Sites d’infos sur les PN

Par défaut

Barbies2Ceci est encore un billet d’humeur…ou plutôt, d’indignation. Comme vous le savez, j’en connais un rayon sur la perversion narcissique (j’ai même écrit une cinquantaine d’articles sur ce sujet). Bien sûr, d’autres que moi en parlent, mais je m’étonne de trouver, sur la toile ou sur Youtube, des articles ou des vidéos qui traitent de ce même sujet, émanant de gens qui se croient ou se font passer pour des spécialistes alors qu’il est clair qu’ils n’y connaissent rien ou pis, font de la désinformation délibérée, dans un but bassement commercial …

Je n’ai encore jamais rien écrit sur ceci, car normalement, je m’occupe de mes sujets, mais cette façon d’agir sordide m’indigne de plus en plus. En outre, m’étant rappelé que je me suis donné pour but d’augmenter le degré de bonheur ici-bas en répandant la vérité & en combattant les fausses croyances, les préjugés, l' »opinion commune » & la désinformation, je vois qu’il faut aussi que je mette en garde les victimes contre des faussetés qui ne peuvent que leur nuire énormément.

Voici, par ex, un article sur « comment échapper au roi des connards ?« , du site (je n’indique que les initiales) T.F ; un site qui se veut « la référence actu pour les femmes » – prétendant donc être de leur côté… ce qui me semble être une vaste fumisterie !

Comme dit dans ma page d’accueil, « tant la nature que la société se fiche du bonheur des gens : ce que veut la nature, c’est que l’espèce se reproduise et ce que veut la société, c’est qu’on PRODUISE, consomme et “rapporte” : notre bonheur individuel n’entre pas en ligne de compte ! « , ou « Nos sociétés de consommation induisent exprès des croyances qui nous affaiblissent et nous nuisent – profit oblige ! – des croyances qui nous poussent à des comportements aberrants et créent invariablement souffrances, dysharmonie et ruptures.
Bref, tout va mal parce que c’est supposé aller mal ! En effet, à part le fait que « les gens heureux n’ont pas d’histoire », une personne heureuse en ménage et en famille… ne rapporte que peu, alors que des gens en état de besoin, ou en souffrance, seront prêts à tout (et surtout à dépenser sans compter) pour se sortir de leur misère ! » (dans : http://www.bonheuretamour.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/).

Ce site (T.F, donc) se prétend « pour les femmes « … mon oeil ! D’abord, qui en sont les rédactrices ? De toutes jeunes filles* bien bourgeoises (sûrement pistonnées), qui ne peuvent évidemment rien connaître à la vie – ni – à plus forte raison – au sujet de leur article ; c-à-d la perversion narcissique …

Ensuite, comme c’est écrit par une femme (je veux dire, une femme sotte), on patauge allègrement dans ce que Montherlant nommait la « bouillie pour les chats » ; c-à-d une prose de singe savant, de grandes phrases floues & tarabiscotées ; guimauve dégoulinante qui plaît aux esprits confus & aux incultes ayant des prétentions de culture (& surtout aux soi-disant « féministes ») !

Quelques exemples de ce langage fleuri, digne des pires romans à l’eau de rose (et donnant à tout être sensé envie de dégobiller) (entre parenthèses, mes commentaires) :

-« Elle ressemble à un petit animal fragile, perdu, inquiet. Lui, grand félin élégant, a le verbe haut, la démarche gracieuse, le sourire vorace et le regard qui frise. Il la dévore des yeux, la happe. Le piège se referme. Et soudain, le regard bleu s’assombrit et vrille. Il l’écrase, l’humilie, s’échappe. Elle tente de le rattraper, mais il esquive de plus belle »… (Bonjour le mélodrame ! On se croirait dans un roman de gare de 1910 ! Et voyez aussi l’affirmation – mensongère ! – que les victimes sont en fait, fragiles !!!),

-« Mais comment tenir debout lorsqu’on chevauche des montagnes russes émotionnelles ? Ce tango toxique mené par le pervers narcissiquebeaucoup de femmes l’ont dansé. Disséqué avec finesse par Maïwenn dans son nouveau film Mon Roi, » … (pub ! Et 2d gros mensonge, disant que la femme participe à sa propre maltraitance !),

-« Enivrée par ses mots d’amour, intoxiquée par ses baisers (Et paf ! Revoilà « Mon Amant de St-Jean », une bluette sentimentale de 1942 !), nous l’avons laissé s’immiscer sous notre peau frémissante. » (beuârk !!! Vite, les toilettes, un seau, n’importe quoi !),

-« On se déchire, on s’oublie, on se nie. Et cette boule qui nous broie le palpitant du matin jusqu’au soir. Jusqu’à la fuite, presque salutaire, pour que ce lent cauchemar s’arrête enfin ». (Mon Dieu, que c’est ENNUYEUX ! Ma parole, cette conne se prend pour Barbara Cartland ! Et pourquoi « presque salutaire »? ? ? ? ).

Etc… Pearl Buck avait bien raison de dire que ceux qui savent de quoi ils parlent ne donnent que l’amande, le noyau du fruit, non la peau ou la chair ! Par ce style « nouille » ( 😉 ), cette Catherine R. (l’auteur du post) prouve une bêtise qui confine à la débilité mentale, et un pédantisme insupportable… Ah, que ne s’est-elle souvenue de cet adage de La Bruyère ; « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément » !

Mais s’il n’y avait que ça, ce ne serait pas grave… Hélas, s’y ajoute une désinformation systématique – théories débiles, démontrées fausses par toutes les études sérieuses faites sur le sujet – & pour donner confiance, quelques infos justes, qu’on entrelarde de mensonges éhontés assénés de façon péremptoire, pour les faire trouver vrais & se faire passer pour un spécialiste !

De 2 choses l’une ; soit c’est fait exprès (désinformation visant à maintenir les victimes dans l’erreur, c-à-d dans le malheur … qui rapporte), soit c’est encore une expression de « l’innocence au sourire sanglant » (où, en toute ignorance & inconscience, l’on colporte l’opinion commune, toujours fausse) ; mais dans les 2 cas, c’est inapproprié et NOCIF, et cela doit être déraciné pour perdre son pouvoir destructeur !

Car les victimes, souffrant mille morts & désireuses de se sortir de leur enfer, se renseignent sur la toile, & tendent à se fier aux choses écrites (ou dites) – et avec ce genre de désinformation, elles ne pourront jamais se sauver !

Voici ces mensonges :

-que la perversion narcissique est divisée à égalité (50%) entre hommes et femmes (! – toutes les études prouvent qu’il y a une écrasante majorité d’hommes parmi les PN),

– qu’« il laissera vite tomber si on le plaque (! – si « vite » signifie « jamais », alors, c’est vrai !!! voir la fin de https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/02/17/pn-meurtre-moral/ ),

– mais qu’au cas où il ne laisserait pas tomber, « il n’y a qu’à » (!) appeler la police (! – qui ne fera strictement rien, sauf vous revictimiser en vous engueulant ou se fichant de vous, & en refusant de prendre votre plainte, ou, si vous faites appel aux organismes « féministes » ou aux assistantes sociales, vous attaquer en vous signalant aux Tribunaux de la Jeunesse & en vous ôtant vos enfants !),

qu’il peut réaliser qui il est & guérir (!) ; je cite ; « sa seule façon d’évoluer c’est d’être quitté, de se retrouver seul face à sa dépression » … N’est-ce pas à mourir de rire ?! JAMAIS il ne peut le réaliser ! Tous le disent : même le Dr Sam Vaknin (un PN devenu médecin, qui a étudié son cas, et écrit des livres là-dessus) est formel !,

– et bien sûr (cas classique) faire retomber la faute sur a victime – qui aurait des « failles narcissiques »… ben tiens ! Si on traduit « failles narcissiques » par « bonté, altruisme, gentillesse & désir d’avoir des relations saines & sérieuses », ça peut coller… Mais QUI (à part des êtres mauvais) considère ces qualités comme une faiblesse ?! QUI (à part un pervers narcissique, justement !) voit la candeur, la compassion & la sensibilité comme autant de faiblesses faisant que la personne possédant ces précieuses qualités « mérite » d’être abusée ? POSEZ-VOUS LA QUESTION, & distinguez le vrai visage de ces « informateurs » si « bénins » & « sympathiques » ! …

Bref, c’est à vomir ! Ces « braves » jouvencelles, n’ayant que peu vécu (& seulement une existence protégée), ne peuvent ni connaître ce sujet, ni avoir la culture & le recul nécessaire pour se distancier des théories du temps (la psychanalyse, par ex, que l’avancée des neuroscience prouva comme étant à la fois fausse & nocive !).

Même si ces fillettes ne sont pas perverses & ne répandent ces mensonges que par bêtise & ignorance, elles nuisent, car elles font le jeu des pervers. Ce sujet est une question de vie & de mort ! (où Vie = Vérité & Mort = Mensonge). Irait-on, par ex, confier de la dynamite ou des bombes atomiques à des enfants ?

Eh bien là, si l’auteuse est innocente, c’est la même chose ; elle joue (ou gagne sa vie) avec des choses dangereuses & qui la dépassent… Des sujets qu’elle DEVRAIT laisser aux spécialistes.

En conclusion, voici mon conseil aux victimes de PN : ne prenez vos infos qu’auprès de gens qui ont une connaissance (à la fois livresque & VECUE) du sujet, qui s’en sont sorti(e)s & qui ont réellement vos intérêts (& non les leurs ou ceux d’êtres indifférents & intéressés) à coeur.

Car bien sûr, une abondante publicité est faite au film « mon Roi » (avec photos & extraits vidéo), ainsi qu’au livre de J-Ch. Bouchoux (avec une longue interview dudit psychanalyste)… lesquelles pubs étaient sans doute la raison principale de cet article trompeur – comme des autres de même farine !

(*Il y a juste une femme âgée).

Publicités

"

  1. Pour les livres pour enfant, pourquoi ne pas voir les éditeurs de livres qui se rapprocheraient du vôtre et qui sont déjà édités ? Et ensuite les démarcher, leur faire une petite intro pour expliquer qui on est…. etc. Je ne connais que des éditeurs pour certains types de livres et romans… désolée. Mais sinon pourquoi pas des livres numériques (je dis ça, mais en fait, je suis plus portée sur le livre papier que j’adore ! j’en ai des tonnes ! j’en voudrais encore plus ! un de mes « vices »).

    J'aime

  2. Je voulais réagir sur l’article, car souvent j’apprécie les propos et je me reconnais beaucoup dans la plupart de vos écrits…. mais j’ai été un peu surprise de la façon de décrire ces personnes qui parlent de la PN sans être vraiment pros. Il faut dire que je me livre rarement à de la critique non constructive sur les gens, car j’ai tellement souffert de dévalorisation, que j’essaie de prendre le contrepied en justement tentant de maîtriser la communication non violente. Donc je pense que ça marche, puisque j’ai senti de l’hostilité dans l’article.

    Cependant, j’ai trouvé malgré tout qu’ils peuvent en effet porter atteinte aux victimes en les rendant co-responsables de leur état (à 50/50 avec la faute du PN). Alors qu’il n’en est rien. Je suis d’ailleurs intervenue un peu vertement je dois dire sur un blog d’une psy qui estime que la victime se lie inconsciemment dans le désir de souffrir et j’avoue que j’ai été comme frappée par cet écrit injuste.

    J’ai demandé dans quelle mesure un enfant de parent PN (mère et/ou père) était consentant et avait choisi d’être victime de son/ses parents. J’ai dit que c’était vraiment n’importe quoi et que pour un psy c’était plutôt dangereux de dire une chose pareille. La psy n’a pas daigné me répondre, bien sûr. On est au dessus de tout ça, moi petite victime qui l’a sans doute voulu (si on en croit ses propos) – en revanche, ne me demandez pas le nom car je ne me rappelle jamais des noms !

    J’ai donc mis quelques bémols à son article en disant qu’il était pas mal mais qu’il y a des choses sur lesquelles je m’insurgeais.

    Mais plus je lisais cet article et je me suis rendue compte en effet de l’effet dévastateur de colporter des choses fausses. Donc j’ai voulu aussi rectifier ce que je pensais n’être pas tout à fait exact selon mes propres observations…. après tout on est là pour faire évoluer « la cause », si je puis dire.

    En plus j’adore polémiquer et comparer mes propres observations avec celles des autres. J’ai deux ou trois amies qui en ont fait les frais aussi, on en a parlé de longues soirées tellement on a encore des choses à dire sur eux. Mais oui, faire parler d’eux est bien un critère pour dire que c’est une personne PN à laquelle on a affaire.

    Je trouve aussi dommage de réduire la part de responsabilité de la société à l’encontre de l’évolution dans le pire du PN. Je ne trouve jamais de source qui fasse le lien avec la société et le devenir de cette société qui devient de plus en plus le profil toxique qu’on voit chez le PN. D’autant que cette manie de faire du culte de l’égocentrisme et du « faut pardonner à ses ennemis » devient de plus en plus envahissante. Je dois à chaque fois rectifier sur les images que je vois passer sur FB, par exemple, dès que je vois une pseudo philosophie ultra new age du « pour s’épanouir il faut pardonner, ou lâcher prise ». Ah ça le lâcher prise ! Punaise, ils ont trouvé le truc à nous sortir quand on veut parler d’un problème qui nous empoisonne et nous emprisonne…. « Mais lâche prise, tu es trop négative ! » Ben voyons ! Et ils ont aussi le bouton « eject » qui va avec ? Ou encore la bagnole à James Bond qui permet d’éjecter le passager à côté….?

    C’est vrai que souvent ces litanies finissent par assommer et dégoûter des pseudos adeptes du (faux) zen. Dès qu’on gratte un peu, on s’aperçoit qu’ils sont souvent superficiels et que la paix de l’âme est juste un slogan publicitaire qu’ils aiment à se coller pour se donner un genre…. je pense que ça sert surtout ceux qui n’ont pas de personnalité profonde et qui ont besoin de « planètiser » leur idéologie….

    J’avais une amie (de courte durée) qui était soi disant bouddhiste…. ça m’a fait rire quand elle m’a parlé de sa philosophie car en fait, j’ai eu la vision d’un meuble Ikea en panneaux de particules sur lequel on aurait collé un plaquage bambou ou autre bois, pour donner l’impression que c’était du bois massif…. mais dès que le meuble prend l’eau, par exemple, on voit que le bois se rétracte et se soulève par endroits et on aperçoit toute la supercherie du « bois massif ». Il se trouvait que j’avais une discussion d’ordre politico-économique sur un réseau social connu et qu’elle m’accuse de dire une chose déplacée en disant en plus que j’étais trop conspirationniste à force de regarder la série Dexter et qu’en plus je l’empêchais d’être zen. Non seulement j’étais pliée de rire car je ne voyais pas le rapport de la conspiration avec Dexter, mais le fait qu’elle utilise même un terme très à la mode pour traiter quelqu’un de parano quand on manque soi même d’arguments…. Mais là, elle m’avait fait une démonstration de la philo de foire-fouille qui agitait son âme. J’ai bien sur coupé court avec elle et je n’ai même pas pris la peine de la descendre dans ce que j’avais pourtant constaté de peu profond chez elle…. mais j’ai simplement dit qu’elle utilisait des termes à la mode et que son pêle-mêle ne tenait pas la route…. sur le chemin des arguments.

    Bref, deux jours plus tard, elle me répond un truc exécrable en privé et utilise mon homme qui aurait utilisé le mur de son fils pour écrire une chose qu’elle qualifiait d’odieuse et me demande d’éduquer mon homme…. j’ai donc répondu qu’elle pouvait faire ses courses elle-même et que je vois là tout le bien qu’elle pense de moi. En me disant « bisous » à la fin, comme si on était encore copines. Je suis rarement l’amie d’une personne qui pense du mal de moi ou si moi je pense du mal d’elle, je ne la fréquente pas. Dès que je pense qu’une personne dépasse le seuil du simple pète au casque qui peut s’avérer amusant un temps et que ce pète au casque se transforme en aversion pour elle, ou si je sens que ça pourrait le devenir, je mets un terme à cette relation. Je ne peux pas rentrer dans ce genre de fausse amitié…. en parlant en plus de « tolérance » à la BoBo, je déteste ce mot qui a une connotation méprisante d’ailleurs.

    Bref, on aurait tellement à dire sur le sujet de la propagande de faussetés qui alimente ce monde stérile de la PN…. Je pense qu’en effet ces toxicités de mauvaise information font le lit de la toxicité relationnelle…. J’ai même vu une femme PN me dire que les victimes de PN n’existaient pas et qu’on est victime parce qu’on le veut bien. J’ai immédiatement coupé court avec elle. Elle a d’ailleurs bien senti que je l’avais débusquée et elle était restée prudente à mon égard.

    Donc je ne sais pas s’il y a une plus grande part de PN (vrais de vrais) hommes ou femmes, mais j’ai rencontré beaucoup de femmes PN et ça me désole tout autant qu’il y en ait autant, mais pour autant, les statistiques ne seraient que fausses.

    Voilà où je voulais en venir. Je veux dire que l’on peut se tromper, l’erreur est humaine, mais qu’il est de bon ton de pouvoir rectifier et se rectifier soi au fur et à mesure qu’on progresse dans ses recherches…. Je pense qu’en effet il y a trop peu de gens vraiment humbles dans le milieu psy (que ce soit des psy diplômés ou psy de comptoirs) et que ça porte atteinte à la cause de la victime qui se débat encore plus dans les méandres de l’emprise qu’elle subit ou qu’elle a subie. Par contre, j’avais vu l’article sur les victimes et comment reconnaitre une victime d’un PN, quand le jeu peut tellement nous embrouiller l’esprit…. j’étais globalement d’accord avec, mais mon commentaire avant planté et j’étais trop frustrée pour le réécrire (j’avais oublié de faire copier avant d’envoyer), donc je n’ai pas pu poster je crois mes petites appréciations qui auraient pu à mon avis nuancer un schéma peut être trop catégorique. Notamment sur les personnes résilientes qui existent, heureusement et c’est aussi pour cette raison que les PN peuvent lâcher prise, quand on a la chance d’être une personne qui est résiliente, on s’en sort un peu mieux que si on ne l’est pas. Cela dit, je pense qu’on l’est ou on ne l’est pas, est ce une construction émotionnelle à part, ou est ce que ma particularité neurologique fait que je cloisonne les choses plus automatiquement que d’autres…. c’est fort possible. Cependant, on peut aussi penser avoir dépassé certaines souffrances et un jour ça nous retombe dessus au moment où on s’y attend pas…. ça m’est aussi arrivé. En fait, je pense que depuis mon diagnostic du syndrome d’Asperger, je réalise que pleins de choses que je pensais dépassées me reviennent comme un boomerang et étaient juste stockées dans une mémoire à part de mon cerveau et que ces choses ont refait surface lorsque j’ai cherché des points pour m’auto-analyser et analyser mon parcours….

    Donc je pense que c’est utile parfois de nuancer les profils de vraies fausses victimes, car (heureusement) il n’y a pas qu’une catégorie de victimes, il y en a autant que de particularités porte cette terre.

    C’est aussi pour ça que je pense que les PN peuvent parfois avoir affaire à une bonne victime et ils se font eux mêmes piéger (par un autre PN en devenir), ou un profil narcissique borderline qui les place sur un piedestal, mais à la moindre frustration ou contrariété, le borderline retourne les méfaits contre le PN pour se victimiser et résultat, il peut parfois être plus habile que le PN lui même à voler la vedette du PN qui fait tout pour qu’on le croit lui victime et pas sa victime. Je sais, c’est le cas de mes parents. Sauf qu’à la fin, moi, avec mon profil à part encore, je leur échappais et c’est la raison pour laquelle ils ont délibérément créé une dépendance médicamenteuse entre autres (me faire croire que mon traitement hormonal était indisponible dans d’autres pays, que je faisais partie d’un protocole particulier et qu’il n’y a qu’eux qui peuvent m’administrer mon médicament, à ma majorité j’ai réalité que beaucoup de choses étaient fausses et qu’ils m’avaient même sous dosée volontairement pour que je ne parte pas de la maison – pour mon bien il paraît), et la raison pour laquelle j’ai eu tant de mal à quitter ma ville de naissance pour partir courir le monde comme j’en rêvais…. Aujourd’hui, j’en suis à mon 2ème changement de ville et de région (pratiquement) et je suis fière d’avoir dépassé ma peur… je pense que c’est thérapeutique…. en plus, j’associe ma mère à cette défiance thérapeutique pour lui prouver que non je ne vais pas mourir si je pars mais en plus, je suis de mieux en mieux en partant. J’ai même pensé que ça pourrait m’aider de partir peu de temps après mon installation récente…. pour une ville où je me sens encore mieux. Mais pas n’importe comment bien sur. Ce qui a donné lieu à des réflexions désagréables de la part de ma mère que j’entends rectifier et lui interdire de prononcer à nouveau, mais lorsque je serais installée dans mon nouveau chez moi. J’ai besoin de ce chez moi, ce qu’on m’a volé longtemps…. me sentant obligée d’obéir, me sentant privée de ma liberté…. voilà, le déménagement c’est ma thérapie à moi. ça terrifie et ça fait du bien à la fois. Ralala, encore longue…. bon…. j’espère que ça ne posera pas de souci.

    J'aime

    • Il semble, chère Nathalie, qu’on ait des vues communes … c’est à dire, du bon sens ; une « denrée » si rare, que c’est un super-pouvoir 😉
      Ces pseudo-psys n’ont décidément aucuns sentiments humains, Figurez-vous qu’une soi-disant thérapeute que j’avais vue jadis (Brigitte Cuzin, de Corenc), quand je me plaignais de ce que je subissais en famille, m’a dit que c’était quand même MOI qui avais choisi de naître dans cette famille-là !
      J’ai écrit sur tout ce que vous citez ci-dessus :
      – ce conte http://www.bonheuretamour.com/2013/01/01/lhistoire-du-chat-sauvage/ illustre parfaitement ce que les psys non-informés peuvent nous dire !
      – sur comment choisir un thérapeute : http://www.bonheuretamour.com/2013/09/03/comment-choisir-un-bon-therapeute/
      – sur les acteurs sociaux & instances officielles : http://www.bonheuretamour.com/2015/06/14/pn-la-societe-accable-les-victimes/
      ou : http://www.bonheuretamour.com/2015/06/07/victimes-acteurs-sociaux/
      – Et sur l’opinion des gens non-informés : http://www.bonheuretamour.com/2015/10/13/victime-avez-vous-chois-la-violence/
      Quant à pardonner à ceux qui nous ont blessé(e) exprès, il n’en est pas question ; d’abord parce que c’est une invitation à continuer à nous nuire (ou alors, il faut pardonner mais ne plus jamais leur causer) & ensuite parce qu’il arrive que la blessure soit si profonde qu’elle nous change, ou tue notre âme, & qu’on ne puisse tout simplement pas pardonner car elle continue à saigner
      alors, devrait-on se nier, c-à-d ne pas se respecter, c-à-d nous faire ce que notre agresseur nous a fait ? C’est idiot ! Les émotions sont notre système de survie, & il faut les suivre, si on veut vivre (référence à Terminator 😉 )
      D’ailleurs, j’ai adoré votre phrase :  » Dès qu’on gratte un peu, on s’aperçoit qu’ils sont souvent superficiels et que la paix de l’âme est juste un slogan publicitaire qu’ils aiment à se coller pour se donner un genre…. je pense que ça sert surtout ceux qui n’ont pas de personnalité profonde et qui ont besoin de « planètiser » leur idéologie » – je me suis dit « bien vu ! » ; c’est vrai que ces « grands tolérants » ne le sont souvent que quand ça concerne les autres ! Je trouve que vous possédez à la fois (& c’est très rare) intelligence, une vraie culture, esprit clair & de bon sens, et … orthographe 😉 Vous écrivez ? ( = vous avez un site ?) Si oui, j’irais sûrement y faire 1 tour…
      Pour ce qui est des victimes, hélas, j’ai dû constater (car je pensais l’inverse, au début) qu’elles se transforment trop souvent en agresseurs ! Celles qui ont tenté de profiter de moi sont légion, et d’autres, devant mon franc-parler (& alors que je voulais les aider), ont refusé mon aide en m’insultant, parce qu’elles refusaient de se remettre en question, préférant palabrer ad libitum sur leurs malheurs…
      Pour les peurs, 3 dictons m’aident :
      1. Le courage est ce que la vie exige de nous en échange de la paix,
      2. Il faut pousser nos peurs dans un coin, sinon, ce sont elles qui nous poussent dans un coin,
      3. Quand tu es dans une situation, commence par rester coi et regarde bien autour de toi – puis, quand tu sais où tu es, lève-toi & agis avec courage.

      J'aime

    • Ah merci Bonheur et Amour ! ça ne vous fait pas bizarre quand vous recevez des compliments sincères, ça ne vous émeut pas au point que vous en auriez des larmes aux yeux ? Souvent, lorsque je tombe sur des personnes sincères, je suis remplie de reconnaissance (ah voilà voilà, la pauvre petite, elle n’est pas sortie des griffes de PN, hein ! Elle n’a pas du avoir sa dose de malheur celle là ! :-p ) C’est vrai qu’on se méfie, mais on a aussi les émotions à fleur de coeur je dirais… je suis hyperémotive, comme beaucoup de HP je pense. Je ne sais pas si mon autisme ne me confère pas une sécurité anti-PN car finalement, même en ayant rencontrés quelques un(e)s, avec le temps j’ai appris à les repérer et parfois j’observe de loin ce qu’ils deviennent et ce qu’on me raconte d’eux…. j’ai un ex dont je soupçonne l’être, mais je pense aussi qu’il est prudent et lorsqu’il m’envoie des mails pour me parler d’un problème avec ses grands enfants (en fait, un ex qui était au départ un ami, j’ai eu la mauvaise idée d’en faire un mec pendant 5 ans, il m’a vraiment chié dans les bottes celui là ! On peut le dire ! Je n’apprécie la grossièreté que lorsqu’elle est la mieux placée pour résumer une situation ou un personnage). Comme il sait que je connais les PN et que je le soupçonnais, on va dire qu’il avait un coté très très intelligent dans le sens qu’il savait qu’il valait mieux pas aller au bout et que je lui serais plus utile « vivante » que « morte »…. du coup, de temps en temps, il me demande mon avis pour une situation difficile avec ses enfants. Je sais qu’il n’a pas évolué. Il sait que je l’observe, que c’est ma passion – mon intérêt spécifique c’est l’observation des comportements, je fais ça depuis pratiquement toujours et comme j’ai 44 ans, ça me fait pas mal d’années de stockage d’observation, en plus, de part ma particularité neurologique, je répertorie et j’inventorie aussi les répliques de films, car il me fallait très vite apprendre à survivre en pays « normal », des biens pensants qui veulent vous soigner alors que vous allez mieux qu’eux….

      un peu comme la personne qui voit une petite vieille à un carrefour et au lieu de lui proposer gentiment son aide et respecter la volonté de la dame, elle l’a traîne par le bras, puis par les jambes et les cheveux sur le carrefour en lui hurlant qu’elle pourrait se montrer reconnaissante de l’avoir aidée – j’adore utiliser des images, j’ai une mémoire visuelle et souvent, lorsque je me rappelle d’une conversation, je la revois comme un film, ce qui est très embêtant pour un PN qui oublie tout ce qu’il a dit, car lui au contraire, il ne se souvient que rarement des choses qu’il dit….

      Voilà voilà, je suis donc un cauchemar pour un PN ou un petit manipulateur de bas étages car en plus je suis du genre à tiquer et décortiquer un mail et trouver les contradictions, les impossibilités.

      Par ex, un médecin qui disait qu’il allait guérir les autistes en administrant telle ou telle dose de vitamine B6 et magnésium…. or, lorsque j’ai fait la recherche sur la dose recommandée et surtout la dose à ne pas dépasser, j’ai vu qu’il avait carrément dépassé de plusieurs fois la dose (genre, il prescrivait à son propre fils autiste plus de 1000 gr par jour de vitamine B6 et peut être même plus de magnésium), je lui ai répondu avec chiffres à l’appui et mes sources en disant qu’il était dangereux et que j’étais étonnée qu’il ait encore le droit d’exercer avec de tels conseils.

      En fait, oui j’écris (je n’ai pas de blog, en fait je devrais peut-être, mais je me suis dit que ça nécessite une régularité et une variété de sujets à renouveler, donc comme j’ai une espèce d’idéal que j’aimerais et si je ne pense pas être à la hauteur de cet idéal, je préfère ne pas faire quelque chose dont je serais déçue, au risque de décevoir aussi les lecteurs). J’écris un livre justement sur le phénomène du poison mortel (je fais le lien entre les empoisonnements depuis la nuit des temps, puis les empoisonnements relationnels, en passant par la psychiatrie qui ne va pas se faire épargner et bien sûr, le monde associatif et enfin, l’empoisonnement économique et politique, en passant par la Justice, bref, je pointe plusieurs corps de métiers, où si on lâche et on donne toute l’impunité à un PN (en partant du principe qu’on ne le ferait pas sciemment, naturellement, je veux bien être une « conspi », mais pas une parano ! 😀 ).

      J’ai débuté il y a plusieurs années, quand ma fille était bébé (elle a 18 ans mon grand bébé), un roman de 344 pages, que j’ai failli mener jusqu’à une adaptation audiovisuelle, mais j’ai pas assez creusé l’Histoire au sens historique du terme, l’histoire elle-même ressemble à une saga, en fait, elle part de mon vécu et en caricaturant un peu les personnages, j’ai pu évacuer et faire de mes PN d’enfance des personnes sordides et pitoyables. Je me suis défoulée sur eux, mais en respectant bien sûr une ligne littéraire. J’ai eu de bonnes critiques, un éditeur d’Avignon et un autre à Paris qui m’ont dit que mon roman était plus à adapter en audiovisuel car il était déjà scénarisé. Donc je me suis décidée à trouver un scénariste, etc. Bref, est ce que j’ai trouvé des prétextes pour ne pas poursuivre ou non, je pense que oui, même si les circonstances ont fait que je me sentais encore trop vulnérable pour voir ce petit monstre accouché en film ou en téléfilm. J’ai eu très peur. C’était une partie de mon intimité qui sortait et j’ai eu peur des conséquences on va dire. Le scénariste avec lequel je voulais travailler a fait un AVC en plus, il a arrêté provisoirement l’adaptation pour se diriger vers le professorat. Donc j’ai pas voulu continuer après ça.

      En fait, je me suis mise au défi de réussir à publier ce livre sur les poisons… je me fais violence, comme avec les déménagements. Une victoire à la fois. C’est à la fois terrifiant et douloureux, c’est comme si je plongeais à chaque fois dans un univers parallèle pour puiser les forces en moi, mais je reste attentive aux signes et selon ce que je ressens, je me replie ou je me déploie. Je bouge ou je reste. J’attends les pièces du puzzle qui manquent, parfois je découvre une pièce qui explique le reste…. Je reste positive, même si pour ça je dois m’imposer une gymnastique draconienne de « ne flanche pas, tu ne dois pas lui faire plaisir en te plantant, tu dois lui prouver que tu n’es pas ce qu’il/elle a dit de toi et/ou le pense…. »

      Exactement oui. Mon père avait dit que je ne serais jamais intellectuelle et que je finirais sous un pont et que je serais prostituée, droguée, clocharde même…. Je lui ai prouvé que non seulement j’étais manuelle mais que je suis aussi intellectuelle. En fait, je pense que quelque part, je suis prête même à accepter une certaine dose de notoriété pour lui clouer définitivement le bec. Je pense même que lorsque j’aurais fini mon livre et que je l’aurais publié, je lui enverrais un exemplaire et après, il en fera ce qu’il veut, il pourra même l’utiliser comme dessous de plat ou comme pécu, selon ses besoins…. mais pour moi, pour ma conscience et ma progression, je dois le faire.

      C’est vrai que vous êtes courageuse et vous avez parfaitement raison de ne pas vous taire et de vous rebeller, vous avez raison de ne pas plier sous la honte que l’on peut ressentir au moins dans les débuts et dans des moments de rechute quand on doute de nous…. Oui parfois encore j’ai des périodes d’angoisse qui me reviennent…. c’est que le traumatisme se mue en création…. en fait, ils n’avaient pas pensé à ça en me faisant autant de mal…. ils n’ont pas pensé qu’un jour je pourrais utiliser cette souffrance pour en faire quelque chose de formidable. Et je tiens à faire du bien et apporter ma pierre à l’édifice de ce monde….

      Après, je n’attends rien de particulier, je me dis que même si j’ai pu aider une personne sur terre, et aucune autre, même si les autres me balancent des injures (bon j’espère pas, quand même !), je me dis que j’aurais quand même rempli ma mission.

      En fait, au fur et à mesure que je vous écris et écrivais tout à l’heure, je me rendais compte que chaque épreuve me permet de progresser encore plus vite, et qu’à chaque petite victoire, je relève la tête et je la baisse de moins en moins souvent.

      D’ailleurs j’ai prévu de remercier mes oppresseurs/agresseurs sans qui je n’aurais peut être pas eu cette conscience de n’être rien sur terre qu’un petit grain de sable, mais qui, s’il est mis avec d’autres, forme une plage…. ou s’il est mis dans une machine, il peut l’enrayée…. donc on peut faire quelque chose seul(e)s…. on peut faire beaucoup ! Voilà pourquoi je ne peux pas accepter non plus qu’on dise des victimes de PN qu’elles sont pleurnichardes et faibles…. et bien entendu, jamais donner le prétexte aux PN de croire qu’ils gagneront.

      D’ailleurs dans mon observation, je sépare même comme vous, si je me souviens bien, l’objet de prolongement du PN, qui lui sert de levier…. parfois j’hésite à catégoriser une personne de PN définitivement, lorsqu’il me manque des éléments, je me dis que c’est peut être un effet levier (comme les crédits default swap, dont les fameux subprimes qui ont eu sur notre économie un effet totalement dévastateur, il a fallu que je potasse tout ça pour faire le lien bien sur avec les « gentils petits PN malades qu’on excuse »…. Donc comme les PN ont même entre eux des sortes de paliers, qu’en fonction du rôle qu’ils jouent dans notre société, ils accèdent à un certain pouvoir, plus ils ont de pouvoir plus ils peuvent étendre la teneur de leur toxicité. Donc inutile pour nos « psy-à la sauvette » et nos « bons penseurs-Ikea » de nous taxer de parano et qu’on « voit des PN partout » (ah oui une ancienne amie dont je n’ai plus de nouvelles du fait que son PN de mari l’a tellement bien embobinée qu’elle croit que je suis trop négative et que j’en vois partout). C’est pas qu’on en voit partout c’est qu’il y en a à de différents niveaux de fonction, que comme la société tend à faire d’eux des êtres intouchables, ils étendent leur toxicité à la vitesse grand V…. et ils conditionnent les lois qui piègeront encore davantage les victimes et donneront l’impunité aux toxiques.

      Sinon, pourquoi voyons nous le plus souvent que les lois sont faites pour protéger les plus rusés, contre les plus vulnérables et les moins informés ?

      D’ailleurs, ne voit on pas sur le plan politique que même l’enseignement républicain tend à retirer du savoir et le remplis par du gavage et formatage industriel ?

      Et voilà, ce qui me frustre souvent dans les lectures sur les PN, où on reste dans la popote à mémère qui se fait bastonner par pépère et on dit « il est vilain méchant, mais s’il est vilain méchant, c’est que mémère l’a surement provoqué » et hop, on classe l’affaire et de temps en temps, pour faire plaisir aux victimes, on remet une petite mise à jour en disant « ah oui y a aussi des méchantes pas belles jalouses qui peuvent être très vilaines avec les copines…. attention, les copines, si vous êtes maigres, grossissez, si vous êtres grosses, maigrissez…. un peu finalement le résumé de votre article….

      Oui, on se prend des baffes souvent avec les gens qu’on veut aider…. et plus encore par leur PN ! Mais je crois que si on a vécu tout ça, c’est pas pour rien…. il faut que ça serve ! Alors bravo, oui, vous avez raison de ne pas rester sans rien faire.

      J'aime

      • Re-merci … C’est vrai que les personnes gentilles & de bon sens sont bien plus rares que les autres – et que leurs gentils commentaires me font me sentir bien (c-à-d utile).
        Pour ce qui est de survie dans le monde des normo-typiques, j’ai écrit sur combien ce peut être pénible pour les mutants que nous sommes (http://www.bonheuretamour.com/2015/10/31/etre-hp-chez-les-nt/ ) – article que vous aviez déjà commenté, je crois…
        J’ai même écrit un livre pour enfants sur ce sujet (Prassinelle, l’histoire d’une coccinelle verte), mais je ne sais comment ; 1) trouver un(e) illustrateur(trice), 2) me faire éditer… Si vous avez des tuyaux, chuis preneuse 😉
        Pour votre livre sur le « poison » sociétal, je pourrais aider : j’ai non seulement été torturée (& mon pauvre fils !) par les instances officielles censées nous protéger (!), mais j’ai plus de 500 pages sur le sujet du kidnapping légal (une chasse aux sorcières modernes) (j’ai – une fois de plus ! – fait paraître ceci sur ce sujet : http://www.bonheuretamour.com/2013/10/06/chasse-aux-sorcieres-moderne/ )…
        Je comprends parfaitement que seule, ce soit très flippant et quasiment impossible à faire paraître (j’en suis là aussi). Mais bon ; « comment mange-t-on un éléphant ? Une bouchée à la fois ! »
        J’ai commencé à écrire après avoir vu un documentaire sur une femme ayant subi des viols répétés, et qui a « profité » de son expérience pour lutter contre ce fléau & créer une association d’aide aux victimes.
        Et c’est fou aussi que vous visez à aider ne fût-ce qu’une personne ; c’est exactement ce que je me disais aussi ! Quand j’ai reçu la 1ère lettre d’un lecteur disant que j’avait changé sa vie, j’ai eu l’impression que je n’avais pas vécu pour rien ! (sentiment gratifiant, quand vos parents vous ont toujours dit que vous étiez une nulle non-désirée !).
        Quant à ceux qui prétendent que les victimes de PN sont faibles, c’est grotesque : ils choisissent évidemment une proie « grasse » ( = une riche nature), qui leur fournira beaucoup, et pendant longtemps, l’approvisionnement narcissique dont ils ont besoin pour vivre ! Ils ne ciblent jamais les « petites choses fragiles », JAMAIS ! (elles ne pourraient pas leur servir).
        Et c’est vrai aussi qu’il y a des degrés dans la perversion narcissique (comme dans les allergies, ou les cancers) ; certains sont plus gravement atteints que d’autres.
        Notre monde devient de + en + (& exprès !) inhumain – les riches deviennent de + en + riches, les pauvres, de + en + pauvres (la classe moyenne disparaît), l’injustice & la tyrannie augmentent… parce que ça rapporte & aussi, que notre monde est en décadence…
        Voici, par ex, ce que j’en pense (v. http://www.bonheuretamour.com/2014/06/11/une-affaire-en-or-lauto-sabotage/ )(si je cite des articles, c’est que je crois que ça peut informer & éclairer, pour aucune autre raison),
        Mais il y a aussi l’auto-sabotage indirect ; c-à-d adopter ce que j’appelle des « croyances dissolvantes ».
        Nos sociétés de consommation induisent exprès des croyances qui nous affaiblissent et nous nuisent – profit oblige ! – des croyances qui nous poussent à des comportements aberrants et créent invariablement souffrances, dysharmonie et ruptures.
        Bref, tout va mal parce que c’est supposé aller mal ! En effet, à part le fait que « les gens heureux n’ont pas d’histoire », une personne heureuse en ménage et en famille… ne rapporte que peu, alors que des gens en état de besoin, ou en souffrance, seront prêts à tout (et surtout à dépenser sans compter) pour se sortir de leur misère ! (s’ensuit une liste de tout ce que le malheur rapporte).
        Je crois qu’un autre article – sur les dérives de la société – pourrait vous intéresser ;
        http://www.bonheuretamour.com/2013/07/03/des-faits-inquietants/
        Bye,
        B&A

        J'aime

        • Avec plaisir B&A je vous demanderais votre concours pour la partie qu’il vous conviendra d’apporter votre connaissance et expérience. Je pense que dans la vie, les rencontres ne sont jamais un hasard… même si je ne pense pas que les PN soient des cas qu’on devrait avoir sur sa route, ils sont si nauséabonds et destructeurs qu’ils ne devraient même pas exister. Je pense même qu’ils n’existent pas réellement sauf pour ce qui est de s’accaparer les qualités de ceux et celles qui existent vraiment. Mais ils existent assez pour nous pourrir la vie.

          Vraiment, merci pour cette lecture stimulante, ça fait du bien !

          Je me suis retrouvée aujourd’hui dans une démarche de VAE et je me suis demandée un peu ce que j’y faisais, mais en réalité, je pense que plus je tente de rentrer dans le moule, plus j’ai peur de finir par ressembler à une tarte (j’ai vu ça une fois sur FB, très drôle cette image).

          Je pense qu’il y a des personnes qui sont faites pour cette société normo-typée, comme vous dites, et d’autres mutantes comme nous qui ne le sont pas… Le monsieur avec lequel je suis restée un moment à discuter après la réunion d’information et qui a vraiment apprécié de parler de mon parcours et de mes connaissances dans divers domaines, m’a redonné confiance en moi, sauf que les formations qu’il m’a proposées ne collent pas avec moi ni avec mon parcours. Je crains hélas de me rendre compte une fois encore que je sois des clous…. ou des cases. Mais pour une fois, ça ne me rend vraiment pas malheureuse de m’en rendre compte…. je me sens sereine et plus que jamais convaincue que j’ai un autre destin que de faire des études ou faire un boulot auquel on accède avec une formation type et un parcours type….

          Je pense qu’il a mis le doigt aussi sur un point que je soupçonnais, mais parfois l’entendre et nous retirer les doutes peut activer un déclic qui nous manquait pour réaliser un projet ou au moins s’y mettre activement.

          C’est drôle car un moment donné j’ai failli faire demi tour et ne pas y aller, mais une sensation d’obligation m’a poussée à aller au bout en me disant « qu’est ce que tu perds ? » Rien en effet. Je ne perdais rien à y aller, au contraire.

          Je lirais ou relirais les liens vers les articles, avec beaucoup d’attention. En tout cas, ça fait du bien d’avoir des personnes qui nous semblent proches alors qu’on ne les connait pas tout en ayant des proches qu’on a l’impression de ne pas connaître, qui nous sont parfois si éloignées de nous….

          Ah le mari PN ! Non, je n’ai pas eu de mari PN, en fait, j’ai évité, à temps je pense, de faire un mariage toxique en divorçant à temps…. bon, le divorce a duré plus longtemps que le mariage (non non sans rire, c’est carrément disproportionné)…. je dis souvent que c’est la cérémonie qui a duré le plus longtemps dans le mariage…. (j’ai entendu ça dans une série télé ou un film). Mon ex n’a pour autant pas facilité les choses alors que j’avais demandé qu’on ne se déteste pas et qu’on ne fasse pas un divorce tragédie…. j’ai donc proposé un divorce par consentement mutuel, mais il a été mal conseillé par ses parents et là, tout est parti en vrille et ils ont fait du mal à notre fille. Tiens c’est marrant, je ne sais plus quel jour ma mère m’a appelée et en discutant elle m’a rappelé comment elle m’appelait lorsque j’étais petite « Pupuce ». Ce surnom aurait du m’attendrir ou évoquer quelque chose d’émotionnel, rien. Je me suis sentie vide. Des années de méfiance m’ont anesthésiée. J’aurais presque eu envie de ressentir de la colère… mais non, même pas. En fait ça vient sans doute du traitement naturel que je prends qui me booste émotionnellement et m’aide à me sentir dégagée de certaines émotions. Un peu comme les fleurs de Bach m’aident. Là c’est un concentré d’homéo et de plantes apaisantes. J’ai pris pour tester, m’apporter un coup de pouce et je pense que je vais le continuer.

          Ah pour les livres pour enfants, j’ignore qui contacter, je pense qu’il y a des éditeurs à Avignon, c’est une ville très portée sur les créations littéraires et la création artistique en général. Je pense que je commencerais par là.

          Sinon, vous devez avoir mon email perso (lorsque j’envoie les commentaires), si vous le désirez, on peut correspondre et je peux vous faire lire des choses que j’ai écrites, sinon j’ai un compte FB, si vous en avez un…. j’ai plusieurs pôles d’activité, mon ami m’a un peu politisée, mais je ne poste pas que des choses politiques, je suis assez éclectique et parfois même pour me détendre je peux « délirer ». J’ai de la chance, j’ai des ami(e)s plutôt chouettes ! J’en n’ai pas des masses, mais je ne pourrais pas creuser les relations et y apporter de la profondeur si j’en avais trop.

          Pour en revenir aux instances administratives qui peuvent torturer, j’ai une amie qui a la garde de sa petite fille et nous nous sommes retrouvées toutes les 3 dans une situation qui aurait pu bien mal dévier à cause d’une PN que nous connaissions et qui nous a fait du mal, surtout mon amie et sa petite fille, car la petite a été placée dans une famille d’accueil et sa grand mère a du quitter le département pour se rapprocher d’elle. Une histoire sordide, mais heureusement a une bonne fin. En tout cas, j’ai voulu réparer le mal en la soutenant, alors que cette PN a failli faire que notre amitié n’existe plus. J’ai également eu connaissance de situations terribles où des enfants étaient retirés à des familles aimantes parce qu’ils avaient eu un diagnostic d’autisme et qu’il était carrément nié par les services en question, et il y en a hélas de plus en plus…. Donc je ne peux que compatir… J’ai failli avoir moi aussi des ennuis, mais je pense que la formation en PN que j’ai eue dans mon enfance m’a permis d’avoir un signal intérieur qui se met en alerte quand je sens une situation dangereuse, je suis plus attentive et résultat j’ai coupé l’herbe sous le pied de ces personnes en prévoyant leur prochain coup (le livre des 36 stratagèmes est un ouvrage incroyable pour ça !). Bien sûr, manipuler n’a jamais été de ma vocation, mais quand on sait qu’on affaire à quelqu’un de manipulateur et de particulièrement néfaste, on peut imaginer sans mal qu’il sera prêt à tout pour nous nuire et il utilisera notre point faible…. Du coup, elle savait qu’en lui échappant en retirant ma fille de sa structure, elle allait prévenir que je privais ma fille de soins, sauf que j’avais déjà prévenu les personnes concernées qui pouvaient s’inquiéter de la situation pour ma fille en amont et j’ai mis en place des prises en charge libérales…. ce qui fait que lorsque cette personne a reçu mon courrier demandant de mettre un terme à la prise en charge dans sa structure, les autres étaient déjà au courant et avaient déjà prévu le financement de cette prise en charge. Et ça n’a pas loupé…. la psy qui s’est crue forte m’a envoyé le courrier en copie pour me montrer à quel point elle pouvait se montrer perverse…. sauf qu’elle a compris en ne voyant pas de suite à cette affaire qu’elle n’avait pas eu l’effet escompté…. puis, pour se venger de l’autre administration, elle m’a transmis un courrier qui disait que ma fille ne serait jamais scolarisable et qu’il valait mieux qu’ils me poussent à choisir une institution psychiatrique pour ma fille que l’école…. et j’ai le courrier qui me permettra de faire le lien dans mes écrits…. Je n’ai donc eu qu’à prévoir avant le prochain coup, les toxiques ont fait le reste en se vengeant les uns des autres en croyant me porter atteinte.

          J’avoue que je suis très fière de moi sur ce coup là. C’est la raison pour laquelle je pense qu’il ne faut jamais éprouver de pitié envers nos empoisonneurs, il faut se placer dans l’observation de leur stratégie pour savoir anticiper. Il ne faut pas les observer avec émotion mais comme si on était un chercheur en laboratoire et qu’on les observait comme des petites bêtes dans un microscope…. Autant ils peuvent être froids et cruels avec leurs victimes, autant il faut les traiter avec la même froideur et indifférence, autant que possible. Si on craint de se faire avoir à nouveau par les émotions, bien sur, il faut éviter…. et garder une distance, prévoir d’avoir le moins de contact possible avec eux et seulement par écrit. Car les écrits restent. D’ailleurs, ayant reçu une formation juridique aussi (j’ai eu un employeur formidable que je remercie), j’ai complété mes connaissances du PN en utilisant les connaissances juridiques pour savoir comment le contrer et le placer en difficulté, ce qui l’oblige dans un certains côté à un repli ou au contraire à se faire avoir par son coté mégalo, donc se découvrir déraisonnablement.

          Oui c’est vrai, les PN se nourrissent de leurs victimes et pour ça elles doivent avoir des ressources en elles…. sur le plan moral, mais qd c’est possible, sur le plan financier aussi. D’ailleurs une victime ne sait qu’elle est victime souvent que trop tard, le plan est déjà verrouillé sur elle. C’est pourquoi on doit vraiment éduquer (ou instruire) sur les premières choses qui peuvent et doivent leur sauter aux yeux (et aux oreilles)…. Comme bien sûr la flatterie complètement gluante et dégoulinante, bien sûr, mais aussi, en dehors du fait qu’un PN est vide et semble peu compétent, il s’entoure de gens qui le sont dont il peut voler les savoirs-faire (et il le fait autant que possible), donc se méfier des vantards, des propos contradictoires, en général, c’est bien de tester une personne qu’on soupçonne d’être mytho, je me rappelle d’une dame sur les réseaux sociaux dont j’ai parlé avant qui se prévalait de certaines qualités professionnelles et humaines et un jour je lui ai sorti (alors qu’elle s’apportait une nouvelle compétence pour laquelle il fallait de hauts diplômes en plus, ben oui, tant qu’à faire, elle ne volait pas la qualité de ceux qui avaient des compétences qu’on peut acquérir avec un peu d’entraînement ou de discipline…. non, des compétences hautement diplômées, en gros un chirurgien pilote de lignes qui aurait été avocat et conférencier en économie et psychiatre) : « Mais dis donc, avec tout ce que tu me cites en domaine d’expertise, tu me parles de tes vies antérieures j’imagine… ou alors tu es la réincarnation de Jésus…. tu sais aussi marcher sur l’eau et transformer l’eau en vin et les cailloux en pain ? »

          Je pense aussi qu’il ne faut pas avoir peur de perdre une personne qui paraît exceptionnelle au point qu’on pourrait la croire inhumaine tant elle semble avoir les aptitudes à la perfection. En général, ce sont souvent des mirages…. donc attention aux personnes qui vendent une bande annonce absolument incroyable – du jamais vu ! Y a souvent pleins de vices de fabrication derrière et si c’est pas un ou une PN, c’est peut être comme le Canada Dry, ça ressemble mais ça n’en est pas…. mais ça peut être toxique quand même, même si ça n’en est pas à 100% et puis il y a aussi les toxiques qu’on croirait presque inoffensifs s’ils ne sont pas PN, mais même un non PN super négatif et qui laisse des sensations désagréables quand on le voit n’est pas quelqu’un qu’on doive fréquenter…. C’est là que les « Amour, gloire et beauté pour tous » entrent en jeu…. je ne pense pas qu’on puisse ni qu’on doive aimer tout le monde. Je ne pense pas que ça soit possible et encore moins que ça soit sain ou même constructif. Maintenant, de là à les détester, non, je réserve ça à des situations extrêmes…. mais on va dire qu’on devrait au moins prendre des distances dès les premiers signes que la situation peut s’avérer toxique. Je pense que parfois même avant de chercher à s’assurer de si c’est vraiment si toxique que ça, on doit même pas chercher à s’en assurer…. virer donc les relations où on ne se sent pas bien et on n’est pas nous même…. Parfois c’est aussi la combinaison des deux personnalités qui peuvent s’avérer toxique. Donc là aussi, il faut partir, pas avoir peur de perdre l’autre. De toute façon, la vie nous met suffisamment de chances et personnes positives sur notre chemin pour accepter de se faire malmener jusqu’à maltraitance. J’ai mis fin à des relations toxiques amicales qui n’aboutissaient qu’à un rejet et une hostilité de ma part, voire méfiance pour d’autres…. lorsqu’un jour ma mère a sorti à ma fille que je virais les gens rapidement et que je n’étais pas capable de garder mes amis longtemps…. je lui ai répondu que tout le monde n’éprouve pas le besoin de s’entourer de gens qui ne nous inspire pas du respect pour avoir à les critiquer dès qu’ils auront le dos tourné…. et bref, elle a compris le message. L’engueulade a été très secouante, mais au moins, j’ai le sentiment d’un poids en moins. Après, faut pas que ça se renouvelle trop longtemps, donc j’évite les discussions avec elle, je sais qu’elle est comme ça et que c’est plus fort qu’elle. Le tout est de ne pas l’oublier et ne pas me faire avoir par un élan de compassion.

          En tout cas, je trouve enrichissant de pouvoir parler avec vous, ces partages me dynamisent et me font du bien, oui, voilà, des relations utiles, véhiculatrices de bonnes ondes ! 😉

          J'aime

          • Vous ne trouvez pas que ce serait plus pratique de se parler sans devoir écrire ? Demandez-moi sur Skype (beatrice.delaat) et dites-moi quand vous seriez libre… Ou alors, sur Fb (Bea de Laat).
            C’est vrai que, quand une porte se ferme, une autre s’ouvre, et que c’est en découvrant ce qu’on ne veut pas, qu’on trouve ce qui nous convient.Pour les PN, vous dites « les écrits restent », mais je sais que dans mon cas, même avec des dizaines de témoignage,, ça n’a pas compté…
            En ce qui concerne mon livre, je pensais contacter les éditions « Le Souffle d’Or » ou « Jouvence » mais – suite à une expérience négative, j’hésite à me lancer…

            J'aime

  3. Bonjour,
    Je lis vos articles avec toujours autant d’intérêt. Et le sourire aux lèvres parfois…! Merci !
    Je fais partie de ce pourcentage d’hommes (peu importe le pourcentage, on s’en fiche un peu) ayant été la victime d’UNE PN. Enfin je crois qu’elle a ce travers, à travers mes recherches (dont vos articles) et par mon analyse personnelle, attentive et patiente… Pendant 10 ans…

    Le résultat ? Une dépression nerveuse dont je me relève à peine, le coeur, l’âme, et ma confiance en l’Autre en tellement de morceaux qu’il sera impossible de tout retrouver.

    Je ne veux pas être caressé dans le sens du poil. Je ne veux pas de cette soit disant empathie hypocrite qui rôde un peu partout. Je pense que face à unE PN, ou un PN, on est tout simplement…seul.
    Je voulais aussi et surtout dire que cela arrive aussi aux hommes.

    Hormis un protocole médicamenteux qui m’a sans doute aidé à franchir le col (l’ai-je franchis seulement…) lequel protocole laissait la libre place à ma propre responsabilité, je voulais dire combien la spiritualité, à travers une pratique de la méditation notamment, peut aussi aider.
    La lecture de Jon Kabat Zinn (« l’éveil des sens », ou bien « A travers la tourmente, la pleine conscience ») m’ont également beaucoup aidé à mieux approcher…mon propre fonctionnement, et peut être mieux me comprendre.

    S’assoir 30 minutes le matin et le soir, être attentif à soi, se soigner l’âme, être concentré sur tout ce qui se passe en soi et autour de soi, aide. En soi, ce n’est pas difficile et accessible à tous.
    L’essentiel est d’apprendre à être dans l’instant présent.
    Etre victime d’une ou d’un PN tue l’âme, l’anéanti. C’est donc elle sur laquelle il faut apporter toute sa douceur.

    J’espère que ce commentaire pourra vous éclairer, et aider tous ceux et celles qui comme moi, ont du mal à se sortir de cet enfer psychologique. Garder confiance en soi ; Les feuilles des arbres ne tombent-elles pas toute seules, comme ça ?

    Stéphan.

    J'aime

    • Bonjour Stéphan,

      Pour ma part, je pense que la statistique de part entre hommes et femmes PN n’existe pas réellement, tout simplement parce que les femmes consultent plus et pas les hommes. Il n’est pas dans la nature de l’homme de courir chez le psy, alors que la femme en principe est plus (peut être culturellement, je pense, quoi que, c’est peut être typiquement français, car chez nous, dans les pays de l’Est, le psy ce n’est pas la personne à qui on pense en premier).

      J’ai eu un psy qui soi disant connaissait la question jusqu’au jour où la PN de belle-mère avec sa fille sont allées le voir sans qu’on le sache et lui a retourné la tête, résultat, le psy a pensé que j’étais dangereuse pour le fiston. Ce qui cause bien du soucis, depuis, nous avons du déménager et nous passons notre temps à stresser dans notre coin, et on tente de voir ce qui peut être un piège de sa part ou non. Donc en effet, je doute que tant les psy puissent faire de vraies statistiques via les instituts de sondages (pour qu’il y ait un sondage fiable en plus, il faudrait que les PN avouent l’être et là, j’ai juste envie de rire, parce que ça ne risque pas d’arriver ! Même en rêve !), d’autant que les instituts de sondages sont souvent aux mains d’économistes véreux….

      Bref, quoi qu’il arrive, qu’il y ait plus d’hommes ou plus de femmes ne changera pas la question pour nous, victimes de PN au féminin ou au masculin. Je pense que lorsqu’un PN (toute catégorie confondue) lâche sa prise, c’est seulement parce qu’il/elle a trouvé une proie plus juteuse et qu’il nous met sous le coude, au cas où la victime lui échappe…. ou qu’il a senti un danger pour lui/elle ou que la Justice lui aurait mis des limites à ne pas franchir…. ce qui est presque impensable vu la façon habile dont ils/elles procèdent.

      J’ai eu aussi bon nombre d’années pour les observer car avoir des parents qui fonctionnent ainsi, avec un système de piège à géométrie variable (dans le temps et dans l’espace), c’est épuisant, on doit sans cesse trouver un moyen pour se protéger.

      Ma mère par exemple, je suis obligée de cacher la plupart de mes projets, ou les résumer en un « ça va, ça avance »…. et bien sûr, les petites phrases assassines, dès que je veux déménager, ça y va ! Je n’ai pas les moyens de déménager autrement qu’en lui demandant d’être mon garant, je suis dans une situation précaire, donc comme quoi, conseiller aux gens de fuir, quand on ne le peut pas totalement, c’est difficile.

      Cependant, elle sait aussi que comme elle est en attente de l’argent du patrimoine familial (elle a divorcé de mon père qui en est un autre exemplaire, mais lui il s’est arrangé pour emmener une bonne partie du patrimoine au pays, ce qui fait qu’on ne reverra sans doute jamais la couleur de son pognon. Mais grand bien lui fasse, il peut aller se le coller qque part)…. alors avec un démarrage pareil dans la vie, on ne fait que mettre des stratégies d’évitement en place, on souffre de solitude, mais quand on rencontre quelqu’un avec qui ça pourrait marcher, ben on doute de tout, de lui, de nous, c’est compliqué. Mais j’ai réfléchi aussi au fait que si je déjouais le plan établi par eux pour être heureuse, ça pourrait les faire chier un max…. petite revanche perso, pas mauvaise pour nous, mais un peu jouissive quand même, car à l’idée de savoir qu’ils ont pu se régaler de me voir fuir le bonheur à cause d’eux…. j’en frissonne encore.

      Alors oui, la meilleure des revanches est bien de rencontrer quelqu’un et de construire sa vie. Mais en effet, il faudra faire attention à bien différencier la gentillesse naturelle de la flatterie dégoulinante et démesurée…. surtout absolument pas sincère !

      Je suis tombée sur une femme PN, sur un réseau social, car je participe à des discussions associatives en rapport avec le handicap et je suis tombée sur une femme qui adorait d’emblée tout ce que je disais ! Elle adorait tellement tout que je me suis dis « tiens, et si je faisais un truc pour la tester….. me contredire ! ». Je déteste faire ce genre de chose pas naturelle, mais vous l’avez dit, c’est difficile d’être naturel avec quelqu’un comme eux. Résultat, instinct de survie oblige, il faut voir si on a affaire à quelqu’un qui pourrait relever la contradiction ou si son besoin de nous plaire pour nous embobiner est plus forte….

      Ils/elles ont des failles. En revanche, les femmes je les trouve bien plus vicelardes encore que les hommes, pourtant mon père, il est bien gratiné déjà, mais pour parler de ma belle-mère, c’en est au point qu’elle ferait passer mon père pour un enfant de chœur tellement elle est toxique ! En fait, je pense que les femmes et les hommes n’attaquent pas de la même manière…. au point que j’ai même décidé de faire un petit comparatif…. c’est pratique. Par contre, comme ils sont limités par leur « maladie » (j’emploie ce terme car je pense que c’est un trait neurologique, comme la sociopathie, ils fonctionnent comme ça, c’est ainsi, ils ne sont pas soignables, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut pleurer sur eux car il y a une part de choix et pouvoir faire autrement…. et ils choisissent leur instinct de prédateur, ils ont fait le choix sciemment d’être comme ça, mais il y a une prédisposition à la manipulation et au narcissisme, je dirais, s’ils deviennent pires des pires c’est parce que justement la société les conforte dans leur statut d’immunité, donc ils s’améliorent rarement, ils empirent plutôt).

      Si je dis « maladie » ce n’est certainement pas pour les plaindre, ni leur retirer les responsabilités qu’ils ont. Car ils en ont. Ils pourraient faire autrement, le fait qu’ils déjouent les tentatives d’être mis au pied du mur et lorsqu’on les prends la main dans le sac, à mentir, à voler, à tricher, etc…. ils ont le choix d’admettre leurs torts, ce qu’ils ne font pas, voire ils inversent le processus pour que ce soient les victimes qu’on accuse à leur place.

      La seule question pour notre survie est bien sur de fuir le plus loin possible si on peut le faire, je l’ai fait…. mais quand on a malgré tout une dépendance financière ou administrative, il faut trouver d’autres moyens.

      Par exemple, les femmes qui ont la garde d’enfants avec un mari PN, tant que les enfants sont mineurs, il faut les protéger, mais il faut être prudent…. ou si c’est la femme qui est PN dans le couple, c’est pareil, surtout si l’homme est privé de voir ses enfants…. là c’est pareil. Il faut protéger ses enfants.

      Pour les parents, les enfants, c’est pareil…. quand on gagne bien sa vie et qu’on peut se permettre de partir loin et de couper les ponts avec des parents toxiques, ça va, mais rares sont les enfants qui ont été victimes justement à pouvoir le faire et notamment je pense à ma mère et à ma belle-mère. Mon père, quant à lui, il était urgent de couper tout lien avec, mais quand on ne peut pas…. on doit trouver des moyens de limiter la toxicité. C’est vrai que lorsque ma mère vient une fois par an nous voir dans le sud, je somatise à mort et je deviens même exécrable avec mon entourage, je suis tellement stressée que je passe tout en revu de ce que je vais devoir dire, pas dire, faire ou pas faire, ce que je devrais faire attention à relever et ce que je devrais éviter pour démarrer un autre cycle de son emprise sur moi ou sur ma fille.

      Je m’aperçois que j’étais longue, une fois de plus, désolée…. mais j’ai du mal à faire court. J’ai tendance à faire du roman fleuve ou comme disait ma belle-mère de la diarrhée verbale. Sympa la belledoche hein ?!!! En fait, pour conclure sur l’article, je voulais faire un commentaire différent pour parler de l’article, et je me suis laissée aspirée par le sujet…. encore sensible pour moi. Je ne pense pas que les PN prennent des victimes fragiles…. mais qu’ils profitent surtout d’un moment de doute pour entrer dans la brèche. Sauf que si on affaire à un PN qui choisit des proies faciles, comme des personnes vulnérables, c’est qu’ils en sont au tout début de leur parcours de PN, si je puis dire…. sinon, ils s’en prennent surtout aux personnes fortes, lumineuses et bref, qui ont les qualités qu’ils n’ont pas. Bon désolée encore d’avoir été longue….

      J'aime

    • Merci, Stéphan ; je suis toujours heureuse de voir que certains comprennent ce que je dis … & surtout mes bonnes intentions (car ce n’est parfois pas évident !) mais c’est vrai que je suis écoeurée par le politiquement correct, et par le « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » !
      Et comme je me fais insulter pour oser dire que tout n’est pas tout rose ! Il y a des « primates » qui ont besoin de se sentir supérieurs à d’autres nations ou « races » (ok, ça, on connaît) mais maintenant, il y a les adeptes New Age ; et ceux-là font pareil, mais de façon bien plus hypocrite ; ils ne se permettent pas d’insulter franchement, mais vous font sentir que « leur niveau est plus haut que votre niveau » (et tout ça, sans rien connaître de la vie, bien sûr, & en ayant l’esprit truffé de théories farfelues !).
      Comme je vois que vous avez un certain niveau (& même un niveau certain !), je peux vous confirmer que la
      spiritualité aide (c’est même la seule solution) et la pleine conscience en fait partie, mais il faut toujours se souvenir que ce sera 2 pas en avant, 1 pas en arrière, ou même parfois 2 ou 3 pas en arrière & que souvent, on a envie de tout laisser tomber…
      La solution est de résister à ces idées ; il faut planter chaque jour (en se forçant, au besoin), surveiller ses fréquentations, lectures, visionnages, pensées, conversations (sans compter l’alimentation)… bref, rester dans le positif & éviter le négatif ! – un peu comme Norman Cousins (le gars condamné qui inventa la thérapie par le rire – il ne devait survivre que 3 mois ; il survécut 27 ans !) et là, secrètement, ça « germera », même si on ne le voit pas.
      Une fois qu’on nous a arraché l’âme, est qu’on est devenu « vide », « mort à l’intérieur », détaché de tout, même de sa propre survie, il est très dur de renverser la vapeur – surtout que la « renaissance » met du temps, et qu’entre-temps, on est envahi de pensées de « c’est fini. C’est inutile ; ça ne sert à rien », mais il faut persévérer !
      Voici ce qui m’a aidée à ressusciter mon âme (voyez si vous pouvez en tirer une aide) :
      1. chaque jour : « Dan practicing the one minute miracle » : https://www.youtube.com/watch?v=5qvKxlBmsWc
      2.cette phrase de St Augustin (qui m’a empêchée de me décourager) : « mieux vaut avancer sur le bon chemin en boitant, que sur le mauvais d’un pas ferme ».
      3. cet article – à ne lire que si on a déjà un certain niveau de conscience, & la force de supporter des vérités assez dures : http://www.bonheuretamour.com/2015/06/11/traumatises-drogues ( il faut ensuite faire de la guérison énergétique – mais cette méthode, je ne la révèle pas).
      4. les 7 principes de Steve Pavlina (vérité + amour + pouvoir, et, en combiné autorité + courage + unité, donnant l’Intelligence)
      5. les 7 principes Huna : http://www.bonheuretamour.com/2014/09/06/les-7-principes-huna/
      6. discours de S. Stallone ds Rocky : http://www.youtube.com/watch?v=-PYRlZVLyAc
      7.l’échelle d’Hawkins (Dr David R. Hawkins) ; les 16 niveaux de conscience. (attention quand même : la kinésiologie est une secte).
      Mais surtout, ce qui m’a SAUVE LA VIE en me permettant de stopper le flot de pensées angoissantes et donc, de retrouver le sommeil, ce fut l’exercice de Présence, décrit par Eckart Tölle dans « le Pouvoir du Moment Présent » – si je n’avais pas lu ce livre, & essayé cette technique, je serais morte à l’heure qu’il est !
      B&A

      J'aime

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s