Citations d’Helen Keller

Par défaut

H. Keller

Helen Keller, c’est la fillette sourde, aveugle & muette dont l’histoire est racontée dans le film « Miracle en Alabama » et qui, éduquée par Anne Sullivan, est devenue une conférencière internationale et une source d’inspiration pour beaucoup.

Malgré ses handicaps (et une époque peu propice), elle a obtenu un bachelor en arts, écrit 12 livres & milité pour le droit des femmes & des ouvriers, puis pour les aveugles.

————————————-

– La Connaissance est amour et lumière et vision.

-Les gens n’aiment pas penser. Si l’on pense, il faut tirer des conclusions. Les conclusions ne sont pas toujours agréables.

-Je pense rarement à mes limites, et elles ne m’attristent pas.  Peut-être y a-t-il  juste une touche de nostalgie par moments, mais elle est vague, comme une brise parmi les fleurs.

– Le résultat le plus élevé de l’éducation est la tolérance.

– Marcher avec un ami dans le noir est mieux que de marcher seul dans la lumière.

– Nous ne pourrions jamais apprendre à être courageux et patient, s’il n’y avait que de la joie dans le monde.

– Aucun pessimiste n’a jamais découvert le secret des étoiles, ou navigué vers des terres encore vierges, ou ouvert une nouvelle porte pour l’esprit humain.

– Votre succès et bonheur se trouvent en vous.  Décidez de rester heureux, et votre joie et vous, formerez un abri invincible contre les difficultés.

-Les meilleures et les plus belles choses au monde ne peuvent pas être vues ou même touchées. Elles doivent être senties avec le coeur.

-Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre. Mais nous regardons souvent avec tellement de regret la porte fermée que nous ne voyons pas celle qui s’est ouverte pour nous.

-C’est à nous de prier non pour des tâches égales à nos pouvoirs, mais pour des pouvoirs égaux à nos tâches, pour pouvoir avancer avec un grand désir de frapper toujours à la porte de notre cœur tandis que nous voyageons vers notre objectif lointain.

-Au lieu de comparer notre sort à celui de ceux qui sont plus chanceux que nous, nous devons le comparer au sort de la grande majorité de nos semblables. Il apparaît alors que nous sommes parmi les privilégiés.

-Gardez votre visage tourné vers la lumière du soleil et vous ne pourrez pas voir une ombre.

– L’optimisme est la foi qui mène à la réussite. Rien ne peut être fait sans espoir et confiance.

– Le caractère ne peut se développer dans la facilité et la tranquillité. Ce n’est que par l’expérience de l’épreuve et de la souffrance que l’âme peut être renforcée, l’ambition inspiré, et le succès obtenu.

– Jusqu’à ce que la grande masse du peuple soit remplie du sentiment de responsabilité pour le bien-être de chacun, la justice sociale ne peut jamais être atteinte.

– Seul, nous pouvons faire si peu; ensemble, nous pouvons faire tellement !

-L’amour est comme une belle fleur que je ne peux pas toucher, mais dont le parfum fait néanmoins du jardin un lieu de délices.

-La seule chose pire que d’être aveugle est d’avoir la vue, mais pas de vision.

-Beaucoup de gens en savent si peu sur ce qui est au-delà de la courte portée de leur expérience. Ils regardent en eux-mêmes – et ne trouvent rien ! Par conséquent, ils concluent qu’il n’y a rien en dehors d’eux non plus.

-La sécurité est principalement une superstition. Elle n’existe pas dans la nature, et les enfants des hommes en totalité, ne la vivent pas non plus.  Éviter le danger n’est pas plus sûr à long terme que l’exposition pure et simple (au danger). La vie est soit une aventure audacieuse, soit rien du tout.

-Beaucoup De personnes ont une fausse idée de ce qui constitue le vrai bonheur. Il n’est pas atteint grâce à des satisfactions personnelles, mais par la fidélité à un objectif louable.

– La pitié de soi est notre pire ennemie et si nous lui cédons, nous ne pouvons jamais faire quoi que ce soit de sage dans ce monde.

-La vie est une succession de leçons qui doivent être vécues pour être comprises.

-Tout a ses merveilles, même l’obscurité et le silence, et j’apprends, quel que soit l’état où je peux être, à être satisfaite en cet état.

– Ne baissez jamais la tête. Tenez-la toujours bien haut. Regardez le monde droit dans les yeux.

-Comme l’aigle a été tué par la flèche « ailée » avec sa propre plume, la main du monde est blessée par sa propre compétence.

-L’université n’est pas l’endroit où aller pour les idées.

– La tolérance est le plus grand don de l’esprit; elle egige du cerveau le même effort que celui nécessaire à se tenir en équilibre sur un vélo.

-Le monde entier est plein de souffrance. Il est aussi plein de victoires.

-La vie est une affaire passionnante, et la plus passionnante quand elle est vécue pour les autres.

-Pendant qu’ils disaient entre eux : cela ne peut pas être fait, cela a été fait.

– La science a peut-être trouvé un remède pour la plupart des maux ; mais elle n’a pas trouvé de remède pour le pire de tous – l’apathie des êtres humains.

-On ne peut jamais consentir à ramper quand on ressent l’impulsion de s’élancer dans les nuages.

-Tout comme l’égoïsme et les récriminations pervertissent l’esprit, l’amour avec sa joie éclaire et aiguise la vision.

-Il n’y a pas de roi qui n’ait pas eu un esclave parmi ses ancêtres, et pas d’esclave qui n’a pas eu un roi parmi les siens.

-Peu importe combien un homme est terne, ou sage, ou mauvais, il sent que le bonheur est son droit incontestable.

– La foi est la force par laquelle un monde fracassé émergera dans la lumière.

-Personne n’a le droit de consommer du bonheur sans en produire.

-Nous pouvons atteindre tout ce que nous désirons, si nous nous y tenons assez longtemps.

-La merveilleuse richesse de l’expérience humaine perdrait quelque chose à récompenser la joie s’il n’y avait pas de limites à surmonter. L’heure du triomphe ne serait pas à moitié si merveilleuse s’il n’y avait pas de sombres vallées à traverser.

– Ce que je cherche n’est pas à l’extérieur, mais en moi.

-L’hérésie d’une ère devient l’orthodoxie de la prochaine.

-Le monde est mû non seulement par les puissantes poussées de ses héros, mais aussi par l’ensemble des petites poussées de chaque travailleur honnête.

-Il est difficile d’intéresser ceux qui ont tout à ceux qui n’ont rien.

– J’aspire à accomplir une grande et noble tâche, mais mon devoir majeur est d’accomplir de petites tâches comme si elles étaient grandes et nobles.

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s