Conte : Tant qu’il reste un coq

Par défaut

Coq Il était une fois un pauvre manœuvre ; il subsistait de petits boulots, n’ayant que cela pour se nourrir, lui & sa femme.

Un jour, il croisa un vieil homme, qui lui dit : Je suis un saint. Si tu me prends chez toi, tant que tu me logeras et me nourriras, tu ne connaîtras pas la faim.

Aussitôt dit, aussitôt fait ; il adopte le « saint homme », malgré la réprobation de son épouse, et partage sa maigre pitance avec lui.

Le guru avale tout ce qu’il peut, en sorte que les maigres provisions du foyer sont vite épuisées.

Un matin au lever, la femme dit à son mari : J’en ai marre de ce profiteur ! J’exige qu’il s’en aille, et tout de suite, car je ne le supporterai pas un jour de plus !

Le mari, bien ennuyé, va voir le saint homme et lui dit : Maître, le coq chante, le jour est levé, mais je ne puis vous offrir votre déjeuner, car il ne reste plus rien à manger ici.

Le saint homme sourit et dit : Il reste le coq …

Ce conte nous met en garde contre les soi-disant gurus qui s’engraissent à ne rien faire, aux dépens des jobards qui croient à leurs boniments.

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s