L’art de la conversation

Par défaut

Un jour, un étudiant américain s’est placé dans un parc, avec une table, 2 chaises, et un panneau avec la mention “conversations gratuites”. Il avait prévu aussi une liste de sujets de conversation (allant de la météo à l’histoire du monde ou aux « choses qu’on peut faire avec un œuf »). Dans les heures qui ont suivi, un tas de gens sont venus causer avec lui. Au départ, il étaient un peu méfiants, se demandant s’il n’y avait pas une arnaque mais, voyant que non, ils se sont laissés aller…

Il a recommencé l’expérience un peu partout et en a déduit que les gens ont soif d’interactions authentiques, c-à-d face à face et dénuées d’attentes cachées.

Jadis, la conversation était considérée comme un art… mais de nos jours, on communique surtout virtuellement, et non plus face à face. . Pourtant, le face-à-face permet de percevoir les petits détails ; langage du corps, expressions du visage, en sorte que, interprétant mieux le message de notre interlocuteur, on est plus empathique, et il est plus aisé de créer de l’amitié.

Pour pratiquer cet art de la conversation, il faut commencer simplement.

Aborder un inconnu est intimidant, mais il suffit de commencer par des généralités, comme le temps, les sports ou les stars du moment. Même de vieux amis commencent par des sujets « légers » quand ils se retrouvent.

Si, par exemple, vous vous trouvez à une soirée, restez près du buffet ; là, vous pouvez parler de la nourriture.. Causez de quelque chose que vous aimez et invitez l’autre à faire de même.

Si quelqu’un vous demande “ça va  ?”, évitez le “ça va !” en retour ; plutôt, donnez une réponse détaillée, comme « je vais super-bien ; je collectionne les insectes, et cette semaine, j’ai trouvé un scarabée doré de toute beauté – j’en cherchais un depuis 3 ans ! Et vous, êtes-vous aussi un collectionneur ? » ou demander comment il connaît l’organisateur de la soirée.

Vous pouvez aussi faire un compliment, à condition qu’il soit sincère – ex : “ quel beau manteau vous avez ! Est-il vintage ? “

D’abord, ayez, avant d’engager une discussion avec quelqu’un, l’intention d’être pleinement présent et ouvert.

Puis, posez des questions ouvertes, dont il faut développer la réponse- par ex, sur ce que la personne fait pendant son temps libre.  Si l’autre vous demande quelque chose, posez-lui cette même question ; en effet, il vous le demande à vous parce qu’il désire parler de lui et de ses accomplissements.

Mais attention aux faux-pas, qui interrompraient la discussion – par ex, regarder votre gsm. Si vous regardez l’écran, c’est comme dire : « taisez-vous ! ».

Evitez aussi les sujets “sensibles”, trop personnels, du genre : “êtes-vous marié ? », ainsi que la politique et la religion.

De même, vous risquez de choquer votre interlocuteur si vous émettez des critiques ou autres commentaires négatifs.

De même, en parlant de vos passions, si la vôtre est trop spécialisée, vous risquez d’ennuyer… du reste, vous devez sans cesse observer les réactions de l’autre personne, et y adapter votre discours ; si son visage montre que le sujet abordé ne l’intéresse pas, passez à un autre sujet.

Gare aussi au monologue ! Si, à un dîner, tout le monde a fini son assiette alors que la vôtre est encore pleine, c’est que vous parlez trop.

Vous pouvez parler à des inconnus, comme à des collègues ou des proches ; l’essentiel est de bien écouter, en suspendant son jugement ou son envie de briller en répondant, et en suspendant tout jugement.

Il n’arrive que trop fréquemment qu’on se laisse aller avec des proches, et qu’on ne prenne plus la peine de faire attention à ce qu’ils ont à dire ! Ne supposez pas que vous savez comment l’autre se sent ou ce qu’il va dire, mais montrez-vous intéressé et demandez-lui de vous en dire plus.

De même, on tend à répondre par mono-syllabes à nos proches, ce qui tue aussi la conversation ; pour la maintenir, il faut détailler, se révéler, …

Portez toujours attention aux gestes (mouvements ou posture) – certains indiquent que tout va bien (se pencher vers vous, vous regarder intensément) alors que d’autres indiquent un stress ou un manque d’intérêt (yeux détournés, se mordre les lèvres, …).

L’égalité est importante, donc, n’assumez pas une position supérieure, de donneur de leçons – ce qui dégoûte les autres. Au lieu de ça, écoutez sans intention cachée, ainsi, vous réagirez adéquatement à ce que l’autre dit.

Pour terminer une conversation, il faut déterminer quand notre but (à fixer dès le départ de la discussion) est atteint. Là, vous pouvez y mettre fin en douceur mais fermement.

Ou vous pouvez profiter de l’entrée dans votre “groupe” d’un nouvel arrivant, pour vous éclipser.

Pas la peine de vous excuser de partir : terminez sur une note positive.

Attention : votre sortie ne doit pourtant pas être furtive ; pour laisser à votre interlocuteur une bonne impression, offrez-lui un contact visuel et une poignée de main (ou bisou). Dites que vous êtes ravi d’avoir fait sa connaissance et remerciez-le de son intéressante conversation. Ainsi, les 2 parties se quittent contentes l’une de l’autre !

 

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s