Victime ; avez-vous choisi la violence ?

Par défaut

femme violentée  J’avais déjà parlé de pourquoi on reste en relation avec un PN (voir https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/23/pn-pourquoi-on-reste-si-longtemps/, http://www.bonheuretamour.com/2013/01/01/lhistoire-du-chat-sauvage/  &  http://www.bonheuretamour.com/2014/12/22/illusions-des-victimes-de-pn/ ) mais j’aimerais développer le sujet d’un angle violent (pour l’approfondir).

Beaucoup pensent qu’en fait, la victime sait que l’autre est un être dérangé & violent, mais CHOISIT (consciemment ou pas) de sortir & de rester avec lui (elle).

Combien de fois n’ai-je pas entendu des répliques du genre : « les femmes qui se font battre & qui restent, c’est qu’elles aiment ça ».  Eh ! que croient-ils ? Moi aussi, je me suis toujours dit que si un homme osait lever la main sur moi, je partirais tout de suite ! C’est malin ! Une fois de plus, on voit ici qu’on ne peut juger adéquatement d’une situation que quand on l’a vécue dans sa chair !

Même les « thérapeutes » qu’on consulte nous martèlent qu’on est libre, qu’on a un libre-arbitre nous permettant de faire des choix et qu’on a CHOISI un gars violent comme partenaire de vie.

Toutes ces cruelles âneries re-traumatisent les victimes, leur ôtant encore de la force … C’est dégoûtant ; ces soi-disant thérapeutes – parfois des loups déguisés en pasteurs mais, le plus souvent, des ânes déguisés en scientifiques éclairés ! – nous mentent, et bien que tout mensonge soit blessant, là, c’est encore plus blessant, car on s’ouvre à eux en toute confiance…. Et en + il faut les payer pour se faire ainsi blesser et rabaisser !

En fait, à moins d’avoir su que la perversion narcissique existe, d’avoir étudié en quoi elle consiste et les techniques des pervers, on n’a AUCUNE POSSIBILITE ( zéro !) de connaître ou d’identifier ce genre de démons.

Quand on rencontre notre compagnon (compagne), il se montre doux, charmant, ayant des goûts & valeurs similaires aux nôtres & surtout très amoureux… Bref, le conjoint(e) idéal !

Une fois de plus, si on ignore tout des signaux d’alarme à rechercher chez quelqu’un, il nous est impossible d’identifier cette personne comme un être dérangé – inhumain & violent.

Par conséquent, accuser la victime d’avoir délibérément choisi un compagnon violent, est cruel & inacceptable ; cela nous « confusionne » encore plus, puisque cela nie notre réalité – ce que l’on SAIT être vrai – car on sait qu’on a choisi non une brute, mais une personne gentille, comme compagnon (gne) et que rien n’indiquait que notre prétendant(e) était un PN.

Oui, on aurait pu s’éviter tout ça SI on avait su, mais pour savoir, il faut faire des recherches sur le Net – Or, on ne commence à faire ces recherches qu’une fois qu’on A ETE violenté(e)s !

Donc, dire qu’on est entré(e) dans cette relation exprès, & qu’on était libre de partir n’importe quand, est faux ! On communiquait avec une fausse personne, avec un masque d’amour & de bonté, avec quelqu’un qui semblait le (la) partenaire idéal pour nous – et c’est avec cela, qu’on a choisi d’être ! Et on n’avait aucun moyen de savoir que le PN n’était pas cette personne !

Voilà pourquoi on sort avec eux. Mais pourquoi on reste ? Eh bien, c’est un peu comme le conte de la grenouille plongée dans l’eau chaude, qui s’encourt si on la met directement dans l’eau chaude, mais reste si on augmente graduellement la température… jusqu’à finalement en mourir. Idem avec un PN ; les abus sont progressifs ; rares & légers au début, ils deviennent de plus en plus fréquents & violents au cours du temps – en sorte que la victime se désensibilise… et (vu le lavage de cerveau) ne réalise pas consciemment qu’elle est violentée (même si elle le ressent).

Les gens qui vous sortent donc ces méchantes remarques sont des êtres intenséments ignorants de la problématique PN, des êtres n’ayant jamais été dans cette situation, et qui donc, ne comprennent pas tous les phénomènes faisant qu’on entre en relation avec un PN & qu’on reste (le masque, le bombardement d’amour, l’emprise, la terreur, le lavage de cerveau, la dissociation, le lien traumatique, etc… ).

On n’a nullement choisi d’être violentée – on y a eté attiré(e) par mensonge & tromperie.

Et on est resté(e) parce que, durant toute la relation, l’autre créait une dissonance cognitive ; c-à-d qu’il y avait une réalité qu’on connaissait et une autre, que le PN nous imposait, en contrant nos perceptions des choses ;

Par ex, il niait avoir dit ou fait des choses qu’il avait dites ou faites, ou nous disait « je t’aime » en nous rabaissant, ou invente que c’est nous qui l’avons poussé à nous violenter, …

Alors, on est confuse, on se met à douter de soi, de nos mobiles, de nos perceptions. Etant tout le temps dans un état d’extrême anxiété, dans la peur de causer une crise – on « marche sur des oeufs » pour ne pas réveiller le cruel dragon qu’il a en lui – en même temps, on sait que « ça va péter », on ne sait juste pas quand-  notre amygdale devient hyperactif, nos défenses baissent, notre esprit devient très suggestionnable … et quand il nous accuse d’avoir des troubles mentaux, on le croit…

Comme on croit ses promesses de changer & ses mensonges, parce qu’il trop douloureux pour un humain de réaliser (surtout après tout ce qu’on lui a donné) que la relation n’est qu’un fantasme, et qu’il (elle) ne nous a jamais aimé(e) – Alors on s’ingénie à trouver un moyen de croire qu’il nous dit la vérité… ce qui augmente encore notre confusion….

Aussi, il nous isole : soit notre famille & nos amis « ne sont pas assez bien pour sa famille » (dixit mon PN), ou « ils ne nous aiment pas vraiment » et lui (elle) est la seule personne sur qui on puisse compter ( !).

Le PN emploie tous les moyens des sectes ou des tortures ; par ex, non seulement il détruit notre estime de nous & distord le réel, mais il nous prive de sommeil ! Je parie que vous aussi, avez connu ces « séances » de discussion, où ce démon vous « asticote » & vous fait « monter au cocotier », jusqu’à ce que vous n’ayez plus de voix & que vous tombiez dans l’inconscience au petit matin …

Ainsi affaibli(e) par toutes ces tactiques, comment pourrait-on avoir la force de partir ?!

Bref, ce mythe de « tu l’as voulu » est ridicule …Il ne faut parler de notre vécu qu’à des gens qui sont passés par là sinon soit ils ne savent rien du problème, et  jugent et vous reblessent (dans leur inconscience), soit ce sont eux-mêmes des PN.

Il ne faut pas nous en vouloir de l’avoir choisi et/ou d’être resté(e) ; ce n’est pas qu’on soit bête, mais c’est que la violence est très subtile & mauvaise, qu’elle émane d’un être malade inapte à tout sentiment humain, qu’elle est nourrie d’un égoïsme & d’une faiblesse extrêmes, et appliquée systématiquement & sans scrupules…Et que tout être normal ne peut même pas imaginer que de tels monstres humains puissent exister !

Encore cette info pour éviter les êtres violents à l’avenir :

Un gars ayant travaillé dans une raffinerie, dit qu’on les a informés sur le gaz H2S ; un gaz invisible & mortel ; s’il est libéré, il sent l’oeuf pourri, mais hélas, en quelques secondes, il anesthésie l’odorat, en sorte qu’il faut s’enfuir dès qu’on le sent, sinon, c’est trop tard ! Si on n’a pas cette info, il peut arriver qu’on sente l’odeur, puis plus rien & qu’on en déduise que c’est ok, qu’on s’est imaginé le sentir ou que le gaz n’est plus là – mais alors, on perd la vie… D’où l’entraînement des travailleurs.

Idem avec un être dérangé ; peu après la rencontre, on sent qu’il y a anguille sous roche mais très vite, nos sens sont anesthésiés et on ne perçoit plus l’abus. Il faut réagir avec les gens comme avec le H2S ; s’enfuir à la moindre odeur suspecte.

Publicités

"

  1. Bonjour,
    Je viens de lire votre article qui a fait remonter toute l’angoisse tapie au fond de moi, la lecture de « il niait avoir dit ou fait des choses qu’il avait dites ou faites, ou nous disait « je t’aime » en nous rabaissant »…..mon dieu que de moments, de situations de confusion totale où il me disait « tu es complètement folle », « tu prends tes délires pour des réalités »….même rabaissement de ma personnalité auprès de nos enfants à qui il serinait « votre mere est instable », et quand je me confiais à ma famille, on me disait, « oh mais avec toi tout est tjrs tellement compliqué, tu ne peux pas faire plus simple? »
    je me suis pliée à tout, ses désirs, sa volonté, j’étais sans arrêt en train de prendre en compte ce qu’il souhaitait, et tout ce que je faisais, ça n’allait jamais, j’étais « une merde », « une connasse » à qui il allait éclater la tête….
    Après de très nombreuses lectures, un coup de sa part et la menace d’autres coups pour « m’éclater la tête et faire comprendre à nos enfants que j’étais une vraie connasse », j’ai eu le courage extraordinaire, je n’en suis toujours pas revenue, de partir.
    Dans mon livre du moment, l’auteur disait « si vous quittez un PN voilà ce qu’il va vous dire…. »
    C’est exactement ce que mon ex m’a balancé à la figure, à croire qu’il avait le bouquin sous les yeux…..et ce jour là j’ai réellement compris que non je n’étais pas folle.
    Je n’ai jamais compris comment j’avais pu me laisser abuser de la sorte, votre explication sur le côté progressif de l’anesthésie des sens me donne une solution et une piste pour retrouver confiance en moi, et en mon ressenti. Aujourd’hui, après deux ans et demi détachée de lui, j’ai toujours autant de mal à croire en l’autre. Mon ex continue à essayer de me pourrir la vie, surtout en utilisant les enfants.
    Dans mon malheur, j’ai la grande chance qu’il ait toujours été un faineant vaniteux, et moi grande bosseuse avec un bon boulot. Donc financièrement je suis complètement indépendante et c’est une grande liberté. Les enfants se rendent compte aussi petit à petit, que « la connasse qui ne valait rien » et bien heureusement qu’elle est là et qu’on peut compter sur elle à tous les niveaux. Par moment il y a encore de grandes crises où les enfants me reprochent tout un tas de choses, mais j’arrive plus ou moins à garder mon sang froid et à détricoter ce qui vient réellement d’eux de ce qui vient de leur père.
    A chaque fois que je baisse ma garde, je peux être sûre qu’il en profite et j’en prends plein la figure.
    Ce qui m’épuise c’est que je sais que ça ne s’arrêtera jamais. je crains le jour où les enfants seront majeurs et donc je n’aurais plus d’obligation de rien vis à vis de lui, et qu’il fera sa victime auprès de nos enfants car lui ne vivra pas assez bien et que leur mère elle s’en sortira….

    Je vous remercie infiniment de ne pas nier nos blessures, nos ressentis, de ne pas nous faire passer pour des tarés et surtout, tout cela sans complaisance. nous sommes des victimes, mais non nous ne sommes pas des victimes. nous avons juste eu la malchance de tomber sur de tels êtres, dénués de toute compassion, empathie, amour envers l’autre…..alors que nous nous sommes à l’inverse des êtres d’une très grande sensibilité et générosité envers notre prochain. Ce décalage fait que toujours, on se dit « mais non ce n’est pas possible, il ne peut pas croire…alors ce doit être moi, j’ai mal compris, j’aurais pas du, excuse moi, c’est vrai tu es fatigué, je te promets la prochaine fois je vais y penser, mais oui bien sûr on fait ce qui te fait plaisir, mais non ce n’est pas grave……..

    La liste pourrait ne jamais s’arrêter…

    Je suis traumatisée à vie, j’en ai bien consciente, mais le courage que j’ai eu à le quitter est ma plus grande réalisation!!!!!

    Désolée, post très très long, mais vraiment merci, vous ne pouvez pas mesurer le bien que vos articles font. je vous souhaite réellement tout le meilleur, vous en avez bavé on le sent bien, et c’est très généreux de partager votre expérience avec tous vos conseils…ensemble on est toujours plus forts, encore faut il être bien accompagnés!

    J'aime

    • Bonjour Charlène,
      Vous m’envoyez une « tartine », je vous en renvoie une 😉 ! Je crois que plus d’infos sur lui, sur vous & surtout, sur la société où on vit, pourraient vous aider…
      D’abord, merci de reconnaître mes efforts – oui, je voulais aider les victimes (ayant accès à des informations non-trouvables en Europe), mais j’ai fini par ne plus supporter la pression…
      Vous avez sans doute remarqué que, depuis mai 2017, je n’ai plus rien écrit (même si j’ai, en réserve, un tas d’articles encore plus instructifs que ceux parus, sur la perversion narcissique) & que j’ai fermé mon site web – c’est parce que, malgré les milliers de messages encourageants, le trollage (insultes constantes, menaces, diffamation) a eu raison de mon désir d’aider en informant ! Eh oui ; les réseaux sociaux sont bourrés de tarés haïsseurs de vérité…
      J’ai donc pu, durant ces 5 ans de BonheurEtAmour, juger de la véracité du dicton « celui qui dit la vérité doit avoir le pied à l’étrier » & me suis reconvertie dans la photo (là, miracle, je ne reçois que des compliments).
      Oui, les PN utilisent tous les mêmes tactiques & disent tous la même chose, à croire qu’ils ont tous suivi les cours d’une école mondiale du satanisme !
      Moi, le livre qui m’a ouvert les yeux est ; « The verbally abusive relationship » de Patricia Evans – Et cela m’avait fort frappée ; en le lisant, je me disais toutes les 5 lignes qu’on aurait dit que l’auteure avait placé un micro chez moi, car c’était exactement ce qu’il me disait – & je sais que c’est le cas de toutes les victimes !
      Je tiens à souligner ce fait qu’aux USA (c’est du reste là que j’ai trouvé ce livre, qui m’a sauvé la vie), la psychanalyse est reconnue comme la plus grande arnaque & charlatanerie du XXème siècle, et que donc, les victimes sont aidées, alors qu’ici, où cette arnaque (car ça rapporte des millions) a toujours cours, les victimes sont « enfoncées ».
      C’est une chance que vous soyez indépendante financièrement (hélas, ce n’est pas mon cas) – surtout, cachez le plus possible ce que vous faites & où vous travaillez, car ces démons n’oublient jamais, jamais ne pardonnent notre fuite, & même s’ils nous ont fait vivre le martyre durant la vie commune, c’est APRES la rupture qu’ils exercent la violence la plus forte.
      Quand on ose priver le PN de sa proie (nous !), ça lui cause une rage, une haine inextinguible, appelant (à ses yeux de taré) un vengeance terrible – à laquelle il consacrera désormais une grande partie de son énergie (or, il est « malin », le coco ! Pour faire le mal & convaincre les autres, c’est un champion !
      Dans un article (Réaction d’un PN quand vous le plaquez : https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/02/28/reaction-dun-pn-quand-vous-le-plaquez/ ), j’écrivais : “la punition pour ce « crime de lèse-majesté » sera exemplaire ; une rancune inflexible, implacable, à laquelle il applique toutes ses forces & capacités de raisonnement ! »
      Souvenez-vous aussi de ne pas en parler – même si les autres dévoilent leur vie – car bien rares sont ceux qui peuvent comprendre ce que vivent vraiment les victimes de PN. Alors, quand on le leur dit, soit ce sont des gens « normaux » et ils ne voudront rien avoir à faire avec ce qu’ils perçoivent comme « une personne à problèmes » (& donc, ils vous fuiront), soit ce sont des PN & vous repartez pour un tour…
      Plus que tout, méfiez-vous des thérapeutes ; 90% sont totalement ignorants des troubles du comportement (ils n’apprennent pas ce sujet à l’école) & les 10% restants sont des PN eux-mêmes.
      Dans les 2 cas, ils ne feront que vous revictimiser & accroître vos blessures (je sais de quoi je parle, à la fois par mon expérience personnelle & celle de nombreuses femmes – vous pouvez lire ; Comment choisir un bon thérapeute : http://www.bonheuretamour.com/comment-choisir-un-bon-therapeute/ & https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/05/13/violence-perverse-effets-societe/ pour dégotter la perle rare qui vous aidera vraiment
      Je recommande aussi ce beau conte : https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/01/01/lhistoire-du-chat-sauvage/
      Encore une chose à savoir : les violences ont sans doute causé un stress post-traumatique – l’hypocampe (dans le cerveau) est devenu hyperractif et on est donc sujette à des réactions disproportionnées ; il est essentiel de se rappeler qu’il tentera toujours de nous « coincer », de nous mettre en faute, pour nous prendre ce à quoi on tient plus qu’à notre vie ; nos enfants.
      Alors, si possible, ne communiquez que par mail, et s’il y a des échanges par téléphone, comme il peut vous enregistrer, souvenez-vous de ne pas réagir à ses provocations (vous pouvez aussi, s’il y a moyen, l’enregistrer).
      « Quand on sait mieux, on agit mieux » – alors, je vous mets un tas de liens dont je crois qu’ils pourraient vous aider à voir clair sur ce qu’il trame & ne pas tomber dans ses pièges ;
      – A part la psychanalyse (où la mère est toujours coupable & où le mauvais père n’existe tout simplement pas), une science complètement bidon fleurit parmi les acteurs sociaux ; la victimologie ; j’en parle ici : https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/17/pourquoi-on-delaisse-les-victimes/
      sans oublier l’aliénation parentale (https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/10/06/chasse-aux-sorcieres-moderne/) & la « communication non-violente » qui est en fait la + violente de toutes ! (v. : https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/01/11/pn-communication-non-violente/)
      aussi :
      https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/16/pn-la-societe-accable-les-victimes/
      https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/05/17/comment-la-societe-protege-les-pn/
      https://bonheuretamour.wordpress.com/2017/04/16/blamer-la-victime-la-re-traumatise/
      https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/16/pn-discussions-delirantes/
      https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/18/couple-en-crise-que-faire/
      https://bonheuretamour.wordpress.com/2012/05/12/la-soi-disant-co-dependance/
      https://bonheuretamour.wordpress.com/2017/04/17/lutte-pour-la-garde-des-enfants-avec-un-pn/
      https://bonheuretamour.wordpress.com/2015/06/07/victimes-acteurs-sociaux/
      & même peut-être ( ?) https://bonheuretamour.wordpress.com/2016/03/26/des-enfants-pn/

      De tout mon cœur, bonne chance,
      B&A

      J'aime

  2. Pingback: Société perverse | bonheuretamour

  3. Pingback: Société perverse | Bonheur et Amour

  4. Pingback: La « codépendance » des victimes de PN | Bonheur et Amour

  5. Pingback: La « codépendance  des victimes de PN | «bonheuretamour

  6. Pingback: La perversité est contagieuse ! | bonheuretamour

    • L’ennui, c’est que, dans cette société perverse, le blanc est noir et vice versa – en sorte que la victime n’est pas reconnue comme victime ! Elle est souvent vue comme étant l’agresseur ou, à tout le moins, comme idiote (or, la bêtise & la naïveté font rire) ou le plus souvent, comme quelqu’un ayant des troubles mentaux !

      J'aime

  7. Pingback: Viol émotionnel | bonheuretamour

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s