Citations d’Ayn Rand

Par défaut

Ayn RandRomancière & philosophe américaine (1905- 1982), créatrice de l’Objectivisme.

La chose la plus difficile à expliquer est le clairement évident que tout le monde a décidé de ne pas voir.

La propagation du mal est le symptôme d’un vide. Chaque fois que le mal gagne, ce n’est que « par défaut »: par l’échec moral de ceux qui éludent le fait qu’il ne peut y avoir aucun compromis sur les principes fondamentaux.

Vous pouvez ignorer la réalité, mais vous ne pouvez pas ignorer les conséquences d’ignorer la réalité.

La plus petite minorité sur la terre est l’individu. Ceux qui nient les droits individuels ne peuvent pas prétendre être les défenseurs des minorités.

Les hommes qui tentent de survivre, non pas au moyen de la raison, mais par la force, tentent de survivre par la méthode des animaux.

L’amour romantique, au sens plein du terme, est une émotion (qui n’est) possible qu’à l’homme (ou la femme) à l’estime de soi inébranlable : c’est sa réaction à ses propres valeurs les plus élevées en la personne d’un autre – une réaction intégrée de l’esprit et du corps, de l’amour et du désir sexuel. Un tel homme (ou femme) est incapable de ressentir un désir sexuel divorcé des valeurs spirituelles.

Toute personne qui se bat pour l’avenir, y vit aujourd’hui.

Pour dire « Je t’aime », il faut d’abord être en mesure de dire le «je»

N’exige jamais d’un autre ce qui constituerait un sacrifice de lui pour toi. N’accorde jamais ce qui constituerait un sacrifice de toi pour lui.

Les contradictions n’existent pas. Chaque fois que vous pensez que vous êtes confrontés à une contradiction, vérifiez vos prémisses. Vous constaterez que l’une d’elles est fausse.

La vérité n’est pas pour tous les hommes, mais seulement pour ceux qui la cherchent.

Il y a 2 côtés à chaque problème : un côté est juste et l’autre est faux, mais le milieu (moyen terme) est toujours mauvais.

Aimer est attacher de la valeur. Seul un homme rationnellement égoïste, un homme avec de l’estime de soi, est capable d’amour – parce qu’il est le seul homme capable de maintenir des valeurs fermes, durables, sans compromis, fidèles. L’homme qui ne s’apprécie pas, ne peut pas apprécieur quelque chose ou quelqu’un (à sa juste valeur).

Une tentative de réaliser le bien par la force est comme une tentative de fournir à un homme une galerie de photos au prix de découper ses yeux.

L’homme est la seule espèce vivante qui a le pouvoir d’agir comme son propre destructeur – et c’est la façon dont il a agi à travers la plus grande parite de son histoire.

L’honneur est l’estime de soi rendue visible dans l’action.

N’initiez jamais l’usage de la force contre un autre homme. Ne laissez son emploi de la force contre vous rester sans réaction de force.

La culpabilité est une corde qui s’use.

Le bonheur est cet état de conscience qui découle de l’atteinte d’une de nos valeurs.

Apprenez à vous apprécier, c-à-d à vous battre pour votre bonheur.

Je jure par ma vie et mon amour que je ne vivrai jamais pour le bien d’un autre homme, ni ne demanderai à un autre homme de vivre pour le mien.

La fierté est la reconnaissance du fait que vous êtes votre propre valeur la plus élevée et que, comme toutes les valeurs de l’homme, elle doit se gagner.

La rationnalité est la reconnaissance du fait que rien ne peut altérer la vérité et que rien ne peut l’emporter sur cet acte de la percevoir.

Ce que vous appelez votre âme ou esprit est votre conscience, et ce que vous appelez «libre arbitre» est la liberté de votre esprit à penser ou non, la seule volonté que vous ayez, votre seule liberté, le choix qui contrôle tous les choix que vous faites et détermine votre vie et votre caractère.

La pitié pour le coupable est une trahison de l’innocent.

Jusqu’à ce que & à moins que vous découvriez que l’argent est la racine de tout bien, vous demandez votre propre destruction. Quand l’argent cesse d’être le moyen par lequel les hommes ont commerce les uns avec les autres, alors les hommes deviennent les outils d’autres hommes. Du sang, des fouets et des fusils – ou des dollars. Faites votre choix – il n’y en a pas d’autre.

Il est déconseillé, James, d’oser exprimer des avis non sollicités. Vous devriez vous épargner l’embarrassante découverte de leur valeur exacte pour votre auditeur.

Le mal du monde est rendu possible par rien d’autre que la sanction qu’on lui donne.

L’argument de l’intimidation est un aveu d’impuissance intellectuelle.

Le but de la morale est de vous enseigner, non pas à souffrir et mourir, mais à vous amuser et vivre.

Ni ne suis-je le moyen de quelque fin que d’autres peuvent souhaiter accomplir. Je ne suis pas un outil à leur usage. Je ne suis pas un serviteur pour leurs besoins. Je ne suis pas un pansement pour leurs blessures, je ne suis pas un sacrifice sur leurs autels.

Il n’y a rien qui ne prenne la liberté d’un homme, comme d’autres hommes. Pour être libre, un homme doit être libre de ses frères.

La concrétisation de votre bonheur est le seul but moral de votre vie, et que le bonheur, pas de douleur ou aveugle auto-complaisance, est la preuve de votre intégrité morale, car elle est la preuve et le résultat de votre fidélité à l’atteinte de vos valeurs .

Le seul but légitime, moral d’un gouvernement est de protéger les droits de l’homme, ce qui signifie : de le protéger de la violence physique – de protéger son droit à sa propre vie, à sa liberté, à sa propriété et à la poursuite de son propre bonheur. Sans droits de propriété, aucuns autres droits ne sont possibles.

La mise en œuvre pratique de l’amitié, de l’affection et de l’amour consiste à incorporer le bien-être (le bien-être rationnel) de la personne impliquée, dans notre propre hiérarchie des valeurs, puis à agir en conséquence.

Il n’est que raisonnable (de penser) que là où il y a sacrifice, il y a quelqu’un qui recueille les offrandes sacrificielles. Là où il y a un service, il y a quelqu’un qui est servi. L’homme qui vous parle de sacrifice parle d’esclaves et de maîtres, et a l’intention d’être le maître.

Un homme créatif est motivé par le désir d’accomplir, non par le désir de battre les autres.

L’homme – chaque homme – est une fin en soi, pas un moyen pour les buts d’autrui; il doit vivre pour son propre bien, ni en se sacrifiant aux autres, ni en sacrifiant d’autres à lui-même ; il doit travailler pour son intérêt rationnel, avec la réalisation de son propre bonheur comme le but moral le plus élevé de sa vie.

Un artiste révèle son âme nue dans son travail – et ainsi faites-vous, cher lecteur, quand vous y réagissez.

Les gens créent leurs propres questions parce qu’ils ont peur de regarder en face. Tout ce que vous avez à faire est de regarder droit devant & de voir la route, et quand vous la voyez, ne restez par à la regarder – marchez.

L’échelle du succès s’escalade le mieux en marchant sur les barreaux de l’occasion.

La question n’est pas « qui va me permettre de » ; c’est « qui va m’arrêter ».

Un amour « pur », « désintéressé » est une contradiction dans les termes : cela signifie que l’on est indifférent à ce que l’on apprécie.

Ni la vie ni le bonheur peuvent être atteints par la poursuite de caprices irrationnels. Tout comme l’homme est libre de tenter de survivre par tous les moyens aléatoires, comme un parasite, un tapeur ou un pillard, mais non libre d’y réussir au-delà de la portée de l’instant – (de la même façon) il est libre de chercher son bonheur dans toute fraude irrationnelle , caprice, toute illusion, toute fuite aveugle de la réalité, mais pas libre d’y réussir au-delà de la portée du moment, ni d’échapper aux conséquences.

Quand vous considérez le socialisme, ne vous trompez pas sur sa nature. Rappelez-vous qu’il n’existe pas de dichotomie entre « droits de l’homme » et « droits de propriété. » Aucuns droits de l’homme ne peuvent exister sans des droits de propriété.

La pauvreté, l’ignorance, la maladie et d’autres problèmes de ce genre ne sont pas des situations d’urgence métaphysiques. De par la nature métaphysique de l’homme et de l’existence, l’homme doit maintenir sa vie par son propre effort ; les valeurs dont il a besoin, telles que la richesse ou la connaissance ne lui sont pas données automatiquement, comme un don de la nature, mais doivent être découvertes et réalisé par sa propre réflexion et (son propre) travail.

Un jour, le monde découvrira que, sans la pensée, il ne peut pas y avoir d’amour.

Les droits de l’homme ne peuvent être violés que par l’utilisation de la force physique. Ce n’est qu’au moyen de la force physique qu’on peut priver un autre de sa vie, ou l’asservir, ou le voler, ou l’empêcher de poursuivre ses propres objectifs, ou l’obliger à agir contre son propre jugement rationnel.

Tout groupe ou « collectif », grand ou petit, est seulement un certain nombre de personnes. Un groupe ne doit avoir aucun droit autre que les droits de ses membres individuels.

Les erreurs de connaissance ne sont pas des violations de la morale ; aucun code moral digne de ce nom ne peut exiger l’infaillibilité ou l’omniscience.

Quand un homme déclare : « Il n’y a pas de noir et blanc (en morale) » il fait une confession psychologique, et ce qu’il veut dire est : « Je n’essaie pas d’être entièrement bon et s’il vous plaît ne me considérez pas comme entièrement mauvais ! « 

Un génie est un génie, peu importe le nombre d’abrutis qui appartiennent à la même race – et un crétin est un crétin, quel que soit le nombre de génies qui partagent son origine raciale.

Toutes les raisons qui rendent l’usage en premier de la force physique, mauvaise, font de l’usage vengeur de la force physique, un impératif moral.

Les droits individuels sont les moyens de subordonner la société à la loi morale.

Le précepte moral à adopter … est : Juge, et sois prêt à être jugé.

Demandez-vous pourquoi les dictatures totalitaires jugent nécessaire de verser de l’argent et des efforts dans la propagande pour leurs propres esclaves impuissants, enchaînés, bâillonnés, n’ayant pas de moyens de protestation ou de défense. La réponse est que même le plus humble paysan ou le sauvage le plus vil se lèveraient en rébellion aveugle, s’il se rendait compte qu’il est immolé, non pour un incompréhensible objectif noble, mais pour le simple (et) nu Mal humain.

Le cannibalisme moral de toutes les doctrines hédonistes et altruistes réside dans l’idée que le bonheur d’un homme nécessite la blessure d’un autre.

Le racisme est une doctrine de, par et pour les bêtes.
Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s