Citations de Bruce Lee – 1ère partie

Par défaut

Bruce Lee

Dieu sait que je n’ai jamais aimé les philosophes ; leur jargon abscons, leurs écrits boursouflés & ennuyeux à périr, leur folie, leur masturbation mentale stérile, leurs idées détachées de toute réalite (c-à-d des mensonges !), leur mode de vie pourri & misérable, leur choix de la primauté du mental (aux dépens du corps ou de l’âme), leur impiété, leur orgueil insensé, leur inutilité – pis ; leur influence pernicieuse & destructrice sur la société… me dégoûtent profondément.

J’y fais pourtant une exception : Bruce Lee – à mon avis le plus grand de tous les philosophes (passés ou présents) car sa vie toute entière – de courage et de ténacité – témoignait de sa pensée et de ses écrits et elle fut féconde & inspirante. Quant à ses idées, elles sont véridiques, car elles prenaient leur source dans le corps & l’âme, et non pas dans cette part répugnante de l’Homme ; la pensée humaine, en sorte qu’elles étaient unifiantes (à tous niveaux) et inspirantes, et non pas stériles et dissolvantes de l’âme et des liens  humains (& divins).

Cet homme exceptionnel est hélas surtout connu pour ses talents physiques – et il y était expert – mais ils pâlissent devent ses talents mentaux & spirituels !

Bruce Lee a aidé – &, au-delà de la mort, continue d’aider – des millions de gens sur Terre – & c’est ce que, dans sa bonté, il désirait le plus. Mais n’est-ce d’ailleurs pas lui qui a dit : « La clé de l’immortalité est d’abord de vivre une vie qui vaille qu’on se souvienne d’elle » ?

Bien entendu, comme tout prophète et répandeur de Vérité, il fut ardemment combattu par les Gens du Mensonge, et finalement (car ces êtres impies veulent détruire le Bien & la Vérité où qu’ils les trouvent), abattu à 32 ans par ces êtres maléfiques.

C’est pour ça que je lui rends hommage et veux diffuser son message, en publiant 3 articles sur ses pensées si élevées & inspirantes.

————————————–

Vivre vraiment, c’est vivre pour les autres.

J’apprends à comprendre, plutôt qu’à immédiatement juger ou être jugé. Je ne peux pas suivre aveuglément la foule et accepter leur approche. Je ne me permettrai pas de céder à au jeu habituel de manipulation de « création de rôles ». Heureusement pour moi, ma connaissance de moi-même a transcendé cela et j’en suis venu à comprendre que la vie doit de préférence être vécue et non être conceptualisée. Je suis heureux parce que je croîs (grandis) chaque jour et que j’ignore honnêtement où est la limite. C’est certain, chaque jour, il peut y avoir une révélation ou une nouvelle découverte. Je chéris le souvenir des infortunes passées. Ca a ajouté quelque chose de plus à ma banque de fortitude.

Au diable les circonstances ; je crée les opportunités.

Soyez toujours vous-même, exprimez-vous, ayez foi en vous, n’allez pas chercher une personnalité à succès et la dupliquer.

N’utilisez que ce qui marche, et prenez-le n’importe où vous pouvez le trouver.

Si vous aimez la vie, ne gâchez pas votre temps, car le temps est de quoi la vie est faite.

Comme tu penses, ainsi tu deviens.

Si vous mettez toujours une limite à tout ce que vous faites, au plan physique ou autre. Ca se propagera dans votre travail et dans votre vie. Il n’y a pas de limites. Il n’y a que des plateaux, et vous ne devez pas rester là, vous devez aller au-delà.

Ne pas être tendu, mais prêt. Ne pas penser, mais ne pas rêver. Ne pas être défini, mais flexible. Libération de la pénible sensation d’emprisonnement. C’est être entièrement et tranquillement vivant, conscient et alerte, prêt à toute éventualité.
L’amour est comme une amitié qui a pris feu. Au début une flamme, très jolie, souvent chaude et virulente, mais qui n’est encore que lérère et vacillante. Lorsque l’amour grandit, nos cœurs maturent et notre amour devient comme des braises, brûlant de façon profonde et inextinguible.
Un homme sage peut en apprendre plus d’une question idiote qu’un imbécile ne peut apprendre d’une sage réponse.

Le savoir vous donnera du pouvoir, mais le caractère, du respect.

Ne priez pas pour une vie facile, priez pour (avoir) la force d’en supporter une difficile.

Les erreurs sont toujours pardonnables, si on a le courage de les admettre.
Si vous passez trop de temps à penser à une chose, vous ne finirez jamais. Faites au moins un mouvement clair quotidiennement vers votre but.
S’il y a un Dieu, il est au-dedans. Tu ne demandes pas à Dieu de te donner des choses, tu dépends de Dieu pour ton thème intérieur.
Un but ne est pas toujours destiné à être atteint, il ne sert souvent que comme quelque chose à viser.
Je ne crains pas l’homme qui a pratiqué 10 000 coups de pied une fois, mais je crains l’homme qui a pratiqué un coup 10 000 fois.

Remarquez que l’arbre le plus rigide est le plus aisément fendu, tandis que le bambou ou le saule survit en pliant avec le vent.
Videz votre tasse pour qu’elle puisse être remplie ; devenez vide pour gagner la totalité.

Depuis que j’étais enfant, j’ai eu ce besoin instinctif pour l’expansion et la croissance. Pour moi, la fonction et le devoir d’un être humain de qualité, est le développement sincère et honnête de son potentiel.
Ce n’est pas un accroissement quotidien mais une diminution quotidienne. Coupez les choses non-essentielles.

La connaissance de soi implique la relation. Se connaître, c’est s’étudier dans l’action avec une autre personne. La relation est un processus d’auto-évaluation et d’auto-révélation. La relation est le miroir dans lequel vous vous découvrez vous-même – être, c’est être relié.

Soyez comme l’eau qui trace sa voir à travers les fissures. Ne soyez pas assertif, mais adaptez-vous à l’objet, et vous trouverez un moyen de le contourner ou de le traverser. Si rien en vous ne reste rigide, les choses extérieures vont s’ouvrir.

Beaucoup de gens dévouent leur vie à réaliser un concept de comment ils devraient être, plutôt qu’à se réaliser eux-mêmes. La différence entre la réalisation du soi et la réalisation de l’image de soi, est très importante. La plupart des gens ne vivent que pour leur image.

Crâner est l’idée que l’idiot se fait de la gloire.
Pour moi, l’aspect extraordinaire des arts martiaux réside dans sa simplicité. La solution de facilité est aussi la bonne solution, et les arts martiaux n’ont rien du tout de spécial ; au plus on est proche de la vraie voie des arts martiaux, au moins il y a de gaspillage dans l’expression.

Publicités

"

  1. Pingback: Citations de Bruce Lee – 3ème partie | bonheuretamour

  2. Pingback: Citations de Bruce Lee – 2ème partie | bonheuretamour

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s