Se libérer de la peur qui nous ronge

Par défaut

Teenage girl praying outdoors at twilight. Shallow DOF.Vivre dans le monde tel qu’il est actuellement, est stressant… On entre en conflit avec nos proches ou des étrangers, il faut se débattre avec nos finances ou l’on perd son travail, sans compter les craintes dues aux menaces de guerre ou de maladie, à la pollution ou au réchauffement climatique … Tout ceci nous frappe et nous plonge dans la détresse plus souvent qu’à notre tour … Ce mal-être émotionnel se traduit finalement par des maladies physiques. Subir la peur n’arrange rien, et aggrave même la situation… Bref, ce sentiment négatif est à éradiquer !

Si l’on « creuse » un peu, il n’y a que 2 grandes émotions : l’amour et la peur.  C’est en résistant à la peur qu’on se sent mal, et cette émotion fixe cette peur en nous.  Elle se manifestera ensuite sous forme d’anxiété ; gorge et estomac noués, battements de cœur, ..

Le schéma « fuir ou combattre », qui était efficace au temps des cavernes, s’est retourné contre nous ; en l’absence de prédateurs réels, il cause aujourd’hui des pensées anxieuses récurrentes et donc, un état d’alerte qui épuise nos surrénales et notre esprit.

Un docteur préconise la méthode suivante pour éliminer les peurs mentales ; selon lui, dès que l’on prend conscience d’une peur (mentale, irraisonnée) en soi, il suffit de fermer les yeux durant 20 à 150 secondes (2 minutes et demie) et la tension aura disparu (bien sûr, en cas de réel danger physique, il faut garder les yeux bien ouverts et laisser les rênes au corps, pour nous sauver).  J’ai essayé cette méthode et je dois dire que pour moi en tout cas, elle s’est révélée inefficace. …

Il existe heureusement d’autres méthodes plus performantes – par exemple, ces 3-ci :

1. « accueillir la peur » : nous avons tendance à résister à toute émotion pénible, mais ceci ne fait que renforcer la peur – qui au fond, est utile, puisqu’elle est un message. Simplement l’accepter – au lieu de chercher à la combattre – et même, lui ordonner de s’intensifier, la désarme et la détruit – au moins partiellement, et durant un certain temps.

2. « observer l’anxiété » : comme toute autre émotion, la peur est une énergie – ce qui fait que l’on peut se visualiser en train de la manipuler et de la contrôler… nos pensées n’ont qu’un niveau et pour cesser les pensées négatives, il ne faut surtout plus s’interdire de penser ce genre de choses – car quand on se dit de ne pas penser à une chose, on y pense. Il faut donc plutôt remplacer les pensées négatives par de nouvelles pensées positives.

On s’appuiera, pour y arriver, sur le fait que notre cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est réel et ce qui est imaginé.

Si par ex, on s’angoisse lorsque l’on rencontre quelqu’un ou à l’idée d’un événement futur (examen, grosse dépense prévue sans qu’on ait l’argent, proche gravement malade, …), il faut voir le présent, imaginer le moment redouté, puis, s’imaginer soi-même flottant au-dessus de cet événement (comme un observateur de la situation) ; de quoi à l’air votre peur, exactement ? Tout en le faisant, tournez-la en noir et blanc puis poussez-la loin de vous.  Ainsi, vous vous sortez de la situation et observez votre crainte, qui semble irréelle, lointaine, petite.

Créez alors la scène que vous voulez voir ; au lieu de voir la scène redoutée comme une scène future, avancez dans le temps et regardez-la comme passée de 15 minutes. Comment voulez-vous être ? (car il vaut mieux être que faire) – voyez-vous dire et faire les choses qui feront la différence (être ce genre de personne). Là, allez encore plus loin ; imaginez l’autre partie réagissant favorablement (dans le sens que vous désirez). A présent, l’anxiété doit avoir disparu, mais si elle est encore là, refaites le processus, plusieurs fois, de plus en plus vite.

L’esprit est comme un bol, et si vous souffrez d’anxiété, c’est un bol plein de crasses…mais si vous versez continuellement de l’eau pure (des pensées positives de louange, pouvoir, espoir, intégrité), à la fin, toute la crasse sera partie et il ne restera que de l’eau pure.

3. « se draper dans l’amour » : pour éliminer la peur qui nous envahit, nous devons décider de quitter ce lieu de peur et d’aller nous réfugier au lieu d’amour en nous ; en effet, l’amour et la peur ne peuvent exister ensemble au même endroit !

Pour parvenir à ce lieu d’amour en soi, il faut se concentrer sur la région du coeur et là, évoquer le visage de ceux que l’on aime (leur sourire, les moments de tendresse, …),  les moments heureux de notre enfance (avec un ami, ou un nounours bien aimé, …) et ensuite, évoquer la reconnaissance qu’on a envers l’univers, pour tout les bonnes émotions qu’il nous procure.

En exécutant ces exercices, l’on peut sentir en soi qu’une énergie se crée un peu au-dessus du coeur ; il faut alors visualiser cette énergie d’amour se répandre, monter à notre tête et descendre jusqu’à nos pieds, nous enveloppant entièrement d’amour…

Lorsque cette énergie positive atteint l’estomac ou le ventre (centre où niche la peur), celle-ci disparaît et est remplacée par le bien-être et le calme de l’amour.

Attention : comme toute chose, souvenez-vous qu’on ne devient pas expert du 1er coup ! Il faut pratiquer souvent, et, plus on pratique cet exercice, plus on y devient compétent ; plus on parvient à passer de la peur à l’amour.

L’idéal est de pratiquer dès le moment où l’on prend conscience du sentiment d’angoisse ; en réagissant immédiatement, dès que l’on ressent la peur, on évite ses effets pénibles.

Et si l’on arrive à augmenter la période durant laquelle on vit dans l’amour, l’on peut se pardonner (et aux autres, et à la vie) de ne pas être parfaits et s’accommoder d’un monde imparfait… De toute façon, il nous paraîtra bien plus beau qu’avant – et le sera, puisque notre matière vibrera sur une fréquence plus élevée, nous procurant automatiquement plus de joie, d’abondance et d’harmonie dans notre vie…

Autres conseils utiles :

Surtout, réalisez bien ce que vous pouvez maîtriser – en ce cas, faites ce qu’il faut – et ce sur quoi vous n’avez aucun pouvoir – en ce cas, résignez-vous-y. Faites en sorte que ce sur quoi vous n’avez pas de pouvoir, n’ait pas de pouvoir sur vous.

Pour éviter que ce voleur de vie ne fasse de vous sa proie, voici quelques conseils :

– menez une vie occupée: comme le voleur de vie profite d’un esprit vide et d’une vie terne, ayez toujours des pensées productives et des actions ciblées.

– ne faites pas une tempête dans un verre d’eau : ne faites pas des montagnes de vos petits soucis. Pour ceci, il faut élever votre esprit, en sorte que ce qui vous semblait une montagne ressemblera bientôt à une taupinière. Ne permettez pas à de petits détails de tuer vos rêves et de détruire votre joie de vivre.

contre le souci, faites jouer la règle des moyennes : demandez-vous quelles chances a ce que vous craignez d’arriver.

– acceptez l’inévitable : si vous vivez des circonstances que vous ne pouvez fuir ou modifier, dites-vous que le passé est passé, que vous ne pouvez rien y changer, et que donc, ça ne sert à rien de s’angoisser dessus ou ruminer sur ce que vous auriez dû faire. Dites-vous que vous avez autre chose à faire de votre vie que de vous lamenter sur le lait répandu, comme Perrette.

fixez une valeur (en €) à vos soucis, pour prendre du recul : décidez combien vaut telle ou telle anxiété, et refusez de payer cela. Par ex, si un collègue vous critique, demandez-vous si l’angoisse et la douleur que cela vous cause vaut de les payer 50€ et de les ôter de votre feuille de paie. Si vous jugez que oui, donnez 50 € à votre collègue ! Si vous le faites, soit, vous perdrez tous vos sous et finirez à la rue, ou vous surmonterez rapidement vos ruminations anxieuses.

cessez de réveiller les tigres du passé en train de dormir : si vous les dérangez, ils se réveillent et vous mordent. Comprenez une fois pour toute que jamais vous ne pourrez défaire ce qui a été fait – cf le dicton : « hier est de l’Histoire, demain est un mystère, on n’a que le cadeau du maintenant, et c’est pour cela qu’on l’appelle « le présent » !

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s