Poème de Hafiz

Par défaut

Je sais que la voix de la dépression t’appelle encore.
Je sais que ces habitudes qui peuvent ruiner ta vie,
t’envoient encore leurs invitations.
Mais tu es avec l’Ami maintenant
Et tu sembles tellement plus fort.
Tu peux rester ainsi et même fleurir !
Continue à presser des gouttes du Soleil
De tes prières et travail et musique
Et du beau rire de tes compagnons.
Continue à presser des gouttes du Soleil
Des mains et du regard sacrés de ton Bien-aimé
Et, mon cher,
Des moments les plus insignifiants
De ton propre corps sacré.
Apprends à reconnaître les fausses pièces
Qui ne peuvent t’acheter qu’un moment de plaisir,
Puis t’épuisent durant des jours
Comme un homme brisé
Marchant derrière un chameau qui pète.
Tu es avec l’Ami à présent.
Apprends lesquels de tes actes le ravissent
Lesquels de tes actes amènent la liberté
Et l’Amour.
A chaque fois que tu dis le nom sacré, cher pèlerin,
Mes oreilles voudraient que ma tête disparaisse
Pour qu’elles puissent enfin s’embrasser
Et applaudir toute ta sagesse nourrissante !
O continue de presser des gouttes du Soleil
De tes contemplations et travail et musique
Et du beau rire de tes compagnons
Et des mouvements les plus insignifiants
De ton propre corps sacré.
Maintenant, doux cœur, sois sage
Donne tous tes votes à la danse !

Publicités

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s