PN : la dévastation de « l’après »

Par défaut

sombrer

J’ai visionné hier le film  » 1000 Words » (avec Eddie Murphy) & la fin du film m’a rappelé mon article « Mort » & « renaissance » (http://www.bonheuretamour.com/2015/02/27/mort-renaissance/ ).

Je veux redonner de l’espoir aux victimes qui ne savent plus à quel saint se vouer pour aller mieux.

Au bout de quelques années passées avec un PN, vous êtes sans doute à bout (épuisé-e) & souffrez de stress post-traumatique – avec tous les symptômes douloureux & débilitants qui l’accompagnent (peur du monde extérieur, insomnies, douleurs partout dans le corps, migraines, tremblements, épuisement, attaques de panique, faiblesse, anorexie &/ou boulimie, addiction à l’alcool &/ou aux anti-dép’, …). Les tâches les plus simples (comme se laver, par ex) nous semblent une montagne…

Bref, on est très très diminué(e), comme « saigné(e) à blanc », physiquement, mentalement & spirituellement.

On a perdu, en plus de la santé, notre innocence, notre joie, notre envie de vivre, notre estime de soi, notre dignité, et on doit faire face à tout tout(e) seul(e), car le PN nous a isolé(e) … sans compter les proches qui nous ont rejeté(e) & les flying monkeys, qui nous attaquent à la place du PN.

Oui ; voilà le scandaleux : loin de nous plaindre et de nous défendre, loin de honnir & punir le bourreau, la société nous abandonne ou se tourne contre nous & nous revictimise, et d’autre part, protège le monstre qui nous torture !

Sans doute aussi a-t-on dû vivre le pire ; la perte de nos enfants – cf moi : l’une, « achetée » par son père, m’a tourné le dos, l’autre est morte (des coups de pied dans mon ventre à 6 mois de grossesse ont causé une mort subite quand elle avait 6 semaines) et le 3ème me fut ôté par la « bonne Justice » d’ici (sous les accusations fantaisistes de son PN de père), et rendu à l’état de loque humaine !

C’est pis que décourageant ; c’est écrasant ! On se sent comme écrasé(e) sous un rocher de 100 tonnes !

Et même si on comprend ce qui se passe – ou s’est passé, et même si on a réussi à se sortir de la situation, ça n’améliore quasiment pas notre état.

Pendant des années, on a essayé désespérément, par tous les moyens, de lui faire comprendre qu’on l’aime, combien ses actes ou ses paroles nous blessent, on a perdu des sommes énormes de temps & d’énergie (de vie, donc, puisque c’est de cela qu’elle est faite) pour tenter qu’il change d’attitude envers nous et revienne au Prince Charmant (ou à la Déesse) qu’il (elle) était au début… & on n’a fait que s’enfoncer de plus en plus dans l’épuisement & la déprime.

Puis, voulant sortir de la situation, on a commencé à en parler autour de nous (amis, psy), et à s’informer. On a commencé à voir ce qui se passait… mais rien ne faisait disparaître la douleur…

Une fois sorti(e) de la vie avec l’abuseur (& donc, des agressions quotidiennes), on pourrait penser qu’on va aller mieux, mais en fait, comme notre corps vise la guérison et « sait » que ces violences graves & répétées doivent être « traitées » pour disparaître, les chocs répétés subis au cours des années nous tombent dessus & viennent nous frapper de plein fouet.

Voilà pourquoi on a beau décider d’aller de l’avant en laissant cette sombre période derrière soi, on ne va pas mieux.

Alors, comment faire, dans cette triste situation, pour revenir à un état normal de fonctionnement ?

Pas la peine de se concentrer sur les souffrances subies, de continuer à en parler ou à lire sur le sujet ; ça ne fait que nous enfoncer davantage (voir : http://www.bonheuretamour.com/2015/06/11/traumatises-drogues/) ou nous changer en mort-vivant (voir : https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/07/09/lhorrible-mutation-des-victimes/ ).

La seule façon de n’avoir pas vécu perdu tout ce temps de vie & ces terribles épreuves en vain avec le PN, est d’en tirer la leçon ; « Nul homme n’est ton ennemi, tout homme est ton professeur ».

Oui, tout est énergie dans l’Univers, mais on doit vivre sur Terre et y agir – or, on était sans doute, avant la rencontre avec le PN, trop « dans les nuages » que pour être efficace ici-bas (ce qui est pourtant le but de notre vie terrestre).

Il faut donc tirer la leçon de la rencontre & laisser ce vieux moi blessé mourir – celui qui accordait de l’importance aux « espoirs » irréalistes, à l’extériorité & aux accomplissements dénués de sens, pour vivre désormais à partir de l’intérieur ; exprimer ce qu’on est, tout en ayant une juste vue du monde où l’on vit.

Finalement, le PN a été l’instrument d’une « purification », d’un plus grand réalisme & efficacité ; il nous a permis de cesser de rechercher notre sensation de « complétude » en dehors de nous-même, pour la trouver en nous.

De par notre sensibilité particulière & ce qu’elle a subi durant l’enfance, on avait développé ce mécanisme inadapté et rien n’aurait pu nous le faire abandonner… sauf, justement, les violences perverses, qui nous ont fait « sombrer » dans les profondeurs les plus obscures de notre être et en prendre enfin conscience (ce qui aurait été impossible autrement).

Le fait de sombrer & de toucher le fond est le moyen de donner un coup de pied pour remonter ; concrètement, de comprendre qu’on a vécu jusqu’alors dans un aveuglement dangereux, fait de croyances nocives qui nous poussaient à faire des choix nuisibles, n’allant pas dans le sens de la vie et de ce qu’on est.

Dédidez que vous ferez ce qu’il faut pour pouvoir couvrir vos besoins (financièrement parlant) et pour le reste, de dédier votre vie à votre guérison et votre épanouissement total ici-bas.

Comme vous aurez besoin d’infos sur le corps de souffrances, je vous conseille les vidéos d’Eckart Tolle qui parlent de ceci (& bien sûr, je puis guérir le PTSD complexe).

Il faut vouloir rejeter ces croyances et commencer à vivre vraiment ; cesser de vivre selon des normes édictées par la société (& qui ne sont pas dans votre intérêt) & de vous soucier de si ça plaît à votre entourage ou non (qui souvent, n’ont pas non plus notre intérêt en vue). Après que tout ait été « brûlé » (tout l’inutile, au fond !), c’est le moment de vous en débarrasser une fois pour toutes, de changer de vie, de renaître !

Il suffit de prendre la décision de s’aimer désormais, de devenir son meilleur ami (e) en rejetant les croyances qu’on a eues jusque là pour les remplacer par des croyances qui nous servent & des valeurs qui nous correspondent.

Ca semble égoïste, mais ce ne l’est pas, puisque ce n’est qu’en faisant ainsi qu’on pourra vraiment servir le monde.

Il vous faut comprendre que vous aviez quelque chose à faire dans la vie : d’abord voir cette vérité, et ensuite, une mission – qui est souvent dans l’aide ou l’amélioration de la vie des autres.

Donc, comprenez votre valeur en tant qu’être humain, le fait que vous êtes « ok » et digne d’amour « tel(le) quel(le), qu’il n’est pas besoin d’en « faire plus » pour que les autres puissent vous aimer.

Savoir ceci vous relie enfin à votre moi et à la Vie… C’est cette gratitude, et s’accrocher à nos rêves, qui nous guérit.

Hélas, la plupart des victimes ne voient pas du tout les choses comme ça ; elles ne comprennent pas le message caché derrière leurs épreuves, et c’est pour ça qu’elles ne guérissent pas (sans compter que, si elles abandonnaient leur vécu, elles auraient l’impression de se trahir).

Pourtant, vous pouvez non seulement aller mieux, mais être plus heureux(se) qu’avant ; il suffit de le décider ! Alors, à vous le choix !

Publicités

"

  1. « Finalement, le PN a été l’instrument d’une “purification”, d’un plus grand réalisme & efficacité ; il nous a permis de cesser de rechercher notre sensation de “complétude” en dehors de nous-même, pour la trouver en nous » c’est tout à fait ça! « Donc, comprenez votre valeur en tant qu’être humain, le fait que vous êtes “ok” et digne d’amour “tel(le) quel(le), qu’il n’est pas besoin d’en “faire plus” pour que les autres puissent vous aimer » et ça aussi. Pour en arriver là il faut quand même un peu de temps mais ça vaut vraiment le coup.

    J'aime

    • Oui. C’est vrai qu’avant, je vivais dans une sorte de paradis d’innocence (où je ne voyais pas du tout le mal, & me contentais de souffrir comme une bête lorsqu’il m’était infligé, puis de revenir à la normale). Mais je vivais aussi de rêveries et au fond, j’estime que, même si je regrette souvent cette sainte innocence, je suis plus efficace & réaliste maintenant…

      J'aime

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s