Bébés & bambins : prévenir la noyade

Par défaut

La méthode Infant Swimming Resource – qui affiche un taux de réussite de 100% ! – sauve les bébés et bambins de la noyade, en leur apprenant à garder la tête hors de l’eau s’ils tombent accidentellement dans l’eau.
Mise au point aux Etats-Unis en 1966 par le docteur Harvey Barnett, la méthode est enseignée dans 11 autres pays, pour des enfants de 6 mois à 6 ans. Elle dure de 4 à 6 semaines et ne demande que quelques heures d’entraînement par jour, 5 jours par semaine.
Je ne sais pour quelle raison (mais qui doit sûrement être financière !), les organismes officiels (Croix Rouge, …) dénigrent la méthode, soulignant, que la priorité doit être donnée à la prévention ;
– qu’il faut toujours garder le bambin à l’œil,
– qu’il faut une barrière autout de la piscine (en sorte que l’enfant ne puisse y accéder),
– et que chaque adulte devrait suivre des cours de réanimation cardio-respiratoire.
Je trouve cette attitude et ces assertions répugnantes – car cela ne peut, en effet, que causer encore plus de morts de bébés et de bambins et de drames dans les familles !
Ailleurs, on lit que les spécialistes « craignent que cette formation ne pousse les parents à être moins vigilants lorsqu’ils sont près d’un point d’eau » …N’importe quoi ! Le 1er principe d’honnêteté en communication est pourtant : « pas de procès d’intention » !
Des mots comme « nous craignons que » génèrent de la peur chez les parents qui lisent cela, et permet de tout faire passer, même les pires idioties. Pourtant, ça ne repose sur rien de concret ! Quelle malhonnêteté est la leur !
Les parents tentent de prévenir les accidents mais, vu l’augmentation du nombre de piscines personnelles, et vu qu’on n’est pas des dieux infaillibles, les enfants continuent à échapper à notre vigilance … et à se noyer !
C’est même la 1ère cause de décès de jeunes enfants aux USA-Canada, et la 2ème cause de décès d’enfants en Europe (juste derrière les accidents de la route).
Les détracteurs de la méthode ISR disent que c’est brutal – « une méthode à la dure », titre le journal Le Parisien ! Je m’inscris en faux contre cette affirmation ; d’abord, pousser une centaine de fois des mioches dans l’eau n’est pas traumatisant pour eux, et ensuite, c’est quant même mille fois moins pénible que de se noyer !
Et moins dur à vivre pour les parents que le cauchemar de perdre leur bébé adoré !!! (je parle d’expérience, ayant perdu l’une de mes filles). De qui se moque-t-on ? ! Il est scandaleux de dénigrer – pour de bas mobiles d’argent – une méthode qui peut sauver des vies !
Ces gens prétendent que ce qu’on voit sur les films de présentation de la méthode – c-à-d des bébés qui, précipités dans l’eau, se retournent sur le dos et font la planche, puis appellent leurs parents – n’est pas nécessairement ce qu’un enfant fera en situation d’urgence… Effectivement, mais cette affirmation ne vaut justement que pour les bébés non-entraînés ! Quelle dégoûtante distorsion de la vérité !
La méthode ISR fut créée précisément pour remédier à cela, c-à-d pour entraîner les bébés et bambins à se tirer d’affaire s’ils tombent dans l’eau accidentellement.
En outre, ça leur est plus ou moins naturel : n’oublions pas que les bébés viennent d’un milieu aquatique et qu’il leur en reste forcément quelque chose ! Les videos montrent du reste bien que c’ EST leur réaction instinctive !
Ils apprennent « à la dure », « sans que personne ne vienne les secourir » dit ce journal …Bref, exactement comme ça se passe dans la vie réelle ! Et comme l’enfant peut alors rester flotter durant 10 minutes-un quart d’heure, et qu’en plus, une fois bien stable sur le dos, il pleure pour appeler à l’aide, ça donne aux parents le temps d’arriver et de (tout simplement) lui sauver la vie !
Quant au risque d’hypothermie, il est évident qu’il faut choisir une piscine où l’eau est assez chaude, et bien couvrir le petit dans les couloirs.
Il y aurait aussi des risques d’intoxication par l’eau avalée, d’infections gastro-intestinales ou de la peau.. Encore une distorsion de la vérité ; il n’y a là aucune différence avec un cours « normal » de natation.

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s