Réaction d’un PN quand vous le plaquez

Par défaut

divorce  Comme vous le savez, un PN vise toujours le « je gagne, tu perds », et il a horreur de perdre. Par conséquent, quand vous lui annoncez que tout est fini, il le considère comme si vous le défiiez, comme si vous le gifliez de votre gant en disant « prends ça dans la face, connard !  » – et ça, il ne peut pas le laisser passer ; il va relever le gant et vous faire regretter d’avoir osé vouloir gagner contre lui !

Donc, il visera la victoire ; on jurerait qu’il vous poursuit, mais en fait, il ne poursuit que la victoire. Son but est que les choses reviennent à la « normale » ; c-à-d lui en train de vous exploiter, jouer avec vous, et vous sucer la vie, et vous, de l’admirer et d’accepter tout ça sans protester.

Bien sûr, si vous le reprenez, non seulement ça recommencera avec le même degré d’égoïsme & de psychopathie qu’avant, mais en plus, il vous punira pour l’avoir « trahi » et quitté. Bref, si vous cédez & le reprenez, vous le regretterez amèrement !

Attention : ils trouvent alors les mots pour nous convaincre, disent ce qu’on a désespéré d’entendre durant la relation & promettent (mais les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent !) de changer, et que si on les reprend, tout sera différent …

S’il prend de vos nouvelles après la rupture, ce n’est, vous vous en doutez, pas parce qu’il se soucie de vous (il est bien incapable de se soucier de qui que ce soit !), mais pour se nourrir de votre souffrance (si vous en souffrez) & tenter de vous récupérer en utilisant les bons vieux trucs (surtout la pitié & le « bombardement d’amour ») pour vous ré-attirer dans la relation.

Si vous cédez, et ne pouvez vous décider à couper les ponts une fois pour toutes, mais revenez & repartez en souffrant beaucoup à chaque mouvement, ça l’amuse.

La seule chose sensée est le « no contact » ; non, vous ne pouvez pas « rester amis », non, des contacts épisodiques par e-mails ne sont pas « innocents », … Un PN n’a jamais pu être un(e) partenaire normal(e), & il ne sera pas non plus un ex-partenaire normal !

Si vous continuez à lui répondre, il continuera à vous nuire. Tout contact, quel qu’il soit, ou rencontre « par hasard », réanime l’expérience traumatique & vous empêche d’en guérir. Soyez sûr(e) que le PN, par contre cherche le contact par tous les moyens (bien sûr ; vous êtes son « bétail de boucherie ») et aussi, que, tout en jouant les amoureux, il vous salit derrière votre dos.

Dans de très rares cas, le PN, ayant senti que vous alliez le quitter, prend l’initiative de la rupture, et le fait alors d’un coup et totalement… et, au fond, c’est ce qui peut vous arriver de mieux. Mais en géréral, ils n’agissent pas ainsi.

Certains agiront comme si vous ne les aviez pas plaqués ; ils reviennent vers vous – même après des mois de rupture – comme s’il n’y avait eu qu’un petit accrochage, et qu’il était prêt, dans sa grande bonté, à vous pardonner, car il vous « aime tant » (!).

D’autres s’accrocheront à vous pire qu’un morpion ! Si hélas, vous êtes mariés & avez des enfants ensemble, il vous fera vivre un enfer ; fausses accusations (j’en sais quelque chose !) à la police & auprès des instances officielles , nouveau compagnon(compagne) utilisé comme « flying monkey » (je connais aussi !) et qui maltraitera vos enfants, campagne de plaintes et de dénigrement partout où il peut, non-paiement des pensions dues (aussi une expérience personnelle), refus de communiquer sur les enfants, changements d’horaires soudains pour prendre ou rendre les enfants, … Hélas, ce sera votre lot jusqu’à la majorité des enfants…

N’oubliez pas : ce qui déclenche leur pire colère, une rage démentielle, visant la destruction totale de leur victime, c’est si elle ose les quitter ; ce rejet représente (chose impensable pour ces tristes sires) une défaite, et exige donc qu’ils ré-équilibrent la situation, qu’ils rétablissent par tous les moyens l’image flatteuse qu’ils ont d’eux-mêmes, même si ça passe par la destruction du perturbateur !

Voilà pourquoi la punition pour ce « crime de lèse-majesté » sera exemplaire ; une rancune inflexible, implacable, à laquelle il applique toutes ses forces & capacités de raisonnement ! (croyez-moi, j’en sais quelque chose !).

Il y a une alternance de phases où il vous ignore ou vous rabaisse, avec des phases où il veut vous reprendre. Pour vous protéger de sa mauvaiseté, vous devriez ignorer totalement l’une comme l’autre phase, mais si vous avez fait l’erreur d’avoir des enfants avec lui, il pourra continuer à vous contacter – et à vous détruire – via vos enfants !

La violence psychologique des enfants pendant et après la procédure de divorce est l’un des problèmes les plus communs – et les plus insidieux – dont se plaignent les victimes.

La violence psychologique est généralement plus difficile de prouver que la violence physique, et avocats comme les juges de la famille soupçonnent que ces plaintes sont inventées ; ils s’attendent à ce que des parents (& surtout les femmes) qui divorcent se balancent des accusations de fantaisie, pour «gagner» dans le divorce.

Donc, quand l’un(e) accuse l’autre de violence psychologique, les instances officielles, incrédules, les rejettent d’emblée – sans même une enquête approfondie…. condamnant la victime à un long & douloureux « parcours du combattant » pour faire reconnaître ses droits & les violences qu’il(elle) subit ! … Toujours à cause de la théorie d' »Aliénation Parentale », une théorie nocive, prouvée fausse, inventée par & pour les pédophiles et diffusée par le lobby masculiniste !

La victime, surtout si c’est une femme, n’est non seulement pas crue – ne pouvant ainsi ni se mettre à l’abri du lent assassinat du PN, ni en protéger ses enfants – mais encore accusée (je l’ai été) de « monter les enfants contre l’autre parent », et poursuivie … Un comble !

Les PN violentent émotionnellement les enfants pendant et après le divorce. Voici un extrait d’un article de Paula Lovgren à ce sujet :

« Les PN utilisent les gens de toutes les façons aptes à leur faire obtenir ce qu’ils veulent. Cette mentalité s’applique aussi à leurs enfants.

(…) Pendant et après le divorce, la violence émotionnelle du PN envers ses enfants peut sembler plus directe ou évidente. Les PN sont des maîtres du mensonge. Ils mentiront à leurs enfants et pervertiront la réalité comme avec n’importe qui d’autre.

Souvent, les PN sacrifieront le bien-être de leurs enfants pour essayer de sauver la face. Ceci rend les enfants confus et mal assurés de leur réalité et de leur jugement. Les PN demanderont à leurs enfants de mentir pour eux, de garder des secrets et d’espionner l’autre parent.

Les parents PN ne respectent pas les désirs de leurs enfants. Ils peuvent leur promettre des choses pour obtenir leur obéissance puis refuser de donner ces choses. Les enfants rateront les fêtes d’anniversaire, les événements sportifs et d’autres activités importantes pour eux, pour complaire aux souhaits du parent PN.

Cela peut sembler excessif ou limitant, mais dans le long terme … les accords écrits seront plus faciles que de devoir constamment renégocier avec un ex-époux(se) non-fiable et émotionnellement violent.

Le divorce n’est jamais facile pour les enfants. Devoir traiter avec un parent PN rend une situation stressante encore plus pénible. Apprendre à identifier les jeux que les PN jouent peut aider les parents à minimiser l’abus émotionnel que les enfants subissent aux mains d’un parent PN. »

Bref, la seule solution pour se mettre à l’abri des coups d’un PN, qui est de couper TOUT contact avec eux, n’est pas possible lorsqu’il faut co-parenter avec l’un d’eux ! Encore plus que durant l’union, il jouera les victimes et jettera toute la faute sur vous.

Pour lui, ses enfants ne sont que des pions, qui lui permettront de vous terroriser & de vous blesser davantage dans ce que vous avez de plus cher au monde ! Par ex, il les bourre de sucreries, ou leur fait voir des films violents (de ceci aussi, je peux témoigner !), …

Pour gérer au mieux (ou au moins mal) ces après-ruptures chaotiques (succédant à des unions chaotiques), certains préconisent des tactiques qui semblent bien en théorie, mais sont totalement inefficaces avec un PN ou inapplicables en l’état actuel de notre société ; par exemple :

1) de pratiquer la tolérance zéro ( = ne laisser passer aucun acte mauvais sans réagir) mais d’éviter toute confrontation directe avec le PN, en passant par l’avocat, & en lui communiquant l’info si, par exemple, il ne rend pas les enfants à l’heure. C’est bien beau mais, comme le PN s’est débrouillé pour nous dépouiller de tout notre argent (voir http://www.bonheuretamour.com/2016/01/27/lex-victime-de-pn-est-seule-pauvre/),la victime ne peut pas se payer un avocat, généralement ! Et en plus les avocats (ça m’est arrivé avec une dizaine d’entre eux) ne croit pas la victime et se moque d’elle ou l’insulte. Depuis Eve ou Pandore (lisez ces histoires si vous ne me croyez pas), les hommes, jaloux du don des femmes de porter & donner la vie, & profitant de leur bonne nature, ont rejeté toutes les fautes sur elles (qui, du fait de leur infériorisation, acceptèrent de les porter).

Et aujourd’hui, rien n’a changé ! Dans l’opinion commune, c’est toujours la femme qui est vue comme menteuse, même si des études ont montré qu’en cas de divorce houleux, 21% des hommes mentent, contre 2 à 4% des femmes !

2) de faire appel à un médiateur – ainsi, quand le PN niera avoir dit une chose, le médiateur (qui tient un résumé des conversations & des décisions prises) pourra remettre les pendules à l’heure. Ce conseil est mauvais et d’ailleurs, les spécialistes de la perversion narcissique déconseillent ceci formellement ; en effet, la plupart des médiateurs ne connaissent rien a la problématique PN et comme un PN est le maître de la communication et des perceptions, il tournera le médiateur de son côté, ou même vous attaquera en pleine séance avec des intimidations cachées & vous blessera… et le médiateur n’y verra que du feu !

Un exemple de ceci : Un PN avait un jour, dans une explosion de rage (en privé, bien sûr) jeté par terre, brisé et piétiné une poupée de porcelaine. Or, lors d’une séance chez une médiatrice avec son ex-femme, il la regardait d’un air « tendre » en lui disant « tu es ma petite poupée de porcelaine »… Seule la victime comprenait que c’était en fait une menace et que son regard était plus démoniaque qu’amoureux, mais la médiatrice a trouvé cela très mignon ! Si la victime s’en plaint (ça m’est arrivé), on la traite de paranoïaque !

Bill Eddy, un spécialiste des divorces conflictuels (c-à-d des divorces où l’un des parents est un PN, car sinon, les ex-époux trouvent toujours des compromis raisonnables), dit qu’il est important de comprendre qu’un PN ne change jamais, et donne les conseils suivants – modestes mais efficaces – si on vit un tel divorce :
– ne réagissez pas à chaque provocation : ignorez les attaques (comme vous feriez d’un moucheron qui voudrait vous mordre), ne répondez qu’aux choses concernant la pension ou les enfants, toujours par écrit, de façon concise ( = en ne disant juste que ce qu’il faut, et pas plus) & polie (n’oubliez pas qu’il veut vous « descendre »), sans rétorquer, insulter ou revenir sur le passé. C’est un robot, répondez-lui donc comme à un robot !,

– maintenez des limites fermes : pas question qu’il vienne chez vous, ou qu’il se mêle de votre ménage ou de vos relations avec vos enfants, ou d’avoir des relations « copain-copain » ; n’oubliez pas que c’est un tueur !,

– acceptez que vous ne pouvez gagner dans une dispute avec un PN : cessez de vouloir montrer que vous avez raison ; il (elle) est un dingo, pas raisonnable ! Focalisez-vous plutôt sur votre sérénité & le bien-être de vos enfants,

– ne prenez rien personnellement ; les PN souffrent d’une maladie mentale qui ne concerne qu’eux, pas vous,

– prenez soin de vous ; durant plusieurs années (ou dizaines d’années), vous devrez continuer à avoir des contacts avec un être malfaisant, hautement nocif & hostile – ce qui est stressant & épuisant ; vous aurez donc besoin d’avoir, pour contrebalancer cela, des ressources (réconfort), car un(e) mère (père) martyr(e), ou mort(e) – physiquement, mentalement ou émotionnellement – ne pourra pas élever & protéger ses enfants !

Publicités

"

  1. Pingback: Quoi faire pour cesser d’être victime ? | bonheuretamour

  2. Bonjour,
    J’aime beaucoup vos articles. Surtout ils me permettent de comprendre ce que j’ai vécu. Les psys que j’ai consultés m’ont rendue encore plus mal en me parlant de ci dépendance ou de victime consentante ou encore de bénéfices secondaires !
    Par contre, là où je m’interroge c’est que le PN c’est lui qui me larguait à chaque fois et moi je revenais vers lui car il me manquait et je lui disais que j’allais changer car il me trouvait égoïste et manipulatrice. Du coup, je me demande si ce n’est pas moi même le PN …
    Mais en même temps j’avais l’impression qu’il me larguait comme une punition (c’était souvent après que je manifeste un désaccord ou ce genre de chose) et que j’étais de plus en plus soumise. Je pense qu’il a utilisé cette arme comme soumission extrême.
    Qu’en pensez vous ?
    Et enfin la dernière rupture a eu lieu car je commençais à parler de divorce et que dorénavant je réagissait à ses attaques.
    Merci à vous.

    J'aime

  3. Sans m’en rendre compte j’ai vécu pendant dès année avec un PN (mon fils et peut être mon épouse). Il y a 3 ou 4 ans en étant sur FaceBook je suis tombé sur un article qui parlait des PN, et je me suis posé la question (qu’est ce que c’est cette bête. Plus j’avançais dans ma lecture plus je me posais trop des questions. Comme j’avais autre chose à faire j’ai mis l’article de côté pour le continuer plus tard mais je ne l’ai pas retrouvé et suis tombé sur un autre qui en parlait donnait des explications et celà me troublai de plus en plus. Je ne dirait pas que chaque jour je reprenais cette lecture, non mais je tombais sur des témoignages ce qui m’a remis en cause et commençais à comprendre mes erreurs passées. Chaque mois quand j’y pensais je recherchais les articles que je n’avais pas lu en entier mais jamais je retombais dessus. Il est vrais que je me passionnais de plus en plus par cette lecture ce qui m’a permis de comprendre plus ou moins mes malheurs.
    Comme je voulais comprendre certaines choses passées je passais de plus en plus de temps derriere mon ordinateur et mon épouse commençait à mal voir ça et m’en faisait la remarque mais jamais je ne prêtait attention je lui répondais toi tu es bien derriere la télé et je ne te le reproche pas mais comme ça se produisait de plus en plus ça devenait aussi de plus en plus violent.
    2 ou 3 mois avant le décès de mon épouse mon fils avec sa voiture femme est venu voir sa mère chose normal me direz-vous et j’en suis entièrement d’accord. Pendant que moi j’étais dans le jardin il a réussi à la convaincre de se faire inviter pour le dimanche suivant à venir manger chez nous un plat dont ilsprépareraient avant de venir. Quand je suis rentrer du jardin il m’en parle et j’ai refusé catégoriquement, sur ce fait il a pris sa mère à témoins comme quoi elle était d’accord, en raison de son état j’ai accepté mais j’ai imposé qu’ils soient là pour midi. Le dimanche suivant comme à son habitude ils avaient 1 heure de retard, ils sont allés dans la cuisine et commencés à finir de cuire ce qu’ils avaient parce que ce n’était pas cuit et je me suis fâché avec mon fils en lui faisant remarquer sont retard et comme toujours faut qu’il fasse les choses qu’à moitié. Je ne pouvais pas faire autrement que de les laisser terminer si bien que nous, nous sommes mis à table qu’à 2 heures de l’après-midi et le lui ai fait la remarque à cause du diabète de sa mère mais il s’en foutait. Mon fils passait outre mes recommendation pour sa mère il fallait qu’il se méle de tout en entraînant sa femme avec et j’avais hâte qu’ils partent. Une fois partis j’ai pu m’occuper de mon épouse correctement, je passe les détails.
    Je pourrais vous raconter plein d’anecdotes de ce genre et c’est en lisant vos articles que j’ai compris que c’est un PN.

    J'aime

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s