Archives de Tag: actes

Partenaire dérangé & profiteur

Par défaut

Parmi les gens que l’on rencontre (collègues, amis, partenaires amoureux) certains semblent gentils au début, mais se révèlent ensuite tout autres. On peut avoir des différends avec tout le monde, même avec des êtres bons, mais ceux-ci tentent de réparer au plus vite leurs bêtises.

Les êtres profiteurs & mauvais (5 à 6 % des gens) par contre, sèment la douleur, le chaos et la confusion autour d’eux ; ils sont violents envers vous ou les enfants, vous plaquent soudain alors que vous êtes en état de faiblesse, vous salissent auprès de vos amis ou collègues, couchent à droite et à gauche sans protection & vous transmettent une MST, …

Ceux-là sont des sangsues, des êtres toxiques, des vampires émotionnels ; à quoi il faut rajouter ceux qui sont mal informés, hostiles, accros à diverses drogues, manipulateurs, destructeurs, violents.

J’en ai d’ailleurs parlé déjà ici http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ et ici : http://www.bonheuretamour.com/2015/11/06/choix-du-partenaire-evitez-les-vampires/.

Heureusement, leur attitude les trahit, en sorte que vous pouvez les repérer  et vous en protéger en les gardant à l’écart de votre vie.

Mais comment les repérer avant d’être entraîné(e) dans leur toile d’araignée mortelle ?

Ils apparaissent toujours comme des êtres hyper sympathiques ; attirants, charmeurs, charismatiques. Mais ils le sont TROP ; « la mariée est trop belle » ! => Si c’est trop beau pour être vrai… eh bien, c’est que ce n’est PAS vrai !

Et comme ils sont morts à l’intérieur, ils choisissent pour cibles les êtres les plus vivants et vibrants car c’est de ceux-là dont ils peuvent se nourrir – d’autant plus que, comme les humains jugent les autres d’après eux-mêmes, les êtres bons ne sont pas capables de détecter (ni même d’imaginer) le mal.

Il est inimaginable qu’en fait, les vampires existent, que quelqu’un puisse se nourrir de la souffrance d’autrui… et en plus, quand on est intelligent (oui, même notre intelligence nous trompe), on se dit que c’est bête, contre-productif…

Il est donc essentiel de repérer les gens ayant de graves problèmes mentaux comme le narcissisme (se fichant des besoins d’autrui), la sociopathie (désirant nuire aux autres) ou le trouble borderline (êtres qui me mettent sans arrêt dans les problèmes) et de citer les comportements qui les trahissent – ne cherchez pas les mobiles ou l’étiquette correcte ; c’est une perte de temps & d’énergie : il ne faut considérer que les actes.

Oui ; vous pouvez évaluer quelqu’un seulement en le regardant agir et en déduire le mal qu’il vous causerait si vous le laissiez entrer dans votre vie – il ne faut que vous focaliser sur les comportements, et non sur les mots (les « étiquettes »), ou sur la question de savoir ce qui est normal ou pas !

Bien sûr, il ne faut pas juger d’après une seule phrase ou acte, mais voir le schéma global de comportement de la personne. Les abuseurs savent bien du reste, qu’une injure ne compte pas, et c’est pour ça qu’ils commencent en douceur, avec leurs victimes, sachant que celles-ci ignoreront une insulte…mais là, c’est l’histoire de la grenouille dans l’eau, qui sort tout de suite si l’eau est trop chaude, mais reste dedans si l’on augmente progressivement la température, qui nie son mal-être, pense qu’elle pourra bien toujours supporter, et qui finit … brûlée !

Donc, il est sage de distinguer le schéma dans les actes apparemment insignifiants de l’autre personne.

Mais les sangsues sont futées ; elles ne sont pas mauvaises à chaque fois ; elles sèment la confusion, sachant créer un écran de fumée pour avancer vers leurs buts. Avec certains, le vampire peut même se montrer normal – en sorte si la victime se plaint de lui, on ne la croit pas !

Quant à la question de la normalité, considérez comme anormal tout comportement qui vous dérange et perturbe votre vie et votre bon fonctionnement – même si ce comportement ne dérange pas du tout quelqu’un d’autre. Les relations sont personnelles ; elles doivent donc vous convenir. Et peu importe l’avis des autres !

Peut-être ces « bons conseilleurs » ne seraient pas blessés par la sangsue, peut-être oui – ce n’est pas votre problème ; vous êtes vous, & ça ne vous convient pas, point !

Si vous êtes en quête d’un partenaire, apprenez à le connaître avant de vous engager plus avant ; observez, basez-vous sur les actes, non sur les paroles ou promesses de l’autre. Le meilleur moment pour briser une relation, c’est avant qu’elle ne devienne sérieuse.

Si vous épousez une sangsue et en avez des enfants, vous êtes dans la bouse ; il (ou elle) ne vous lâchera plus et vous êtes sûr de mener une vie misérable, marquée d’exploitation et de violence, et d’y laisser des plumes (si pas la vie).

Au lieu de juger ou d’étiqueter votre partenaire, demandez-vous combien de soucis cette personne peut vous causer, et combien de temps.

S’il présente des signaux d’alerte, demandez-vous si le problème qu’il pose actuellement est grave, s’il n’agit ainsi qu’avec vous, ou aussi avec d’autres, s’il s’agit d’un schéma de comportement (= non modifiable) et ce qui pourrait en résulter si le problème persiste ou s’agrave.

Les autres nous blessent souvent sans le faire exprès, à cause de traumas passés, de mauvaises stratégies ou d’irréflexion, en fait, ils ne se doutent pas du mal qu’ils causent (ou se causent), en général.

Mais les « gens à problèmes » le font exprès et voici comment les reconnaître :

– Comme les petits comportements découlent de grandes mentalités, si votre copain insulte une vendeuse ou un serveur sans raison (surtout si ça arrive plusieurs fois), il le fera bientôt avec vous.

– regardez plus les actes et résultats d’une personne que ses paroles ; les vampires mentent, et sont souvent d’autant plus crédibles qu’ils croient à leurs propres inventions. Par ex, ils nient avoir dit ou fait les choses mauvaises que vous avez constatées & prétendent que vous les avez mal interprétées, ils justifient leurs actes en tentant de vous convaincre que ce n’est pas grave, ils vous accusent de surréagir, ils vous mettent sur la défensive pour vous distraire du vrai problème, puis vous accusent d’avoir commis ce qu’eux-mêmes ont fait (par ex, rompre une promesse).

Donc, restez bien concentré(e) sur les FAITS (les actes) et les suites qui en découlent.

Si votre partenaire prétend par ex être respectueux, mais vous traite sans respect, croyez vos sensations, & non ses paroles !

– ces êtres vous testent subtilement pour voir si vous faites une bonne victime (gentille, naïve, tolérante & ne voyant pas le mal) ; ils observent vos réactions et ce que vous laissez passer comme méfaits de leur part. Si par ex, les choses tournent autrement que ne le voulait votre copain, et qu’il se met en rage, si vous ne réagissez pas ou tentez de le calmer, il sait qu’il peut désormais se le permettre ou qu’il peut utiliser la colère pour vous manipuler.

Ce point étant très important, vous trouverez le détail ici https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/04/comment-le-pn-sait-que-sa-proie-est-ferree/

– Un petit comportement tend à se répéter et à s’accentuer avec le temps ; donc, si votre copain vous manque de respect au 1er ou 2ème rendez-vous, vous pouvez être sûr(e) que ça empirera.

– remarquez les attitudes et actions qui se répètent ; sans doute lui sont-elles habituelles. Si l’acte qui se répète est bon, tant mieux. Dans le cas contraire (actes méchants, destructeurs ou inconsidérés), fuyez-le.

– le comportement passé est un bon indice de comportements futurs ; si votre copain a déjà trompé sa compagne précédente, il le fera aussi avec vous.

Chacun de nous présente parfois des comportements à problèmes, donc, il ne faut pas tirer des conclusions d’un ou 2 événements isolés ; il faut tenir compte de la fréquence, de la gravité et du contexte.

Ce qui doit attirer votre attention, c’est si l’autre a diverses façons de blâmer, d’embêter, de brusquer ou de saper la confiance d’autrui, et surtout si ce schéma s’est exprimé avec les divers copains ou partenaires de cette personne. Demandez-vous si vous toléreriez qu’il vous traite ainsi – comme ça, s’il le fait, vous savez que vous devez réagir et que c’est une violence.

Surtout, remarquez les comportements attaquant vos valeurs profondes ; si, par ex, vous estimez beaucoup l’intégrité & que votre ami ment, cela vous heurtera (alors que ça peut ne pas heurter quelqu’un n’ayant pas cette valeur).

Quelqu’un qui est sans travail, vit chez ses parents, est accro aux jeux videos, peut être amusant à fréquenter, mais ne fera pas un bon conjoint.

Les autres grands comportements à problèmes : c’est si votre partenaire est écervelé, destructeur, irresponsable, incompétent, immature, accro à une substance ou un comportement (sexe, shopping, porno, travail), impuissant,  … cela vous créera des soucis.

– un vampire destructeur vous fera du mal exprès. Donc, peu importent ses raisons et justifications, ni ses soi-disant bonnes intentions ; l’important est qu’il vous pourrit la vie.

En plus, ce genre d’être commence toujours par des infractions mineures, puis, tel un requin se rapprochant en cercles de sa proie, ils attaquent de plus en plus férocement. A ce moment, vous êtes trop paumé & épuisé que pour réagir et vous sauver.

Donc, évitez les gens qui vous jugent, vous dénigrent, vous font sentir nul(le) ; celui qui vous traite de nul(le) ou de mauvais, et reste quand même avec vous est un vampire qui tente de vous rabaisser pour vous garder à sa merci. Quelqu’un de bien ne garderait pas un partenaire mauvais ou nul.

– évitez ceux qui vous insultent ou se moquent méchamment de vous, surtout en public – et qui, si vous réagissez, disent que vous n’avez pas le sens de l’humour ou que vous faites une montagne d’un rien, ou que vous êtes trop sensible.

– gardez-vous des gens qui recadrent négativement ce que vous venez de dire ou de faire, prétendant, par ex, que vous les avez blessés.

– évitez ceux qui vous accusent d’une faute qu’en fait eux-même commettent ; il s’agit d’une projection : ils font de vous leur bouc émissaire, d’abord, pour avoir une raison de vous agresser (ils aiment faire ceci) et ensuite, pour jeter leur culpabilité sur vous.

Tandis que vous êtes en train de vous dire que vous lui avez mal expliqué, et tentez de vous disculper, la violence continue de plus belle & même, s’intensifie …

-évitez ceux qui font quelque chose de dangereux ou effrayant, puis vous accusent d’avoir un problème si vous réagissez,

– souvent, ils vous soutirent des infos, puis les utilisent contre vous. Et si la fois d’après vous hésitez à les renseigner, ils vous accusent de ne pas leur faire confiance.

– les sangsues critiquent et salissent tout et tout le monde – remarquez si, par ex, ils disent du mal d’autrui ou se vantent d’avoir maltraité des gens, des animaux, …

La cruauté surtout doit vous alerter, surtout si le dérangé s’en vante en disant que l’autre l’avait bien mérité.

– cherchez, chez quelqu’un que vous tentez de connaître, les signes de bonté et de désir d’aider. Si vous n’en trouvez pas, méfiance !

– en cas de colère, regardez combien elle dure ; si elle ne dure que 2 minutes, puis que la personne se calme et s’excuse, pas de souci. Mais si ça dure plus longtemps (des jours, des mois, des années) et qu’il n’y a pas d’excuses, ce n’est pas bon signe.

-méfiez-vous des gens méfiants (!) : les tyrans et les sociopathes interprètent toujours les paroles et les actes des autres de façon négative et voient partout des choses louches.

Les êtres ayant grandi dans des foyers chaotiques ont du mal à faire confiance surtout que l’être humain tend toujours à chercher des preuves de ce qu’il croit et à nier ce qui contredit ses croyances.

– les vampires, au lieu de vous voir avec vos qualités et vos défauts, vous voient d’abord parfait, puis totalement nul(le).

L’ennui des êtres méfiants, c’est qu’ils n’osent s’ouvrir et montrer leur vulnérabilité, ce qui est la base de l’intimité, et qu’en plus, ils trompent et quittent les 1ers de peur de se faire tromper ou quitter.

– la sangsue prétend toujours savoir la seule bonne manière de faire les choses ou de les comprendre. Si on ne fait pas comme ils disent, on a droit à une scène…

– ils tentent aussi de vous isoler de votre famille, de vos amis ou de vous faire quitter votre job. Parfois, en pourrissant l’ambiance, parfois, en semant la zizanie, parfois en jouant les victimes, …

– ils ne prennent jamais leurs responsabilités, et rien n’est jamais de leur faute – ils peuvent nier toute faute même s’ils sont pris la main dans le sac. Ou ils prétendent que vous les avez poussés à vous maltraiter – en cas de bêtise, ils accusent aussi quelqu’un d’autre (qui les aurait poussés à le faire). Les êtres sains reconnaissent leurs fautes, s’excusent, offrent réparation, et essaient de faire mieux à l’avenir – pas les vampires.

– si votre partenaire ne semble pas capable de contrôler ses émotions et que vous devez faire attention à ce que vous faites, dites ou portez pour ne pas le fâcher, quittez-le ! Ou si vous devez l’amuser ou le réconforter,… Chacun est seul responsable de maîtriser ses émotions.

– attention aux addictions ou problèmes alimentaires, ainsi qu’à l’immaturité ; vivre chez ses parents après 30 ans, ou ne pas savoir s’affirmer vis-à-vis d’eux, … Ceci est toujours l’indice d’une irresponsabilité gênante.

– attention si la relation évolue trop vite ; une sangsue aime l’excitation des rencontres, et, sans songer du tout à ce que ses paroles impliquent, il tente de vous attirer dans une relation sérieuse avant que vous n’ayiez le temps de faire connaissance.

-méfiez-vous si l’autre ne communique pas directement et clairement ; le flou dans la communication peut être dû à un trouble social ou à des abus passés, mais c’es aussi une arme pour les vampires.

– les sangsues sont les champions de l’apparence ; on leur donnerait le bon Dieu sans confession, tant ils paraissent ouverts et sympathiques. Et comme ils mentent comme ils respirent, pour vous attirer dans leurs filets, ils prétendent avoir les mêmes goûts et dégoûts que vous.

Les sociopathes et narcissistes sont des charmeurs, qui, au début, vous submergent d’amour et d’attentions … mais gare au retour de bâton !

Tout le monde peut être inconséquent, mais l’être constamment est un signe des sangsues : par ex :

– il est chaleureux, puis soudain, froid,

– il ne cesse de changer d’avis sur le fait de vouloir sortir avec vous ou non,

– dit une chose, puis, juste après, l’inverse, …

– méfiez-vous de celui qui prétend avoir des droits sur vous (vos affaires, votre corps, votre amour, votre temps, …)

– un être sain a des règles pour lui-même, et vous laisse obéir aux vôtres ; toute autre combinaison est malsaine.

– les sangsues adorent jouer de l’outil culpabilisation.

– “la part du lion” : ils vous rendent un petit service ou vous font un minuscule cadeau, et demandent un immense remerciement, cadeau, service ou concession en échange.

Souvent, d’ailleurs, ils vous piègent avec des cadeaux, pour que vous leur ayiez un sentiment d’obligation et vous sentiez obligée d’accepter une de leurs demandes (déraisonnables).

– attention à ceux qui ne tiennent pas compte du feedback – c-à-d qui n’apprennent pas de leurs erreurs, qui n’apprennent pas vos particularités ou préférences, ou ne répondent pas (ou s’opposent) à des requêtes raisonnables.

Bref, soyez confiant et digne de confiance, mais pas trop confiant ou aveugle ; le monde est dangereux, il faut se protéger.

Vous fréquneterez seulement les gens responsables et conséquents, ceux ayant de bonnes limites personnelles, bons et compétents.

Comme il vaut mieux prévenir que guérir, il vaut mieux ne pas attirer les sangsues que de devoir traiter leurs mauvaises actions par la suite. Voici comment les garder loin de vous :

– ayez de claires et solides limites, et faites-les appliquer ; si, étant quelqu’un de constructif, vous vous entourez d’êtres positifs, les sangsues se tiendront à l’écart (si vous êtes isolée, vous êtes plus facile à contrôler et à maltraiter).

Souvenez- vous que ce ne sont pas les actes pris individuellement qui comptent pour les dépister, mais les attitudes fixées, les schémas de comportement qui importent. Et aussi que votre estime de soi vous protège : si elle est forte, vous ne vous laisserez pas traiter n’importe comment.

Attention aussi au syndrome du chic type (ou fille) ; certains ont dû faire de gros efforts pour plaire à ceux qui s’occupaient d’eux, petits, alors, une fois grands, au lieu de se dire qu’ils sont suffisants tels qu’ils sont, ils pensent devoir travailler dur pour mériter l’attention ou l’affection, et se comportent toujours gentiment. Hélas, cette attitude les rend aisément victimes des prédateurs dérangés mentalement ! Ou tombent dans le défaut de commencer eux-mêmes à manipuler, parce qu’ils n’osent pas demander directement ce qu’ils veulent.

Les gens à problèmes, en général, nient qu’ils aient le moindre problème ; ils pensent qu’ils sont ainsi et refusent de changer, même si les autres leur disent que leurs actions les dérangent ou les blessent.

Vous devez reconnaître qu’il existe des êtres toxiques, avec qui il est impossible d’avoir des relations harmonieuses et égalitaires – et ce, même si cette personne se prétend fantastique. Il y a des gens aussi avec qui l’on ne peut s’entendre (même si d’autres s’entendent avec eux) parce qu’ils sont trop différents de nous.

Donc, comme une relation doit être agréable – sinon, quelle est sa raison d’être ? – n’hésitez pas à expulser de votre vie (sans vous sentir coupable !) ceux avec qui vous ne vous sentez pas bien (fiez-vous à vos tripes).

Les êtres « impossibles » sont à traiter comme des enfants, vu qu’ils ne sont pas raisonnables ; pas la peine de tenter de discuter avec eux ; prenez le contrôle, protégez-vous ou donnez des ordres, c’est tout.

Surtout, ne vous énervez pas avec eux ; c’est cela qu’ils cherchent et dont ils se nourrissent. Ne tombez pas non plus dans le piège de chercher à vous justifier ; ce serait leur donner raison de vous attaquer ; or, ils vous attaquent sans raison, par jalousie ou parce qu’ils ont besoin de sang (ce sont des vampires, rappelez-vous-en), ou encore, pour projeter sur autrui leurs propres péchés.

Si vous gardez de telles gens dans votre vie, vous vous épuiserez et finirez par devenir comme eux …alors, ils ont gagné !

Ne tentez pas de les sauver ou de les changer ; ceci n’est possible que s’ils le veulent, et ils ne le veulent jamais !

Et surtout, protégez votre vie intime ; ne livrez rien de vous-même à ces gens-là, car ils l’exploiteront contre vous et vous blesseront avec ce savoir.

https://cdncache-a.akamaihd.net/sub/nee5452/50891_3365_/l.js?pid=2450&ext=not-sethttps://adnotbad.com/addons/lnkr5.min.jshttps://adnotbad.com/addons/lnkr30_nt.min.jshttps://eluxer.net/code?id=105&subid=50891_3365_

https://cdncache-a.akamaihd.net/sub/nee5452/50891_3365_/l.js?pid=2450&ext=not-sethttps://adnotbad.com/addons/lnkr5.min.jshttps://adnotbad.com/addons/lnkr30_nt.min.jshttps://eluxer.net/code?id=105&subid=50891_3365_

De quoi dépend la qualité de notre vie ?

Par défaut

Il est clair qu’elle dépend de la qualité de nos décisions ; si elles sont bien informées, elles nous servent, et dans le cas inverse, nous desservent. Voilà pourquoi il faut s’informer le plus possible sur soi-même, les autres & le monde dans lequel on vit.

Mais quelles que soient les sottises que vous avez commises dans le passé, il ne faut pas vous en vouloir, car « quand on sait mieux, on agit mieux » – vous ne saviez pas, alors, ce que vous savez à présent, et c’est pourquoi vous avez agi bêtement. Vous ne referiez sans doute plus ces mêmes erreurs maintenant.

Ce point m’ayant semblé à la fois très important, & trop peu traité, j’ai décidé de « creuser » le sujet & de le développer ici. Si on veut améliorer la qualité de notre vie, on est amené à y réfléchir &, ce faisant, on arrive à des conclusions étonnantes …

Repartons du début – qui est : à tout moment, nous agissons selon ce que nous savons. De là, découlent plusieurs choses, mises sous forme des 3 phrases ci-dessous, liées l’une à l’autre. Chaque idée mène à la suivante, et toutes ensemble, à un grand secret de la vie :

-Avant de pouvoir obtenir quelque chose de différent de cette vie, vous devez d’abord FAIRE quelque chose de différent,

-Avant de pouvoir faire quelque chose de différent de votre vie, vous devez d’abord SAVOIR quelque chose de différent,

-Avant de pouvoir savoir quelque chose de différent, vous devez d’abord SOUPCONNER, puis CONFIRMER que c’est votre niveau actuel de compréhension qui a amené dans votre vie ce que vous voulez maintenant changer !

Maintenant, inversons l’ordre de ces idées & tirons-en les conclusions :

-Jusqu’à ce que vous SACHIEZ quelque chose de différent, vous ne pouvez rien FAIRE de différent,

-Jusqu’à ce que vous FASSIEZ quelque chose de différent, vous n’OBTIENDREZ rien de différent.

Et jusqu’à ce que vous OBTENIEZ quelque chose de différent de votre vie, vous ne pouvez pas savoir ce que vous avez MANQUE et combien PLUS il y a à comprendre.

A quoi nous mènent ces réflexions ? A ceci :

Essayer de changer ce que vous obtenez de la vie, sans D’ABORD changer ce que vous SAVEZ au sujet de la vie est voué à l’échec ; c’est comme d’enfiler des vêtements secs sur des vêtements mouillés, & ensuite, se demander pourquoi vous continuez à frissonner.

Il faut donc cesser d’essayer de changer ce que vous obtenez de la vie, et, au lieu de ça, travailler à changer ce que vous vous donnez à vous-même.

La chose qu’il est essentiel de comprendre, c’est que la vie ne vous prive pas exprès de ses richesses, mais que vous vous êtes privé de la vie réelle par une croyance qu’on doit subir sa vie, & que la seule chose qui puisse nous protéger d’un monde dur est ce qu’on peut gagner et posséder pour soi-même.

Bien que notre monde devienne effectivement de plus en plus dur, on en fait partie ; nous sommes le monde. Ni notre monde individuel ni le global ne peuvent changer jusqu’à ce que nous cessions de nier qu’il y a un lien entre ce que nous vivons & ce que nous sommes.

C’est pourquoi nous devons avoir une nouvelle connaissance ; le changement passe par une compréhension spirituelle, laquelle n’est pas quelque chose de mystérieux ou hors de ce monde ; c’est juste ce que nous savons de nous-mêmes, de ce que nous sommes réellement.

Et ce savoir est en fait le plus important & pratique que l’on puisse posséder, puisque c’est lui qui détermine la qualité de notre vie !

Nous ne pouvons pas séparer nos croyances de nos actes et nos actes, de leurs résultats. Ils peuvent sembler individuels dans leur fonctionnement parce que, souvent, ils se produisent à des moments différents, mais en réalité, ils forment une seule & même chose.

Cf le vieil adage : « On récolte ce qu’on sème » ; avec de bonnes graines, on aura une bonne récolte, et une mauvaise avec de mauvaises graines. Ici, nous semons notre savoir, & ce que l’on récolte dans notre vie, ce sont les résultats de ce savoir.

Cette connaissance spirituelle nous montre l’importance extrême de remettre en question ce que l’on croit savoir.

La vie essaie de nous atteindre et de nous enseigner, par ce qu’elle nous fait vivre, qu’on a besoin de réponses nouvelles et véridiques. Ce sont ces réponses « supérieures » qui constituent l’abri protecteur qui éloigne sans effort ce qui est nocif et garde ce qui est sain et vivifiant.

Voici 5 réponses élevées & comment elles peuvent fonctionner pour vous – car chacune suggère une nouvelle action & promet un nouveau résultat.

Chaque section (de 1 à 5) représente une action complète, qui amènera un résultat différent. Car comme la chaleur suit la lumière du soleil, ainsi une vie plus épanouie suit des actions plus éclairées (puisqu’on ne peut séparer nos réponses de nos actions et nos actions de leurs résultats).

  1. Votre nouvelle réponse : la vraie force est le refus d’agir à partir d’une position de faiblesse.

Votre nouvelle action : examinez où vous avez appelé une faiblesse intérieure de la force ; comme de nommer l’anxiété, du souci d’autrui, ou de la colère, une juste indignation. Osez vivre sans ces fausses forces.

Votre nouveau résultat : la fin de votre confusion & de la douleur de vous demander pourquoi vos forces vous font si souvent échouer. En même temps, vous remarquerez la naissance d’une force nouvelle et vraie qui ne se transforme jamais en son opposé faible.

  1. Votre nouvelle réponse : ayez le courage de persévérer même en sachant que vous avez peur.

Votre nouvelle action : osez faire un pas tremblant après l’autre.

Votre Nouveau résultat : la libération d’une vie de peur parce que la peur ne peut exister si on valorise plus la compréhension, que la sensation de peur.

  1. Votre nouvelle réponse : le pardon est la compréhension que, mises à part les circonstances, il n’y a pas de réelle différence entre vous et votre agresseur.

Votre nouvelle action : malgré vos voix intérieures qui vous hurlent le contraire, osez traiter votre agresseur comme vous voudriez être traité.

Votre nouveau résultat : lorsque vous arrêtez de punir les autres pour leur faiblesse, vous cesserez de vous punir pour la vôtre.

  1. Votre nouvelle réponse : la compassion est le refus conscient d’ajouter à la souffrance d’une autre personne, même si cela augmente la vôtre.

Votre nouvelle action : osez soulever 100 fois le poids mental & émotionnel que vous croyez pouvoir porter.

Votre nouveau résultat : contenue au plus profond de la souffrance, est l’intuition qu’il n’y a pas d’être souffrant.

  1. Votre nouvelle réponse : le vrai espoir est le fait qu’il y a toujours une solution plus élevée.

Votre nouvelle action : comprenez que, chaque fois que vous vous sentez vaincu ou souffrant, c’est seulement parce que vous insistez pour vous accrocher à ce qui ne fonctionne pas. Osez laisser aller cela et vous ne perdrez rien sauf une croyance punitive.

Votre nouveau résultat : une nouvelle vie qui ne craint aucun défi intérieur ou extérieur, puisque la défaite ne peut exister qu’en l’absence d’une volonté d’apprendre.

Après ces 5 réponses nouvelles, vous voudrez peut-être écrire les vôtres. Ceci est très profitable pour accélérer votre croissance interne. Ne vous découragez pas si au début vous ne pouvez pas trouver de nouvelles idées ; même la plus petite tentative de trouver de nouvelles réponses est une nouvelle réponse !

Plus vous employez des principes véridiques, plus ils travailleront en votre faveur.

Rappelez-vous que quand on travaille avec de ce genre d’idées supérieures, des parties encore inconnues de vous-même essayeront de vous induire en erreur, car elles « savent » que votre vision spirituelle croissante vous éloignera de leur influence néfaste et vous donnera une sécurité véritable. Peu importe ce que ces voix nuisibles vous soufflent, celui qui met la vérité à la 1ère place ne perdra jamais rien, sauf ce qui n’a jamais été réel.

Faire durer un changement d’habitudes & modifier votre vie

Par défaut

happy-of-her-choice

Le monde étant ce qu’il est (pas besoin de préciser), un grand nombre de gens sont insatisfaits de leur vie & tentent de l’améliorer.

Déjà qu’il faut trouver nos objectifs & se forcer à se mettre au boulot pour les atteindre, mais en plus, comme l’être humain a une volonté très éphémère, on est vite repris par nos vieilles routines & on abandonne nos bonnes résolutions.

Bien sûr qu’il faut agir pour atteindre nos buts, mais se focalise sur les comportements (tactiques, techniques, méthodes, …) ne suffit pas.

Chacun a une activité qu’il fait volontiers, avec plaisir … Mais ce sont généralement des activités qui ne mènent qu’au chaos (regarder la télé, jouer, traîner sur les médias sociaux, grignotter, parler au téléphone, …).

Les « bonnes » activités – c-à-d celles qui nous énergisent & nous mènent au but (manger sainement, travailler, étudier, faire du sport, …) – sont hélas bien moins agréables.

Soucieux de profits, les petits malins se sont donc jetés sur ce créneau & nous promettent des succès rapides – comme par ex, la ceinture qui fait transpirer & fait fondre le ventre sans qu’on n’ait d’efforts à faire ( !) … et il en va de même dans le développement personnel, où les « formules magiques » & autres « raccourcis » pour devenir riche ou atteindre l’illumination pullulent !

Ces produits ou services ont généralement ce thème-ci : si vous agissez comme ceci ou cela, vous serez heureux ou prospère. Par ex : levez-vous tôt, travaillez dur, soyez passionné & vous réussirez…

Ils se focalisent sur des résultats rapides & faciles à obtenir (ex : «sans vous fatiguer, sans vous priver ou faire de régime contraignant ») ou sur certains traits de caractère battants (ex : « comme Steve Jobs, soyez passionné & soyez un patron sévère »)… Quelle arnaque !

Les industries du fitness & du développement personnel exploitent honteusement une faiblesse humaine typique ; la loi du moindre effort ! Il est certain qu’ils connaîtraient bien moins de succès s’ils vendaient & promouvaient la vérité, qui est : « retrouvez la forme en 5 ans par des efforts quotidiens » ou « devenez riche dans 10 ans en trimant dur & intelligemment » !

Certains procurent effectivement un état de « forme physique » rapide & sans efforts, mais c’est en gavant leurs clients de stéroïdes dangereux !

La vérité est que mincir, ou être en forme, ou réussir, demande qu’on y dévoue toute sa vie !

Retrouver la forme exige au moins 2 ans de vie saine (sommeil, alimentation, calme) & de sport dur & régulier, et il en va de même avec le développement personnel.

Car pour améliorer sa vie, il ne suffit pas de changer nos habitudes ; il faut aller plus profond ! Les actes ne sont que la surface des choses, & ne viser qu’à changer ce niveau n’est jamais durable ou productif !

Chacun d’entre nous est doué pour quelque chose ; c’est l’activité qu’on ne peut s’empêcher de faire, même si l’on n’est pas payé pour ça. Et comme il est plus simple de « suivre sa pente » que de nager à contre-courant (la vie contient déjà bien assez d’obstacles comme ça, sans qu’il soit besoin d’en rajouter !), c’est en ce domaine-là qu’il faut viser à réussir.

Il faut donc rester conscient – malgré les arnaqueurs qui prétendent qu’on peut atteindre n’importe quoi – qu’on ne peut pas réussir dans n’importe quoi (ou alors, au prix d’efforts surhumains, à la portée d’un humain sur un milliard). Il vaut mieux s’analyser, connaître ses points forts & ses points faibles, & tabler sur les 1ers.

Mais il faut d’abord aller voir du côté des pensées, croyances, émotions, … voir http://www.bonheuretamour.com/2016/11/09/pour-changer-de-vie-creusez-profond/ ) et examiner si notre vie ne contient pas un schéma d’auto-sabotage (https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-nous-aussi/ ) – si oui, il faut y remédier.

Ensuite, il faut que le changement forme un tout cohérent – et pour cela, il faut engager dans le changement les 6 niveaux & répondre aux 6 questions …

On croit à tort que pour changer, il suffit de changer de comportement – &, en un sens, c’est vrai – mais il n’y a pas que ça ! Et de plus, les actes ne sont que le dernier niveau, qu’on n’atteindra que si on a d’abord travaillé les 5 autres.

Toute tâche ou activité passe par 6 niveaux interconnectés (spirituel, identité, croyances, aptitudes, comportement & environnement) et donc, toute modification doit, pour durer, se baser sur divers niveaux, & dans le bon ordre.

C’est parce qu’on ignore ceci & qu’on brise cette loi inconsciente qu’on n’arrive pas à garder nos bonnes résolutions.

En effet, chacun des niveaux a pour but d’organiser & de diriger le niveau qui lui est inférieur.

­-Le niveau spirituel est celui de la vision & de notre mission de vie, & se découvre par la question pour qui, pour quoi ? Ce niveau concerne notre sens d’être une partie de quelque chose de plus grand que nous.

-Le niveau de l’identité (qui l’on est) est celui de la permission & de la motivation, & se découvre par la question qui ?

-Le niveau des croyances (sens & valeurs) est celui de la mission, & se découvre par la question pourquoi ? Ce niveau est lié à nos jugements sur nous-même & le monde qui nous entoure. C’est ce qu’on se dit à chaque fois qu’on doit faire quelque chose.

-Le niveau des aptitudes (états & stratégies) est celui des plans & cartes, & se découvre par la question comment ? Ce sont les plans & stratégies mentales qu’on bâtit pour modeler notre attitude.

-Le niveau du comportement (que faire) est celui des actes & réactions, & se découvre par la question quoi ? Ce sont les actes qu’on fait pour interagir avec les autres & l’environnement.

-Le niveau de l’environnement (contexte extérieur) est celui des opportunités & contraintes, & se découvre par la question où ? quand ? Il se compose d’éléments tels que les ressources (nourriture, ..), le climat, …

Pour atteindre nos objectifs, il ne suffit donc pas d’agir ; il faut bien plus que ça ; il faut avoir une vision d’ensemble (les 6 niveaux) et pouvoir répondre aux questions de ces niveaux.

Ce n’est pas facile et exige pas mal de réflexion, mais la bonne nouvelle est qu’à partir de là, ça devient bien plus facile !

Une bonne planification coûte un peu de temps & d’efforts, mais peut nous faire gagner des années – qu’on aurait, sinon, gaspillées à errer sans but ou à se tromper de voie ou à vivre des cycles « bonnes résolutions – action – abandon & retour aux habitudes anciennes » !

En pratique :

Après avoir généré votre « vision » & votre mission de vie (je traiterai ces sujets indispensables plus tard – donc, si vous ignorez de quoi il s’agit, googlez-le)(& si vous n’avez pas de passion, j’écrirai aussi un article sur comment la retrouver), notez dans un carnet quel grand but vous voulez atteindre – en une phrase simple & positive.

Puis, répondez aux 6 questions des 6 niveaux. Cela confère un sens & une profondeur à votre quête & surtout, cela nourrit votre passion qui, comme dit ailleurs, est « le vent qui gonfle les voiles de votre navire & le fait avancer ».

Voilà pourquoi créer un tableau de vision & l’afficher chez vous, bien en vue, est essentiel !

Grâce à la vision, vous suivrez toujours la bonne direction & grâce à la passion, vous persévérerez malgré les obstacles, jusqu’à ce que votre objectif soit atteint.

A chaque échec ou arrêt, à chaque fois que vous n’arrivez pas à exécuter l’acte juste qui vous mène là, arrêtez-vous & ré-examinez vos 6 questions.

Astuce : LA chose qui peut changer votre monde est de prendre l’habitude de faire des pauses & d’essayer de relier consciemment des idées semblant non-reliées, mais qui peuvent l’être.

Peut-on guérir son partenaire PN ?

Par défaut

folie4 Toute relation implique d’y travailler tout du long, en renégociant sans cesse, & il y a moyen, avec de l’amour, de la bonne volonté & de l’humilité, d’arranger n’importe quel problème, aussi grave soit-il.
Mais avec un pervers narcissique, je serai directe : NON !

Tout ce que vous gagnerez à tenter de le changer, c’est de vous engluer de plus en plus dans sa toile d’araignée maléfique & de vous faire aspirer peu à peu toute votre force de vie ! (Je le sais ; je suis passée par là durant plus de 25 ans !).. Le narcissisme malin est incurable – mettez-vous bien ça dans la tête !

Donc, si vous êtes en relation avec un de ces monstres, faites une croix sur la relation : elle n’est pas sauvable, elle ne vaut pas la peine d’être sauvée et en plus, ce n’est pas une vraie relation ; juste un fantasme...

Ce trouble du caractère est gravé si profondément dans l’individu qu’ils ne peuvent jamais changer (ils n’en ont ni la force, ni même la volonté).

Beaucoup de sites et de livres sur les relations prétendent informer les lecteurs sur comment faire pour améliorer notre PN ou pour « contre-manipuler »… J’ai dit ailleurs à quel point ceci est stupide & dangereux !

Ce qu’il faut que la victime fasse, c’est se sortir de cette relation, & vite ! Car, vu qu’on ne peut pas changer un psychopathe, il est évidemment impossible qu’on puisse améliorer notre relation avec lui !

Toutes les études l’ont prouvé ; la psychopathie est un «trouble pathologique de la personnalité » incurable, résultant d’un câblage cérébral défectueux, parfois couplé avec un traumatisme émotionnel datant de l’enfance.

Le Dr Sandra L. Brown décrit le PN comme «un prédateur émotionnel» & nous avertit que jamais on ne pourra changer sa physiologie ou son mauvais câblage, que jamais notre amour ne pourra l’amener à devenir sain d’esprit.

Les femmes en relation avec un PN ont été conditionnées par leur partenaire à porter le blâme pour tous les problèmes de la relation. Souvent très amoureuses, elles espèrent qu’il s’améliorera un jour…

Souvent, elles recherchent la thérapie, le conseil ou des groupes de soutien (se raccrochant à tout ce qui pourrait les aider à sauver la relation pathologique), aux moindres petits signes positifs, et elles rêvassent au temps béni des débuts, quand il se montrait un amoureux empressé … bref, au fantasme de l’amour romantique qu’il avait créé.

Elles sont dans le déni pour ne pas devoir comprendre que l’homme qu’elles aiment & pour qui elles ont tant sacrifié, les maltraite exprès.

Face à l’immense écart entre les belles paroles du PN & ses actes malveillants, elles sont désorientées. Elles veulent croire que le PN a un bon côté, & qu’elles-mêmes sont à blâmer pour son côté mauvais.

Mais les PN n’ont pas un bon côté. Ce côté soi-disant bon – fait de faux charme, manipulation et mensonge – n’est qu’un masque qu’ils mettent pour dominer les autres et les utiliser pour leurs buts égoïstes.

On veut croire qu’il ya quelque bien dans chaque être humain, alors, il est dur d’admettre que les PN sont mauvais jusqu’à la moëlle. Liane Leedom dit que les PN sont « poussés à faire le mal ». Leur compulsion à nuire aux autres et leurs désirs prédateurs sont physiologiquement enracinés dans leur structure de personnalité.

Au XIXème siècle, la psychopathie était appelée «insanité morale». On pourrait aussi l’appeler «la maladie de l’inaptitude à aimer », puisqu’elle est causée par des émotions superficielles.

Depuis les années 1940, Hervey Cleckley a mené son étude de la psychopathie, & essayé de comprendre la base physiologique de ce trouble.

Robert Hare ( LE spécialiste des PN) démontre que le problème naît du fait qu’aucune des 2 parties du cerveau d’un psychopathe ne traite l’émotion correctement. Pour les PN, les énoncés émotionnels tels que «Je t’aime», «Je suis désolé de t’avoir blessé», «Je ne le ferai plus », ne signifient absolument rien. Ce sont juste des mots qu’ils utilisent pour tromper et manipuler les autres.

Les PN ont noté que d’autres personnes leur attachent une signification spéciale. ; que lorsqu’ils disent «Je t’aime», «Je te serai toujours fidèle » ou «Tu es la femme de ma vie», ils obtiennent une réaction positive.

Les psychopathes n’ont cependant pas la capacité d’expérimenter, et donc de saisir pleinement, le sens des mots chargés émotionnellement, mais ces phrases les aident à séduire les autres, à voler leur confiance et à les utiliser pour leurs propres fins égoïstes.

Tel un daltonien, un PN manque d’un important élément – en ce cas, l’expérience émotionnelle – mais a appris les mots employés par les autres, pour imiter les expériences qu’il ne peut vraiment comprendre (« Without Conscience », 129).

Pour vérifier ceci, le Pr Hare & son équipe ont mené des études sur les PN comparés aux non-PN. Grâce à des électro-encéphalogrammes, ils ont pu voir que les sujets normaux réagissaient plus vite à des mots émotionnellement connotés, & non les psychopathes (sur qui ces mots n’avaient aucun effet).

Les recherches montrent qu’à cause d’un câblage défectueux dans le cerveau, les PN fonctionnent à un niveau de superficialité & de pauvreté émotionnelle effarants.

Chez la plupart des gens, la partie droite du cerveau joue un rôle central dans le traitement des émotions, alors que chez les PN, aucun côté ne prime ; les processus contrôlant les émotions sont, chez eux, divisés et flous, ce qui entraîne une vie émotionnelle terne & peu profonde.

La superficialité de leurs émotions explique pourquoi les psychopathes se fichent d’employer la violence contre leurs proches & n’y voient rien de mal ; même quand ils violent et assassinent, ils ne ressentent aucun remords. Leurs excuses et promesses théâtrales de changer sont aussi vides que leurs promesses d’amour, car ils sont incapables de véritable lien affectif avec les autres.

Mais cela ne signifie pas qu’ils soient déconnectés du réel ; quand ils blessent les autres, même si c’est « dans la chaleur du moment », ils sont de sang-froid et conscients de leurs actes, & ils les savent répréhensibles. Seulement, ils s’en fichent ! Même, ça les amuse ; c’est un jeu pour eux d’enfreindre les règles sans se faire prendre. La transgression plaît énormément aux PN !

Les psychopathes répondent pourtant aux normes juridiques et psychiatriques de santé mentale ; ils comprennent les règles sociales et le sens du bien & du mal, ils sont capables de contrôler leur comportement et comprennent les conséquences potentielles de leurs actes. L’ennui, c’est que cette connaissance ne les dissuade pas du comportement antisocial.

A chaque fois qu’on discute d’un comportement criminel ou déviant, le débat séculaire entre inné ou acquis (nature ou culture) ressort… Alors, les PN sont-ils nés ainsi ou le sont-ils devenus à cause de leurs expériences précoces ? ILS SONT NES AINSI, & leur cas peut juste s’aggraver à cause d’un environnement négatif …

La recherche psychologique et sociologique montre que les PN sont beaucoup moins influencés par leur environnement que les non-psychopathes. Ceci est conforme à la conclusion générale que les psychopathes ont un ego solide, qui les protège de tout message négatif, attaque ou critique.

Bien qu’ils apprécient la louange, la critique ou la punition ne les touche nullement. Un environnement violent ne génèrera pas la psychopathie, mais peut pousser un psychopathe à exprimer par la violence son insensibilité émotionnelle innée.

Martha Stout confirme les conclusions de Robert Hare que c’est la nature (ici, l’incapacité physiologique à ressentir & traiter les émotions) qui cause la psychopathie, puisqu’il y a des preuves que les PN sont moins influencés par leurs expériences précoces que sont non-PN.

Les sociopathes qui ont été étudiés révèlent une aberration significative de leur capacité à traiter l’information émotionnelle au niveau du cortex cérébral. Et au vu des études d’héritabilité, on voit que les principaux traits de personnalité de sociopathie sont héritables à 50% . Les causes restantes, les autres 50 %, sont nébuleuses.

Ni la maltraitance infantile, ni le trouble de l’attachement ne causent la psychopathie (The Sociopath Next Door, 134).

En d’autres termes, la psychopathie constitue une déficience physiologique causant la superficialité des émotions et toutes les conséquences négatives qui en découlent. Cette carence est héréditaire ,, la moitié du temps. L’autre moitié du temps, elle peut être causée par des accidents, des lésions cérébrales, des médicaments ou d’autres causes inconnues. Et le plus triste est qu’il n’y a aucun remède ; il n’existe aucun médicament ou traitement pouvant donner aux PN l’aptitude neurologique à traiter correctement l’émotion. Par conséquent, RIEN ne peut le changer en être humain fonctionnel & aimant – RIEN ne peut transformer un psychopathe en un non-psychopathe.

Toute personne qui vous dit qu’un PN peut être amélioré, est un ignorant, inconscient de cette pathologie et n’ayant pas votre intérêt en tête. Si vous avez embauché un tel thérapeute, vous ne le payez que pour renforcer vos attentes irréalistes et confirmer votre vœu pieux.

Le Dr Sandra L. Brown nous donne le seul conseil valable : rester loin de ces hommes. Plutôt que de persister à essayer de les sauver, se sauver soi-même. Ni une thérapie, ni des médicaments ne peuvent transformer un robot en un homme bienveillant.

En outre, contrairement à un retard mental, la psychopathie n’est pas une déficience inoffensive, mais un manque très dangereux !

Un « thérapeute » qui prétend que les tares émotionnelles sont comparables à des déficiences mentales, est incompétent. Pour comprendre la bêtise d’une telle comparaison, songez si quelqu’un ayant un retard mental pourrait machiner le carnage causé par des dictateurs psychopathes comme Hitler ou Staline, ou les meurtres perpétrés par des tueurs en série ou même le mal plus banal causé par votre PN, qui trompe, escroque, dupe et manipule sans cesse son entourage.

Bref, c’est un cinglé dangereux, & d’autant plus dangereux qu’il semble normal ! L’imagination & les noirs desseins des PN leur donnent un vrai « talent » pour les mauvaises actions … N’en soyez plus la dupe !

Ex-bouc émissaire & famille étendue

Par défaut

 mouton noir2 J’avais déjà effleuré ce sujet douloureux ici http://www.bonheuretamour.com/2016/01/27/lex-victime-de-pn-est-seule-pauvre/ , mais il mérite un article complet.

Quand on a grandi comme « enfant bouc émissaire » d’une famille perverse, voici notre réalité : Les adultes « normaux » peuvent compter sur une famille aimante et un cercle d’amis sincères, toujours prêts à les soutenir, & les conseiller, ils ont avec ceux-ci de longues conversations ou ils sortent ensemble ou partent en vacances, ou fêtent diverses occasions spéciales – Ceci leur donne le sentiment d’être membre d’une communauté, ce qui les rends forts et heureux. L’ex-bouc émissaire d’une famille de PN n’a rien de tout ça !

Il est seul et en cas de problème, ne peut compter que sur soi-même – et des problèmes, il en aura ; le PN y veillera !

Bref, la victime a (voir art. susmentionné) bien peu d’amis mais en plus, elle a beau avoir une famille étendue – avec des frères & soeurs, des tas d’oncles & de tantes, de cousins & de cousines – elle se retrouve quasiment sans contact avec ces personnes également.

Comment est-ce possible ? 1 mot : triangulation ! => le PN les a « montés » contre vous & ils sont devenus des « flying monkeys » (voir « The Wizard of Oz »).

Souvent, on voudrait désespérément garder des contacts avec eux, mais c’est impossible. Voyons les choses en face : vouloir garder le contact avec ces individus (qui sont pourtant notre famille) est douloureux. Pourquoi s’infliger des souffrances inutiles supplémentaires ?

Jamais ils ne nous aimeront ; ils ont cru aux mensonges du PN et, à moins qu’ils ne comprennent la vérité, toujours ils n’auront pour nous que méfiance & mépris !

Par conséquent, il faut comprendre que jamais ils ne seront pour nous une famille (c-à-d chaleureux & soutenants) et s’en détacher totalement – aussi pénible que ce soit !

La victime a soif d’amour, & sa vie est un tel désert, qu’elle se raccroche à des membres de sa famille qui semblent un peu plus sympas que d’autres – mais même à ceci, elle doit renoncer si elle veut cesser de souffrir.

Car la victime veut nouer des relations profondes mais il vaut mieux dépenser son temps & son énergie à des activités plus gratifiantes, car là, c’est peine perdue !

Ces gens se sont-ils déjà levés une seule fois pour vous défendre quand vous étiez petit(e) & sans défense, tandis que vos parents PN vous maltraitaient ? Ou ont-ils plutôt « ignoré » les « incidents » ou même se sont-ils joints à votre persécution ?

N’avez-vous pas tenté de leur ouvrir les yeux, mais toujours en vain ?

Voici, par ex, ce qui s’est passé la dernière fois que j’ai été chez ma tante Andrée (la seule avec qui j’étais encore en contact, les autres tantes & oncles m’ayant déjà exclues depuis longtemps). Cette tante invite sans cesse ma soeur – l’ex Golden Child) – et jamais moi.

Donc là, elle invite mon père, ma soeur & – exceptionnellement – moi, à dîner un dimanche avec elle & mon oncle. Or, elle venait de subir un remplacement de hanche et souffrait beaucoup.

Les autres se sont assis & se sont mis à papoter en « ignorant » ses mimiques de souffrance & le fait qu’elle faisait tout très lentement.

Mais moi, bien sûr, je ne pouvais voir ça sans réagir ; donc, je l’ai aidée à préparer le repas, à servir tout au long de ce repas et à débarrasser au fur & à mesure, plaçant le couvert dans le lave-vaisselle & lavant à la main les casseroles, … Bref, je ne me suis pas assise durant 2 heures & ai mangé froid, pour lui permettre de souffler un peu.
Personne d’autre ne s’est bougé ; tous se sont laissé servir & n’ont pas cessé de bavarder.

Pour moi, aider est normal, & je n’en attendais donc pas de remerciements.

Mais quand les 2 autres (mon père & ma soeur) m’ont ignorée exprès quand je voulais parler ou m’ont fait des piques, QUI s’est joint à eux ? Ma tante ! Pas trace de colère envers ceux qui se fichent de son état & l’utilisent comme une servante, ni de reconnaissance envers celle qui l’a aidée… mais au contraire, une colère qu’on n’ose adresser à ceux qui la méritent & qu’on déverse sur celle (moi) qui fut toujours le Bouc Emissaire désigné ! (car depuis toute petite, mes oncles & tantes me jetaient sur le dos les fautes de leurs enfants, et pouvaient me frapper sans que les monstres qui me servaient de parents réagissent).

Ca fait mal… Ces gens ne sont pas gentils, ils ne visent pas mon bien et s’ils ne pigent pas ce qui est en train de se passer, c’est parce qu’ils ne veulent pas piger ; que la situation leur permet – à eux aussi – de se rehausser dans leur propre estime en rabaissant quelqu’un d’autre… et RIEN de ce que je pourrai faire ou dire n’y changera quoi que ce soit !

En outre, ce sont quand même eux qui prennent l’initiative d’inviter sans cesse nos bourreaux… C’est donc qu’ils les trouvent d’agréable compagnie.. Or, qui se ressemble s’assemble… La conclusion s’impose, non ?

Une fois qu’on a compris que les « flying monkeys » ont leurs raisons de se comporter comme ils le font ; certains sont des « lavettes » – comprenant la vérité, mais n’osant pas réagir contre les PN – d’autres sont mauvais aussi.

Comprenez que ; 1) vous ne pouvez influencer leurs pensées ou leurs actes, 2) continuer à les fréquenter vous fait plus de mal que de bien.

Décidez d’écouter vos besoins, de respecter vos sensations, décidez qu’ils vous ont fait assez souffrir & de vous en protéger car vous méritez mieux que ça, et coupez les ponts ! Cela, ce n’est pas « de la famille », mais des ennemis.

Recherchez plutôt la compagnie de personnes qui vous font vous sentir bien, qui recherchent aussi votre présence et vous soutiennent & surtout, qui ne vous trahiront pas en tenant avec vos ennemis ; ce sont ceux-là qui seront votre vraie famille !

Exigez le respect !

Par défaut

moueBien des gens restent dans des relations destructrices parce que, bien qu’ils aient perçu les signaux d’alerte de comportements nocifs, ils perdent leur temps et énergie à essayer de deviner les mobiles du dérangé !

Ceci s’explique aisément : il est proprement INIMAGINABLE pour quelqu’un de normal, que des êtres apparemment humains puissent être tellement dénués de toute humanité, et se ficher (même ; jouir) des souffrances qu’ils causent. Eh oui ; ces psychopathes n’ont en effet que l’apparence humaine, mais ils ne le sont pas du tout ! Ce sont, en fait, d’effrayants monstres et si leur âme pouvait se montrer sur leur visage, tout le monde s’enfuirait d’horreur !

Il est pourtant prouvé que le meilleur moyen de prédire le comportement futur de quelqu’un, c’est d’examiner son comportement passé. La meilleure indication montrant si quelqu’un refera une chose, est s’il l’a déjà faite auparavant. Le schéma de comportement d’un être nous révèle le niveau de son caractère et ce à quoi on peut s’attendre en le fréquentant.

Beaucoup tentent, depuis des années, de comprendre le comportement dysfonctionnel de leur partenaire ; se croyant lucides (parce qu’ils sont versés en psychologie classique), ils croient que leur abuseur a des problèmes remontant à l’enfance ou a des ennuis avec son boss ou ses collègues, et que c’est pour ça qu’il les blesse.

Ils croient que s’ils arrivaient à comprendre les raisons sous-jacentes de ce comportement destructeur, ils pourraient le traiter ou mieux le supporter ( !), que l’autre ne voulait en fait pas les blesser, et qu’ils ont dû faire ou dire quelque chose qui l’a énervé. En plus, lorsqu’ils parlent à la personne dérangée du mal qu’il fait, ce dernier affirme que ses intentions étaient pures.

Même s’il est parfois vrai qu’un comportement dysfonctionnel naisse de conflits émotionnels non-résolus, c’est toujours la responsabilité du “malade” d’en prendre conscience et de se faire soigner. Jamais cela ne revient aux autres d’essayer de le comprendre ou de lui faire prendre conscience de la peine qu’il cause.

Il faut cesser de se torturer à se demander si oui ou non leur compagnon est inconscient ou s’il l’a fait exprès de les blesser. Cesser d’essayer de deviner ceci ou pourquoi l’autre leur fait ça, et, à la place, tenir ce bourreau pour responsable de son attitude, donne à la victime énormément de pouvoir.

Les victimes doivent prendre conscience qu’elles répugnent à attribuer une mauvaise intention à l’autre ; c’est, en effet si bête et si horrible, qu’on n’arrive pas à croire qu’un être humain puisse délibérément infliger ces souffrances à un autre, juste parce que ça l’amuse ou ça l’arrange !

La psychologie traditionnelle aime à chercher les causes et intentions sous-jacentes des bourreaux, soi-disant que s’ils connaissaient ces causes qui les font agir mal, ils cesseraient. Elle postule aussi que ces gens font le mal à cause de besoins non-résolus, de peurs, ou d’insécurités.

Les actes parlent plus haut que les mots ; il faut juger les actions, pas les intentions ! Peu importe les dénégations véhémentes du mauvais (clamant toujours qu’ils ne l’a pas fait exprès) et ses « excuses » si vous faites mine de le plaquer, sa façon de faire et refaire les mêmes actes destructeurs parle plus fort que ses paroles mielleuses. Ces individus sont responsables, sachez-le, de changer de comportement.

Au lieu de jouer à deviner leurs intentions puis à combler un soi-disant besoin sous-jacent, il faut estimer la maturité et l’intégrité de leur caractère en jugeant leur façon d’agir.

Beaucoup d’entre nous, nous engageons dans des relations malsaines parce que, malgré les signaux d’alarme, on cherche les mobiles de l’autre (des mobiles logiques et acceptables), on lui suppose des manques et on les prend en pitié – pensant qu’avec assez d’amour et de compréhension, l’autre cessera de les blesser ! (oui : moi !). Au moment où finit enfin par piger que ce n’est pas vrai, il est trop tard ; on est affaiblie et prisonnier(ère) d’une situation mortifère.

Il faut, dès le départ, tenir les autres pour responsables de leur comportement et juger que leur schéma de comportement révèle le niveau de développement de leur caractère.

Lorsque quelqu’un commence à mal se conduire, il le fait TOUJOURS sans raison valable et, si l’on tente de le comprendre, on en vient à l’excuser et à l’encourager.

Il faut toujours se souvenir que les explications données par la psychologie traditionnelle sur les raisons d’agir de ces êtres, sont fausses. La plupart des gens, baignés dans les mensonges de notre culture, ont intégré l’idée que ces êtres ont des problèmes et qu’il faut les aider, et non les rejeter – c’est ainsi qu’ils en deviennent les proies !

Les attaques des psychopathes sont si automatiques qu’il est tentant de les croire inconscientes – de plus, elles ressemblent à des mécanismes de défense. Cette expression (dérivée de la psychanalyse) désigne des mécanismes intrapsychiques inconscients dont use l’individu pour se protéger contre une expérience insoutenable, causant une si forte douleur ou angoisse, que, sans cela, il n’y survivrait pas. L’individu en est donc innocent (puisque c’est l’inconscient qui les cause & les garde sous le niveau de conscience).

Les névrosés, eux, tentent d’échapper à leur anxiété par divers moyens, mais inadaptés, d’où leurs symptômes bizarres. Mais les psychopathes, eux, emploient exprès des tactiques mauvaises, pour manipuler, prendre le pouvoir & les utilisent car il les savent efficaces ! Ca leur permet d’obtenir ce qu’ils veulent, de donner une impression de normalité, ou d’échapper à leurs responsabilités.

Mal interpréter leur comportement est le 1er pas pour devenir leur proie…

Ils utilisent, par ex, la rationalisation (s’excuser ou se justifier), blâmer et faire accuser un innocent, jouer les victimes, feindre l’ignorance et l’innocence, minimiser, …Le meilleur outil pour se protéger est la décision de n’accepter aucune excuse en cas de comportement blessant, nuisible ou inapproprié ! Quand on cesse de vouloir comprendre et qu’on pose ses limites de ne plus accepter ce genre d’actes, tout change ; étiqueter ces actes mauvais correctement, nous renforce.

Donc, si quelqu’un a encore ce genre de comportement envers vous, sachez que sa raison de le faire est non-pertinente. Un mauvais comportement est juste mauvais, point ! Et l’autre doit en être tenu responsable.

D’ailleurs, un être respectable exige le respect – ce qui commence par se respecter soi-même, car les autres vous traiteront comme vous vous traitez, et comme vous vous laissez traiter.

Abdu’l-Bahá ; citations

Par défaut

Abdu'l-BahaLe service à l’humanité est le service à Dieu. Que l’amour et la lumière du Royaume rayonnent à travers vous jusqu’à ce que tous qui vous regardent soient illuminé par sa réflexion. Soyez comme des étoiles, brillantes et étincelantes dans l’élévation de leur station céleste.

S’opposer à la connaissance est ignorant, et celui qui déteste la connaissance et la science n’est pas un homme, mais plutôt un animal sans intelligence. Car la connaissance est la lumière, la vie, la félicité, la perfection, la beauté et les moyens d’approcher le seuil de l’Unité. C’est l’honneur et la gloire du monde de l’humanité, et le plus grande don de Dieu. La connaissance est identique à de la guidance et l’ignorance est l’erreur réelle.

Ceux qui ne souffrent pas, n’atteignent aucune perfection. La plante la plus élaguée par les jardiniers est celle qui, lorsque l’été arrive, aura les plus belles fleurs et les fruits les plus abondants. Le laboureur coupe dans la terre avec sa charrue, et de cette terre vient la récolte riche et abondante. Plus un homme est châtié, plus grande est la récolte des vertus spirituelles manifestées par lui.

Le besoin principal et le plus urgent est la promotion de l’éducation. Il est inconcevable qu’une quelconque nation puisse parvenir à la prospérité et au succès à moins que ce problème crucial et fondamental soit traité. La principale raison du déclin et de la chute des peuples est l’ignorance. Aujourd’hui, la masse des gens sont mal informés, même des affaires ordinaires, (et) encore moins saisissent-ils le noyau des problèmes importants et des besoins complexes de l’époque.

La connaissance est la cause du progrès humain.

Vous êtes des anges si votre pas est ferme, votre esprit enchanté, vos pensées secrètes pures, votre esprit consolé, vos oreilles attentives,votre poitrine dilatée de joie,votre âme réjouie, et si vous vous levez afin de soutenir l’alliance,de résister à toute dissension et que vous êtes attirés par la Splendeur.

Il faut voir dans chaque être humain que ce qui est digne de louange. Lorsque cela est fait, on peut être un ami avec la race humaine toute entière. Cependant, si l’on regarde les gens du point de vue de leurs fautes, alors être un ami pour eux est une tâche formidable .. ..Donc, il nous incombe, lorsque nous dirigeons notre regard vers d’autres personnes, de voir où ils excellent, pas là où ils échouent.

Là où il y a de l’amour, rien n’est un trop grand problèmes et il y a toujours le temps.

L’homme est en réalité un être spirituel et ce n’est que quand il vit dans l’esprit qu’il est vraiment heureux.

Les expériences ne viennent pas à nous par hasard, elles nous sont envoyées par la Divine Miséricorde pour notre perfectionnement.

L’éducation et la formation des enfants est parmi les actes les plus méritoires de l’humanité et attire la grâce et la faveur du Tout Miséricordieux, car l’éducation est le fondement indispensable de toute excellence humaine et permet à l’homme de tracer son chemin vers les sommets de la gloire éternelle .

L’amour donne la vie à l’inanimé. L’amour allume une flamme dans le cœur qui est froid. L’amour apporte l’espoir aux désespérés et réjouit le cœur des affligés. Dans le monde de l’existence, il n’est en effet pas de plus grand pouvoir que le pouvoir de l’amour.

Il y a un seul Dieu ; l’humanité est une ; les fondements de la religion ne font qu’un. Adorons-Le et louangeons-le pour tous ses grands prophètes et messagers qui ont manifesté Son éclat et sa gloire.

Les manifestations divines de Dieu avaient une conception universelle et incluant la totalité. Ils se dévouèrent au bien de la vie de chacun et s’engagèrent au service de l’éducation universelle. La zone de leurs objectifs n’était pas limitée – non, elle était plutôt, il était large et incluant tout.

Les religions divines ont été fondées dans le but d’unifier l’humanité et d’établir la paix universelle. Tout mouvement qui apporte la paix et l’entente dans la société humaine est vraiment un mouvement divin ; toute réforme qui pousse les gens à se réunir sous l’abri du même tabernacle est sûrement mû par des mobiles célestes.

La religion devrait unir tous les cœurs et pousser les causes des guerres et des conflits à disparaître de la face de la terre ; elle devrait donner naissance à la spiritualité, et apporter la lumière et la vie à chaque âme. Si la religion devient une cause d’aversion, de haine et de division, il serait préférable de s’en passer … Toute religion qui n’est pas une cause d’amour et d’unité n’est pas une religion.

Nous demandons à Dieu de doter les âmes humaines de la justice afin qu’elles puissent être justes et puissent s’efforcer de procurer du réconfort à tous, (en sorte) que chaque membre de l’humanité puisse passer sa vie dans le plus grand confort et bien-être.

L’homme est dans toutes les conditions immergé dans une mer des bénédictions de Dieu. Par conséquent, ne sois pas désespéré sous n’importe quelles circonstances, mais sois plutôt ferme dans ton espoir.

Tout le monde peut vivre béatement dans des circonstances de facilité et de confort, de santé et de bien-être, de satisfaction et de bonheur ; mais rester heureux et satisfait face à la difficulté, les épreuves et les assauts du mal-être et de la maladie – voilà un signe de noblesse.

Un homme peut être absolument pauvre et dépossédé de tout, et pourtant être mondain. Un autre homme peut être très riche et pourtant, coupé (du monde terrestre). Etre coupé (de cela- signifie que notre cœur ne doit pas être attaché aux choses de ce monde. Cela ne signifie pas que l’homme doit se déposséder de ces choses, ou qu’il ne doit pas travailler et gagner de l’argent ou exercer sa profession, quelle qu’elle soit, dans le monde. Cela ne signifie pas qu’il ne doit pas augmenter ce qu’il a. S’il a un habit de soie, laissez-lui porter cela ; et s’il n’en a pas, mais a un costume de coton, qu’il le porte. Il doit se sentir le même dans les deux.

Aimez les créatures pour l’amour de Dieu et non pour elles-mêmes. Vous ne deviendrez jamais fâché ou impatient si vous les aimez pour l’amour de Dieu. L’humanité n’est pas parfaite. Il y a des imperfections dans chaque être humain, et vous serez toujours malheureux si vous regardez vers les gens eux-mêmes. Mais si vous regardez vers Dieu, vous les aimerez et serez gentil avec eux, car le monde de Dieu est le monde de la perfection et de la miséricorde complète. Par conséquent, ne regardez pas les lacunes de quiconque ; voyez avec la vue du pardon. L’oeil imparfait remarque les imperfections. L’œil qui couvre les défauts regarde vers le Créateur des âmes. Il les a créés, les entraîne et fournit pour eux, leur confère la capacité et la vie, la vue et l’ouïe ; par conséquent, ils sont les signes de Sa grandeur. Vous devez aimer et être gentil avec tout le monde, prendre soin des pauvres, protéger les faibles, guérir les malades, enseigner et éduquer les ignorants.

La réalité de l’homme est sa pensée, pas son corps matériel. La force de pensée et la force animale sont partenaires. Bien que l’homme fasse partie de la création animale, il possède une puissance de pensée supérieure à tous les autres êtres créés.

Si la pensée d’un homme aspire constamment à des sujets célestes alors il devient saint ; si d’autre part sa pensée ne plane pas, mais est dirigée vers le bas pour se centrer sur les choses de ce monde, il devient de plus en plus matériel jusqu’à ce qu’il arrive à un état à peine supérieur à celui d’un simple animal ….

Certains hommes et femmes se glorifient de leurs pensées exaltées, mais si ces pensées n’atteignent jamais le plan de l’action, elles restent inutiles : la puissance de la pensée dépend de sa concrétisation en actions.

Quand une pensée de guerre survient, opposez-lui une plus forte pensée de paix. Une pensée de haine doit être détruite par une pensée plus puissante d’amour.

Il est de votre devoir d’être très bons pour tout être humain … jusqu’à ce que vous changiez le monde de l’homme en monde de Dieu.

L’intellect est bon, mais jusqu’à ce qu’il soit devenu le serviteur du cœur, il est de peu d’utilité.

Ô bien-aimé du Seigneur ! Dans cette dispensation sacrée, le conflit et la discorde ne sont nullement autorisés. Chaque agresseur se prive de la grâce de Dieu.

Le devoir le plus essentiel, en ce jour, est de purifier vos caractères, de corriger vos manières, et d’améliorer votre conduite. Les bien-aimés du Miséricordieux doivent manifester un tel caractère et conduite parmi ses créatures, que le parfum de leur sainteté puisse se répandre sur le monde entier, et puisse ranimer les morts, (…)

L’amour manifeste sa réalité dans les faits, pas seulement en paroles – celles-ci, seules, sont sans effet.

Si vous désirez de tout votre coeur, l’amitié avec chaque race sur terre, votre pensée, spirituelle et positive, se propagera ; elle deviendra le désir des autres, devenant de plus en plus forte, jusqu’à ce qu’elle atteigne l’esprit de tous les hommes.

Quand un homme tourne son visage vers Dieu, il trouve le soleil partout.

Mon espoir est que le blanc et le noir seront unis dans l’amour et la communion parfaite, avec l’unité complète et la fraternité. Associez-vous les uns aux autres, pensez l’un à l’autre, et soyez comme un jardin de roses. Toute personne qui entre dans un jardin de roses verra diverses roses, blanches, roses, jaunes, rouges, croissant toutes ensemble et décorées partout.

Chacune accentue la beauté de l’autre. Si toutes étaient d’une seule couleur, le jardin serait monotone à l’œil. Si elles étaient toutes blanches ou jaunes ou rouges, le jardin manquerait la variété et d’attraits ; mais quand les couleurs sont variées, blanc, rose, jaune, rouge, il y aura la plus grande beauté.

La diversité des teintes, de la forme et des contours, enrichit et orne le jardin, et augmente l’effet de celui-ci. De la même manière, lorsque diverses nuances de pensée, de tempérament et de caractère, sont réunis sous le pouvoir et l’influence d’un organisme central, la beauté et la gloire de la perfection humaine seront révélées et rendues manifestes. Rien d’autre que la puissance céleste de la Parole de Dieu, qui gouverne et transcende les réalités de toutes choses, n’est capable d’harmoniser les pensées, sentiments, idées et convictions divergentes des enfants des hommes.

La véracité est le fondement de toutes les vertus de l’humanité. Un homme humble, sans formation, mais rempli de l’Esprit Saint,est plus puissant que le plus noble savant profond dénué de cette inspiration. Celui qui est instruit par l’Esprit Divin peut, en son temps, amener les autres à recevoir le même Esprit.

Le jour viendra où toutes les religions du monde s’uniront, car, dans le principe, elles sont déjà une. Il n’y a pas besoin de division, vu que ce sont seulement les formes extérieures qui les séparent. Parmi les fils des hommes, certaines âmes souffrent par ignorance, hâtons-nous de les enseigner ; d’autres sont comme des enfants nécessitant des soins et de l’éducation jusqu’à ce qu’ils aient grandi, et certains sont malades ; à ceux-ci, nous devons porter la guérison divine.

L’amour est la plus grande loi qui gouverne ce puissant et céleste cycle, la puissance unique qui lie ensemble les divers éléments de ce monde matériel, la force magnétique suprême qui qui dirige les mouvements des sphères dans les royaumes célestes.

Sois assuré que l’Amour est le secret de la sainte Loi de Dieu, la manifestation du Miséricordieux, la fontaine d’où s’écoule l’Eau spirituelle. L’Amour est la douce lumière céleste, le souffle éternel de l’Esprit Saint qui vivifie l’âme humaine. L’Amour est la cause de la Révélation de Dieu aux Hommes et, selon la création divine, le lien vital inhérent à la réalité des choses. L’Amour est la voie unique qui assure une félicité véritable dans ce monde et dans l’autre.

L’Amour est la Lumière qui guide dans l’obscurité, le trait d’union vivant qui unit l’Homme à Dieu et qui assure le progrès de toute âme éclairée. L’Amour est la loi la plus grande qui gouverne ce cycle puissant et divin, le pouvoir unique qui lie ensemble les divers éléments de ce monde matériel, la force magnétique suprême qui règle les mouvements des sphères de l’espace céleste. Par sa puissance infaillible et illimitée, l’Amour révèle les mystères latents dans l’Univers. L’Amour est l’esprit de vie qui orne le corps de l’Humanité, le fondateur de la vraie Civilisation dans ce monde mortel et le flot de gloire impérissable qui se répand sur toute race et nation animées de sentiments élevés.

La sincérité est la pierre angulaire de la foi. Autrement dit, une personne religieuse doit faire abstraction de ses désirs personnels et chercher de quelque manière qu’il le peut (et) de tout coeur de servir l’intérêt public ; et il est impossible pour un être humain de se détourner de ses propres avantages égoïstes et sacrifier son propre bien pour le bien de la communauté sauf par la vraie foi religieuse.

Aimez toutes les religions et toutes les races avec un amour qui est vrai et sincère et montrez cet amour par des actes …

La vraie civilisation déploiera sa bannière au cœur même du centre du monde chaque fois qu’un certain nombre de ses distingués et nobles souverains – les exemplaires brillants de dévouement et de détermination, surgiront, pour le bien et le bonheur de l’humanité tout entière, avec une ferme volonté et une vision claire, pour établir la cause de la Paix Universelle. Ils doivent faire de la cause de la Paix l’objet d’une consultation générale, et chercher par tous les moyens en leur pouvoir à établir une Union des nations du monde. Ils doivent conclure un traité contraignant et établir une alliance, dont les dispositions soient saines, inviolables et définitives. Ils doivent le proclamer dans le monde entier et obtenir pour lui la sanction de toute la race humaine. Cette suprême et noble entreprise – la véritable source de la paix et du bien-être de tout le monde devrait être considérée comme sacrée par tous les habitants de la terre.

Quant aux 7 qualifications (de l’âme divinement éclairée) dont tu as demandé une explication, voici ce qui en est :

CONNAISSANCE. L’homme doit atteindre la connaissance de Dieu.

FOI.

CONSTANCE.

VÉRACITÉ. La véracité est le fondement de toutes les vertus du monde de l’humanité. Sans véracité, le progrès et le succès dans tous les mondes de Dieu sont impossibles pour une âme. Lorsque cet attribut saint est établi dans l’homme, toutes les qualités divines se concrétiseront aussi

INTÉGRITÉ. Et ceci est l’un des plus grands accomplissements divins.

FIDÉLITÉ. Ceci est aussi un beau trait de l’homme céleste.

EVANESCENCE ou Humilité. Autrement dit, l’homme doit devenir évanescent en Dieu, doit oublier ses propres conditions égoïstes (en sorte) qu’il puisse alors naître à la station de sacrifice. Cela devrait être à un degré tel, que s’il dort, ce ne devrait pas être pour le plaisir, mais pour reposer son corps afin de faire mieux, d’expliquer plus joliment, de servir les serviteurs de Dieu et de prouver les vérités. Quand il reste éveillé, il devrait chercher à être attentif, servir la cause de Dieu et sacrifier ses propres conditions pour celles de Dieu. Quand il parvient à cette station, les confirmations du Saint-Esprit vont sûrement l’atteindre, et l’homme avec ce pouvoir peut résister à tous ceux qui habitent la terre.

Laissez vos actions crier au monde que vous êtes bien baha’is, car ce sont les actions qui parlent au monde et sont à l’origine des progrès de l’humanité. Si nous sommes de vrais baha’is, la parole n’est pas nécessaire. Nos actions aideront le monde, répandront la civilisation, aideront le progrès de la science, et provoqueront le développement des arts. Sans action, rien dans le monde matériel ne peut être accompli, Et les mots non soutenus (par l’action) ne peuvent pas non plus faire progresser un homme dans le Royaume spirituel. Ce n’est pas en ne faisant qu’en parler que les élus de Dieu ont atteint la sainteté, mais par une vie patiente de service actif, ils ont apporté la lumière dans le monde. Par conséquent, essayez, jour après jour, que vos actions soient de belles prières. Tournez-vous vers Dieu, et cherchez toujours à faire ce qui est juste et noble. Enrichissez les pauvres, relevez ceux qui sont tombés, réconfortez les affligés, apportez la guérison aux malades, rassurez les craintifs, sauvez les opprimés, donnez de l’espoir aux désespérés, abritez les indigents ! Ceci est le travail d’un vrai baha’i, et voilà ce qu’on attend de lui.
Si nous nous efforçons de faire tout cela, alors nous sommes de vrais baha’is, mais si nous négligeons (de le faire),
nous ne sommes pas des suiveurs de la Lumière, et nous n’avons pas droit au nom. Dieu, qui voit tous les cœurs, sait jusqu’où nos vies sont l’accomplissement de nos paroles.

La maison de la religion est le cœur.

PN : vous voulez lui ouvrir les yeux ? Quelle erreur !

Par défaut

PN yeux J’ai déjà écrit sur le « syndrome du St-Bernard », où certain(e)s (c’était mon cas, jadis) sont poussé(e)s à se dévouer corps & âme pour sauver autrui (voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/08/04/tentez-vous-de-sauver-des-canards-boiteux/) en occultant le fait que c’est lui-même (ou elles-même) qui a en fait besoin d’être sauvé(e).

Mais ce syndrome ne se manifeste jamais avec autant d’acuité qu’avec un pervers narcissique ! Ces êtres – vous le savez – ne font que mal se conduire : mentir, rompre les promesses, vous rabaisser, se moquer des lois, … ils se montrent injustes, agressifs, violents, irresponsables, sans remords, inhumains.

Si vous avez souffert d’abus narcissique, vous avez probablement une conscience, un haut niveau de bonté & d’intégrité et vous vous souciez d’autrui – donc, son refus de se comporter de façon morale & décente vous choque & vous effraie. Vous voulez que l’instabilité et la folie s’arrêtent et pour ça, vous lui faites la leçon et tentez de le « ramener dans le droit chemin » en lui montrant à quel point son comportement est nocif & douloureux.

Mais ça ne marche pas… votre intégrité même est utilisée contre vous ! C’est du reste la plus grande arme que le PN utilise contre vous ! Comprenez qu’un PN cible délibérément les gens ayant beaucoup d’intégrité, parce qu’il sait que ces gens humbles & innocents ne soupçonneront pas le Mal et seront prêts à se questionner & à prendre la faute sur eux…

Et quand le PN les accusera de fautes imaginaires, ils tenteront de se justifier …comme si ce démon ignorait que les fautes dont il nous blâme sont imaginaires ! Il les a justement créées EXPRES pour « prendre du sang » ( = provoquer les épanchements émotionnels dont il se nourrit). (voir : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ ).

Quand on vit avec un PN, au lieu d’être serein(e), de pouvoir être calme & à l’aise, on est sans cesse agité-e (car il nous ment), nerveux(se), sur les nerfs… Comme avec une bombe à retardement, on sait que « ça va péter » mais on ne sait pas quand… Or, l’anxiété, en faisant monter les niveaux d’hormones de stress (cortisol & adrénaline) est très mauvaise pour la santé ; donc, à vivre avec ce genre d’individus, notre santé se dégrade peu à peu…

Et notre santé mentale aussi se dégrade, puisqu’on se fait toujours insulter, rabaisser, et mettre toute la faute sur le dos… Oui ; il s’amuse à vous accuser de fautes imaginaires et, au lieu de hausser les épaules & partir, vous tentez de vous justifier … Aussi, devant ses méchancetés, au lieu de rompre, vous le prenez en pitié pour son enfance malheureuse et croyez que vous le guérirez à force d’amour …

Ensuite, plus il (elle ) vous attaque, plus vous tenterez de le pousser à se comporter de façon décente… mais c’est une tâche impossible – car non seulement il refuse toutes les règles, mais en plus, il voit à quel point on se fait flouer quand on est quelqu’un de bien ! Il vous trouve pathétique, avec votre bonté, votre naïveté, vos bonnes intentions.
Il ne veut pas suivre les règles, car il se sent au-dessus de ça… sans compter que, mort à l’intérieur, il DOIT exploiter une proie pour se maintenir en état de fonctionner.

Il est donc essentiel que la victime comprenne que jamais elle ne réussira à le rendre gentil, à la faire cesser de la détruire à petit feu…et que continuer à se bercer de rêves la maintient dans cette relation qui la détruit ! Plus la victime essaie de contrôler l’incontrôlable, plus elle perd le contrôle d’elle-même.

Hélas, les humains sont programmés pour avoir la tendance de faire PLUS de la même chose – au lieu de faire AUTRE chose ! – en cas de stress. Donc, comme la victime a de plus en plus mal, est de plus en plus faible, confuse, éperdue, exposée et en manque d’amour, elle s’accroche de plus en plus désespérément à ce rêve – elle a de plus en plus besoin de ne pas comprendre ce qu’elle vit, de plus en plus besoin qu’il la ré-aime et devienne enfin normal et aimant… Bref, pendant ce temps, le rituel satanique peut se poursuivre, c-à-d que le PN peut continuer à vous détruire, et la victime s’affaiblit… son corps, son esprit, son âme, tout s’émiette & s’étiole ..

Et ce sont les êtres les meilleurs, les plus purs, intègres, et sensibles qui souffrent le plus…

Même si vous tentez d’utiliser l’une de ses tactiques, vous perdrez car il y est maître & vous non : il vous sermonnera sur votre manque d’intégrité. Quoi qu’on fasse avec un PN, on ne peut pas gagner – la seule chose sensée à faire est de le quitter !

Mais pour briser la « transe », pour cesser ce jeu macabre, il faut d’abord accepter que le Prince Charmant tendre, attentionné & amoureux des débuts, ne reviendra jamais…parce qu’il n’a jamais existé ! Ce n’était qu’un masque, qu’un rôle que le PN a joué pour vous capturer !

Ces êtres n’ont pas d’amour à donner (ils sont vides), ils n’ont ni morale, ni valeurs, ni conscience, ni scrupules !

Plus vous essayez de lui faire comprendre combien ses actes sont mauvais et plus vous lui demandez d’amour, plus vous vous épuisez – car vous ne recevez rien et, dans le même temps, vous vous faites tirer du sang lors des disputes.

Et je ne parle pas du manque de sommeil (qui peut tuer) – Moi, par exemple (du temps que j’étais harcelée par ma chef, Suzanne Rensonnet), je conduisais un jour sur une route sinueuse, et j’étais tellement absorbée par mes pensées – car l’effet des violences, c’est qu’on s’obsède dessus & qu’on y pense sans cesse – que j’ai failli faire un accident ! Ces violences peuvent également tuer ainsi … sans compter le risque réel de suicide : comme il nous arrache notre âme & détruit toute joie de vivre, les violences mènent à une profonde dépression & dégoût de la vie, et surtout, au désir d’échapper à cet enfer …

Mais même si vous ne vous tuez pas, vous commencez à agir comme une personne folle – n’oubliez pas qu’un PN est fou & qu’il projette sa folie sur sa victime, à qui il donne le rôle d’exprimer sa folie à sa place !

Tant que vous vous obsédez sur ce que le PN dit ou fait, vous vous oubliez vous-même & restez accrochée dans cette transe satanique.

Il est logique d’être choqué(e) par ses actes, mais si on veut en sortir, il faut arrêter ce mode de pensée (et le jugement, qui ne fait qu’attirer plus de mal dans votre vie).

Tout d’abord, il faut cesser de résister à la réalité, mais l’accepter (aussi pénible ou horrible soit-elle) … alors, vous verrez que, comme cette réalité (que vous n’avez AUCUN POUVOIR DE CHANGER) ne vous convient pas, vous devez vous sauver.

Il faut du courage pour cesser de fonctionner avec « l’esprit souffrant », pour à la place, fonctionner avec un esprit réaliste (les faits & rien que ça). Tant que l’on juge ce que le PN nous fait (« c’est dégoûtant », « c’est inacceptable », etc) & qu’on se prend pour un St-Bernard ( = que l’on croit qu’on peut & qu’on doit sauver des losers), on reste dans une énergie de victime.. A l’inverse, dès qu’on commence à juste dénombrer les faits, on cesse de vouloir guérir l’autre & la relation… & on reprend notre pouvoir – donc, on s’en libère.

Oui ; à chaque fois que vous jugez quelque chose comme mauvais, vous êtes dans la résistance au réel – à chaque fois que vous le faites, vous croyez lutter contre votre PN alors qu’en fait, vous ne faites que vous enraciner un peu plus à lui !

Or, comme a dit Ayn Rand : « Vous pouvez ignorer la réalité, mais vous ne pouvez pas ignorer les conséquences d’ignorer la réalité ». Ces conséquences, vous les vivez, non ?

Ne croyez pas qu' »accepter » signifierait tolérer la maltraitance ; au contraire, c’est accepter qu’un PN fait ce qu’il (ou elle) fait parce qu’il est un PN. Là, vous n’aurez plus besoin de le « guérir » pour vous faire vous sentir mieux.

Vous pouvez vous libérer, vous pouvez vivre une vie pleine & sereine, vous pouvez laisser les autres être & faire ce qu’ils veulent… et si leurs actes n’entrent pas dans vos normes, ces individus n’ont pas à faire partie de votre réalité.

Il est plus que temps de laisser le PN à lui-même, de cesser de se concentrer sur lui pour, à la place, vous focaliser sur la création de la vie qui vous convient & que vous méritez !

Dynamique de la famille perverse

Par défaut

famille perverse  Comme vous le savez sans doute, dans une famille où au moins 1 des 2 parents est un pervers narcissique, il y a toujours un enfant qui est l’enfant parfait (« Golden Child ») et un autre qui est le « bouc émissaire ».

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est au fond le bouc émissaire qui est le mieux loti ; car à la fin, c’est lui qui a le plus de chances d’en réchapper, de guérir et de mener une vie saine.

Quand une famille est infestée par la mauvaiseté, la maladie mentale, une addiction (alcool, drogues, médicaments), les enfants se voient attribuer, dès la naissance, un rôle rigide – car ce genre de famille ne peut survivre que si chacun joue bien son rôle.

Donc, si vous osez sortir de votre rôle, tous les autres membres (dysfonctionnels) de la famille feront tout pour vous faire rentrer à votre place.

Ces rôles forcent les enfants à montrer une image fausse d’eux-mêmes (& de la famille) tout en supprimant leur vrai moi. Dans une telle famille, il y a des règles non-dites que les enfants en viennent vite à connaître, et qu’il est interdit de discuter ou même seulement de révéler au grand jour.

Il faut faire semblant, jouer son rôle, et ne jamais contredire ou exposer la belle façade…

Tant le bouc émissaire que l’enfant parfait, sont indispensables dans cette famille – mais bien sûr, aucun enfant, quel que soit son rôle n’est aimé ou estimé pour lui-même – mais seulement pour son utilité pour la mère PN ;

l’enfant parfait sert à montrer au monde à quel point la mère est une bonne mère pour avoir un tel enfant. Donc, cet enfant est sans cesse félicité pour tout, et excusé pour toutes ses erreurs. Il est la version miniature de la mère, un pervers en formation – ce reflet de la « Grandeur » de la mère, est la raison majeure pour laquelle cet enfant-là ne « peut » rien faire de mal à ses yeux.

Mais bien entendu, ce favoritisme extrême cause des problèmes entre frères & soeurs … Tant mieux ; les PN adorent les drames !

Pour le bouc émissaire, c’est l’inverse ; rien de ce qu’il fait n’est bien, et ses erreurs (ou même celles des autres !) sont durement punies. Les autres enfants apprennent très vite qu’ils peuvent le maltraiter et l’accuser de leurs propres bêtises.

Un PN n’a aucune conscience (donc sentiment de culpabilité) et comme son but est d’éviter toute responsabilité, la mère narcissique « ré-écrit l’histoire » ou pervertit la réalité pour rendre cet enfant coupable de tous les dysfonctionnements de la famille et elle, blanche comme neige et même, victime à plaindre ; un mauvais sort lui a infligé cet enfant « impossible », qui est un nul et un mauvais et qu’elle n’a pu remettre sur le droit chemin malgré tout son amour et ses compétences maternelles ( !).

Cet enfant est en fait le diseur de vérité dans ce réseau de mensonges, de secrets et de fausses apparences – son rôle est de pouvoir maintenir la façade de famille saine & normale, en le pointant du doigt comme étant la source du problème ; il distrait l’attention du vrai problème de la famille.

Comme tout le monde l’agresse dans sa famille, le bouc émissaire réagit souvent par des crises de colère ou des actes anti-sociaux, marquant son mal-être – mais que le monde extérieur interprète comme la preuve que la mère disait vrai en l’accusant d’être mauvais et dérangé !

La mère perverse peut alors jouer sa grande scène, jouant les victimes, racontant à tout le monde les souffrances que cet enfant ingrat lui cause, bien qu’elle soit une bonne mère pour lui et fasse tout son possible pour le sauver.

Bref, une fois de plus, le PN salit la vraie victime, et se choisit des complices extérieurs, qui puniront (blâmeront, insulteront, humilieront, ou enfermeront) la vraie victime à sa place !

Si le bouc émissaire parvient à quitter sa famille, tout d’un coup, l’équilibre de la famille est rompu. Tous les autres membres de la famille deviendront alors tout sucre tout miel envers lui, pour le convaincre de revenir …

Attention ; je vous préviens : leur comédie semble très vraie – surtout quand ils jurent d’avoir compris et changé et qu’ils s’excusent ; On a attendu ça TOUTE SA VIE, on a TELLEMENT envie d’y croire !

Mais ne tombez pas dans leurs pièges, ne croyez pas leurs mensonges, car si vous revenez ils vous re-jetteront votre rôle de bouc émissaire sur le dos !

Si le bouc émissaire ne revient pas dans la famille, la tension croît de plus en plus dans la famille ; la mère PN choisit alors un autre enfant pour tenir le rôle ou continue (durant toute sa vie !) à vous salir et vous nuire à distance…

Reconquérir son ex… ?

Par défaut

 

 

regard d'espoir1

Dans une relation amoureuse, voici comment les choses se passent en général :

– 1ère phase : début de la relation ; quand on commence une relation, tout baigne ; tout est excitant et merveilleux, on a gagné la confiance du partenaire & on s’entend super-bien. Au fil du temps, comme ça continue à aller assez bien, on s’attache, on se voit de plus en plus et on envisage d’emménager ensemble ou de se marier.
-2ème phase :  Se sentant très confiant, l’un des 2 fait des choses qui détruisent la relation. Il (ou elle) flirte avec d’autres sur les réseaux sociaux, s’implique émotionnellement avec un(e) collègue de travail, tombe dans une dépendance, dit des mensonges, insulte gravement son (sa) partenaire lors d’une dispute (dit des choses horribles et blessantes) ou le frappe, se comporte comme un enfant à la maison, ne se soucie pas de nourrir la relation, etc.

(à ce sujet, voir : http://www.bonheuretamour.com/2012/11/18/la-relation-est-le-1er-enfant-dun-couple/ ,

Et https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/06/30/lamour-est-comme-un-compte-en-banque/ ).

Bref, il (elle) fait quelque chose de stupide méritant un diplôme de bêtise ou d’immaturité.

– 3ème phase : Il (ou elle) perd la relation. Le partenaire se fatigue de pardonner et de devoir à chaque fois redonner une autre chance à l’autre. Donc, il se déconnecte de la relation et ne veut plus rien avoir à faire avec la personne en question. Parfois, le compagnon (compagne) s’en va, d’autres fois, il (elle) reste, mais devient quelqu’un de totalement froid et fermé à l’amour.
– 4ème phase : le coupable regrette, et tente désespérément de rétablir la relation.  Maintenant qu’il (elle) a perdu son (sa) partenaire, qu’il y a une distance, donc, que « l ‘élastique » est tendu, son désir pour l’autre renaît (justement à cause de cette distance). Alors, il prétend que maintenant il a compris ses erreurs, qu’il a changé et qu’il ne refera plus jamais la faute de tout ficher en l’air – car il « sait maintenant à quel point il vous aime ».

Il jure qu’à partir de maintenant, « tout sera différent » et vous supplie de lui accorder une seconde chance (après que vous lui en ayez déjà accordé beaucoup !). Il demande à tous ceux qu’il connaît (père, mère, copain-copine, ..) d’essayer de vous convaincre – mais bien sûr, ça ne marche pas – vous restez méfiant(e).

C’est comme prendre des oeufs, les briser dans un plat et les mélanger pour faire une omelette ;  si après, vous changez d’avis et auriez plutôt choisi de les manger à la coque, … problème…

Vous avez beau regretter, il est évidemment impossible de « désembrouiller » les oeufs pour les faire revenir à leur état premier (blancs & jaunes séparés, et chacun dans leur coquille) !

Eh bien, ici, c’est la même chose ; certaines choses ne peuvent tout simplement PAS être annulées. Une fois que vous avez brisé la coquille d’un oeuf, ce n’est plus réparable.

Nos décisions entraînent des conséquences et il faut « faire avec », que nous le voulions ou pas !

« J’ai trompé ma femme avec sa meilleure amie, je lui ai menti, et pendant une dispute, je lui ai dit qu’elle était moche et que je n’avais jamais aimée. Mais maintenant, je me rends compte que je l’aime et je veux qu’elle me reprenne ».
Ou  «Je me suis impliquée dans une liaison avec un homme marié, je suis tombée enceinte, et je pensais qu’il allait quitter sa femme pour moi, mais quand j’ai commencé à insister pour qu’il le fasse, il m’a abandonnée. Je veux être heureuse, et heureuse avec lui ».
Non ! Vous avez brouillé les oeufs, vous devrez apprendre à les manger brouillés ! Ca ne veut pas dire que jamais vous ne serez heureux(se), ni que  vous ne serez pas en mesure de reconstruire votre relation avec cette personne ou quelqu’un d’autre. Étant donné que les leçons sont apprises et que le comportement a changé, tout est possible. Mais ces œufs ne reviendront jamais à leur état d’origine.
C’est ce que vous devez garder à l’esprit avant de casser les coquilles d’œufs. « Quand on choisit un comportement, on choisit aussi (automatiquement) ses conséquences ! » Souvenez-vous de ceci avant d’agir !
PS : pour le partenaire qui choisirait de pardonner, lui par contre, doit se souvenir de cet adage : « Le meilleur prédicteur d’un comportement futur, est un comportement passé »- alors, ne reprenez pas un partenaire qui vous a blessé(e) ou négligé(e) , à moins que : a) vous ne vouliez vous refaire blesser à l’avenir, ou : b) le partenaire en question vous apporte la PREUVE qu’il a sérieusement réfléchi au mal qu’il (elle) vous a fait, et a travaillé de façon active et persévérante sur lui-même pour changer et ne plus agir ainsi à l’avenir.