Arrêter le monde ?

Par défaut

Un inventeur génial du siècle passé, Nicola Tesla, avait imaginé et construit une tour qui distribuerait aux hommes de toute la terre de l’énergie gratuite et non polluante. Cette pensée était purement altruiste ; il ne pensait pas du tout à l’argent, mais seulement au futur et au bien des hommes.
Hélas, les financiers à qui il exposa son projet n’étaient, eux, intéressés QUE par le profit, en sorte qu’ils refusèrent de financer ce projet humanitaire, le privèrent de travail et détruisirent tous ses documents à sa mort.
Ils préféraient un monde pollué et en guerre, où certains mourraient de faim, mais où eux s’en mettaient plein les poches !
Ils ont favorisé les « ersatz « d’émotions positives – surtout la télé – qui est bien plus un outil de contrôle des masses que d’information !
Détruire la famille, ça « rapporte », alors qu’une famille heureuse, ne rapporte rien ! Une famille dysfonctionnelle génère des profits infinis : psys et thérapeutes divers, antidépresseurs, somnifères et autres psychotropes, médicaments (car un couple dysfonctionnel, ça stresse, donc, ça abaisse l’immunité), nuits d’hôpital (pour les maladies et accidents que causent le stress et le désespoir), cours de rattrapage pour enfants, professeurs particuliers, addictions diverses (drogues, shopping, alcool, tabac, sexe, travail, mondes virtuels, jeux d’argent, jeux en ligne,..), petites annonces, sites pour retrouver l’âme-sœur, boîtes de nuit, préservatifs, lingerie, parfums, maquillage, services d’ »escorts » et de prostitué(e)s, … La liste est sans fin !
Pendant ce temps, le « bétail » s’abrutit et ne songe guère à examiner comment on l’exploite !
Les humains déboussolés, dans leur quête du bonheur, se font souffrir exprès, pour oublier leur vie, retrouver les sensations qu’ils ont vécues enfant pour les guérir ..
Cette recherche du bonheur est un mobile puissant, dur à contrer ; voilà pourquoi les gens résistent quand on tente de les en sortir. Leurs mauvais choix les font souffrir, les poussant à tenter de trouver le sens de leurs souffrances, mais hélas, la vérité a beau être évidente, ils s’entêtent dans leurs choix stupides et continuent de s’inventer de fausses raisons – rejetant la vérité, se raccrochant à leurs croyances erronées au lieu de les remettre en question. En effet, ceci menace leur ego, puisque cela revient, dans leur tête, à remettre en question leur vie même .. Si la vérité ne leur convient guère, c’est parce qu’elle va à l’encontre de besoins très puissants !
Nous sommes pris dans une course folle qu’on n’est plus capables d’arrêter… qui n’est en fait que la course de la souris dans sa roue, car ça ne mène nulle part ! Comme dit ailleurs, il faut sortir de cette course insensée, prendre du recul, pour pouvoir, dans le calme, examiner notre vie… On se rendra compte alors que, si on accumule les biens matériels, c’est pour se « remplir » (ils remplacent l’amour que l’on ne reçoit pas) ou par peur de l’avenir…
Voici ce qu’en dit David Hicks :
« (…) tout ce qu’il y a, comme tout le reste, est un choix
Un choix entre la peur ou l’amour
C’est tout ce qu’il y a.
On peut choisir d’être effrayé
On peut choisir de haïr – c’est juste un choix !
Ou l’on peut choisir d’aimer…
(…) et si l’on veut changer le monde
Il faut commencer par soi-même
La peur, la colère, la haine, la condamnation,
Dicter aux autres comment ils doivent être
Voilà le monde que nous avons !
Voilà la prison – le paradis attend…
Il n’est qu’à la distance d’une pensée et d’une attitude
C’est tout ce qu’il y a … il ne faut qu’un choix. (…)”
Bien sûr, nos désirs REELS ne sont, eux, pas de simples caprices qu’on pourrait rejeter facilement ; ce sont des besoins, jaillissant des sources mêmes de notre être ; les éléments nutritifs dont notre âme a besoin pour s’épanouir.
Ce qui peut nous combler et nous rendre heureux(se), ce n’est bien sûr pas une nouvelle robe, ou paire de chaussures, ni même un nouveau PC, GSM ou voiture – mais toujours la même chose ; l’amour …
Il faut résister aux sirènes de la société de consommation, aux appels du « toujours plus » ou « toujours du neuf » – qui ne fait que nous ligoter et nous appauvrir sans nous rendre plus heureux, et à la place, choisir de nourrir enfin notre être intérieur…Mais comment ?
Le grand Eckart Tolle nous donne encore la solution : « La clé pour être en état de liaison permanente avec votre corps intérieur – le ressentir tout le temps. Ceci va rapidement approfondir et transformer votre vie. Au plus de conscience vous dirigez vers votre corps intérieur, plus votre fréquence vibratoire s’élève. »

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s