Couple, confiance & intimité

Par défaut

confiance en amour J’ai déjà écrit sur la nécessité de tout dire à notre bien-aimé(e) (voir http://www.bonheuretamour.com/2013/10/14/couple-faut-il-tout-se-dire/ ) car ce qui fait le couple, c’est évidemment l’intimité – intimité sexuelle, bien sûr, mais aussi émotionnelle.

L’intimité est une étroite proximité, la mise en commun de notre essence mutuelle… donc, d’abord la vulnérabilité ; l’aptitude à faire confiance et à oser s’ouvrir pour révéler à l’autre notre moi le plus profond.

Certaines personnes n’arrivent pas à faire confiance à leur partenaire, même s’ils savent qu’il (elle) n’a rien fait de mal. C’est dû au fait que la plupart d’entre nous trimballons un « excès de bagage » ; des souvenirs, croyances & programmations issues du passé – toutes choses qui, sans doute, se justifiaient & avaient leur utilité à l’époque, mais qui, maintenant, sont inadaptés à la situation & la pourrissent.

Les blessures émotionnelles du passé se glissent dans les relations actuelles ; parce qu’on a été blessé(e) ou menacé(e) jadis & qu’on a dû tirer certaines conclusions et développer des tactiques défensives pour se protéger, on croit inconsciemment que c’est encore valable et on agit comme avant sans même y penser.

On le fait pour éviter de se faire blesser à nouveau, alors que c’est justement ça qui nous fera le plus de tort ! Il faut absolument prendre conscience de ceci pour pouvoir connaître le bonheur.

A ce sujet, j’adore le beau poème de Khalil Gibran ; « Vivre à moitié » (voir : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/03/14/vivre-a-moitie-khalil-gibran/).

Voici comment triompher de votre problème de confiance amoureuse :

1. Comprenez qu’en amour, la confiance doit se gagner, jamais être donnée librement

Dans le contexte des relations amoureuses, la confiance se gagne, point final. Les relations amoureuses sont quelque chose de sérieux, et qui peuvent causer d’énormes souffrances – alors, ne vous sentez pas coupable d’exiger que l’autre vous prouve sa fiabilité & sa loyauté avant de lui faire pleinement confiance.

Simplement, vous devez le lui annoncer ; c’est bien, car il n’y a que les sérieux qui resteront ; les autres (les « joueurs » prendront la fuite).

Le risque étant grand de s’ouvrir à un(e) autre (il (elle) peut très fort nous blesser avec nos confidences), il ne faut faire confiance qu’à ceux qui vous ont PROUVE que vous pouviez vous laisser aller.

Si un(e) partenaire potentiel (le) se dérobe devant ce test, soyez sûr(e) que vous vous êtes épargné bien des chagrins ! Les personnes fiables n’ont pas de problème à prouver leur bonne foi.

Malheureusement, beaucoup de gens naïfs tombent dans le piège du ; « Tu ne me fais confiance ? » (comme dans Aladdin !). Des personnes de confiance n’emploient jamais cette ruse. Se fier à quelqu’un juste sur cette question (qui n’est d’ailleurs utilisée que par les menteurs), n’est pas raisonnable.

2. Soyez honnête

Si vous pensez avoir des problèmes avec la confiance, vous vous devez d’en prendre conscience & d’en avertir votre partenaire (il (elle) a le droit de savoir ce qui se passe). Lorsque vous dites la vérité, vous renforcez la relation et donnez à votre partenaire la possibilité de contribuer à votre guérison.

3. Reconnaissez que c’est votre problème & n’exigez pas que l’autre change

Beaucoup de gens ayant des problèmes de confiance exigent que leur partenaire modifie son comportement pour flatter leur « vice »; par ex, ma mère ne pouvait pas porter de maquillage, ou ma nièce a dû bannir les talons hauts, rompre avec presque tous ses amis mâles, et ne plus faire la bise aux rares amis qu’elle a pu continuer à voir.

Ces exigences sont tyranniques & injustifiées. Personne ne devrait donner des ordres déraisonnables , limiter la liberté de celui (celle) qu’il est censé aimer, & l’obliger à changer des comportements sains & inoffensifs, juste pour que lui-même se sente moins menacé (ce qui est égoïste – donc, l’inverse de l’amour – qui est tout don, et non-ego).

surtout quand il fait obstacle à ses objectifs.

Le partenaire méfiant doit comprendre que c’est lui qui a un problème & faire le nécessaire pour en guérir, au lieu d’exiger que l’autre se résigne à vivre dans les limites déraisonnables d’un manque de confiance infondé.

4. Détectez la source du problème et tâchez d’en guérir au plus tôt

Quand des blessures non-cicatrisées du passé nuisent à vos relations actuelles, réfléchissez au passé, à la vie & l’ambiance dans votre famille d’origine, tâchez de retrouver l’origine de vos mécanismes de défense, de votre méfiance et des conclusions que vous avez dû alors tirer sur la vie. Ensuite, gérez ces émotions dans le contexte d’alors – qui est totalement différent de votre relation actuelle. Demandez-vous comment vous vous raccrochez à la douleur ? … ce que vous devez dire, ou faire, ou apprendre pour lâcher prise ? … si vous avez fait votre deuil de ce que vous avez vécu alors ? … Avez-vous trouvé quelqu’un à qui parler de tout ça, et qui peut vous aider à guérir ? Est-ce bien votre objectif de laisser aller ce passé douloureux, de guérir et d’oser faire confiance à nouveau ?

5. Réfléchissez à si vous n’auriez pas des attachements psychologiques

Ne sous-estimez pas le pouvoir de l’auto-sabotage de vos relations – c’est quand, au fond de soi, on n’a pas le sentiment de mériter le bonheur & qu’on se dit que c’est trop beau pour être vrai (voir : https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/11/pourquoi-le-monde-va-t-il-mal-nous-aussi/ ).

Les attachements psychologiques au rejet ou à l’abandon, nous poussent à ne voir que le négatif, ou à faire précisément ce que notre partenaire déteste le plus, en sorte qu’il en vienne à ne plus nous aimer & à nous quitter.

Sous leur influence, on ne fait qu’accuser l’autre (ou les autres), on provoque (pour inviter le rejet), on se sent démuni & impuissant. Oui, toute relation comporte un risque d’être blessé – mais c’est ça ou mener une vie bien pauvre & rétrécie, tout(e) seul(e) dans son petit coin !

Le truc est donc de prendre ce risque, mais calculé ( = ne pas s’ouvrir avant de s’être assuré que l’autre est digne de notre confiance) … Et on ne peut pas vivre avec quelqu’un en restant toujours fermé & méfiant ; ce n’est pas une vie ! … sans compter que cela frustrera le (la) partenaire & le (la) fera fuir !

On prétend aimer l’autre, et on le(la) traite comme un(e) ennemi(e) ; ce n’est ni logique, ni bon pour le couple !

Vous raccrocher à vos blessures passées, et « s’attendre » (inconsciemment – car consciemment, on veut l’amour & l’union durable) à les revivre, est de l’auto-sabotage et une prophétie auto-réalisatrice !

Mon 1er petit ami sérieux, Patrick Van H…, m’a perdue ainsi ; j’étais folle de ce gars, je ne voyais même pas les autres hommes… Même si Brad Pitt m’avait draguée, je l’aurais rejeté (c’est vous dire !). Eh bien, il était jaloux, et me faisait – sans aucune raison – des scènes épouvantables quand j’avais souri à un de ses potes… Il a même osé me gifler un jour, parce que j’avais plaisanté avec un copain … Eh bien, du coup, j’ai cessé de l’aimer – moi pour qui il était tout, je l’ai trompé, et plaqué … Il aurait mieux fait de voir pourquoi il était ainsi & s’en guérir ; on serait encore ensemble… alors qu’à présent, il est avec une laideronne qui lui mène la vie dure …

Publicités

"

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s