Archives de Tag: abondance

Citations de Khalil Gibran

Par défaut

Khalil Gibran

Point de religion ni de science sans esthétique. 

On donne peu lorsque l’on donne de ses biens. C’est lorsqu’on donne de soi-même que l’on donne vraiment.

La vie sans amour est comme un arbre sans fleurs ou fruit.

Il faut toujours connaître la vérité, et parfois la dire.

De la souffrance ont émergé les âmes les plus fortes ; les caractères les plus solides sont couturés de cicatrices.

Ouvre l’œil et regarde, tu verras ton visage dans tous les visages.

L’amour et le doute n’ont jamais été en bons termes.

Plus profondément le chagrin creusera votre être, plus vous pourrez contenir la joie.

Pour comprendre le coeur et l’esprit d’une personne, ne regardez pas à ce qu’elle a déjà accompli, mais à ce à quoi elle aspire.

Tends l’oreille et écoute, tu entendras ta propre voix dans toutes les voix.

Si tu aimes quelqu’un, laisse-le aller, car s’il revient, c’est qu’il a toujours été tien. Et s’il ne le fait pas, c’est qu’il ne l’a jamais été.

C’est dans la rosée des petites choses que le cœur trouve son matin et se rafraîchit.

Il est faux de penser que l’amour vient d’un long compagnonnage et d’une cour persévérante. L’amour est le rejeton d’une affinité spirituelle et à moins que cette affinité ne se crée en un moment, elle ne sera pas créée par des années ou même des générations.

Si tu chantes la beauté, même dans la solitude du désert, tu trouveras une oreille attentive.

Aucune relation humaine ne donne à l’un la possession de l’autre – 2 âmes sont toujours absolument différentes. En amitié ou en amour, les 2, côte à côte, élèvent les mains ensemble pour trouver ce que l’un ne pouvait atteindre seul.

L’inspiration chante toujours. L’inspiration n’explique jamais.

Aucun homme ne peut vous révéler quoi que ce soit, d’autre que ce qui gît déjà, à moitié endormi, dans le sein de votre savoir.

Il faut toujours connaître la vérité, et parfois la dire.

Mais laissez des espaces dans votre « être ensemble » et laissez les vents des cieux danser entre vous.

Nous ne vivons que pour découvrir la beauté. Tout le reste n’est qu’attente.

L’amour est un bonheur tremblant.

Tout homme aime 2 femmes : l’une est création de son imagination, l’autre n’est pas encore née.

Une perle est un temple édifié par la douleur autour d’un grain de sable.

La foi est une oasis dans le coeur, qui ne peut jamais être atteinte par la caravane de la pensée.

Si ton cœur est un volcan, comment espères-tu que fleurissent tes mains ?

L’amitié est toujours une douce responsabilité, jamais une opportunité.

Je suis ignorant de la vérité absolue. Mais je suis humble devant mon ignorance et en cela réside mon honneur et ma récompense.

Si tu ne comprends pas ton ami en toutes circonstances, jamais tu ne le comprendras.

… la joie et la peine sont inséparables… ensemble elles viennent et lorsque l’une s’assied seule avec toi… souviens-toi que l’autre est assoupie sur ton lit.

Tu ne vois que ton ombre lorsque tu tournes le dos au soleil.

J’ai appris le silence des bavards, la tolérance, des intolérants, et la gentillesse, des méchants ; pourtant, étrangement, je suis ingrat envers ces enseignants.

Seule une grande peine ou une grande joie peuvent révéler ta vérité.

Lorsque tu est joyeux, regarde profondément dans ton coeur et tu trouveras que ce n’est que ce qui t’a donné de la peine qui te donne de la joie. Lorsque tu est triste, regarde encore dans ton coeur, et tu verras qu’en vérité, tu pleures pour ce qui a fait tes délices.

Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit.

Sauvegarder les droits des autres est la plus noble et belle finalité d’un être humain.

Votre vie quotidienne est votre temple et votre religion.

Croyez aux rêves, car en eux se cache la porte de l’éternité.

De grâce, n’efface pas tes défauts innés par tes vertus acquises.

La foi est une connaissance dans le coeur, au delà de la portée de la preuve.

La pitié n’est que justice amputée.

Quand tu aimes, tu ne devrais pas dire « Dieu est dans mon coeur », mais plutôt, « je suis dans le coeur de Dieu ».

Le seul qui ait été injuste envers moi est le frère de celui envers qui j’ai été injuste.

N’est-il pas étrange de nous voir défendre plus farouchement nos erreurs que nos valeurs ?

Et n’oublie pas que la terre se délecte de sentir tes pieds nus et que les vents aspirent à jouer avec tes cheveux.

La tendresse et la gentillesse ne sont pas des signes de faiblesse et de désespoir, mais des manifestations de force et de résolution.

Un autre jour, je parlai du ruisseau à la mer, et la mer me considéra comme un diffamateur.

Ils m’estiment fou parce que je ne veux pas vendre mes jours pour de l’or ; et je les estime fous parce qu’ils pensent que mes jours ont un prix.

Quand tu chantes, sache que l’affamé t’entend avec son ventre.

Gardez-moi éloigné de la sagesse qui ne pleure pas, la philosophie qui ne rit pas et la grandeur qui ne se courbe pas devant les enfants.

La mort n’est pas plus proche du vieillard que du nouveau-né ; la vie non plus.

Le fanatique est un orateur, sourd comme un pot.

Tu pries dans ta détresse et dans ton besoin ; j’aimerais que tu puisses prier aussi dans la plénitude de ta joie et dans tes jours d’abondance.

Si vous désirez vraiment apercevoir l’esprit de la mort, ouvrez grand votre cœur au cœur de la vie. Car la vie et la mort sont un, de même que la rivière et l’océan sont un.

L’apparence des choses change selon les émotions ; et donc on voit de la magie et de la beauté en elles, alors que la magie et la beauté sont en fait en nous.

La moitié de ce que je te dis est dénué de sens, mais je le dis afin que l’autre moitié puisse t’atteindre.

La sagesse cesse d’être de la sagesse lorsqu’elle devient trop fière pour pleurer, trop grave pour rire, et trop égoïste pour rechercher autre chose qu’elle-même.

La douleur est l’aube qui sépare le sommeil de l’éveil.

La plupart de ta douleur est la potion amère par laquelle le médecin en toi guérit ton moi malade.

Combien noble est celui qui ne veut être ni maître ni esclave.

Le désaccord pourrait être le chemin le plus court entre 2 opinions.

Une beauté grandiose me conquiert, mais une beauté plus grandiose m’en libère.

Un beau jour, je parlai de la mer au ruisseau, et le ruisseau me considéra comme un fabulateur.
Le compréhensif m’attribue la compréhension et l’ennuyeux m’attribue l’ennui. Je pense que tous 2 ont raison.

L’amour ne possède ni ne veut être possédé, car l’amour suffit à l’amour.

Si tu révèles ton secret au vent, tu ne dois pas lui reprocher de le révéler à l’arbre.

Tends l’oreille et écoute, tu entendras ta propre voix dans toutes les voix.

Car qu’est-ce que mourir, mais se tenir dans le soleil et fondre dans le vent ?

Notre esprit est roche, notre cœur est ruisseau. N’est-il pas étrange que la plupart d’entre nous choisissent de recueillir l’eau plutôt que de la laisser s’écouler ?

La beauté n’est pas dans le visage ; la beauté est une lumière dans le coeur.

Continue d’avancer, ne t’arrête pas. Car avancer, c’est aller vers la perfection. Marche, sans craindre les épines ou les pierres tranchantes dont est parsemé le sentier de la vie.

Votre vie est déterminée, non tant par ce que la vie vous apporte, que par l’attitude que vous amenez à la vie ; non tant par ce qui vous arrive que par la façon dont votre esprit considère ce qui arrive.

Loi d’Attraction : pouvez-vous l’utiliser ?

Par défaut

Attraction3

Beaucoup de gens veulent réussir (ou attirer l’amour), mais bien peu prennent la peine de réfléchir à ce que le mot succès ou amour signifie pour eux ou d’apprendre les outils qui les y mèneraient.

Pour réussir sa vie (et éventuellement, dans la vie), il faut que vos buts professionnels soient composés de vos passions personnelles.  Bref, une condition indispensable est d’avoir des passions ! Or, la plupart des gens ont été tellement « laminés » par la vie qu’ils sont devenus comme des légumes …

Le conditionnement commence à la crèche, puis l’école prend le relais, etc… (j’en parle ici : « Le système scolaire est nul ! : http://www.bonheuretamour.com/2014/09/16/le-systeme-scolaire-est-nul/ ).

Ce dressage détuit tout enthousiasme et passion (c’est d’ailleurs son but !) chez l’enfant, et livre à la fin (18 ans ou +), un être bien lavé, décérébré, « arasé », prêt à se couler dans le moule et à suivre l’ornière du travail salarié… Je rappelle que le mot « travail » dérive de « tripalium » ; un instrument de torture !

On entend toujours : ne venez pas vous plaindre ou accuser autrui, puisque votre situation actuelle n’est que le résultat de vos choix.

C’est vrai, mais on oublie ce petit « détail », qui change tout : vous n’êtes responsables ni de vos gènes ni de votre éducation familiale, c’est-à-dire les 2 facteurs qui, combinés, vous donnent votre intelligence, votre optimisme ou pessimisme, votre degré d’agressivité, d’audace ou de passivité, votre façon de concevoir la vie et de réagir, …

Bref, en fait, vous n’agissez pas ; vous « êtes agis », et quant au soi-disant « choix », vous n’en aviez  aucun, vu que vous ne connaissez aucune autre manière de faire.  Tout était prédéterminé.

Et si vous voulez faire des choix meilleurs à l’avenir, il y aura forcément un travail à faire sur vous-mêmes – et d’abord, vous rendre compte que vous transportez du « bagage en excès » ; les mauvaises expériences, relations nuisibles et sentiments négatifs accumulés.

Si vous ne connaissez pas d’autres façons de procéder et de supprimer vos « manques », il faut apprendre cela. Pas la peine d’aller fouiller dans le passé et « gratter là où ça fait mal » : ça ne marche pas.

Dans la vie, tout est question d’émotions ; les mots ne peuvent rien changer ; seules les émotions le peuvent.

J’ai vécu une vie en dents de scie, des choses dures et je sais (contrairement aux chanceux qui n’ont rien vécu et qui, donc, condamnent ceux qui ont eu moins de chance) qu’il ne faut pas condamner les gens des malheurs qui leur arrivent, que beaucoup sont tellement englués dans leur histoire qu’ils ne voient pas la sortie – c’est pourquoi il faut aller les chercher, et leur fournir des infos pratiques, qui causent une prise de conscience – laquelle ouvre de nouvelles portes, pouvant mener à la libération.

Je ne reproche pas aux autres leur naïveté ou leur manque de bon sens ou d’études, le fait de mal juger des situations ou de tirer de fausses conclusions ; chacun fait de son mieux, ici bas… Nous sommes humains et avons tous nos propres limites. Dieu seul est parfait…

Mais bien sûr, on peut leur reprocher leur aveuglement volontaire, c-à-d leur adoption automatique de croyances, leur refus de s’informer et de les remettre en question.

Pour vouloir changer, il faut – normalement – qu’on se sente en sécurité, c’est-à-dire pouvoir être certain que personne ne se moquera de vous ou ne vous fera la morale.  Mais seuls les privilégiés ont ceci – donc, si ça vous manque, vous devrez vous en passer, & vous lancer dans l’action quand même – car sans agir, rien ne se fait- & personne ne le fera à votre place.

Comprenez que les mêmes causes auront forcément les mêmes effets => si vous êtes frustré ou malheureux dans certains domaines de votre vie, si vous voulez des résultats différents, vous devrez agir autrement que vous n’avez fait jusqu’ici.

Vous vous dites peut-être : « J’ai déjà une vie minable, remplie d’obligations, de démarches & de privations, et je devrais encore m’en rajouter ? Ca va pas la tête ?!  Je ne suis pas capable de supporter plus que ce que je supporte ».

Eh bien oui ! Soyez logique ; vous n’allez pas récolter sans semer !

Commencez à agir dans le bon sens et vous verrez que vous aurez l’énergie. Vous verrez ; vous avez plus de ressources que vous ne le pensez…Comme l’a si bien dit Eckart Tolle : Il n’y a rien qui soit arrivé dans le passé, qui puisse vous empêcher d’être (dans le) présent maintenant.

Commencez à avancer vers votre but (une seule petite action concrète), et la motivation apparaîtra comme par magie !

Car le secret de la motivation, c’est ça : il ne faut pas d’abord se motiver, pour agir ensuite ; mais il faut d’abord commencer à agir dans le sens de nos rêves, et la motivation viendra peu à peu & se renforcera de plus en plus !

Il faut d’abord déterminer quelles sont vos priorités (à VOUS ! Personnelles ! Sans écouter ce que disent vos proches ou les medias !; voyez : https://bonheuretamour.wordpress.com/2012/05/16/decider-de-nos-priorites/

De nos jours, on lit partout des choses sur la Loi d’Attraction : on vous fait rêver avec cette « loi » qui est censée pouvoir attirer des millions de $ (ou d’€), un super job, une grosse voiture, une villa de luxe, le gros lot de la lotterie, un yacht, etc…

Et elle est vraie…. Mais ces gourous oublient « le détail qui change tout « ; ce qu’ils ne vous disent pas, c’est qu’il y a 11 autres « Lois universelles » (voir  http://www.bonheuretamour.com/2015/05/02/lois-universelles/ ) et surtout, qu’il n’y a que les êtres se trouvant au niveau 3 de conscience – celui de l’Amour (500 points) – soit un niveau atteint seulement par une personne sur 10 millions ! qui sont capables d’attirer des biens matériels dans leur vie – & ces êtres-là, en plus, visent des biens spirituels & ne sont pas tentés par les biens matériels.

Pour rappel : il y a 16 niveaux de conscience, et 2 émotions de base : la Peur ou l’Amour.  Les gens dont le niveau de conscience vont de 1 à 8, agissent en partant d’une position d’Amour (et donc, donnent aux autres & au monde), alors que les gens se trouvant aux niveaux de 9 à 16, agissent à partir d’une position de Peur (& donc, profitent des autres & les blessent).

Or la plupart des gens sont à plus de 8 et 85% des gens ne monteront même pas d’un seul niveau durant toute leur vie !

En outre, en désirant ainsi l’argent, vous opérez à partir d’un e sensation de manque, et donc, vous n’attirerez (vu que l’on agit d’après notre « pensée-sensation ») que plus de manque dans votre vie (et non plus d’argent).

Croyez-moi : au lieu d’être attiré par le « Miroir aux Alouettes » de systèmes prônés par des gourous malhonnêtes ou mal informés, si vous voulez obtenir ce que vous voulez de la vie, il faudra retrousser vos manches & faire en sorte de vous les procurer vous-même… Ici, pas de « raccourci » vers le succès, mais beaucoup de prise de conscience, d’information, de travail, de détermination, & de lenteur… mais c’est plus sûr !

Conte : la pierre dans l’eau

Par défaut

pierre ds eau

Un grand-père emmena son petit-fils à l’étang et, jetant une pierre dans l’eau, lui fit remarquer comment, à l’endroit où la pierre était tombée, des cercles concentriques se formaient.  Il lui dit qu’il en va de même avec les gens ; que leurs actions aussi “font des vagues”, c-à-d qu’elles ont des suites qui touchent beaucoup de monde.

Il lui dit ensuite que l’on est responsable du genre de vagues que l’on provoque et que de toute façon, les vagues qu’on a créées finissent toujours par revenir vers nous – comme on peut le constater quand on jette un caillou dans l’eau ….

Oui, la vie est tout entière faite de vibrations et, sachant ceci, il faut donc faire bien attention à ce que l’on émet comme vagues…  La rancoeur, l’envie ou le regret du passé, par exemple, sont des sentiments qui nous paralysent, nous limitent, nous rendent inefficace ; ils font stagner notre énergie et nous empêchent d’avoir une vie abondante – laquelle est toujours liée au moment présent.

Si l’on veut une vie épanouissante et heureuse, il faut faire bien attention à tout ce que l’on émet comme pensées, sensations et actes. Nous devons nous sentir responsable de ceci – car plus on l’est, plus notre niveau de conscience (et donc, notre pouvoir sur le monde) augmente.

Un sentiment essentiel pour pouvoir avancer, est le pardon, tant envers nous-même que pour autrui – sinon, nous attirons des soucis, des situations qui nous obligent à examiner notre comportement. Car quand on garde de la rancune envers quelqu’un, cela envahit nos pensées au point qu’il ne reste quasiment plus de place pour d’autres pensées – des pensées créatives, agissant sur le monde.

Lorsque l’on s’attache à ses blessures, la force créatrice ne peut nous traverser…  Nous laissons alors les blessures du passé nous bloquer, nous les utilisons comme excuse pour ne pas avoir à avancer, pour éviter les risques et dangers – ce qui, finalement, nous coupe de la Vie !

Pardonner, lâcher prise par rapport au passé, ré-ouvre les portes de toutes les possibilités, les portes de l’action, celles du corps comme de l’âme et de l’esprit, et nous permet de poursuivre ce que l’on désire dans la vie.

Le flux (dynamique ou stagnant) de notre énergie détermine notre état de santé, notre désir de créer et procréer, notre volonté à développer nos talents et notre utilisation (bonne ou mauvaise) de notre force de vie.

Décider d’éradiquer nos peurs et rancoeurs, fera (re-)surgir la force de vie, seule capable de nous réanimer, de nous revitaliser, pour nous rendre enfin aptes à comprendre ce monde et pouvoir agir sur lui !