Conte : « le lapin visite le palais du dragon »

Par défaut

scan0005Ce conte ancien, tiré du folklore coréen (et issu d’un conte indien illustrant les propos de prédicateurs bouddhistes), montre comment l’esprit vif peut nous tirer du danger. On pourrait le rebaptiser  » à malin, malin et demi  » !

Il était une fois, il y a bien longtemps, dans les profondeurs de la mer, un roi dragon qui – ça va de soi – vivait dans un palais.

Un jour, il attrapa une maladie étrange et dut s’aliter.  Il fut visité par les docteurs les plus renommés, qui essayèrent sur lui leurs meilleurs remèdes, mais en vain ; il restait malade…

Un vieux médecin, le plus réputé de tous, ausculta le roi et jugea qu’une seule chose pouvait le guérir : du foie de lapin.

Il fallut donc, comme il n’y a pas de lapins dans la mer, envoyer à terre un messager, chargé de ramener ce rongeur.

Le roi dragon choisit pour émissaire la tortue, et celle-ci partit, munie d’un dessin représentant un lapin pour pouvoir le reconnaître, car elle n’en avais jamais vu.  Une fois arrivée à pied sec, la tortue aperçut divers animaux, mais aucun ne correspondait au dessin.

Soudain, un petit animal s’approcha d’elle en sautant ; il avait, comme sur le dessin, de longues oreilles, une petite queue en touffe et de longues pattes arrière.

La tortue se présenta à lui et lui dit qu’elle venait de l’Océan. Et, comme le lapin lui demandait comment c’était, elle lui décrivit un pays de cocagne, jamais trop chaud ni trop froid, pourvu de sources d’eau fraîche, de fruits et plantes délicieux, et sans aucun loup, renard ou faucon.

Très intéressé, le lapin voulut y aller. Bien sûr, elle accepta de le guider jusque là.

Le lapin monta sur le dos de la tortue et, plein d’espoir, se laissa conduire jusqu’au palais du roi dragon. Mais là, il fallut déchanter : le roi lui dit qu’il n’était là que pour qu’on lui prenne son foie pour guérir, lui.

Comprenant qu’il avait été roulé, qu’il ne devait pas espérer de pitié chez un « grand » et qu’il devait penser vite pour sauver sa peau, le lapin imagina une échappatoire ; il se fit obséquieux : « Majesté – dit-il – si j’avais su que vous étiez malade, je serais venu vous voir moi-même… Hélas, ignorant votre état, j’ai laissé mon foie à terre ; je l’avais lavé et mis a sécher sur une grosse pierre plate, et quand Mr Tortue est venu me chercher, j’étais si pressé de découvrir votre beau palais, que j’ai oublié de le reprendre.  Cela m’indiffère que vous me tuiez maintenant, mais sans mon foie, je ne puis garantir que vous guérirez… Je vous propose que nous allions le chercher, et puis je vous l’apporte, d’accord ? »

« Oh je vois – dit le roi dragon – puisque c’est ainsi, retourne à terre, et ramène-moi ton foie au plus vite ! »

C’est justement là où le lapin voulait le conduire ! Tout le monde l’avait cru, en sorte que la tortue le ramena à terre pour chercher son foie.

Bien entendu, à peine eut-il touché le sol, qu’il détala de toute la vitesse de ses pattes, non sans se moquer de la tortue : « Stupide bête !

Comment quelqu’un pourrait-il aller où que ce soit sans son foie ? »… et il disparut.

La morale de ce conte est que, même soumis à des gens puissants, on peut les rouler si on a l’esprit fertile en astuces !

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s