Le Temple des Rêves

Par défaut

 

Il y avait une fois, il y a bien longtemps et dans un lointain pays, une femme sage et forte qui vivait seule dans la montagne avec un chat, dans une parfaite sérénité.

Chaque année, des gens venaient de loin pour la voir, et avaient nommé sa maison le Temple des Rêves.

Elle refusait tous les dons et ouvrait rarement sa porte, mais ils venaient quand même, car celui qui trouvait ce temple pouvait exprimer ses rêves les plus secrets. Les visiteurs les écrivaient et laissaient s’envoler le papier… Certains s’asseyaient et imaginaient qu’ils étaient réalisés. Ils faisaient alors résonner une petite cloche, ou sonnaient chez la dame … Qui n’ouvrait pas…

Mais un jour, un homme arriva. Ses vêtements étaient en lambeaux et ses chaussures, usées par tout le chemin qu’il avait parcouru.

Il frappa 3 coups à la porte, puis encore 3 coups, puis encore 3… Alors, la porte s’ouvrit et la femme apparut, qui lui demanda ce qu’il voulait.

L’homme était frappé d’étonnement à cette apparition et ne parvenait plus à expliquer son désir le plus cher.

Mais il se dit qu’il devait rassembler ses idées, car il avait la chance que la prêtresse lui parle.

Il regarda la vallée envahie de brume… Il avait beaucoup lu et étudié les enseignements de bien des gourous, en sorte qu’il savait que le désir est la racine de la souffrance et qu’il devait se satisfaire de ce qu’il avait déjà.

Il répondit donc ; “je ne sais pas ce que je veux.”

“Alors, c’est cela que vous obtiendrez” , dit-elle et elle commença à refermer sa porte.

“Attendez ! – dit l’homme – j’ai marché longtemps pour arriver ici et je ne partirai pas avant que vous m’ayez montré ce qu’il faut voir.”

La femme rouvrit la porte, le fit entrer et lui offrit une tasse de thé.  “Ils veulent tous quelque chose, mais ceci est nouveau“, fit-elle.

“En réalité, je veux quelque chose – dit l’homme – sinon, je ne serais pas venu ici. Mais j’ai appris à me satisfaire de ce que j’avais, et je ne sais pas quoi demander.”

“Vous savez beaucoup de bonnes choses – lui dit-elle – vous savez que la vie se débrouille pour vous donner ce qu’il y a de mieux, mais vous ignorez le plus important.”

“ J’aime mon job, j’aime mes amis. J’ai tout ce qu’un homme peut désirer, sauf…”

“… sauf tout ce que vous n’avez jamais osé demander, et c’est pourtant en cela que gît votre destin, votre vérité et votre bonheur. ”

“Oh…  En fait, depuis tout petit, j’ai toujours voulu écrire de grandes histoires, j’ai voulu changer ce que je voyais et sentais en mots, et les partager avec le monde. Je sais que cela ne me rendra pas heureux, mais …”

Elle leva la main.  “Stop. Vous ne savez pas ceci ; supposer que l’on peut être heureux si on n’exprime pas ce qu’on a à l’intérieur, est une folie.  Oubliez vos concepts et écoutez-moi. Beaucoup de gens viennent ici et, bien que je ne leur ouvre pas, chacun reçoit quelque chose. Chacun repart d’ici changé car il a osé demander.

Nous vivons dans un univers fascinant, plein de mystère et de délice.

Vous êtes venu pour demander ; faites-le. Comprenez que ce que désire votre moi le plus vrai, n’est pas seulement bon, mais c’est aussi notre droit de naissance. Vous n’êtes pas venu ici pour réfléchir à des concepts.  Cela ne fait que trop longtemps que vous faites ceci.

La plupart des gens qui viennent ici, demandent des choses qu’ils ne désirent pas vraiment. Or, la Vie ne nous offre que ce que l’on désire le plus, pas ce que notre esprit a été poussé et trompé à croire. Et beaucoup ont trop peur de demander ce que leur âme désire le plus profondément.

Ils se contentent d’une plus belle maison ou d’un meilleur job ou de mille autres souhaits en-dessous de leur insatiable vérité secrète.”

Elle sortit un rouleau de papier et un crayon de sa robe ; “ prenez ceci. Ecrivez tout ce que vous voulez voir arriver dans votre vie à partir d’aujourd’hui, sans rien oublier. Quand vous aurez fini, tenez la feuille dans les mains jusqu’à ce que vous puissiez vous voir dans l’image que vous avez créée. Au contraire des autres qui sont venus ici, ne jetez pas le papier dans le vent, mais ressentez bien tout et puis, sonnez la cloche.

Redescendez la montagne et lisez votre nouvelle histoire personnelle chaque jour. Car si vous faites ce que j’ai dit, Tout viendra à votre secours.”

Ayant dit, elle embrassa l’homme sur le front et le reconduisit dehors.  Alors, l’homme déroula le rouleau.. Sur le haut, quelque chose était écrit en rouge ; “ Tout ce que vous désirez vraiment est possible. Ecrivez…“

(conte de Jacob Nordby)

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s