Archives de Tag: accusations

L’E.N.P. (Espace Narcissique Pathologique)

Par défaut

temps nocturneCertaines victimes de PN – celles qui se sont bien informées sur le sujet & ont rompu – s’étonnent de voir combien elles parviennent à distinguer toutes ses manoeuvres (ce qui leur donne de la liberté) – alors qu’avant, elles ne distinguaient pas du tout ce qui était en train de se passer (& étaient donc prisonnières).

Beaucoup, hélas, ont tenté de prendre une revanche sur lui, car elles sont en rage et veulent lui faire payer tout ce qu’il leur a infligé… mais ça n’a fait que les replonger dans son monde de ténèbres…

N’oubliez pas que c’est toujours LA, dans son « antre » (= l’Espace Narcissique Pathologique) que cette bête sauvage vous attire pour vous dévorer !

En effet, c’est là qu’il se sent en sécurité ; il s’est aménagé cet espace spécialement pour y assouvir ses besoins ( = s’y procurer son approvisionnement narcissique tout en évitant toute blessure à son ego) – il l’a fait inconsciemment & naturellement (comme une araignée tisse une toile). Là, il peut faire ce qu’il veut de sa proie et en tirer ce qu’il recherche…

Quand il y a attiré sa victime, il passe à l’attaque ; il l’entraîne dans une confrontation absconse, délirante. C’est bien simple ; si la victime y réfléchit par la suite, elle n’arrive pas à se souvenir comment ils en sont arrivés au sujet de la dispute.

En fait, il a d’abord démoli l’estime de soi de sa victime, en sorte qu’il puisse l’accuser de tout & n’importe quoi, et qu’elle tente de s’en justifier (au lieu de hausser les épaules, tellement c’est idiot). J’ai connu ça ; ma mère m’accusait en hurlant, que c’était ma faute lorsqu’elle se disputait avec ses cinglées de soeurs ou avec mon père !

Ou si vous voulez discuter d’un sujet qui vous préoccupe, par ex, d’une « bêtise » (hum !) ou méchanceté qu’il vous a faite, au lieu d’en causer pour faire avancer les choses, le PN réagit en vous accusant d’autre chose (toujours une chose stupide), pour vous déséquilibrer…Et l’ennui, c’est qu’on mord toujours à l’hameçon !

Et là, ça part en sucette : tandis qu’on tente de discuter avec ce monstre, ce robot, la conversation part dans tous les sens… Ca n’a AUCUN sens, en fait ! Par ex, quand on lui reproche ses dépenses ou ses infidélités, il nous dira qu’on est une souillon parce qu’on a laissé traîner des vêtements, ou qu’à cause de nous, son cousin a fait une crise cardiaque.

Mais nous, on en discute parce qu’on a été démoli(e) & qu’on croit vraiment que les problèmes sont de notre faute.

Quand on veut apurer un problème de ce genre, comme c’est un sujet « sensible », à forte charge émotionnelle, on est « ouvert(e) », on met son coeur à nu…Et le PN aime cela ! C’est comme ça qu’il nous veut… parce que c’est comme ça qu’il peut « tirer du sang » !!

Comme on est bouleversé(e), dans l’état d’ouverture où l’on est, dans la chaleur de la discussion, on croit ses mensonges ; on croit qu’on a effectivement causé la crise cardiaque du cousin… Le PN en profite pour vous en faire honte : comment, vous osez soulever un petit souci mineur (!), alors que vous êtes coupable d’un tel CRIME ; causer presque la mort de son cousin ?!

Alors, comme on croit cette connerie, on se sent coupable, et on n’ose plus l’accuser… & c’est justement ce qu’il voulait ! Ca semble stupide, mais… voilà comment le monstre nous a entraîné(e) à réagir !

Et voilà comment, se « sachant » nul(le), moche, bête, indigne, on ne se dresse pas pour se défendre (eh non : on se dresse pour quelqu’un de bien, mais non pour une merde… et c’est ce qu’il nous a persuadé(e) qu’on est !), et on reste dans cette relation qui nous détruit, à nourrir le vampire ! Et c’est bien pour ça qu’il a tué notre estime de soi ; parce que ce sont les ailes qui permettent à l’oiseau de s’envoler, et il a coupé ces ailes …

Après la rupture, quand on y repense, on s’en veut, on se sent stupide ; on ne peut pas croire qu’on ait été assez bête que pour avaler ces bobards ridicules …là, il n’a même plus à être présent & à vous blesser lui-même ; vous vous le faites à vous-même ! En fait, c’est parce qu’on a été violenté(e) pour nous entraîner à croire à cela – alors, pardonnez-vous ; il faut remettre la faute sur le VRAI coupable & cesser de vous jeter la pierre !

Si un jour, il réussit à vous « coincer », pour pouvoir vous jeter les pires accusations à la tête, ne réagissez pas, gardez le silence, ne le laissez pas se répéter (s’il le fait, dites calmement : « Tu as déjà dit ça. As-tu autre chose à me dire ? « ), ne répondez pas à ses questions (dites juste : « Tu voulais me parler, je suis là ; j’écoute »). Et quand il a fini de parler, ne dites que : « ne me contacte plus jamais ».

Ne vous laissez plus entraîner dans ce genre de discussions qui ne mènent à rien (pour plus d’infos, voir : http://www.bonheuretamour.com/2016/03/14/parler-avec-un-pn/ & https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/16/pn-discussions-delirantes/).

Ca ne mène à rien parce qu’ils ne cherchent pas à améliorer les choses ou la relation ; ils cherchent la bagarre, ils veulent que vous vous défendiez & tentiez de prouver votre innocence (dont il sait que vous l’êtes).

Vous tentez désespérément de lui prouver que vous n’êtes pas la mauvaise qu’il dit que vous êtes… mais JAMAIS vous ne pourrez vous justifier, jamais il ne validera vos sentiments, toujours il vous fera sentir que c’est votre faute !

Souvenez-vous que la perversion narcissique est une psychose, et par conséquent, les propos d’un PN sont délirants, non pertinents, contraires à la réalité des choses – alors, pourquoi discuter avec un dément ? On ne peut pas lui faire entendre raison parce qu’il n’est pas raisonnable, parce qu’il ne veut pas et ne peut pas viser une chose saine comme l’harmonie & l’amour, comme ferait quelqu’un de normal.

Il faut savoir qu’on ne peut tout simplement pas raisonner avec un PN et il ne changera jamais ! En effet, tout change, tout évolue, car c’est ce que fait la Vie… mais ces monstres sont MORTS à l’intérieur…

Donc, laissez-le dire ce qu’il veut et, quand il a fini, dites calmement : « J’ai entendu tout ce que tu avais à me dire, je n’ai rien à ajouter. Maintenant, ne me contacte plus jamais » & partez. Même s’il essaie de continuer à parler, raccrochez ou tournez les talons & dirigez-vous vers la sortie.

Là, vous gagnez (& il n’y a aucune autre façon de gagner avec un PN).

Car dès que vous mordez à l’appât qu’il vous tend, vous êtes ré-aspiré dans son mode délirant, où pendant des heures, il se nourrira de vous, il vous mordra, vous blessera, et dont vous sortirez exangue, épuisée, encore plus affaiblie… (voir : http://www.bonheuretamour.com/2015/05/15/le-pn-comme-vampire/ ).

Attention : ceci risque de le mettre en rage – alors, prévoyez que vous pourrez partir..

PN : la société accable les victimes !

Par défaut

victime & thérapeute

Cherchant toujours à combattre les idées reçues, voici l’avis du Dr Sam Vaknin (un spécialiste en perversion narcissique, et un narcissique lui-même) sur la perception (leur NON-perception, plutôt !) des violences perverses par les acteurs sociaux.

La violence n’est pas du tout bien étudiée, ses causes (psychodynamiques, culturelles et sociales) ne sont pas explorées en profondeur et donc, les acteurs sociaux  (policiers, assistants sociaux, juges, …) restent très ignorants à ce sujet. Aux services d’urgence des hôpitaux, on ne note presque jamais que des blessures sont dues à de la violence domestique, alors que ça représente plus de la moitié des admissions de femmes !

Sans compter le nombre élevé de femmes assassinées par leur conjoint, ancien ou actuel. 25 à 50 % des familles connaissent au moins un épisode de violence par an.

Ces mauvais traitements et la violence font en fait partie d’un modèle durable de comportement inadapté dans la relation et sont parfois couplés à la toxicomanie. Les agresseurs sont jaloux, possessifs, dépendants et souvent, narcissiques.

Heureusement pour l’agresseur, même la victime (honteuse de ce qu’elle subit), dissimule souvent cette violence.  C’est surtout vrai avec la violence psychologique, qui ne laisse pas de marques visibles…

Pourtant, il n’y a pas délinquant «typique» ; on trouve de la maltraitance dans tous les milieux raciaux, socio-culturels ou économiques. Ceci est dû au fait que, jusqu’à très récemment, la violence était la norme (socialement acceptable, tolérée) de comportement. Durant la majeure partie de l’histoire humaine, les femmes et les enfants étaient considérés comme inférieurs, et comme des possessions de l’homme.
Inévitablement, de nombreuses victimes se blâment pour leur pitoyable situation ; elles ont souvent une faible estime de soi, des mécanismes de défense primitifs, des phobies, des problèmes de santé mentale, un handicap, une histoire d’échecs ou une tendance à se blâmer.
Elle peuvent provenir d’une famille ou d’un environnement violent – qui les ont conditionnées à s’attendre à de la violence, à la croire inévitable et « normale ».

Leurs émotions douloureuses et leur impuissance acquise se changent en symptômes psychosomatiques ; anxiété, crises de panique, dépression, même, idées suicidaires.
Les thérapeutes, conseillers conjugaux, assistants sociaux, médiateurs, tuteurs nommés par le tribunal, policiers et  juges sont des êtres réactionnaires ou narcissiques (certains sont eux-mêmes des agresseurs conjugaux).  C’est dire si face au système de justice et de psychologie, beaucoup de choses vont à l’encontre de la victime ! 

D’abord, le déni. La violence est un phénomène horrible que la société et ses délégués choisissent souvent d’ignorer ou de « convertir » en une manifestation plus bénigne, généralement en pathologisant la situation ou la victime, plutôt que l’auteur des violences ( !).
La maison d’un homme est –encore de nos jours ! – son « royaume » et les autorités sont réticentes à empiéter sur ce domaine.
La plupart des agresseurs sont des hommes et la plupart des victimes, des femmes. Même les sociétés les plus avancées dans le monde sont largement patriarcales ; les préjugés & stéréotypes misogynes sont restés puissants.

Les thérapeutes subissent aussi ces influences & préjugés séculaires. En outre, ils succombent au charme & à la force de persuasion du PN – et, quand ce dernier propose une interprétation plausible des événements et les interprète en sa faveur, le thérapeute (qui ne voit pas ce qui se passe en privé) tend à prendre parti pour l’abuseur – surtout que les victimes sont souvent hagardes, déconcentrées, irritables, nerveuses ou hystériques.
Face à ce contraste entre une personne suave, calme et souriante, et une autre, visiblement dérangée, il est facile de conclure que la véritable victime est l’agresseur, ou que les 2 parties sont en conflit de couple et agressent toutes 2.

Les actes d’auto-défense, l’affirmation de soi, ou l’insistance sur ses droits de la proie sont interprétés comme une agression, labilité, ou un problème de santé mentale. Les thérapeutes pouvant faire un diagnostic correct, sont très rares ! (en effet !!!)
Ils croient que les agresseurs sont émotionnellement perturbés par des traumatismes infantiles. Bien sûr, le PN « joue le jeu » en utilisant le bon vocabulaire et se pose en victime…Ils sont donc jugés « normaux » et, lors des conflits de garde d’enfants, s’en voient le plus souvent attribuer la garde, contre la mère, qui est, elle, jugée malade (« labile » !).

Dans « Understanding the Batterer in Visitation and Custody Disputes », Lundy Bancroft résume l’asymétrie en faveur du délinquant :  « Les agresseurs … adoptent le rôle d’un blessé, d’hommes sensibles qui ne comprennent pas comment les choses vont si mal et veulent juste travailler sur tout cela « pour le bien des enfants. » Il peut pleurer … et utiliser un langage qui démontre une grande conscience de ses propres sentiments. Il est doué pour expliquer comment d’autres personnes ont tourné sa femme contre lui, et comment elle lui refuse l’accès aux enfants par vengeance … Il l’accuse souvent d’avoir des problèmes de santé mentale, et peut indiquer que sa famille et les amis sont d’accord avec lui … qu’elle est hystérique et qu’elle couche avec tout le monde. L’agresseur ment très facilement, ayant des années de pratique , et paraît donc crédible lors de ses déclarations sans fondement. C’est l’agresseur qui gagne… lorsque les professionnels croient qu’ils peuvent dire qui ment et qui dit la vérité, et ainsi n’enquêtent pas de manière adéquate.
En raison des effets du traumatisme, la victime des coups semblera souvent hostile, décousue, et agitée, tandis que l’agresseur semble sympathique, raisonnable, et calme. Les évaluateurs sont donc tentés de conclure que la victime est la source des problèmes dans la relation » .
La victime ne peut rien pour faire pour «éduquer» le thérapeute ou lui «prouver» qui est le coupable. Les professionnels de la santé mentale sont égocentriques. Ils sont émotionnellement investis dans des opinions qu’ils se forment ou dans leur interprétation de la relation abusive. Ils perçoivent chaque désaccord comme un défi à leur autorité et sont susceptibles de pathologiser un tel comportement, la qualifiant de « résistance » (ou pire).
Dans le processus de médiation, la thérapie conjugale, ou l’évaluation, les conseillers proposent souvent diverses techniques pour améliorer les abus ou les contrôler. Malheur à celui (ou celle) qui ose remettre ça en question ou critiquer ces «recommandations» ! Ainsi, une victime d’abus qui refuse d’avoir aucun contact avec son agresseur – sera châtiée par son thérapeute pour avoir refusé de communiquer de manière constructive avec son conjoint violent.( INCROYABLE, non ? Et pourtant, c’est ainsi que ça se passe !)
Mieux vaut jouer le jeu, et adopter les manières élégantes de votre agresseur.

Souvent, la seule façon de convaincre le thérapeute que ce n’est pas « dans votre tête » & que vous êtes une victime, c’est en étant insincère et en lui jouant une scène bien calibrée, pleine du vocabulaire correct auquel il s’attend et qu’il comprend ( !). Les thérapeutes font des réactions de Pavlov à certaines phrases ou théories et à certaines personnes « présentant des signes et symptômes » (comportements au cours des premières séances).

Ce que la victime doit faire, par conséquent, c’est s’informer sur ces codes, les apprendre par coeur et les utiliser à son avantage ; c’est complétement dingue, mais c’est notre seule chance !