Citations de Nagarjuna

Par défaut

Nagarjuna2 Parce que tout est vacuité, tout peut être.

Même offrir 300 bols de nourriture 3 fois par jour n’égale pas le mérite spirituel gagné en 1 moment d’amour.

Considérez comme égal, vous qui connaissez le monde, tout gain et perte, joie et douleur, toute bonne et mauvaise réputation, tout éloge et blâme : ces 8 préoccupations terrestres ne sont pas des objets dignes de votre esprit.

Lorsque vous riez du monde, le monde se dissout.

Vous vous battez contre le néant tout le temps en créant une série de boucliers que vous appelez la personnalité, l’histoire de la vie, les sentiments, les idées et les façons de voir.

Apprenez à distinguer ce qui doit être fait et ce qui ne doit pas l’être ; l’âme intelligente va toujours choisir son opportunité.

Je ne suis pas, je ne veux pas être. Je n’ai pas, je ne veux pas avoir. Ceci effraie tous les enfants, et tue la peur chez le sage.

Sans un fondement dans la vérité conventionnelle, la signification de l’ultime ne peut être enseignée. Sans comprendre la signification de l’ultime, la libération n’est pas atteinte. Par une perception erronée de la vacuité, une personne de peu d’intelligence est détruite. Comme un serpent mal saisi, ou comme un sort mal jeté. Pour cette raison – que le Dharma est profond et difficile à comprendre et à apprendre – l’esprit du Bouddha désespérait de pouvoir l’enseigner.

Il n’y a pas une seule chose qui n’apparaisse pas en interdépendance. Par conséquent, il n’y a pas une seule chose qui ne soit pas du vide.

Ce que l’on appelle « existence» n’est que s’accrocher à la permanence des choses ; et « la non-existence » est la vision du rien. Et ainsi les sages et les érudits ne se reposent pas en soit « Cette chose est » ou « Elle n’est pas ».

Si un astronome calcule à partir du ciel, il établira les chemins de la lune et des étoiles ; mais dans sa maison les femmes sont en désaccord, et il ne perçoit pas leurs mauvaises conduites diverses.

Ainsi, louer d’autres personnes pour leurs vertus peut qu’encourager nos propres efforts.

Lorsque vous arrêtez toute pensée, la bataille est gagnée. Tout est calme et paisible. Vous arriverez à voir la nullité éternelle de toutes choses. Vous verrez qu’il n’y a rien, vraiment.

Si vous désirez la facilité (bien-être), abandonnez le fait d’apprendre.

La façon dont on devient heureux est en réalisant qu’il n’y a pas de soi. Pas de soi du tout, pas un stupide millimètre de soi. Vous n’existez pas. Quand on sait cela, on est heureux.

La grande compassion pénètre dans la moelle de l’os. Elle est le soutien de tous les êtres vivants. Comme l’amour d’un parent pour un enfant unique, la tendresse du Compatissant est omniprésente.

Bien que vous puissiez passer votre vie à tuer, vous n’éliminerez pas tous vos ennemis. Mais si vous étouffez votre propre colère, votre véritable ennemi sera tué.

Nous ne sommes pas quelque chose en particulier. Il n’y a pas de soi. Il n’y a que des idées et des états d’esprit.

Il n’y a pas de soi, pourtant, nous existons tous. Tous les phénomènes sont «vides», mais ils ont la nature de Bouddha. Vous êtes une partie de moi. Je suis une partie de vous et nous sommes tous une partie de ce grand néant.

Nous qualifions les choses à travers des systèmes de valeurs que nous avons développés.

Les choses tirent leur être et de la nature de la dépendance mutuelle et ne sont rien en eux-mêmes.

Sans espoir de récompense, donnez de l’aide aux autres. Portez la souffrance seul, et partagez vos plaisirs avec les mendiants.

Pour quiconque chez qui le vide est possible, toutes les choses sont possibles. Pour quiconque chez qui le vide est impossible, rien n’est possible.

Toutes les philosophies sont des fabrications mentales. Il n’y a jamais eu une seule doctrine via laquelle on pouvait pénétrer la véritable essence des choses.

Les bûches de bois qui descendent la rivière ensemble sont séparées par chaque vague. Une telle séparation inévitable ne devrait pas être une cause de détresse.

La vraie connaissance est une vertu des êtres talentueux, mais nuisible à ceux dénués de discernement. L’eau de source libre d’impuretés, entrant dans l’océan, devient imbuvable.

La vie est une série de rêves, une série de prises de conscience qui s’interpénètrent. Je ne crois pas nécessairement en un temps linéaire. Tout arrive à jamais en une fois.

Il y a plaisir quand on gratte une plaie, Mais être sans plaies est encore plus agréable. De la même façon, il y a des plaisirs dans les désirs terrestres, mais être sans désirs est plus agréable encore.

Pour aller au-delà du karma vous devez mettre fin à la structure du moi.

Encore plus stupide que celui qui nettoie le vomi à l’aide d’un vase d’or orné de bijoux, est celui qui, après être né humain, consacre sa vie à commettre des actes nuisibles.

Rien de tout cela n’existe. Toutes les décisions importantes dans l’univers se produisent ailleurs.

Les sages ne font pas beaucoup de promesses, mais une fois qu’ils se sont engagés, alors, comme si le serment était gravé dans la pierre, même face à la mort, ils n’y manqueront pas.

La sérénité ultime est la mise au repos de toutes les façons de prendre les choses, la mise en repos des choses nommées.

L’erreur ne se développe pas en celui qui est dans l’erreur. L’erreur ne se développe pas en celui qui n’est pas dans l’rreur. L’erreur ne se développe pas en celui en qui l’erreur surgit. En qui l’erreur se développe-t-elle ? Examinez ceci vous-même !

Tout ce que vous êtes ou concevez de vous-même en tant qu’être, est juste une idée. C’est une illusion. C’est une hallucination.

Pas avec des sentiments d’attachement ou d’aversion, ou par vanité et de orgueil de votre apparence, ou d’un désir de prendre du poids ; ne mangez que pour soutenir le corps.

Comment savez-vous que vous êtes ici en ce moment ? Peut-être que vous ne l’êtes pas. Peut-être que vous êtes loin, très loin, et ceci est juste un rêve.

Le Bouddha a enseigné à certaines personnes les enseignements de la dualité qui les aident à éviter le péché et à acquérir des mérites spirituels. A d’autres, il a enseigné la non-dualité, que certains trouvent profondément effrayant.

Il n’y a pas de détérioration et il n’y a pas de création. Il y a des projections, des moments de l’existence. Chaque moment est parfait.

Rien de tout ceci n’est réel. Tout ceci est une illusion et l’acceptation de ce fait est le début de la voie de la connaissance de soi.

Pour commencer, on n’a jamais été là. Ce que nous sommes, ou concevons de nous-mêmes, est une perception.

Un homme très savant a 2 sources de bonheur: soit il abandonne tous les intérêts terrestres, ou bien il possède beaucoup qui pourrait être abandonné.

L’esprit ne vient dans l’existence apparente que grâce à l’action de la perception. L’esprit semble exister parce qu’il perçoit.

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s