Illusions des victimes de PN

Par défaut

illusion

Dernièrement, une lectrice m’écrivait en disant que son PN semblait regretter ses actes. Je crois que nous sommes toutes passées par ce genre d’idée… qui en fait, est totalement fausse !

En bref ; non ; il n’a PAS de remords ! Cessons de nous leurrer !

Les victimes des pervers narcissiques, ayant un bon fond et étant positives, jugent les autres d’après elles-mêmes et, comme elles-mêmes sont pleines de remords après un acte égoïste ou blessant, supposent (à tort !) qu’il en va de même pour tout le monde – et entre autres, pour leur PN.

En outre, leur positivité fait qu’elles croient nécessaire de garder confiance en l’avenir, et d’être optimistes – elles veulent croire que les choses vont s’arranger, et qu’elles ont le pouvoir (avec leur amour) de guérir leur bourreau.

Admettre la dure vérité (c-à-d que leur partenaire est mauvais, qu’il crée des disputes exprès, qu’il jouit de leurs souffrances et que, loin de s’améliorer, il deviendra de plus en plus abusif) serait trop horrible à accepter !

Vous devez savoir ceci : on peut l’aimer très fort, le lui prouver à chaque instant, il ne COMPREND PAS DU TOUT CE SENTIMENT … C’est du chinois, pour lui.

C’est toujours un choc terrible (qui ne nous laisse pas intacte) quand on lit les descriptions des livres ou articles sur la perversion narcissique, que l’on jette un œil dans l’horreur de leur monde (de leur cerveau, de leur pensée malsaine et destructrice), que l’on doit reconnaître que le nôtre en fait partie, et que c’est CA qu’il est en train de nous faire, depuis des années !

Il faut savoir qu’il y a des degrés dans ce trouble, et ceux qui ne présentent que quelques traits narcissiques, peuvent changer. Ceux, par contre, qui ont le trouble à 100% (« trouble de la personnalité narcissique ») ne sont hélas pas modifiables.

Comme la vérité est (voir plus haut) trop atroce que pour être « digérée », les victimes se trompent ; par ex, elles confondent la honte avec la culpabilité ; c-à-d  qu’elles s’imaginent que leur PN regrette ses actes, qu’il est désolé, qu’il se sent coupable de ce qu’il leur a fait – alors qu’en vérité, il ne ressent qu’un genre de honte d’avoir échoué.

La critique, l’échec, le refus de leur obéir, fait subir aux pervers un blessure narcissique ; cela menace leur omnipotence, leur sens d’être unique et parfait … Ils sont en fait déçus de, et fâchés sur eux-mêmes, d’où cette réaction – allant jusqu’aux pensées suicidaires – qu’on peut prendre pour des remords.

Le PN se punit pour avoir échoué à être Dieu, et non pour nous avoir fait du mal ! Et s’il exhibe sa honte, c’est dans le seul but de se procurer ainsi un approvisionnement narcissique (à ce sujet, voir : http://www.bonheuretamour.com/pn-et-approvisionnement-narcissique/ ) – soit précisément ce qu’il lui faut pour réparer le petit accroc à son estime de soi ! Ce faisant, il copie et imite les émotions humaines, comme l’empathie, …

Bref, tout ce qu’il dit n’est, une fois de plus, qu’un stratagème manipulatif, non une confession ou une description réelle de sa dynamique interne. Il n’y a chez lui ni remords ni reconnaissance qu’il a blessé..

Le PN est au niveau du petit enfant, sauf que, contrairement à l’enfant, il sait distinguer le bien du mal et pourrait choisir de ne pas des satisfaire en faisant le mal.

Une technique ; le « reparentage », peut pousser le PN à devenir plus mature mais même si ça marche (ce qui est en fait « l’exception qui confirme la règle », tellement ces cas sont rares), le processus est très long et les progrès, très lents (plusieurs années ou dizaines d’années).

Il arrive qu’on survive à des calamités (une tornade, un glissement de terrain, ..) ou à l’attaque d’un prédateur (un lion, …) – mais faut-il pour autant rechercher ce genre d’expériences ou continuer à s’y exposer ?  Pour se donner les meilleures chances de survivre, il faut fuir les dangers.

Or, le PN est une menace directe pour notre vie. Nous devrions donc l’éviter ou partir, et non tenter de s’accoutumer au danger, le reformuler, l’assimiler, le moduler, le guérir, l’apprivoiser, ou  « contre-manipuler » (comme certains conseillent de le faire).

Le PN est toujours attiré par l’innocence car c’est ces êtres-là qu’il considère comme les inférieurs par excellence, et en plus des sources sûres d’approvisionnement narcissique.

Ces « inférieurs » sont souvent des êtres malmenés par la vie & avides d’affection ; attirés par sa fausse sensibilité, ils s’attachent à lui… Juste ce qu’il désirait !  Ils les rend aisément dépendants de lui (isolés, économiquement et émotionnellement liés à lui), ce qui lui permet de les maltraiter au maximum, sans crainte de conséquences, ni qu’ils le quittent (il s’est débrouillé pour qu’on ne puisse plus le quitter) !

Et voilà, c’est comme avoir du bétail dans un champs ; l’approvisionnement est là, à portée de main, inapte à se sauver, et il n’est pas besoin de chasser pour s’en procurer…

Il n’y a pas de narcissique guéri ; en matière de guérison, voici tout ce que l’on peut espérer : dans quelques rares cas, certains comportements agressifs peuvent être diminués, durant un court laps de temps.

Une guérison implique l’existence d’un sentiment de sécurité en la relation – or, le PN ne veut pas être soigné, il ne voit pas l’intérêt d’être aimé … Ca n’a donc aucun sens à ses yeux.

Ils sont parfaitement conscients de ce qu’ils font, mais ils s’en fichent.  Lorsqu’il leur arrive de torturer sadiquement leur victime, ils ne voient pas ceci comme un acte mauvais, mais juste comme quelque chose d’amusant…

De toute façon, ils estiment avoir droit à leur plaisir et leur satisfaction, lesquels consistent en la soumission et la vampirisation d’un autre être… On ne peut – pense le pervers – blesser un objet ou une machine et du reste, ses besoins justifient les moyens sadiques mis en œuvre pour obtenir ce qu’il veut.

Pour les PN en effet, les autres ne sont que des inférieurs, une extension d’eux-mêmes ; ce ne sont que des objets, des outils servant à lui fournir son approvisionnement & à obéir à ses moindres caprices.

Voici le partenaire avec qui vous vivez et tentez de former un couple, voici la genre de chose que vous essayez de modifier !

Il n’y a rien derrière la façade ; le PN n’est pas vraiment un être vivant ; il n’est qu’une coquille vide, inapte à ressentir ou même comprendre les sentiments humains…donc, vous. C’est comme si vous parliez une langue différente. Et, au niveau psychique, il n’est pas de votre espèce !

A bonne entendeuse…

Publicités

Une réponse "

  1. Pingback: Illusions des victimes de PN | Relationtoxiqueinfo

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s