Archives de Tag: Adam et Eve

Eve, mère de l’Homme & Adam le suiveur

Par défaut

Adam & Eve 3

Les femmes représentent plus de 50% de la population, font 66% du boulot sur terre et produisent 50% de la nourriture. Et pourtant, elles n’ont que 10 % des ressources et 1% de la propriété ! (Et OUI, c’est TOUJOURS AINSI ACTUELLEMENT).

Ce sont les femmes qui ont fait accéder l’homme à l’humanité – ceci est-il donc un crime si grand que depuis & à jamais, elles doivent le payer ?

L’écrivaine Pearl Buck commente, dans un de ses livres, ainsi l’histoire d’Adam & Eve :  l’homme était satisfait de jouir du jardin mais la femme pensait aux enfants qui lui naîtraient, et voulait plus. C’est comme cela qu’elle fut poussée à explorer et à désobéir à Dieu.

Or, cette possiblilité de désobéir à Dieu, n’est rien de moins que CE QUI FONDE L’HOMME !

Souvent on entend des athées dire : « si Dieu a tout créé, il a créé le mal – donc Il est mauvais.  Ou à tout le moins, Il permet le mal – donc il l’approuve – Il est donc est indiférent ou complice – ou, s’Il ne peut l’empêcher, Il est faible – et n’est donc pas Dieu, puisque Dieu est censé être tout-puissant.

Ce genre de « raisonnement » prouve qu’ils n’ont rien compris à la nature humaine ; car l’amour de Dieu, c’est justement cela !  Les animaux, sont forcés de suivre les lois naturelles ( = divines) sans pouvoir y échapper, alors que nous, humains, avons cette liberté de choisir : suivre la parole de Dieu, ou y désobéir ! C’est CECI qui nous distingue de l’animal – et c’est cela qu’Eve a fait…

L’histoire d’Adam et Eve montre aussi la lâcheté de l’homme : quand Eve lui propose de manger du fruit défendu, il la suit sans réfléchir !  Il pouvait lui dire : c’est interdit, alors fais-le si tu veux, mais moi, j’obéirai à Dieu ». …

Au lieu de protester, il acquiesca et pécha avec elle – mais quand Dieu les confronte, il jette toute la faute sur Eve, et n’assume pas sa responsabilité, son choix… (Il semble que rien n’ait changé).

Les incroyants nient la réalité d’Adam et Eve – mais même si ce n’est qu’un conte, c’est un conte très intelligent, qui nous éclaire, car il révèle la mentalité ainsi que la destinée des hommes et des femmes.

Jean-Claude Van Damme en dit ceci : « Moi, Adam et Eve, j’y crois plus tu vois, parce que je suis pas un idiot : la pomme, ça peut pas être mauvais, c’est plein de pectine » 😉 ! Mais redevenons sérieux !

Bref, dans le conte, la femme doit être punie de sa rébellion : Dieu lui dit (Il ne dit pas ceci à l’homme !): « tu t’attacheras à ton mari, et il dominera sur toi » …sous-entendu : justement à cause de cet attachement ! Si l’on devient dépendant de quelqu’un (surtout si lui ne l’est pas de nous), on est clairement en position de faiblesse !

Et voilà la malédiction de la femme – et pourquoi elle doit payer et souffrir – Vous pensez que c’est ridicule et que ça ne tient pas debout ? Peut-être…mais regardez autour de vous, le sort qui est fait aux femmes un peu partout dans le monde et dans l’Histoire (car cela remonte loin)…. Moi, je trouve que ça ressemble furieusement à un genre de malédiction !

Voici aussi pourquoi, dès le début, dans les contes comme dans les faits, on voit que c’est elle qui est cause de progrès, d’avancement de la civilisation :

En Afrique, par ex, ce sont les femmes qui ont découvert les propriétés curatives de diverses plantes, ou les femelles macaque, le lavage de patates (voir l’histoire du « 100ème singe »), …

Le conte hopi de la création de l’Homme, en attribue aussi l’apparition à la femme : au commencement, l’Homme (qui n’était pas encore l’Homme) vivait dans les profondeurs de la terre – et en était satisfait. Mais pas sa femme ; elle voulait s’élever…

Pour lui faire plaisir (ou faire cesser ses jérémiades !) l’homme monta d’un étage… puis d’un autre… puis d’un autre, etc… Jusqu’à ce que, toujours poussé vers le haut par les récriminations de sa femme, l’homme émerge à la surface de la Terre. Et voilà ; l’Homme était né !

Cette mission la femme ne doit pas l’abandonner… Car « qui n’avance pas recule » et donc, si la femme (qui est alors la Femme) ne le civilise pas, l’homme se livre à ses mauvais instincts et tombe à un état pis que celui d’une bête !

Beaucoup d’hommes, en effet, s’imaginent que, comme ils n’existe pas de mariage chez les animaux, ceux-ci s’accouplent comme ils veulent, « en toute liberté » – quelle erreur !

Les bêtes doivent se plier à des règles très précises, et les faibles doivent se résigner à NE JAMAIS AVOIR DE RELATIONS SEXUELLES !  C’est ça, la « la loi de la nature « – faire en sorte que seuls les plus aptes aient accès à la reproduction (pour toujours renforcer l’espèce et permettre qu’elle puisse se perpétuer).

S’il en allait de même avec nous, il n’y aurait que les gars les plus grands, forts et beaux qui s’accoupleraient dans leur vie…et encore, à certaines périodes bien précises (le reste du temps : chasteté totale !).

Or, on voit bien que les hommes, même les gringalets, pauvres, laids ou très bêtes, peuvent se satisfaire assez aisément, et même se reproduire, alors que normalement, les femelles devraient être bien plus « difficiles » et ne se laisser approcher que par l’élite !

Il y a un proverbe anglais qui dit : pourquoi acheter la vache quand on peut avoir le lait ? Eh oui ;  avant, les hommes devaient épouser (= acheter la vache) pour pouvoir coucher (= avoir le lait)… Maintenant, ils en prennent à leur aise… !

C’est ce qui explique les malheurs du monde actuel.

Les femmes ont abandonné leur rôle sacré pour s’adapter au rôle que les hommes leur ont assigné, et se sont faites les gardiennes de la tradition – une tradition qui les spolie et les infériorise !

L’idéal serait qu’elles reprennent le pouvoir – et le rôle – qui est le leur ; celui d’élever et civiliser l’homme.

Ces derniers se plaignent du mariage, alors que ce sont eux qui en profitent !  Il leur fournit une bonniche, baby-sitter et prostituée gratuite – sans compter le rôle d’éponge à émotions négatives et hélas, souvent de défouloir !

Ca en coûterait de l’argent s’ils devaient payer d’autres personnes pour faire tout cela !

Il n’y a qu’à voir les chiffres des dépressions : elles sont le plus nombreuses chez :  1. les femmes mariées, 2. Les hommes célibataires… Concluez … Voyez donc à qui cela profite !

Les hommes rechignent néanmoins souvent à « passer devant Mr le Maire » et se plaignent du mariage… Les finauds ! Ils font ça pour ne rien devoir y faire ; pour jouir de tous les avantages que procure la femme, sans devoir donner quoi que ce soit en retour !

Du reste, si l’union leur était si négative, pourquoi, partout dans l’Histoire, les femmes vues comme un butin précieux, pourquoi ils nous mettent depuis toujours des entraves – réelles ou symboliques – pour nous garder à eux (sous leur dépendance) et nous empêcher de nous enfuir : clitoris coupé, pieds bandés, discours politiques ou religieux sur notre infériorité et notre devoir de nous soumettre aux hommes et dépendre d’eux, etc… ?

Je prends l’exemple de l’Occident (je le connais bien, y ayant grandi) : il y a d’abord eu la « religion » – alors que Jésus n’a rien dit de tel et a préféré Marie (« la contemplative ») à Marthe (« la servante »), la chrétienté a assigné aux femmes les seuls rôles d’épouse et mère – à l’exclusion de tout autre.  Cette vie amoindrie et très rétrécie fit que leurs talents furent perdus pour l’humanité… Quel gâchis !

Car rien n’abrutit plus l’esprit que les stupides tâches ménagères, toujours à recommencer (donc dénuées de sens !)  – c’est comme Sisyphe avec son rocher ; il devait le monter indéfiniment en haut d’une montagne, puis la pierre roulait en bas et il devait la re-monter, etc…

Puis, la religion perdit du terrain.  Et Freud arriva, à point nommé, qui affirma que la femme est inférieure et masochiste.

Et quand ce levier perdit de sa force, apparurent (comme par hasard !) des canons de beauté inatteignables… ce qui sape notre confiance en nous (car toute assurance a sa base dans le fait d’apprécier son propre corps).

Tandis qu’on court pour atteindre l’inaccessible étoile du corps jeune, mince et parfait, et qu’on se déteste parce que (bien sûr !) on n’y arrive pas, on ne peut se dresser pour défendre ses droits !

En plus, les hommes appliquent le « diviser pour régner » : conscients que « l’union fait la force », ils font tout pour empêcher notre entente : créer l’envie, la jalousie et la rivalité, semer la zizanie entre les femmes !

Mais surtout, il y a dans notre culture ce piège subtil : induire un faux sentiment de liberté, de « on a gagné » = une « égalité » qui n’est en fait que des mots, de la fumée !  Par ex, un même examen, soumis à ceux qui doivent les corriger, avec un nom masculin ou féminin : les feuilles de réponses (les mêmes feuilles !) affublées d’un prénom féminin, reçoivent des notes inférieures que si elles portent un prénom masculin – alors que, bien sûr, les réponses sont pareilles !

Je sais que certains – & surtout certainEs – refuseront de croire à ceci … Pourtant, si je voulais le prouver, je n’aurais jamais fini, tant les preuves foisonnent ; il suffit d’ouvrir ses yeux & ses oreilles, d’observer ce qui se passe autour de nous, SANS PREJUGES …