféré. Ou, plus précisément, c’est comme si on abordait des hommes &, quand ils nous poseraient cette question, on répondait « parce que tu es riche et que je crois que tu es prêt à partager ton fric avec moi & mes enfants »…C’est tout à fait au même niveau !

– Romantisme échevelé (ridicule, « fleur bleue », digne des romans photos) : « Houla! Houla! Je dis trop de choses…. » Ha le con ! Mdr ! Comme si j’allais penser : Oh, comme c’est romantique ! Ce gars est amoureux de moi et essaie de le cacher. Quand même !!! Il faut qu’il tape cette phrase sur son clavier (ce qui prend du temps – & lui donne donc du temps de réflexion => il peut effacer s’il ne veut pas l’envoyer) et qu’il appuie sur « envoyer »…

Et à mon âge, toute femme sait qu’un « homme naïf », ça n’existe pas ! Il doit vraiment me prendre pour une débile pour me tendre ce piège grossier ! L’ennui, c’est que j’ai horreur qu’on me prenne pour une conne !

– je suis bien bonne de te dire gentiment les choses, mais tu exiges une explication. Mais suis-je une institutrice, payée pour expliquer des choses évidentes à un adulte ? !

 

Voilà ! Sachant ceci, j’espère que vous reconnaîtrez les types « relous » dès qu’ils vous contacteront, & que vous vous épargnerez, en coupant court, une perte de temps de vie, ainsi que de douloureux déboires …

Harcèlement réseaux sociaux

Par défaut

connard  J’en avais déjà parlé ici (https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/08/26/lettre-a-ceux-qui-draguent-sur-les-reseaux-sociaux/ ) mais voici ce qui arrive à une femme même sur LinkedIn (je le poste parce qu’à la fin, on en a marre d’être gentille et d’avoir affaire à des branleurs qui se permettent de nous faire perdre notre temps et nous insultent quand on ose le leur signaler) :

Cam…. Mike

Région de Namur , Belgique

Il a cherché, & réussi à trouver mon N° de gsm, et m’envoie des petits messages – pour (classique !) me demander si « sa va bien »…

Il n’a – comme d’habitude avec ce genre de cocos ! – strictement RIEN à dire, à part « sa va ? » (sic)(Monsieur est fâché avec l’orthographe !) et qu’il me souhaite une bonne journée, ou après-midi, ou soirée …

Mais, comme je suis polie, je réponds que je vais bien ce à quoi (tout aussi classique) il répond qu’il est enchanté ( !) et me souhaite un bon après-midi …. Hum ! Mais que voilà une façon intelligente de passer son temps… ou plutôt, de le faire perdre aux autres !

Il croit quoi ? Que je ne le vois pas venir avec ses gros sabots ? !

Bref, comme je lui dis (v. ci-dessous) de me lâcher, il m’envoie ce texto – à 23h46  (j’ai respecté son orthographe fantaisiste, montrant à quel point une femme dans mon genre peut désirer fréquenter ce genre de Béotien): « je vois pas se que j’ai écrit de mal à part vous souhaitez une bonne soirée ! Enfin, je vais pas vous dérangez plus car vous vous énervé pour un rien ! « (ici, remarquez encore le bel exemple de projection, typique des connards non-éclairés et totalement inconscients de leurs mobiles).

Voici donc, copié-collé, ce morceau d’anthologie (bien le 1000ème que je reçois depuis que je suis sur les réseaux sociaux)(bref, de quoi en avoir vraiment ras le bol de ce harcèlement !) :

  • Hier

Bonjour comment allez-vous ? 😘

07:58

  • Je vais bien, merci

16:21

  • Ah ben c’est le principal, je vous souhaite une très belle et douce soirée 😚 (beurk ! c’est si mielleux que ça me donne envie de gerber !)

18:11

  • Ecoute, si c’est pour m’écrire que des niaiseries, lâche-moi.

23:15

  • Des niaiseries ???
  • Quel humeur !
  • Je vais pas vous écrire des romans d’amour non plus ! Je vous fait un message gentil et vous vous énervé je vois vraiment pas se que y avait de mal dans se que j’ai écrit !

23:36

23:55

  • Aujourd’hui

Ben aller vous faire foutre !

00:05

Et voilà ! Un gars convenable, d’abord, n’abordera personne s’il n’a quelque chose à lui dire (LinkedIn étant sur un réseau social professionnel, ce sera en général des choses ayant trait au boulot) et même s’il le fait, écrira des choses « normales », il n’aura pas besoin d’employer des formules exagérément mièvres et nunuches.  Mais par contre, les connards « primates » le font toujours, parce qu’ils sont brutaux & violents, et que donc, ils se sentent obligés d’enrober ce vilain côté de leur caractère d’une grosse couche de sucre !  A bon entendeuse…

J’en ai marre ; ces hommes se croient tout permis ! Ils trouvent d’abord normal de vous déranger en vous abordant, puis, si vous les rembarrez, de vous insulter ! Alors, j’ai décidé de réagir contre ces comportements inacceptables & de les publier.

A bon entendeur …

Franchement, je ne sais pas trop (hum…) ce qu’il y a dans sa tête, mais voilà comment les choses se passent vues de mon côté ; je vis ma vie, je fais mes trucs et soudain, je reçois un message d’un inconnu – quelqu’un qui n’a rien à dire et qui (les 2 vont ensemble) écrit comme un pied… des choses inintéressantes, qui m’ennuient et dont l’orthographe me choque.

Comme je suis polie, je réponds, mais aussi, comme le temps est une chose précieuse (c’est la SEULE ressource non-rattrapable !) et que l’autre crétin insiste, je mets le holà – fermement, mais toujours poliment.

Je ne veux pas perdre mon temps à des niaiseries, ni avoir ce genre de sans-gêne « plein de lui-même » dans ma vie.  Et là, le primate m’injurie… C’est renversant, non ?

Et c’est pour ça qu’il ne faut fréquenter que les gens ayant un bon niveau de conscience ; les autres, je l’ai souvent remarqué, sont des butors, qui se sentent en droit de faire ou d’avoir tout – et qui, si on les en prive, se fâchent.

J’ai constaté que 99% des colères que ces gens piquent (& Dieu sait qu’ils en piquent & pourrissent la vie à leur entourage) est motivé par un sentiment – toujours erroné – « d’avoir droit »…

Et là, ça ne rate pas ; ce connard n’a rien à faire de sa vie (pas mon cas !), et donc, pour s’occuper, passe ses jours à fantasmer & à emmerder les femmes sur les réseaux sociaux…

Pour oser se conduire ainsi, il faut vraiment manquer de tout respect de soi & d’autrui. Sans compter la lâcheté ; quand l’autre rejette tes avances puantes, tu peux l’insulter (« va te faire foutre », rien que ça !) en toute impunité (alors que, normalement, insulter quelqu’un est une offense punie par la Loi – art. 448 du code pénal) … C’est vraiment lâche & répugnant !

PS : ah oui ; pour ceux ou celles que ça intéresse : « Monsieur Joli-Coeur » cherche un emploi (de livreur ou boucher)…

Etre HP chez les NT

Par défaut

albatros

Avertissement : cet article est très direct et va, bien entendu, choquer les sheeple attachés au politiquement correct…

Qu’ils sachent donc que :

  1. Je me moque du politiquement correct & de leur avis mal inspiré (du reste, rien ne les empêche d’écrire aussi – & autre chose – sur ce sujet…si tant est qu’ils soient réellement des HP !),
  2. je n’étais – ni ne pensais – pas ainsi au départ – mais je parle d’expérience … Toute une vie d’expérience ! La Vie m’a vendu bien cher ces vérités, et j’ai gagné le droit de parler ainsi, car j’ai payé chaque parcelle de ce savoir de larmes de sang !

Bien que les HP aient des perceptions particulièrement pointues, et bien supérieures à celles des humains lambda, une cécité (involontaire) aux codes sociaux semble les toucher tous. Je me souviens que quand j’allais aux réunions pour HP (asbl Douance, à Bruxelles), on nous apprenait quoi dire aux « normo-typiques »  (NT) et comment le dire, etc.. pour devenir plus adroits socialement.

Au fil des années, j’en suis venue à penser que les NT s’expriment beaucoup par mimiques (comme les animaux) – quand on a compris ceci, on a, je crois, compris le principal en ce qui les concerne.

Il est normal qu’on ne veuille pas communiquer comme eux, puisqu’ils ne font que mentir & feindre, alors que nous comprenons l’inanité d’une telle attitude.  Par ex, si un normo-typique ne vous aime pas, il va contredire ce que vous dites – tous les NT comprennent que ceci ( = contredire) signifie que l’autre ne nous aime pas.

Quand ils ne sont pas d’accord avec ce que quelqu’un dit, mais qu’ils aiment bien la personne, ils ne disent rien, ou font semblant d’aimer.. Ces 2 attitudes sont grotesques, car contre-productives, m’enfin bon … On sait (ô combien !) que les NT agissent toujours de façon sotte et agressive.

Hélas, ils ne voient pas leur bêtise ; en effet, comme on juge de l’intelligence avec… son intelligence, on en a toujours suffisamment !

Et nous, qui avons compris que, pour épargner du temps et de l’énergie à tout le monde (& aussi pour aider autrui), il faut évidemment dire la vérité, lorsque l’on entend quelque chose de faux, on va s’exprimer franchement et contredire la personne ; grosse erreur ! On s’est fait un ennemi de plus !

Mais on DOIT se soucier des codes NT (aussi stupides soient-ils !) car ce sont les NT (et même les PIRES spécimens) qui ont le pouvoir, et qui déterminent notre vie ! Ils peuvent nous mettre des bâtons dans les roues ou même, nous nuire activement (croyez que je parle ici par expérience).

Ou quand on est malade (quand il faut une piqûre, par ex) ; ils ne pigent pas qu’on ressent tout 10 fois plus fort, ou notre enthousiasme pour les sensations (musique, par ex) qui les rend envieux, … Il y a un risque réel de se faire cataloguer « difficile » ou « dingue » par les toubibs ! Bref, appliquons le « when in Rome, do as the Romans »…

Quand j’ai passé le test pour détecter ma douance, la psy m’a dit à la fin : « ce n’est pas étonnant que vous passiez pour excentrique ou originale ; vous percevez vraiment différemment le réel ».

Les spécialistes de la douance disent que les HP ont une sensibilité (donc une perception) bien plus « forte » que les NT, que leur système nerveux est connecté différemment –par ex, leur angle de vision est plus étendu ; il est donc normal – puisque c’est via les sens qu’on comprend le monde – que les HP aient une vue bien plus juste  (puisque plus étendue et bien plus précise) de la réalité que les normo-typiques.

Le problème, c’est que le monde est fait par les normo-typiques pour les normo-typiques – eh oui ; ils forment 98% de la population. C’est LEUR monde, il fut créé d’après leurs spécificités (c’est d’ailleurs bien pour ça que tout va si mal !) et il leur correspond ; un monde fou, de « power over », d’avidité, d’agression & de superficialité …
C’est comme Xi, le héros du film « les dieux sont tombés sur la tête » ; dans son monde – le désert du Kalahari (un désert extrêmement aride !) – il est un champion ; il sait trouver des plantes comestibles ou donnant de l’eau, ou pister & tuer des gazelles, etc… Là où des occidentaux crèveraient de faim & de soif.

Mais plaçons Xi dans la société occidentale, et il y sera un zéro total ; il ne sait pas se servir d’un ordinateur (il ne sait même pas lire), il ne sait pas conduire une voiture, etc… Là, il est un nul.

Eh bien, les HP (2%) sont comme Xi vivant dans une société occidentale ; c-à-d que nous, HP sommes forts dans notre monde, mais nuls dans un monde qui n’est vraiment pas fait pour nous – monde qui nous est pénible, car tout le monde court après des sottises (belle apparence, fric, statut, vacances de luxe, etc..) qui nous semblent des buts ridicules – on a d’autres buts, en général (plus profonds).

Pour en revenir aux codes sociaux, il y a par ex, l’exigence de regarder dans les yeux ; quand on est HP et que quelqu’un nous parle, si on regarde ses yeux, on ne comprend plus un mot de ce qu’il dit – alors, on regarde ailleurs pour pouvoir l’écouter… Mais les NT ne font ça qu’avec ceux qu’ils n’aiment pas, pour masquer leur aversion ou lui signifier que ce qu’il dit est inintéressant. Alors, quand un HP le fait, ils en déduisent qu’on est hypocrites …

Dans leur société, on est handicapés… C’est pour ça qu’on a pris l’image de l’albatros (du poème de Baudelaire) ; c’est un maître des airs, mais sur terre, cet oiseau est pataud et maladroit ; « ses ailes de géant l’empêchent de marcher ».

Et je ne parle pas des multiples cruautés  qu’on doit subir depuis tout petits – on dirait que les NT le sentent ; dès le début, on n’a que peu de copains, et même les adultes (les profs) nous maltraitent – sans compter le « système » en lui-même, qui est inadapté ! Combien de fois m’est-il arrivé de poser une question en cours, et que le prof me répondait : « ça, on verra l’an prochain » (ou « dans 2 ans ») – How STUPID is THIS ? !

Oui, on sait sans avoir appris, et on peut prédire, ou « voir » des choses qu’ils ne voient pas – mais quand on dit ça tout haut, ils nous regardent comme des fous. On exprime notre perception à haute voix, parce que, comme ce niveau de perception nous est naturel & inné, on croit (& comme c’est faux !) que tout le monde « voit », comme nous – mais ce n’est pas le cas ! Eux, ils ne voient rien, et si l’on ose en parler de ça, ils nous cataloguent comme bizarre, ou on se fait traiter de « ah, tu cherches encore à te faire remarquer ! »

Quelle injustice ! Alors que tout ce qu’on cherche, c’est justement à NE PAS ETRE DIFFERENT, à s’intégrer, à être comme tout le monde, pour être accepté & aimé !

Ce n’est qu’au fil du temps, et après des milliers de « gifles » (= beaucoup de rejets & de souffrances) que l’on comprend tout ceci ; que les normo-typiques ne voient, n’entendent, ne sentent rien, qu’ils sont juste bêtes & agressifs, et doués pour à peu près rien (ô combien !), qu’on est « Une girafe parmi les moutons » (voir : http://www.bonheuretamour.com/2015/10/18/une-girafe-parmi-les-moutons/ ou « La huppe qui s’égara chez les hiboux » : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/03/25/la-huppe-qui-segara-chez-les-hiboux/ ).

Moi, par ex, je suis douée pour la cuisine, l’écriture (je rédige bien puis j’écris – sans faute & rapidement – en 3 langues), les langues étrangères, la photo, la peinture, la psychologie, le chant, l’Histoire, la voyance, … – et eux ne le sont que pour une seule chose  – et encore ; ça « ne vole jamais bien haut » !

C’est pour ça que j’ai dû prendre un pseudonyme pour mes activités artistiques ; parce que les gens ne comprendraient pas comment on peut à la fois poursuivre une carrière artistique en ayant un site de conseil, et à la base, un bachelor en secrétariat de direction ! Pour eux, c’est impossible : un être a UNE voie, et puis c’est tout !

C’est pour ça que, quand j’ai demandé des aides aux instances officielles – pour pouvoir accomplir ce que je sens être ma mission, qui est d’aider les autres, toutes se moquaient de moi et me renvoyaient d’un ton méprisant … Les HP pourraient être très utiles à la société (et je crois que SEULS des HP le pourraient), mais à la place, ils nous « cassent » & étouffent nos talents ! Quel gâchis !

Après toutes ces années passées dans leur société, j’en suis finalement (& douloureusement) venue à voir que les NT agissent toujours de façon « bête et méchante », toujours se ruant sur la solution la plus stupide & illogique (car c’est immanquablement CELLE-LA qui leur semble intelligente & logique !) et toujours agissant de façon assurée & en toute inconscience (bien sûr ; ils ne doutent pas d’eux sans cesse, eux !), toujours mentant ou agressant (aveugles aux mobiles qui les y poussent), déversant leur rage, leur jalousie, leurs frustrations et leur désir de briller sur les autres.. surtout si ces autres sont des HP – différents, donc, à détruire !

Toujours intolérants à la moindre différence, toujours cherchant à tuer à la moindre divergence d’opinion (qu’ils perçoivent, dans leur inconscience, comme une attaque personnelle à leur identité)…

Et le pis de tout, c’est qu’ils ne sont pas constants : même ceux qui se prétendent notre ami, nous lâchent du jour au lendemain… Et ça fait toujours très mal !

Mon fils, à 14 ans, s’est mis à fuir les autres et à refuser de se faire des amis à l’école, tellement il a été blessé par la défection & la trahison de ses « amis » – ça l’a fait tant souffrir (& ce fut dur pour moi de voir ça) qu’il ne veut plus JAMAIS s’exposer à une expérience aussi douloureuse.

Quant à ceux qui restent (ceux qui veulent bien nous fréquenter, soit ce sont des Pervers Narcissiques (voir Pourquoi le HP attire les pervers ;http://www.bonheuretamour.com/2014/10/07/pourquoi-le-hp-attire-les-pervers/), soit, jamais ils ne nous comprendront, et toujours, on aura droit à, non seulement des idées stupides sur tout (mais que, dans notre bonté, on tolère et même, qu’on « soupèse », pour voir si on n’a pas tort) mais aussi à des remarques qui, pour être mal informées et sottes, n’en font pas moins mal !

J’en ai déduit que, pour notre propre bien, pour notre santé physique et mentale, il faut cesser, non de fréquenter les NT – ce qui est impossible car ils sont partout – mais de s’ouvrir à eux,  car toujours, ils nous blesseront… Nous sommes précieux (même si on en doute) et nous devons nous protéger ; protéger ce trésor en nous, si on ne veut pas que notre esprit soit assombri et notre âme détruite par leur malfaisance et leur bêtise.

J’ai toujours vu que, s’ils sont gentils au début, ils finissent par nous rejeter… On les agace, et ils nous agacent (sauf que nous, on est tolérants – on tolère leurs différences – mais eux, non !).

Il faut se rapprocher d’autres « zèbres », « albatros » ou « extraterrestres » – bref, de gens de notre « race » – quel sentiment merveilleux de comprendre enfin , et d’être enfin compris ! (voir : Le HP, Le PN & l’imbécile ; http://www.bonheuretamour.com/2015/06/01/le-hp-le-pn-limbecile/ ) – il n’y a qu’avec ceux-là qu’on peut s’entendre.

Pensez-y ; ils sont les plus forts & de loin, les plus nombreux – on DOIT donc trouver un moyen 1) de se protéger ( = les fréquenter le moins possible – ou alors, d’une position hiérarchique supérieure) , 2) de, dans les contacts qu’on a avec eux, de sembler plus ou moins normal à leurs yeux (& donc d’étudier & d’appliquer leurs codes) : ceci ne nous met pas à l’abri – puisque la plupart des NT, même petits ou très bêtes, « sentent » qu’on est différents – mais nous épargne les pires coups qu’ils peuvent porter – qui menacent notre vie ou notre liberté.

Bonne continuation 😉

B&A

PS : voici ce que m’écrit Flo T., une lectrice du groupe Facebook « Cahier Zèbres  Psychologie  Philosophie  Spiritualité » ;

Je me protège au max car je ressens la même chose, mais au quotidien c’est très fatiguant et ça me file des brûlures d’estomac de garder mes reflexions et idées pour moi. Sur ta remarque sur le fait d’être à un niveau hiérarchique supérieur aux NT, je ne vois pas comment y parvenir, car plus tu « montes », plus tu es entouré(e) et géré(e) par des gens particulièrement incompétents, accrochés à leur statut et leur salaire. Ils sont donc d’autant plus méchants car on (leur) révèle trop crûment leur médiocrité, leur paresse et l’imposture de leur positionnement dans l’organigramme. Ils font tout pour vous bloquer et vous enfermer, non sans, au passage, reprendre à leur profit votre travail et s’en valoriser. Si en plus vous êtes unE zèbre, avec des chefs NT hommes, c’est encore pire, car non seulement on touche leur intelligence mais aussi leur virilité.

Du même groupe, Nathalie R. a commenté ceci ;

Quoi que l’on fasse, on ne correspond jamais a leurs criteres et donc, on se fait repérer, jalouser, et finalement être lâchement abandonnés par ceux que l’on croyait naivement être des amis…Une lutte au quotidien pour entrer dans un moule dont l’étroitesse nous fait déborder de tous côtés.

Et voici ma réponse : Enfin un groupe de VRAIS HP, voyant les choses telles qu’elles sont ! Le flot de commentaires négatifs continue ; on traite le post de diarrhée verbale, on me reproche d’être pleine de haine (projection !), ignorante, arrogante, à l’ego surdimentionné, de me vanter & de faire des généralisations abusives, on me traite de raciste, de « quotientisme » (argument NT classique), on me compare à Hitler, ou à J-Cl Van Damme, … Alors, merci de voir que je ne vise qu’à informer pour aider, & qu’il n’y a que du vécu, des conclusions tirées du réel et des avertissements pour se protéger, non de la haine, de l’arrogance ou de la condescendance… Ces tares sont chez ceux qui les projettent sur moi.

Vu ces commentaires Fb (dont chacun sait qu’il est un défouloir !), j’aimerais ajouter ceci : J’ai vraiment pitié de ceux qui, emplis de rancoeur & de haine de la vie, doivent se défouler & tentent de se faire sentir mieux en « descendant » autrui – & je remercie Dieu chaque jour de ne pas être ainsi. Personne d’heureux & de satisfait de sa vie (ni d’intelligent, au fond) ne ferait une telle chose. Je souhaite le meilleur à ceux qui postent ces commentaires haineux à mes articles, car il est clair que là, ça ne va pas bien pour eux. Si quelqu’un a de l’acide et le déverse sur quelque chose, c’est le pot contenant l’acide – non l’objet – qui s’abîme le plus… Moi, je suis sur mon petit nuage ; ça prouve que mon article est efficace (cf la citation : « Si ce que vous faites est efficace, 95% des choses que l’on dira de vous, seront négatives »).

Ce que je dis est « dégoûtant » ? Mais, nom d’un chat, ce qui est dégoûtant, c’est ce rejet & harcèlement constant, et non le fait de le pointer du doigt !  C’est comme pour Zola, qu’on accusait d’ »ordure » parce qu’il montrait la misère des bas fonds !

On devrait être encouragés (& non l’inverse) à développer nos talents, & on devrait être protégés, et non être sans cesse la cible de ces « attaques racistes » ! Car on a beau avoir énormément de résilience, il faut se souvenir que, si on est piqué par une abeille, ça va, mais si on est piqué par des milliers d’abeilles, on meurt… Il est bon que les HP le sachent, pour que moins de vies & de talents se perdent.. & ça, ça ne peut que profiter à la société dans son ensemble ! Voilà mon but ! Qu’on me juge !

PS : oui, il n’est pas facile de survivre dans le milieu du travail (où on vise à coopérer & non à écraser les autres pour monter)… surtout qu’on n’a souvent pas réussi les hautes études nous permettant d’accéder aux postes de cadre. La soluce, c’est de tenter le job indépendant, ou du moins, celui où l’on aura à travailler seul, ou chez soi, ou au milieu de la nature, ….

Commentaires positifs :

groupe Facebook « Cahier Zèbres  Psychologie  Philosophie  Spiritualité »

Bea de Laat Merci, Béa, d’aimer la vérité – je me fais traîner dans la boue par des dizaines de gens sur d’autres sites de soi-disant HP, et même, ordonner de retirer mon article, parce que ça « perturbe les membres du groupe » (chez les « zèbres insoumis ») …

Nathalie Lemoine Merci pour ce post émoticône smile auquel je reviendrai régulièrement je crois ,pour une piqure de rappel salvatrice celle ci…être dans les codes des NT Je n’ai pas su faire..aie aie aie…Et effectivement si je me conforme au début pour être « acceptée » ça va heurter à un moment ou un autre..ça part en live…Wahouh!! que faut t’il faire en définitive dans ce monde de NT qui de toute façon nous attendent aux virages… Alors les pervers narcissiques et autres manipulateurs mégalomanes.. Je connais.. J’ai été broyée sans trop comprendre pourquoi… Il est là le problème.. maintenant je chemine comme je peux ; je surfe entre deux douleurs de rejet..Je suis venue gonfler le rang des personnes reconnues handicapés sans que personne (les conseillers de tout poils) ne me comprennent en réalité. Je me dis que je suis encore vivante c’est l’essentiel car j’aime la vie ; j’ai de la ressource mais jusque quand ? byebye:)

Bea de Laat Oui, c’est pour ça que je finis l’article en disant qu’il faut se protéger le plus possible. Les gens comme nous ont beaucoup à offrir au monde, mais hélas, le monde l’ignore, et est juste dans la défensive envers un élément « étranger »..

Flo TwentyHundred

Je me protège au max car je ressens la même chose, mais au quotidien c’est très fatiguant et ça me file des brûlures d’estomac de garder mes reflexions et idées pour moi. Sur ta remarque sur le fait d’être à un niveau hiérarchique supérieur aux NT, je ne vois pas comment y parvenir, car plus tu « montes », plus tu es entouré(e) et géré(e) par des gens particulièrement incompétents, accrochés à leur statut et leur salaire. Ils sont donc d’autant plus méchants car on (leur) révèle trop crûment leur médiocrité, leur paresse et l’imposture de leur positionnement dans l’organigramme. Ils font tout pour vous bloquer et vous enfermer, non sans, au passage, reprendre à leur profit votre travail et s’en valoriser. Si en plus vous êtes unE zèbre, avec des chefs NT hommes, c’est encore pire, car non seulement on touche leur intelligence mais aussi leur virilité.

Moi : Waw ! Enfin quelqu’un qui voit les choses telles qu’elles sont ! Le flot de commentaires négatifs continue ; on traite le post de diarrhée verbale, on me reproche d’être pleine de haine (projection !), ignorante, arrogante, à l’ego surdimentionné, de me vanter & de faire des généralisations abusives, on me traite de raciste, on me compare à Hitler, ou à J-Cl Van Damme, … Alors, merci d’être quelqu’un qui voit que je ne vise qu’à informer pour aider, & qu’il n’y a que du vécu, des conclusions tirées du réel et des avertissements pour se protéger, et non de la haine..

PS : oui, il n’est pas facile de survivre dans le milieu du travail (où on vise à coopérer & non à écraser les autres pour monter)… surtout qu’on n’a souvent pas réussi les hautes études nous permettant d’accéder aux postes de cadre. La soluce, c’est de tenter le job indépendant, ou du moins, celui où l’on aura à travailler seul, ou chez soi, ou au milieu de la nature, ….

Re-posté l’art. le 21/12 sur groupes Fb ; beaucoup m’approuvent… sauf …

Claudy Poppin’s Bien formulé et combien vrai !

Brigitte Royer Merci… « Comprendre » au bout de 35 ans l’incompréhensible connerie humaine… Apprendre du coup à accepter. Je me suis habituée ces dernières années à voir les « autres » quand ils ont ce genre de comportements comme des personnes « handicapés ». Je m’explique: lorsque vous voyez une personne avec un (dit) handicap ou différence mental, par respect, on vous apprend à accepter et à laisser dire ou laisser faire, parce que « ce n’est pas sa faute ». J’en suis arrivée à agir de la même manière avec les fameux NT. Triste réalité qui voudrait nous dénoncer, nous, comme « handicapés ou différents » alors que…???

Moi : Tu as raison, Brigitte : c’est apprendre sur le monde qui est normal, c’est sentir les souffrances des autres et tenter de les aider, qui est normal – et à l’inverse, c’est agir égoïstement et en toute inconscience, qui est anormal.. Je suivrai ton conseil désormais, en les voyant, eux (les NT) comme des anormaux – mais des anormaux « normaux » ( = en majorité, dans la norme) et donc, d’autant + dangereux …

Mais d’autres – groupe « les zèbres libres » – m’agressent (c/ dit ds l’article, Fb est un défouloir)…  J’ai quitté le petit monde con, mesquin & agressif du bureau, pour fonder un site, et voilà que je me retrouve dans la même situaton : agressée par des êtres bêtes & primaires, verts de jalousie et très agressifs (& hypocrites)… Et une fois de +, quand je réponds à ces mauvais, je me fais taper sur les doigts par le modérateur du groupe – alors que je ne fais que répondre à des attaques totalement injustifiées de tarés mal informés & envieux ! => sachant que ce sont des dingos (v. Stéphane Delgarde, un psychotique drogué, rien que ça !), je décide de ne désormais répondre qu’aux compliments (= des gens ayant vécu & sachant reconnaître la vérité quand ils la voient).

Une fois de + (voir l’article), toutes ces critiques des ces trolls verts de jalousie devant le talent, prouvent que je suis bonne dans ce que je fais ! Donc, en prendre note & passer à autre chose (c’est tout ce que leur impertinence mérite) ; « Les chiens aboient, la caravane passe » !

« Prends garde, ne chemine pas avec l’impie, car une telle fréquentation change le rayonnement du coeur en feu de l’enfer » (Baha’u’llah)

« Don’t wrestle with a pig : you both get dirty and the pig actually likes it » (G.B.Shaw)

« Celui qui sait qu’il sait, écoute-le. Celui qui sait qu’il ne sait pas, éduque-le. Celui qui ne sait pas qu’il sait, éveille-le. Celui qui ne sait pas qu’il ne sait pas, fuis-le ». (Proverbe Chinois) Je sais, & je le sais => la seule attitude sensée, est de m’écouter, et critiquer est preuve d’ignorance => les critiqueurs ignorent clairement qu’ils sont ignorants ; la seule attitude sensée est donc de les fuir. Leur répondre est : 1) leur faire bien trop d’honneur, 2) équivaut à discuter avec un idiot – or, « discuter avec un idiot prouve seulement qu’il y en a 2 »…

Une fois de plus, fake je fais « mon truc » ( et quand je vois un article idiot, je ne dis rien).

Sagesse  Ca, c’est ma sagesse – celle que presque 57 ans d’une vie d’études & d’épreuves m’a forgée…  Je n’interdis pas aux critiqueurs de fonder un site & d’y poster la leur… (au lieu de critiquer le travail d’autrui).

Le PN « serviable » ou « humoristique »

Par défaut

homme tape femme  Dans sa folie mégalomaniaque, un PN est fermement convaincu que sa vie est très importante, qu’il a une mission. Il cherche donc toujours des indices prouvant la nature unique & grandiose de sa vie.

Comme il est vide (ou mort) en dedans, il est tout « extériorité », image, apparences. Par conséquent, même lorsqu’il est seul, il est en représentation, comme si un public invisible était là, à le regarder & le juger.

Tous ses actes, paroles, gestes, sont destinés à ce public et tous sont (bien entendu) d’un grand intérêt & importance – c’est pour cela qu’il aime s’enregistrer, pour en faire profiter la postérité !

Et vu qu’il est un personnage si important, il trouve normal d’avoir droit à tout ce qu’il veut, et à ce que les autres lui obéissent sans discuter et lui octroient sans râler ses moindres désirs & caprices !

Mais les autres lui résistent, ce qui le frustre et lui cause de la colère. Et comme il sait pertinemment que la société vise à éviter les conflits, que la violence est mal vue ou interdite et que, s’il s’y laisse aller ouvertement, il sera puni, il use de moyens détournés pour décharger son agressivité – et Dieu sait qu’il connaît de nombreuses façons d’agresser ; il peut jouer la « franchise brutale », ou l’ »humour mordant », ou « le bon conseil étouffant », ou « le sexe expérimental », ou « le retrait social », ou le comportement «différent», ou trouver une autre façon d’exprimer son hostilité cinglante et réprimée – qu’il qualifiera d’ »amour-vache » ou de « c’est pour ton bien ».

Son cocktail sadique préféré est de mixer sa « franchise brutale » avec des « conseils utiles » et de « souci pour le bien-être » de sa victime. Il exprime – souvent sans provocation – des observations très blessantes – mais bien sûr, comme c’est un lâche, ces méchancetés sont toujours formulées de façon socialement correcte.

Il vous dira, par ex : « ces vêtements ne te mettent pas du tout en valeur. Tiens, voici la carte de mon tailleur » ; ce faisant, il se montre serviable en apparence, mais blessant en réalité (tout est dans le ton ; sous-entendu : vous avez des défauts physiques ou mauvais goût !).
Un autre truc favori du PN est d’insister sur les insécurités, les peurs, les faiblesses et les lacunes de la cible de l’agression. Si vous (son conjoint) êtes jaloux (se), le pervers parle de son besoin d’expériences sexuelles et de ses nouvelles conquêtes. Si son partenaire d’affaires a été jadis traumatisé par une insolvabilité, il lui reproche d’être trop prudent ou trouillard, tout en le forçant à assumer les risques d’affaires bizarres et hautement spéculatives.

S’il a un conjoint grégaire, le PN joue le solitaire, l’ermite, l’inadapté social, ou le visionnaire incompris – forçant ainsi le (la) partenaire de renoncer à sa vie sociale.
Plein de venin, un PN porte en lui animosité, hostilité, une haine effrénée – ce qui mène souvent, dès qu’il en a l’occasion, à la violence physique. Mais les manifestations non-physiques de sa bile accumulée sont encore plus terrifiants, plus omniprésents, et plus durables. Méfiez-vous de ses cadeaux ; ce sont toujours des « cadeaux empoisonnés » (j’ai dit ailleurs, comme un pervers vous offre toujours des cadeaux inadaptés, pour « vous faire comprendre votre insignifiance »)  car le PN vous hait à mort, simplement parce que vous existez & que vous êtes tel(le) que vous êtes !

Il sent que vous lui êtes supérieur(e), mais il n’a pas la moralité de se dire qu’il va vous prendre pour modèle ; à la place, il vous jalousera pour cela, pour votre Vie intérieure, et visera à vous détruire… Se rappeler ceci peut vous sauver la vie !

Les êtres à fréquenter

Par défaut

amis Il faut, c’est évident, fréquenter des êtres mentalement sains, et fuir (si on veut éviter le chaos & les souffrances) les êtres dérangés. Mais qu’est-ce qu’être mentalement sain ? Ou normal ?

Les gens sont souvent dans le doute ; ils ne savent pas s’ils doivent accepter un comportement de la part d’un de leurs proches, ou s’ils doivent prendre des mesures pour le faire cesser.

Comme ce n’est écrit ni expliqué nulle part, ils se demandent souvent si un comportement est normal ou pas, ou qu’est-ce qui est anormal. Stricto sensu, est « normal » ce qui est « dans la norme »… Ceci ne veut rien dire car, comme le Dr Phil, j’estime anormal tout ce qui dérange la vie de la famille ou de la relation – car, notre société étant très malade, ses normes (donc, son « normal ») ne le sont en fait pas du tout ! Et « Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être sain dans une société profondément malade ».

Par conséquent, postulant que les êtres sains ( = ceux dont il faut rechercher la compagnie et qu’il faut devenir soi-même) se reconnaissent au fait qu’ils agissent de façon saine, voici à quels comportement on les reconnaît :

-Ils ont une très faible tolérance pour les personnes dysfonctionnelles : les personnes saines ne veulent pas réparer ou contrôler les autres ; étant centrés sur eux-mêmes (mais sans égoïsme), porter le « bagage » de quelqu’un d’autre ne les intéresse pas. S’ils s’associent, c’est pour s’améliorer, & rien d’autre. Certes, ils aideront les gens dans le besoin, mais ils n’investiront pas leur vie, leurs émotions, ou leur avenir pour des êtres dérangés. Ils n’« ignorent » pas les signaux d’alarme, et rejettent résolument toutes les relations pouvant causer des drames et des ravages dans leur vie. Ils recherchent plutôt des relations stables et fiables, avec des personnes partageant les mêmes idées.
-Ils ont des limites saines & bien marquées : ces individus ont appris à avoir des limites, à faire respecter leurs droits et les droits d’autrui. Ils ont appris à propos de l’équité, de la moralité et du respect & ont un fort sentiment de justice, du bien & du mal. Ils aiment à aider autrui, mais détectent tout de suite si on veut profiter d’eux.

Ils traitent les autres avec respect et si cette courtoisie n’est pas réciproque, ils cessent la relation.

-Ils n’ont pas peur des conflits et communiquent efficacement : on nous apprend souvent (surtout les filles et/ou surtout dans les familles dysfonctionnelles) à se tenir coi, ne pas « remuer la m… », que nos désirs et besoins ne sont pas importants & à éviter tout comportement qui pourrait susciter la colère, ou la critique de notre parent manipulateur. Mais ces idées nous désavantagent ; il vaut mieux être direct !
-Ils sont auto-centrés et non centrés sur d’autres personnes : Cela ne veut pas dire qu’ils ne mettent pas les besoins des autres avant les leurs à certains moments, mais ils ne se négligent pas, ou leurs propres besoins, en faveur de quelqu’un d’autre. Ils ont une idée correcte de ce qu’ils veulent, ce qu’ils aiment, ce qu’ils ont besoin et n’ont aucun problème à faire de ces choses leur priorité. Ils ont l’oeil sur leurs buts et leur avenir, indépendamment de toute autre personne.
Il y a 4 types de communication ; directe, passive, agressive & passive-agressive ; seul le 1er type est sain.

Donc, les personnes saines disent & demandent directement ce qu’elles veulent ; elles ne restent pas à espérer que l’autre le devinera. Si elles veulent ou ont besoin de quelque chose, elles savent qu’il est de leur devoir de faire connaître leurs souhaits. Et elles n’acceptent pas de mauvais traitements par crainte de déplaire ou d’être rejeté(e).
Comment l’on s’exprime donne la mesure de notre estime de soi. Il ne faut pas garder le silence sur des questions importantes à traiter, avec l’espoir qu’elles vont disparaître, ou que l’autre partie changera d’avis. Et ne vous attendez pas que les gens vous « devinent » ; ne rien dire en espérant que les autres liront en vous, ne rapporte que douleur & frustration.
– Une personne saine n’est pas passive-agressive ; elle ne va pas se dire d’accord de faire quelque chose, puis ne pas le faire. Si elle ne veut pas faire quelque chose, elle refuse, tout simplement – clair, net, précis, sans ambiguïté !

Une personne saine n’est pas non plus agressive ; elle ne recourt pas aux cris ou à l’intimidation pour obtenir ce qu’elle veut. Elle ne manipule pas non plus sournoisement, mais exprime clairement ses intentions.

-Un être sain tient toujours parole ; ils ne cherchent pas à tromper, berner, arnaquer autrui, mais sont fiables,

indépendants, dignes de confiance. S’ils vous disent qu’ils vont faire quelque chose – ils le font. Avec eux, pas besoin de craindre ou de devoir deviner leurs intentions ; ils sont clairs, et il n’y a pas de drame – ils préfèrent l’honnêteté et l’intégrité.
– Ils se soucient de leur santé ; l’alimentation, le sport, ainsi que le maintien de la paix de l’esprit, de l’espoir & l’optimisme, sont importants pour eux, & ils font ce qu’il faut pour rester en forme, coûte que coûte.
-Ils ne sont pas auto-destructeurs : les êtres sains n’ont pas de tares ou de vides à combler. Bien sûr, tout le monde a certaines choses qu’il aimerait changer, mais les gens sains ne s’attardent pas sur ces choses. Ils ne cherchent pas à échapper à la réalité, ou à endormir une blessure. Les personnes saines refusent de se blesser ainsi elles-mêmes ou de bloquer leur vie. Ils ont une mentalité saine sur eux-mêmes et leurs capacités et sont positifs.

– Ils fréquentent des personnes partageant les mêmes idées & fuient comme la peste les « losers » ; ceux qui sont toujours en colère ou dans la douleur.  En effet, une personne saine n’est pas intéressée par le drame et la tension mais cherche la sérénité, à  être avec des gens qui il peut avoir confiance et prédire le comportement ; il aime rire, jouir des plaisirs simples et non devoir « marcher sur des oeufs ».
Souvenez-vous ; « Vous ne pouvez pas CHANGER les gens dans votre vie, mais vous pouvez changer LES GENS dans votre vie » !

La déprime des mâles

Par défaut

Durant l’année qui vient de s’écouler, et au fil de mes rencontres, j’en suis venue peu à peu à penser (à tort ou à raison) que la plupart des hommes souffrent d’une forme de dépression.
La fameuse coach de l’amour, Patti Stanger, semble le penser aussi, puisque je l’ai entendue dire que la plupart des hommes ont un endroit blessé, et que, si l’on y touchait, ils se mettraient à pleurer.
Et le pis, c’est que cette terrible épidémie est secrète. En effet, un vrai « mec » doit être fort et compétent – alors comment un homme oserait-il avouer qu’il va mal ? Comment pourrait-il s’exposer ainsi, exprimer ce qui le rend faible, vulnérable et ridicule ? C’est inconcevable …Pas question ! se dit-il.
Un vrai homme doit agir efficacement et celui qui ne le peut pas se fait traiter de femmelette, de raté… Alors il peut pas avouer – même à lui-même – qu’il va mal ! Un gars, un vrai, ne demande pas d’aide ; étant compétent, il DOIT pouvoir s’en sortir tout seul !
Quelle peut donc être la cause de cette dépression ? Comme pour la dépression chez la femme : la perte du job ou d’une relation amoureuse et les problèmes d’argent..
Les chercheurs ont découvert que, contrairement à ce que l’on croit souvent, ce sont les hommes qui souffrent le plus d’une rupture amoureuse. Et le pis, c’est qu’ils ne peuvent, comme les femmes, exprimer toute leur douleur – ils la renferment donc en eux-mêmes, ce qui ne fait qu’aggraver les choses, car un homme ayant le cœur brisé adopte alors une des 2 tactiques suivantes : soit, il devient un Casanova et « saute sur tout ce qui bouge », soit il se mue en ermite – le sexe ne l’intéresse plus…
Mais je pense que la cause majeure de dépression chez l’homme, est son inaptitude à atteindre les standards de la masculinité. Les pauvres répriment depuis l’enfance leurs sentiments naturels et leur vraie nature pour atteindre cet idéal du « vrai mâle » – fort, cool et sûr de lui – et se faire reconnaître comme tel par les autres !
Normalement, être déprimé cause tristesse, impuissance et désarroi, mais ces sentiments étant « féminins », sont interdits aux mâles… et se transforment donc en colère – une émotion qui est, elle, acceptable pour un homme.
Les femmes peuvent pleurer au moins et ainsi, se purger de leurs sentiments négatifs (stress, douleur, colère, peur) ; les hommes ne le peuvent pas ! Quand nous pleurons, des substances chimiques de stress sont chassées hors de notre corps, ce qui fait baisser fortement le niveau de notre tristesse…
Cette ressource est hélas refusée aux mâles… Depuis tout petits, ils ont dû apprendre à réprimer leurs sentiments et à montrer une belle façade…
Hélas, ce n’est pas parce qu’on a « balayé ses sentiments sous le tapis », qu’ils ont disparu … bien au contraire ! Ils ressortent sous forme de rage – Elle se traduit par de soudaines crises de colères (déclenchées par des « riens ») dirigées soit contre d’autres hommes, soit (comme ils en ont peur, en général), le plus souvent contre des êtres plus faibles : femmes ou enfants… D’un homme qui pique de telles crises, on dit qu’il a sale caractère – on ne pense jamais à une dépression…
La 1ère étape serait (dans l’idéal) qu’ils osent regarder les choses en face et s’avouer qu’ils vont mal et qu’ils doivent se bouger s’ils veulent guérir – car ils nuisent à eux-mêmes, aux autres et au monde s’ils restent dans cet état.
Hélas, au lieu de faire ça, ils cherchent dans la colère un soulagement temporaire, inefficace et le plus souvent destructeur !
Comme ils n’ont pas l’air de souffrir, ceci leur permet de « fonctionner » plus ou moins, sans même sentir qu’ils ont mal – et de garder une façade plus ou moins normale…
Par conséquent, pourquoi quitter une méthode qui marche (même si ça fait souffrir d’autres êtres) pour se lancer dans un processus douloureux (il faut crever l’abcès !), effrayant et humiliant ? Il n’y a, pensent-ils, aucune raison de le faire !
De plus, quand une fille (puis une femme) a un problème, elle cherche la compagnie d’autres filles (ou femmes) pour « sortir » et purger ses sentiments et obtenir du soutien émotionnel – mais un garçon (puis un homme) ne peut faire ceci : les autres hommes le mépriseraient et tenteraient de tirer avantage de sa faiblesse … tant leur monde est dur et sans pitié !
Or, les humains sont l’espèce la plus « sociale » sur terre : un humain ferait n’importe quoi (ou éviterait de faire) pour plaire – ou ne pas déplaire – à ses pairs, pour être accepté. Pour les garçons, le prix à payer pour être accepté est… le rejet de la sensibilité – c-à-d de ce qui nous rend justement humains ! N’est-ce pas monstrueux ?!
Il faut que les hommes comprennent qu’il n’y a pas à avoir honte de ses sentiments, qu’il est bon de parler de ses soucis.
Les sentiments sont naturels et bénéfiques si on leur accorde droit de cité… Mais s’ils sont ignorés et niés, ils “pourrissent” et vous poussent à des comportements (auto-)destructeurs !
Ces comportements de « réconfort » et de substitution consistent en : abus d’alcool (1 homme sur 5 en souffrirait), infidélités, et violence… Leur déprime les pousse à faire payer aux plus faibles (femmes et enfants) le prix de leur aveuglement – mais parfois aussi à d’autres hommes (rixes) ou à eux-mêmes (suicide).
L’homme, donc, n’est pas si doué (ou si motivé) que la femme pour reconnaître ce qui se passe en lui, en sorte qu’il ignore ses sentiments, les cache autant à soi qu’aux autres et les masque avec des comportements de substitution.
De par leur éducation, les hommes en sont venus à ne jamais se voir tels qu’ils sont – l’introspection étant aussi une chose ressortissant de la sensibilité, de la parole (ou les hommes sont faibles), du cassage de tête, donc, réputé « féminin » et à rejeter.
Ils se sont « brisés » et construit un faux moi, pour faire partie du « club » (des « mecs ») puis prennent ce faux moi pour leur moi réel – ce qui fait qu’ils ne savent jamais d’où ils parlent ; c’est leur « personnage » qui s’exprime, jamais leur vrai moi, tout « recroquevillé », perverti, faible et battu, relégué dans un petit coin sombre !
Contrairement à ce que dit plus haut, un « vrai mec », ce serait celui qui aurait le courage de se montrer comme il est, c-à-d non comme un Tarzan ou un robot, mais comme un être de chair et de sang, avec ses faiblesses et ses moments de découragement, avec une vraie tendresse, et prêt à chercher de l’aide s’il sent qu’il en a besoin !
C’est à tort que les hommes croients qu’ils doivent être toujours le maître de leurs émotions ; c’est ce stupide préjugé qui fait qu’ils nient ce qu’ils ressentent et « recouvrent » leurs moments de désespoir ou de découragement, avec de l’alcool, ou des conduites à risques, ou en attaquant quelqu’un d’autre.
On constate de grandes différences dans les symptômes de dépression selon qu’elle touche un homme ou une femme ;
Une femme tend à jeter le blâme sur elle-même, à être apathique, craintive, timorée, nerveuse, à fuir tout conflit, à chercher du réconfort en parlant de ses soucis à ses copains-ines. Un homme dépressif, lui, jettera le blâme sur les autres, sera arrogant, irritable, agité, cherchera la bagarre, et se « soignera » avec l’alcool, la télévision, le sport et le sexe.
Belle thérapeutique !
La dépression comportant des symptômes physiques (mal de dos, migraines, insomnies, crampes intestinales, …) , l’homme consulte souvent pour ceux-ci et les médecins tendent alors à ne pas penser à une dépression (alors qu’ils y penseront pour une femme) et à rechercher une maladie physique. Les conséquences de ceci sont graves, quand on sait queles hommes font plus de tentatives de suicide que les femmes, et « réussissent » leur suicide plus souvent que les femmes… Sauvez votre peau, Messieurs : rejetez les préjugés et osez découvrir et exprimer votre vrai moi – qui vaut bien autant, et même plus, que votre « façade » de macho !
Soyez un vrai humain, pas une machine … et un « vrai mec » aussi, car il faut du courage pour cela.
Vous y gagnerez une brillance, une séduction naturelle et au final, une vie – et des relations – plus heureuses et plus authentiques !

La musique rend intelligent

Par défaut

Selon une étude de l’Université de Toronto, la pratique de la musique augmenterait l’intelligence verbale des enfants, c’est-à-dire leur capacité de compréhension du discours d’autrui et leur propre expression.
D’autres travaux de l’Université de Porto, au Portugal, montrent que la pratique régulière d’un instrument par un adulte améliore la compréhension des émotions d’autrui, car ces personnes sont plus sensibles aux intonations de la voix.
La première étude a consisté à faire participer des enfants âgés de 4 à 5 ans à des programmes d’initiation à la musique, où ils écoutaient des mélodies, apprenaient à les reconnaître, à identifier le timbre des instruments, etc.
Les enfants devaient ensuite passer des tests d’intelligence verbale (compréhension de l’oral, raisonnement à partir de situations exposées verbalement, etc.). Comparativement à des petits n’ayant suivi aucun programme préalable, ou ayant suivi un programme d’introduction aux arts graphiques, les enfants initiés à la musique ont déployé des capacités supérieures d’intelligence verbale.
Les psychologues y voient le signe d’un transfert de capacités cognitives musicales (mémorisation, repérage de structures temporelles et sonores) vers le domaine du raisonnement et du langage.
Dans la seconde étude, les psychologues ont fait écouter à des adultes âgés de 18 à 30 ans ou de 40 à 60 ans des phrases enregistrées, dont le ton exprimait 6 émotions différentes : la peur, la colère, le dégoût, la joie, la tristesse ou la surprise.
Les résultats ont montré que les adultes ayant un bon niveau de pratique musicale identifient mieux, quel que soit leur âge, la plupart des émotions exprimées à travers la voix. Les personnes sans pratique musicale se trompaient plus souvent.
La musique exerce l’oreille à déceler les variations dans la hauteur des sons et familiarise en outre au monde émotionnel, qu’il s’agisse d’exprimer des émotions par des sons, d’identifier ses propres émotions ou d’affûter sa sensibilité aux inflexions des phrases musicales et aux nuances associées aux différentes interprétations.
L’avantage acquis en société est alors notable, étant donné que l’identification des émotions dans les voix fait partie de l’intelligence émotionnelle, liée au succès social et professionnel.
influence de la musique sur le comportement
La musique a un effet énorme sur l’être humain ; en effet, elle atteint le système limbique, donc, éveille de puissantes émotions en nous – bien que parfois plus lent que d’autres systèmes, ce système peut submerger TOUS les autres systèmes et parties du cerveau !
Effet sur les enfants
La musique est bonne pour le cerveau, et un enfant peut l’apprécier dès après 1 an. Les enfants ayant suivi les cours Suzuki, par ex, ont de plus hauts scores de QI (peut-être est-ce dû à leur famille) – l’entraînement musical est directement lié aux compétences verbales (et même mathématiques).
Cela développe en outre l’intelligence émotionnelle du petit en lui faisant les reconnaître dans les sons – il est alors plus à même de comprendre les émotions d’autrui et plus empathique, ce qui freine ses impulsions agressives.
Mais attention :
1) « l’effet Mozart » (prétendant qu’écouter de la musique classique élève le QI global des enfants) a été prouvé inefficace,
2) une musique agressive peut renforcer les tendances agressives de l’enfant. Du reste, des enfants agressifs sont attirés par des musiques violentes. Pour les enfants en déséquilibre, une musique rythmée peut aisément déboucher sur des actes agressifs.