le fakir & l’étudiant

Par défaut

13 - 1 (2)

Un fakir dansait dans un jardin de fleurs, il dansait avec les fleurs, avec les oiseaux… et voilà qu’un étudiant vint à lui et lui dit : « j’ai entendu dire que vous répétez sans cesse « amour, amour ». Mais qu’est-ce que l’amour ? »

Le fakir continua à danser, car quelle autre réponse auraît-il pu donner que la danse ?

L’amour, en effet, se déversait partout autour d’eux. Les arbres le comprenaient, le lac le comprenait, les nuages blancs flottant dans le ciel le comprenaient, mais l’écolier y était aveugle.

Le fakir continua donc à danser.  Alors, l’étudiant dit : « cessez de sauter de haut en bas ! Répondez à ma question. Ceci n’est pas une réponse, ce ne sont que des sauts ! Je vous demande ce qu’est l’amour.’”

Le fakir dit :  “je suis amour. Et si tu ne peux le voir dans ma danse, alors, tu ne le verras pas plus si je cesse de danser. Si tu ne le vois pas dans mon chant, alors, cela dépassera ton entendement lorsque je me tairai. Je t’ai déjà donné les réponses. »

L’étudiant se mit à rire et dit : « cette réponse est pour les idiots ! Je suis un connaisseur des écritures – et je veux la bonne réponse.  Je ne suis pas un villageois ignorant – je connais les Vedas, les Upanishads, j’ai lu la Gita. Donne-moi une réponse sensée.  Ou sinon, avoue que tu ne connais pas la réponse.”

Le fakir se mit à chanter et sa chanson disait : “j’ai entendu qu’un jour, quelque chose arriva – que les fleurs fleurissaient dans un jardin et que le jardinier dansait de joie devant la beauté de ces fleurs incomparables. L’orfèvre de la ville vint et dit :  » pourquoi es-tu ivre de joie ? Quel événement est-il arrivé ? Pourquoi danses-tu ainsi ?

Le jardinier répondit : « regarde ces fleurs ! »

L’orfèvre dit alors : « attends ! Je refuse de t’approuver sans d’abord les tester. » Il sortit de son sac une pierre de touche, qu’il employait pour éprouver l’or. Car il existe une pierre sur laquelle l’or peut être testé pour découvrir s’il est vrai ou faux.

Il frotta les fleurs sur sa pierre, mais on ne pouvait savoir quoi que ce soit ainsi – les fleurs furent écrasées et moururent.

Les fleurs doivent avoir ri, les arbres doivent avoir ri, les nuages dans le ciel doivent avoir ri. Et le jardinier riait aussi.

Le fakir rit et dit à l’étudiant :  » ce que tu me demandes est pareil : tu veux tester l’amour sur la pierre de touche de la logique. »

(Source: « Showering Without Clouds » – Osho)

=> Eeeh oui ; il existe une « logique des émotions » – et c’est même la seule logique, puisqu’il est prouvé que toute pensée, même la plus « rationnelle », prend sa source dans l’émotion. Gardez votre émerveillement !  Ressentir le monde – et s’en réjouir – est le seul moyen de le connaître ; de comprendre (d’une vraie compréhension, c-à-d ressentie dans notre corps !) qu’il se fonde dans l’Amour.

 

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s