Victime ; avez-vous choisi la violence ?

Par défaut

femme violentée  J’avais déjà parlé de pourquoi on reste en relation avec un PN (voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/23/pn-pourquoi-on-reste-si-longtemps/, http://www.bonheuretamour.com/2013/01/01/lhistoire-du-chat-sauvage/  &  http://www.bonheuretamour.com/2014/12/22/illusions-des-victimes-de-pn/ ) mais j’aimerais développer le sujet d’un angle violent (pour l’approfondir).

Beaucoup pensent qu’en fait, la victime sait que l’autre est un être dérangé & violent, mais CHOISIT (consciemment ou pas) de sortir & de rester avec lui (elle).

Combien de fois n’ai-je pas entendu des répliques du genre : « les femmes qui se font battre & qui restent, c’est qu’elles aiment ça ».  Eh ! que croient-ils ? Moi aussi, je me suis toujours dit que si un homme osait lever la main sur moi, je partirais tout de suite ! C’est malin ! Une fois de plus, on voit ici qu’on ne peut juger adéquatement d’une situation que quand on l’a vécue dans sa chair !

Même les « thérapeutes » qu’on consulte nous martèlent qu’on est libre, qu’on a un libre-arbitre nous permettant de faire des choix et qu’on a CHOISI un gars violent comme partenaire de vie.

Toutes ces cruelles âneries re-traumatisent les victimes, leur ôtant encore de la force … C’est dégoûtant ; ces soi-disant thérapeutes – parfois des loups déguisés en pasteurs mais, le plus souvent, des ânes déguisés en scientifiques éclairés ! – nous mentent, et bien que tout mensonge soit blessant, là, c’est encore plus blessant, car on s’ouvre à eux en toute confiance…. Et en + il faut les payer pour se faire ainsi blesser et rabaisser !

En fait, à moins d’avoir su que la perversion narcissique existe, d’avoir étudié en quoi elle consiste et les techniques des pervers, on n’a AUCUNE POSSIBILITE ( zéro !) de connaître ou d’identifier ce genre de démons.

Quand on rencontre notre compagnon (compagne), il se montre doux, charmant, ayant des goûts & valeurs similaires aux nôtres & surtout très amoureux… Bref, le conjoint(e) idéal !

Une fois de plus, si on ignore tout des signaux d’alarme à rechercher chez quelqu’un, il nous est impossible d’identifier cette personne comme un être dérangé – inhumain & violent.

Par conséquent, accuser la victime d’avoir délibérément choisi un compagnon violent, est cruel & inacceptable ; cela nous « confusionne » encore plus, puisque cela nie notre réalité – ce que l’on SAIT être vrai – car on sait qu’on a choisi non une brute, mais une personne gentille, comme compagnon (gne) et que rien n’indiquait que notre prétendant(e) était un PN.

Oui, on aurait pu s’éviter tout ça SI on avait su, mais pour savoir, il faut faire des recherches sur le Net – Or, on ne commence à faire ces recherches qu’une fois qu’on A ETE violenté(e)s !

Donc, dire qu’on est entré(e) dans cette relation exprès, & qu’on était libre de partir n’importe quand, est faux ! On communiquait avec une fausse personne, avec un masque d’amour & de bonté, avec quelqu’un qui semblait le (la) partenaire idéal pour nous – et c’est avec cela, qu’on a choisi d’être ! Et on n’avait aucun moyen de savoir que le PN n’était pas cette personne !

Voilà pourquoi on sort avec eux. Mais pourquoi on reste ? Eh bien, c’est un peu comme le conte de la grenouille plongée dans l’eau chaude, qui s’encourt si on la met directement dans l’eau chaude, mais reste si on augmente graduellement la température… jusqu’à finalement en mourir. Idem avec un PN ; les abus sont progressifs ; rares & légers au début, ils deviennent de plus en plus fréquents & violents au cours du temps – en sorte que la victime se désensibilise… et (vu le lavage de cerveau) ne réalise pas consciemment qu’elle est violentée (même si elle le ressent).

Les gens qui vous sortent donc ces méchantes remarques sont des êtres intenséments ignorants de la problématique PN, des êtres n’ayant jamais été dans cette situation, et qui donc, ne comprennent pas tous les phénomènes faisant qu’on entre en relation avec un PN & qu’on reste (le masque, le bombardement d’amour, l’emprise, la terreur, le lavage de cerveau, la dissociation, le lien traumatique, etc… ).

On n’a nullement choisi d’être violentée – on y a eté attiré(e) par mensonge & tromperie.

Et on est resté(e) parce que, durant toute la relation, l’autre créait une dissonance cognitive ; c-à-d qu’il y avait une réalité qu’on connaissait et une autre, que le PN nous imposait, en contrant nos perceptions des choses ;

Par ex, il niait avoir dit ou fait des choses qu’il avait dites ou faites, ou nous disait « je t’aime » en nous rabaissant, ou invente que c’est nous qui l’avons poussé à nous violenter, …

Alors, on est confuse, on se met à douter de soi, de nos mobiles, de nos perceptions. Etant tout le temps dans un état d’extrême anxiété, dans la peur de causer une crise – on « marche sur des oeufs » pour ne pas réveiller le cruel dragon qu’il a en lui – en même temps, on sait que « ça va péter », on ne sait juste pas quand-  notre amygdale devient hyperactif, nos défenses baissent, notre esprit devient très suggestionnable … et quand il nous accuse d’avoir des troubles mentaux, on le croit…

Comme on croit ses promesses de changer & ses mensonges, parce qu’il trop douloureux pour un humain de réaliser (surtout après tout ce qu’on lui a donné) que la relation n’est qu’un fantasme, et qu’il (elle) ne nous a jamais aimé(e) – Alors on s’ingénie à trouver un moyen de croire qu’il nous dit la vérité… ce qui augmente encore notre confusion….

Aussi, il nous isole : soit notre famille & nos amis « ne sont pas assez bien pour sa famille » (dixit mon PN), ou « ils ne nous aiment pas vraiment » et lui (elle) est la seule personne sur qui on puisse compter ( !).

Le PN emploie tous les moyens des sectes ou des tortures ; par ex, non seulement il détruit notre estime de nous & distord le réel, mais il nous prive de sommeil ! Je parie que vous aussi, avez connu ces « séances » de discussion, où ce démon vous « asticote » & vous fait « monter au cocotier », jusqu’à ce que vous n’ayez plus de voix & que vous tombiez dans l’inconscience au petit matin …

Ainsi affaibli(e) par toutes ces tactiques, comment pourrait-on avoir la force de partir ?!

Bref, ce mythe de « tu l’as voulu » est ridicule …Il ne faut parler de notre vécu qu’à des gens qui sont passés par là sinon soit ils ne savent rien du problème, et  jugent et vous reblessent (dans leur inconscience), soit ce sont eux-mêmes des PN.

Il ne faut pas nous en vouloir de l’avoir choisi et/ou d’être resté(e) ; ce n’est pas qu’on soit bête, mais c’est que la violence est très subtile & mauvaise, qu’elle émane d’un être malade inapte à tout sentiment humain, qu’elle est nourrie d’un égoïsme & d’une faiblesse extrêmes, et appliquée systématiquement & sans scrupules…Et que tout être normal ne peut même pas imaginer que de tels monstres humains puissent exister !

Encore cette info pour éviter les êtres violents à l’avenir :

Un gars ayant travaillé dans une raffinerie, dit qu’on les a informés sur le gaz H2S ; un gaz invisible & mortel ; s’il est libéré, il sent l’oeuf pourri, mais hélas, en quelques secondes, il anesthésie l’odorat, en sorte qu’il faut s’enfuir dès qu’on le sent, sinon, c’est trop tard ! Si on n’a pas cette info, il peut arriver qu’on sente l’odeur, puis plus rien & qu’on en déduise que c’est ok, qu’on s’est imaginé le sentir ou que le gaz n’est plus là – mais alors, on perd la vie… D’où l’entraînement des travailleurs.

Idem avec un être dérangé ; peu après la rencontre, on sent qu’il y a anguille sous roche mais très vite, nos sens sont anesthésiés et on ne perçoit plus l’abus. Il faut réagir avec les gens comme avec le H2S ; s’enfuir à la moindre odeur suspecte.

Publicités

"

  1. Pingback: Société perverse | bonheuretamour

  2. Pingback: Société perverse | Bonheur et Amour

  3. Pingback: La « codépendance » des victimes de PN | Bonheur et Amour

  4. Pingback: La « codépendance  des victimes de PN | «bonheuretamour

  5. Pingback: La perversité est contagieuse ! | bonheuretamour

    • L’ennui, c’est que, dans cette société perverse, le blanc est noir et vice versa – en sorte que la victime n’est pas reconnue comme victime ! Elle est souvent vue comme étant l’agresseur ou, à tout le moins, comme idiote (or, la bêtise & la naïveté font rire) ou le plus souvent, comme quelqu’un ayant des troubles mentaux !

      J'aime

  6. Pingback: Viol émotionnel | bonheuretamour

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s