PN & séduction perverse

Par défaut

séducteur  Par quel processus un PN attire-t-il sa cible & l’attache-t-il à lui, l’engluant pour qu’elle ne puisse plus partir et qu’il puisse aller s’y alimenter (en lui arrachant la chair ou lui tirant du sang) à chaque fois qu’il en sent le besoin ?

Eh bien, par une forme malsaine (pervertie) de séduction. (Les anglophones emploient le terme « grooming » mais – comme d’habitude ! – il n’existe aucun terme en français pour désigner cela – c ‘est pourquoi il faut utiliser une expression … « Séduction perverse » décrit le mieux ce concept).

Cette séduction « maligne » consiste à repérer un besoin (& tous les vivants en ont) chez sa cible, puis, lui concocter un appât, creux, vide, faux, mais présentant l’apparence exacte de la chose dont la victime a besoin, et aller l’agiter sous son nez … Comme l’a si bien dit Balzac ; « on mène les chiens bien loin en leur montrant un os »… Et c’est bien d’un os qu’il s’agit !

La cible a faim, l’autre rusé lui fait croire qu’il va la nourrir en lui montrant un beau morceau de poulet rôti… mais en fait, il n’y a qu’un os tout sec mais déguisé en une chose bien appétissante, un os sans rien à manger dessus, que des apparences, de la poudre aux yeux, pour appâter sa proie !

Bref, alors même que le PN semble offrir quelque chose, non seulement il n’offre rien, mais en plus, ne vise qu’à prendre, à, LUI, se nourrir !

Telle une araignée maléfique, le PN – en appâtant ainsi sa cible – met en place un piège où la proie va aller s’engluer ; je compare cette tactique à faire un petit chemin de graines, qu’un oiseau va picorer et qui va le mener droit dans une cage… C’est comme les hommes préhistoriques ; ils devaient d’abord parcourir la savane pour chercher des proies … sans être sûrs d’en trouver ou d’arriver à les attraper. Ce fut un grand progrès d’en attraper certaines & de les laisser vivre & se reproduire dans des enclos ; ainsi, ils avaient de la nourriture toujours à portée de main…

La séduction perverse est un acte de prédation utilisée par les êtres mauvais pour accaparer une source de « nourriture » (approvisionnement narcissique), exactement comme les Cro-Magnons avec les chèvres. Cet abus délibéré de nos émotions les plus nobles est en fait un viol émotionnel (voir :  https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/10/15/viol-emotionnel/ ).

Ces êtres démoniaques sont des as ; ils jaugent les autres, choisissent une proie bien grasse ( = une nature aimante, sensible, riche, généreuse) et fabriquent le piège où elle viendra tomber…Et en effet, il faut que la proie soit une riche nature, car ils veulent pouvoir « rentabiliser leur investissement » ; elle doit pouvoir leur servir longtemps et abondamment. C’est que c’est tout un boulot, pour le PN, de créer son piège, & il ne veut pas avoir à le faire trop souvent…Donc, plus il est malin, plus sa victime sera une riche & forte nature … (car il est faux de penser que les victimes sont faibles !).

Au départ, pour créer un lien fort, il joue le jeu du « on est pareils, tous les 2 » ; il a – comme par hasard ! –  les mêmes goûts, intérêts & valeurs que vous (ben tiens !).

Ces fourbes créent une dépendance ; au début, avec eux, c’est super agréable – puis, quand on commence à être accro à ce déferlement d’amour, ils commencent à faire machine arrière … Peu à peu, leurs appells, attentions, marques d’amitié se font + rares – alors, la victime ressent un manque & commence à les poursuivre… C’est là qu’ils savent qu’elle est « accrochée » & qu’ils peuvent attaquer.

Il faut donc se méfier des êtres « trop » gentils ou amoureux ; souvenons-nous du conte de La Fontaine où un lapereau fut effrayé par un coq (bruyant mais inoffensif) & attiré par un chat (mielleux mais dangereux). Ce n’est pas pour rien qu’existe l’expression « trop poli pour être honnête » – car au départ, le PN est TROP gentil… tellement calme & doux qu’on dirait un ange !

La séduction perverse d’une victime adulte comporte les mêmes étapes que celle qu’emploie un pédophile pour attraper un enfant ; d’abord, détecter une proie possible, puis collecter des informations, puis, remplir un besoin, puis, abaisser les défenses (peu à peu, par petites touches) & enfin, passer à l’attaque ouverte pour se procurer ce qu’il recherchait depuis le début (pour un pédophile, du sexe avec un enfant, et pour un PN, de l’approvisionnement narcissique – pour plus d’infos à ce sujet, voir http://www.bonheuretamour.com/pn-et-approvisionnement-narcissique/ ).

Normalement, l’amour vise le bien de l’autre, vise à ce que l’aimé(e) soit heureux, qu’il réussisse dans la vie et ait plein d’amis… La séduction perverse, qui se prétend « amour », fait pourtant tout l’inverse ; il s’agit ici d’affaiblir la cible, de l’isoler & de la confusionner, pour la mettre totalement à la merci du prédateur, qui pourra alors s’en nourrir à volonté, chaque fois qu’il en sentira le besoin…

Quand le lien est créé (qu’on les aime & qu’on est attachée à eux), on ne peut ni partir, ni comprendre ce qui se passe (ce serait trop horrible) et comme, en plus, il a l’art de rejeter la faute de ses violences sur nous, on se sent coupable de ce qu’on subit & on n’a pas envie de le dénoncer… ce qui est tout bénéfice pour ce lâche !

Et n’oublions pas que, tout ce temps, il continue d’agiter l’appât sous notre nez – c’est comme s’il nous disait : « allez, essaie encore un peu + fort, et tout s’arrangera ; je redeviendrai l’amoureux fou que j’étais au début »… Et on s’accroche à cette chimère, on poursuit la « carotte »… qui nous échappera toujours !

Autre facteur qui fait qu’on s’attache & qu’on supporte (en plus de la confusion où il nous place) : la pitié : TOUS les PN que j’ai rencontrés se présentent comme ayant eu une enfance sans amour, ou ayant été battus ou violés – alors, devant sa froideur & ses crises de rage, on l’excuse, on met cela sur le compte de ses traumatismes passés… et on se  dit qu’à force d’amour, on arrivera à les lui faire oublier… Quelle naïveté de notre part !

Quand on interroge des PN, on voit qu’ils savent très bien ce qu’ils font en nous racontant ces bobards !

Oui, un PN a souvent souffert, mais ce qu’un être fait de sa souffrance (soit la résoudre, soit, s’en défouler sur d’autres) est toujours un choix personnel !

Publicités

"

  1. Pingback: PN : repentir sincère ou comédie ? | bonheuretamour | Relationtoxiqueinfo

  2. Pingback: PN : repentir sincère ou comédie ? | bonheuretamour

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s