PN & meurtre moral

Par défaut

rancuneIl y a différentes manières d’assassiner un homme : par le pistolet, par l’épée, par le poison ou par l’assassinat moral.  C’est la même chose, en définitive, excepté que ce dernier moyen est le plus cruel (Napoléon)

Et pourtant, ce moyen cruel, c’est celui qu’emploie un PN envers ses victimes… Qu’est-ce qui l’en empêcherait, puisqu’il est totalement dénué de moralité ?…

Oui, les pervers sont durs, sans coeur, sans pitié, menteurs, mauvais, éhontés, destructeurs, … (mais vous le saviez déjà). Au lieu de faire le bien, ils ne visent qu’à assassiner des âmes, au lieu d’admirer les qualités d’autrui, ils les envient, les haïssent et veulent les détruire.

On trouve partout ces êtres maléfiques et ils prospèrent dans l’ombre de l’ignorance et du déni de la plupart des gens… On ne peut, en effet, pas imaginer que des créatures aussi noires, de tels tueurs de sang froid existent… jusqu’à ce qu’on tombe sur l’un d’eux !

Le Mal pur (comme l’est celui des PN) fait peur aux gens, alors, ils choisissent de ne pas le voir, de ne jamais le reconnaître pour ce qu’il est… et ça, ça fait bien les affaires des PN, qui se frottent les mains de cet aveuglement volontaire – et même, qui arrivent ainsi à recruter des complices (« flying monkeys ») pour enfoncer la victime à leur place !

C’est dire s’ils ont encore de beaux jours devant eux… & si leurs victimes n’ont pas fini de souffrir ! car « La chose la plus difficile à expliquer est le clairement évident que tout le monde a décidé de ne pas voir » (Ayn Rand).

Pourtant, ces êtres sont irresponsables, négligents, irrationnels, débauchés, écervelés PAR CHOIX : bien qu’ils ne soient pas mentalement déments, ils le sont moralement : ils ne souffrent pas d’une pathologie ou d’un trouble mental quelconque, il n’ont aucun « handicap émotionnel » les rendant inaptes à se retenir : non, ils choisissent délibérément de blesser autrui parce qu’ils aiment cela !

Pour oublier son vide, pour exister enfin, un pervers narcissique doit se chercher un bouc émissaire sur qui projeter sa nullité, son insignifiance totale. Un PN projette alors son côté sombre (qu’il refuse – comme un lâche qu’il est – de reconnaître & d’affronter) sur son bouc émissaire. Donc, il adore humilier sa victime, l’avilir, lui faire perdre toute dignité, lui faire exprimer sa propre folie (les victimes se reconnaîtront !) – alors, il se sent fort, puissant, il se sent Dieu ! Ce jeu malsain, ce « rituel satanique » est une vraie drogue pour lui … et sa seule réelle source de jouissance !

Les PN, incapables d’aimer, ne peuvent que haïr ; ils en ont besoin pour vivre & agir. Voilà pourquoi rien ne les satisfait ! Inaptes à jouir de la vie, le bonheur d’autrui génère en eux une mentalité hostile d’envie, d’irritation haineuse. Alors, ils ne visent qu’à détruire le bonheur qu’ils voient autour d’eux, le bien & l’amour, et ceux qui en sont porteurs ! … Cette conduite n’est pas l’expression d’une maladie, car elle est réfléchie.

Mais ils adorent qu’on pense qu’ils sont victimes d’une maladie & qu’on les prenne en pitié – car cela leur permet de garder la victime dans l’espoir.. ; c-à-d dans leurs filets !

Ils savent pertinemment que nos sentiments nous rendent vulnérables et profitent de notre pitié et de nos sentiments humains en les utilisant contre nous !

De toute façon, comme ils aiment être le centre d’attention, ils tenteront partout d’inspirer la pitié pour leur « triste situation » et « les abus qu’ils ont subis »… Si un individu que vous venez de rencontrer vous raconte presque immédiatement sa « triste histoire », méfiance ! Un être normal ne veut en effet JAMAIS être pris en pitié !

(Pour reconnaître une vraie victime d’une fausse, vous pouvez lire ; https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/01/29/pn-vraie-ou-fausse-victime/ ).

Mais retenez aussi de ne jamais avoir pitié de quelqu’un qui vous blesse &/ou vous fait vous sentir mal ;  » être tendre avec le loup, c’est être dur avec l’agneau » ! Ne soyez pas dur avec vous-même ; le monde est déjà bien assez dur ainsi ! Et – bien qu’un PN soit un acteur digne d’un Oscar, ne vous laissez pas prendre à sa comédie du « pauvre être malmené par la vie » !

Car voici pourquoi les PN adoptent ce rôle et tiennent tellement à ce qu’on les prenne en pitié ; c’est pour qu’on se dévoue pour eux, qu’on craigne de les quitter, qu’on excuse leur comportement inqualifiable & qu’on n’ose pas exiger d’eux une façon d’agir décente ! Alors, ne tombez pas dans ce piège ; la pitié est leur arme préférée, et celle qui nous fait tomber dans leur emprise et nous y maintient le plus longtemps ! Tant qu’on a pitié d’eux, on n’a pas pitié de soi !

Leur seule morale ? La loi du plus fort ! Ils s’estiment supérieurs justement parce qu’ils n’ont aucune sensibilité, et qu’ils peuvent distordre la réalité & faire croire n’importe quoi aux autres… et, à l’inverse, leurs victimes, qui sont sensibles, sont donc inférieures & méritent (à leurs yeux) de se faire exploiter & maltraiter.

Pour s’affirmer, un PN doit dominer un autre être, jouer avec lui (elle) comme avec une poupée, le détruire, en jouissant de sa souffrance, lui arracher l’âme, pour le (la) faire tomber dans l’enfer où lui-même végète…

Il vole sa victime (car l’argent est source de pouvoir) mais ce qu’il cherche surtout à lui dérober, c’est son bien le plus précieux : son enthousiasme, sa joie de vivre, sa créativité, ses talents, sa sensibilité, …

Les autres ne sont vus par un pervers que comme des outils utiles à ses buts et, comme il est « Dieu » (son propre dieu, en tout cas), il est tout-puissant, tout lui est dû, et on n’a pas le droit de le critiquer – sous peine de sévère rage et punition. Or, lorsqu’un PN est en colère (et c’est toujours parce qu’on aura égratigné l’énorme montgolfière de leur ego !), ce n’est pas un petit accès passager ; non, c’est une rage froide, destructrice et qui ne finit JAMAIS !

Mon PN, par ex, m’avait lu, peu après notre rencontre, ses poèmes ; ils étaient médiocres & je le lui ai dit… 15 ans plus tard, il m’a dit (& il avait l’air enragé en le disant) ; « Ah, tu as osé critiquer mes poèmes ; tu me le paieras ! »…

Aussi, prisonniers du personnage qu’ils exhibent, ils visent à tuer la liberté d’autrui en lui imposant des contraintes créées par eux – & il est bien entendu que la victime doit supporter & rester… Car ce qui déclenche leur pire colère, une rage démentielle, visant la destruction totale de leur victime, c’est si elle ose les quitter ; ce rejet représente (chose impensable pour ces tristes sires) une défaite, et exige donc qu’ils ré-équilibrent la situation, qu’ils rétablissent par tous les moyens l’image flatteuse qu’ils ont d’eux-mêmes, même si ça passe par la destruction du perturbateur !

Voilà pourquoi la punition pour ce « crime de lèse-majesté » sera exemplaire ; une rancune inflexible, implacable, à laquelle il applique toutes ses forces & capacités de raisonnement ! (croyez-moi, j’en sais quelque chose !).

Et voilà pourquoi je dis aux victimes qui songent à quitter leur bourreau ; préparez bien (et en secret !) votre départ ; cherchez des preuves, des témoins, des documents, un boulot, un nouveau lieu de vie, et ne vous permettez pas de mal vous conduire en société (car il vous y pousse constamment pour vous déshonorer), prenez des forces, car vous en aurez bien besoin pour la guerre impitoyable qu’il mènera ensuite contre vous !

Publicités

"

  1. Pingback: PN & meurtre moral | Relationtoxiqueinfo

  2. Les manipulateurs/trices sentimentaux sont d’une mauvaise foi effrayante. Voici un exemple: une fille et un homme ont une attirance manifeste. La fille exerce son charme, exprime des paroles directes(  »Je m’intéresse de savoir ce que vous aimez »), et de façon indirecte: elle dit à sa confidente qu’elle a rencontré le mari de ses rêves( est-ce par hasard que l’homme entend cela?). Puis vient le jeu du chat femme et de la souris homme; l’homme a des sentiments sérieux, de plus en plus forts; il communique des messages électroniques, vu que la fille a déménagé; mais il ne reçoit pas de réponses, mais il constate que la fille les lit puis les mets en mode non-lus; il interprète cela comme étant de la coquetterie féminine; ses sentiments se renforcent, il les avoue et devient de plus en plus épris, surtout suite à la perte de deux proches et d’un petit chat. Il fait part de sa prise de conscience de la fragilité de la vie et du poids de sa solitude, et il explique que cela le dispose à ouvrir son coeur. Cela durera 72 semaines. Puis enfin la fille répond: elle communique un like géant, ce qui enthousiasme l’homme, qui propose un rendez-vous. Mais trois heures plus tard, la fille se dit harcelée et prévient qu’elle est allée à la police, puis, elle bloque la messagerie, empêchant tout dialogue constructif. Via un courriel professionnel, l’homme fait part de sa légitime colère , se sentant violé moralement,; il signale que ces messages ont été acceptés dans un climat de confiance, rappelant les charmes et belles paroles déployés longtemps. Tout semblait indiquer qu’il y avait un amour vrai entre deux personnes. mais la fille ne répond pas, et refuse donc de s’expliquer avec un homme qui se sent abusé ;le désarroi de l’homme est terrible,il ne sait plus si la fille a des problèmes ou si elle est perverse, voire 1 psychopathe jouant avec le coeur; en outre, en 72 semaines, il a fait part de ses chagrins, de ses faiblesses, se ses sentiments sincères, de son bonheur de fonder un foyer, etc. Bref, il a l’impression qu’il a été volé de ses plus beaux rêves, de ses plus graves serments; Il ne sait plus démêler le vrai du faux, suite à cet épisode dévastateur.

    J'aime

    • Comme toujours, faites confiance à vos sensations ; si, en présence de quelqu’un, vous vous sentez détendu, tout va bien – et par contre, si vous êtes mal à l’aise, avec un noeud dans l’estomac, c’est que l’autre n’est pas net ou vient de vous agresser… Nos émotions sont un antique système de survie, fiable à 100% ; on doit donc toujours les suivre ! Du reste, j’ai dit ici http://www.bonheuretamour.com/2014/10/21/sortez-vous-avec-un-loser/ qu’il faut fuir toute personne qui agit de façon incohérente ; c’est dans tous les cas un(e) taré(e) qui vous fera souffrir ! Dites à cet homme (qui a l’air d’un gars très bien) d’oublier cette pauvre conne, qui ne sait pas ce qu’elle rate et d’aller de l’avant dans sa vie… en se fiant désormais à ses sensations 😉

      J'aime

  3. Pingback: Sites d’infos sur les PN | bonheuretamour

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s