Sortez-vous avec un loser ?

Par défaut

D’abord, qui peut-on taxer de loser ? Eh bien, je dirais que le loser est  un homme instable, dérangé, manipulateur, contrôlant et abusif – bref, un homme qui VA VOUS  BLESSER et vous faire vivre en enfer !

Toutes les relations commencent dans la douceur, par une période de lune de miel, en sorte qu’on ne sait pas vraiment avec quel genre de personne on sort. Chacun avance masqué, essayant de collecter discrètement le plus possible d’infos sur l’autre.

Les relations d’amour peuvent être géniales… avec la bonne personne – mais avec un individu taré, on se prépare des années de mauvais traitements, de terreur, de stress – bref, de dégâts physiques et émotionnels – tant pour nous que pour ceux que l’on aime (enfants).

Bien sûr qu’on éviterait tout individu paraissant fou ou violent, mais ces malades-là sont des experts en déguisement ; ils dissimulent leur vraie personnalité… Chacun(e) risque donc un jour d’être un jour confronté à un être ayant un trouble de la personnalité (époux, parent, voisin, frère ou sœur, collègue,..) – mais ça implique quoi ? Et surtout, que faire pour vous en protéger ?

En couple, en effet, ces êtres se montrent contrôlants, manipulateurs et abusifs – ce qui détruit la relation, mais surtout nos finances, notre santé, notre réputation et notre confiance en nous.

Un individu ayant un trouble de la personnalité prend très vite les rênes – en sorte que votre vie tourne désormais entièrement autour de lui, de ses buts, besoins, caprices et exigences. Dans la vie, on se fait des tas de relations, avec nos parents, notre famille, nos voisins, collègues,…, toutes teintées d’affection, de respect, de franchise, de coopération et de buts communs.

Mais avec un de ces malades, même de brefs contacts sont problématiques – et c’est encore 1000 fois pire s’ils font partie de notre quotidien !  Car alors, ils contrôlent la relation, et sont prêts à toutes les violences pour avoir ce qu’ils veulent – très vite, la vie de leurs victimes devient un enfer.

Un trait typique est l’attachement express : le loser n’ayant que des émotions superficielles et des liens à autrui superficiels, il dit très rapidement « je t’aime », ou insiste pour emménager ou se marier après seulement quelques jours ou semaines. Il vous couvre de cadeaux, de promesses et d’attentions qui risquent de vous faire perdre la tête. Ils savent eux, que les promesses n’engagent que ceux qui les entendent  et, dénués de moralité (qu’ils voient comme encombrante et contraire à leurs projets !), ils ne se sentent nullement tenus de respecter leurs (nombreuses) promesses – car ils ont beaucoup de besoins, de désirs, de caprices !

Par conséquent,  ne jugez quelqu’un QUE sur ses actes, non ses paroles ou ses promesses !

Typique également chez ce genre de personnes, le gouffre entre les paroles et les actes ;  la parole, la conversation ou la promesse de quelqu’un d’honnête correspond presque à 100 % à ses actions – s’il vous emprunte de l’argent et promet de vous le rendre le mois d’après, il vous le rend le mois d’après, et sans que vous ayez à le demander. Ce genre de personne est honnête, fiable, digne de confiance … tout ce qu’il n’est pas   !

Lui, est malhonnête, irresponsable, non-fiable et indigne de confiance : il dit ou promet quelque chose, puis, ne le fait pas – et plus le gouffre est grand entre actes et paroles, plus il est malhonnête.

Si ça semble trop beau pour être vrai, eh bien, c’est que ça l’est L’ennui, c’est que souvent, vous êtes tellement submergée par son comportement constamment fou de vous et ses plans de mariage, que vous perdez de vue l’essentiel : ça n’a aucun sens ! 

Les gens normaux (même en cas de coup de foudre) ont besoin d’un processus lent et progressif dans une relation, parce qu’il y a beaucoup en jeu ; ils attendent d’avoir assez de temps et d’informations pour s’engager avec quelqu’un – pas 2 semaines ou un mois ! 

S’il est vrai qu’on peut tomber amoureux en un instant, on ne fait quand même pas de telles promesses et des plans pour l’avenir après 3 rendez-vous ! Cet enflammement rapide est toujours signe d’émotions superficielles – ce qui fera que, très vite , le loser se détachera de vous aussi facilement qu’il s’y est attaché – c’est réellement typique d’un loser de vouloir vous épouser ou emménager ensemble  très tôt dans la relation.

Ces malades développent des façons malsaines de se relier aux autres – et ça devient bientôt leur seule façon d’avoir des contacts avec autrui – il n’utilisent que l’intimidation, manipulation, malhonnêteté, menaces et rage, même si l’autre est super-aimant, gentil, généreux et compréhensif envers eux.

Ils ne peuvent éprouver de sentiments qu’extrêmement superficiels – ainsi, leur investissement émotionnel dans un couple ou une relation, est infime – c’est pour ça qu’ils s’en détachent si facilement. De toute façon, ils ne pourraient pas donner plus… Prendre, voilà tout ce que ces gens savent faire ! Tels des vampires, exsangues, morts à l’intérieur, ils se nourrissent du sang et de la vie d’êtres bien vivants et chaleureux !

Comportement variable :  Ces êtres sont très calculateurs et adorent manipuler les autres (pour se sentir supérieur, ou celui qui manipule et contrôle) – d’ailleurs tous leurs gestes, toutes leurs décisions se font d’après leurs petits plans (secrets !).

Si vous faites mine de vouloir rompre, il vous fait « la grande scène du 3 » ; pleurer, s’excuser, menacer de se tuer, promettre de changer, … Ils proposent alors des deals idiots, du genre «  essayons encore durant un mois ».

Si vous êtes partie, ils vous submergent de coups  de fil, ou appellent vos proches, pour qu’ils vous persuadent qu’il vous adore et de revenir avec lui… Les êtres ayant un trouble de la personnalité ne comprennent pas que c’est leur attitude qui détruit les relations – et vu leur esprit tordu, il est impossible de le leur faire comprendre.

Une de leurs tactiques favorites : le cycle « gentil/méchant » :  pour stopper un cheval emballé, on lui tire la tête alternativement à gauche et à droite – alors, il est confus et s’arrête.  Le loser fait de même ; parfois, il fait le gentil, puis – exprès (sisi ; exprès !)  – redevient mauvais et blessant (insultes, menaces,…) ou son truc favori : l’indifférence ; cette tactique affole les femmes, qui en deviennent alors plus contrôlables.

Le décalage constant entre ses paroles (enflammées) et ses actions (indifférentes ou cruelles) vous déstabilise – donc vous affaiblit – en vous plongeant dans la confusion – ce qui vous rend encore plus aisée à manipuler.

Parfois, il s’excuse – mais ça a encore diminué votre amour-propre ; son plan marche !

Souvenez-vous de ceci : si votre lévrier de course saute sa barrière et s’enfuit, et que vous le récupérez, par la suite, vous le garderez avec une barrière plus haute – en sorte qu’il ait plus dur à filer… Eh bien, votre loser fera de même avec vous !

Les losers antisociaux et narcissiques promettent à leur belle des croisières romantiques… qui n’arrivent jamais, ou trouvent une bonne raison pour qu’elle mette la maison ou la voiture à leur nom.

Un loser borderline, lui, a une histoire de relations intenses et instables, d’humeur en dents de scie, d’impulsivité, avec panique, peur de l’abandon, image de soi abîmée, actes impulsifs dangereux (promiscuité, abus d’alcool ou de drogues, tentatives de suicide, auto-mutilation, sensation de vide, colère intense inappropriée et accès de paranoïa).

Bien que certains aient un job stable (pas tous), ils dépensent souvent l’argent de façon irraisonnée, ce qui cause à leurs proches un stress supplémentaire.

On peut connaître quelqu’un en écoutant les histoires qu’il raconte sur lui-même ; ses intérêts dans la vie, comment il voit les autres et lui-même, et comment il s’y prend pour vous épater. Un chouette type dira des choses marrantes sur lui-même ; un loser, lui, n’aura à raconter que des histoires d’agression, de violence, de rejet ou d’insensibilité à autrui. S’ils parlent de leur ex, ils disent qu’elle les a mal traités malgré le fait qu’ils étaient des types super – ils se vantent même de leurs méfaits et sont fiers de leur mentalité « je ne supporte rien de personne ».

Des femmes calmes sont entraînées à hurler (je l’ai fait !) lorsqu’elles sont au bout de leur patience et ne sont plus capables de supporter le rabaissement systèmatique ou les provocations –  oh ! comme le loser se délecte alors de leur déchéance – oh ! comme une femme se méprise quand elle est tombée si bas ! surtout avec l’autre qui la regarde d’un air narquois et qui lui envoie le message « regarde-toi, comme tu es folle – et comme moi je suis calme et posé !

A ceci aussi, on reconnaît l’être dérangé mentalement; ne pouvant accepter de voir le mal en eux-mêmes (voir Scott Peck : « les gens du mensonge »), ils projettent leur folie sur vous !  Quand un être est en mode «auto-défense », il agit de façon étrange et inhabituelle : alors que la pauvre victime se juge folle…

Il faut se souvenir qu’il n’y a pas de comportement « normal » en situation de combat – soyez assurée que votre attitude redeviendra normale dès que vous aurez plaqué la « toxine » qui vous pourrit la vie !

Vous avez des doutes si votre homme en est un ou pas ? Faites le test :

(ce test n’a pas valeur scientifique : il ne sert qu’à accroître votre compréhension de la dynamique de votre relation et peut-être de choses dont il faut s’inquiéter).

Pour chacune des questions, vous avez le choix entre :- jamais ou quasiment jamais,- parfois, occasionnellement, –  assez souvent, et : – toujours ou en général.

•             mon partenaire m’a blessée physiquement exprès

•             il m’a dit je t’aime ou m’a confié son intention d’être ensemble à jamais après une semaine de connaissance

•             il “explose” ou se met vite en colère, ce qui le pousse à des actes dangereux : conduire trop vite, casser des objets ou menacer autrui

•             Il démolit ma confiance en moi, en me rabaissant et en corrigeant mes plus petites erreurs

•             Il a tenté de réduire ou de supprimer mes contacts avec ma famille ou mes ami(e)s

•             Il passe par des cycles où, parfois, il est gentil, parfois, il est méchant avec moi

•             Il m’accuse de sa colère et de ses abus envers moi, et n’assume pas la responsabilité de ses actes

•             Il panique devant tout indice pouvant faire croire que nous allons rompre

•             Il me décourage de poursuivre des buts et intérêts extérieurs, à moins qu’il ne puisse m’accompagner

•             Il contrôle mes activités, et veut savoir où je vais et avec qui je suis

•             Il m’insulte ou m’attaque verbalement en public

•             Il tente de me convaincre que je ne suis pas assez “bien” ou que j’ai de la chance d’avoir quelqu’un qui supporte quelqu’un comme moi

•             Il estime avoir le droit d’avoir tout ce qu’il veut

•             mes amis et ma famille m’ont dit qu’ils n’aimaient pas la façon dont mon partenaire me traite

•             il m’a raconté des actions passées qui étaient cruelles, agressives ou violentes

•             Il traite les subalternes féminins d’une façon dont je n’aimerais pas être traitée

•             Il a 2 réputations ; pour certains, c’est un type super, pour d’autres, il faut s’en méfier

•             Avec lui, je suis tendue, forcée de “marcher sur des oeufs”, de peur de faire ou de dire une chose qui déclenchera sa colère

•             Il considère les opinions ou les sentiments d’autrui de peu de valeur comparés aux siens

•             Avec lui, je me sens devenir folle, paranoïaque ou il me pousse à agir autrement que selon mon caractère normal, pour me défendre contre son comportement

ð  Si vous avez plus de 3 “souvent” ou “en général”, il faut sérieusement envisager de rompre…

Quitter un sale type

Beaucoup de femmes préfèrent encore subir une vie infernale avec un sale type qu’être seules.  Bien sûr que le type parfait n’existe pas, et que chacun a des défauts, mais quand faut-il le quitter ? C’est simple ; dès lors qu’il commet des « deal breakers » ; des actes brisant l’accord convenu par et pour le couple, dès lors qu’il blesse ou néglige ce que j’appelle « le golem» (= la relation) entre vous 2 (voir mon article « le 1er enfant d’un couple, c’est leur relation ! »).

Le « loser » est quelqu’un qui ne tient pas compte de vos besoins, se fiche de vos sentiments, est insensible à ce que vous lui dites : par ex, quand vous l’informez qu’une chose qu’il fait vous blesse, il minimise, « noie le poisson » ou vous insulte – alors que tout ce que vous essayez de faire, c’est de réparer la relation pour lui donner plus d’amour. Aussi, c’est quelqu’un qui vous fait porter toutes les responsabilités, ne tient pas ses engagements, …

Le problème, c’est que les femmes choisissent de « gommer » le mauvais et se rappeler des bons moments et donc, ne réalisent pas qu’il est impossible d’avoir une bonne relation avec un loser pareil.

Les femmes rationnalisent et minimisent ce qui leur arrive, mais si votre homme refait sans cesse les mêmes choses blessantes, qui, bien que vous le lui ayiez clairement dit, continue à le faire, et ne fais aucun effort pour améliorer les choses, c’est un sale type, à quitter au plus tôt.

Les femmes savent ce que c’est que l’amour, mais ignorent ce qu’est une bonne relation – alors, elles tentent de se changer elles-mêmes (car le loser a bien entendu jeté toute la culpabilité sur elles) au lieu d’ouvrir les yeux.

Les femmes ont peur de trop souffrir de la rupture et de ne pas s’en remettre, ou de ne plus jamais trouver personne – elles ne réalisent pas que se débarrasser d’un loser, c’est comme se débarrasser d’une mauvaise grippe : c’est un soulagement, et non une souffrance !

Publicités

"

  1. Bonjour et merci pour votre article. Je suis sidéré de voir à quel point il correspond à la personne avec qui je viens de passer un an et demi. Tout a commencé comme un comte de fée, j’ai essayé de partir plusieurs fois, À chaque fois il me rattrapeait avec des promesses. je suis malheureusement facilement dépendante affective et c’était de pire en pire il me mettait en insécurité permanente. Il a même été jusqu’à me demander en mariage l’annoncer à la famille à nos enfants pour finalement me jeter comme si je n’étais rien trois mois plus tard . Il m’a culpabilisé en me disant que c’était à cause de mes angoisses que ça avait abîmé ses sentiments, tout ça avec une froideur émotionnelle épouvantable. Avec lui les mots n’avait aucun sens aucune valeur. Il a réussi à remettre en question tout ce que je suis, je ne me comportait jamais assez bien, jamais comme il faut. Il vient de me jeter et je n’en reviens pas.

    J'aime

  2. Merci de votre article. je reconnais l’homme avec lequel j’ai une relation. Je ne sais plus quoi faire. Dès le début de notre relation, il y avait une autre femme. Il m’a dit plusieurs fois qu’il avait arrêté la relation, mais à chaque fois je découvre que ce n’est pas vrai. Je pensais qu’il l’avait quittée, mais je découvre maintenant qu’il y en a une autre. J’ai été malheureuse lors de mon premier mariage et je voudrais tellement que cela soit le grand amour. Que pouvez-vous me conseiller? Je suis angoissée et j’ai tendance à trop boire quand il me laisse seule.

    J'aime

    • Il faut cesser ; 1) de vous faire du mal, 2) d’espérer – osez voir les choses en face, plutôt !
      Oui, être heureux exige une grosse dose de courage et aussi d’amour de soi.
      Pour cette chimère d’amour, vous vous laissez maltraiter – à vous de voir si vous méritez ça ou si vous méritez mieux – mais soyons réalistes ; les hommes cesseront de courir après les femmes quand les renards cesseront de courir après les poules !
      Il y a peu à choisir parmi des pommes pourries, en fait – voir l’étude prouvant que 75% des hommes sont des connards, & les autres sont mariés ou gay –
      http://societe.aufeminin.com/forum/75-des-hommes-sont-des-connards-selon-une-etude-fd1746383
      voici la conclusion de cet article : La dure réalité pour les femmes qui recherchent l’amour aujourd’hui est qu’elles ont toutes les chances de tomber sur un connard. Le meilleur conseil que je puisse leur donner, c’est de choisir la catégorie de connard qu’elle supporteront le mieux et… de prendre sur elles concluait le Pr. Bruandet.
      Moi, j’étais arrivée à cette conclusion depuis longtemps & comme je déteste les emmerdements & que j’estime mériter une vie sereine, j’avais renoncé aux hommes – selon cette analogie : j’adore la crème caramel mais, si à chaque fois que j’en mange une, j’avais mal au ventre pendant une semaine, j’y renoncerais, car le plaisir que ça procure est bref, & la souffrance, bien plus longue & forte. Idem avec les hommes ; le plaisir qu’ils procurent n’est, & de loin, pas aussi fort & durable que les souffrances qu’ils causent – donc, l' »amour » n’en vaut pas la peine.
      Notre plus fort amour doit être pour NOUS, pas pour quelqu’un d’autre ! Et tant que vous ne saurez pas ça, vous continuerez à vous faire souffrir.
      SVP, lisez mon article du 11/10/2013 ; « Pourquoi le monde va mal & nous aussi ? »

      J'aime

  3. Le terme exact en psychothérapie pour qualifier ces individus c’est « Pervers narcissique ». Ces êtres sont un véritable casse-tête pour les professionnels de la santé mental. Il n’existe pas à ce jour de thérapie pour les soigner. Ils ne sont pas capables de se remetre en question et c’est la base même d’une thérapie. Et même s’ils acceptent une thérapie,ils vont essayer de manipuler le thérapeute,ou mettre la faute sur le thérapeute qui est de toute manière incompétent selon lui! Ou bien c’est une technique pour faire espérer à sa victime qu’il va changer, mais souvent c’est pour mieux la garder dans ses filets et continuer à la manipuler et à l’agresser. Le pervers narcissique n’a pas d’empathie, et il ne prends son pied qu’en faisant souffrir sa ou ses victimes. Sa victime a le profil d’une personne aimante,qui a beaucoup de ressources emotionnelles et humaines, qui essaie de bien faire. Le pervers lui est là pour pomper les ressources de sa victime et il ira toujours de plus en plus loin. Ils faut les fuir comme la peste, et couper les ponts avec eux de manière total et brutal. Il ne faut plus répondre ni aux appels,ni aux mails… Quand il verra qu’il n’a plus d’emprise sur vous et bien il s’en ira chercher une autre victime ou choisira parmi sa réserve de victimes. Le pervers narcissique termine sa vie siuvent seul,car personne se sera assez bien pour lui. Vous pouvez retourner le problème dans tous les sens mais la seule solution,c’est de le quitter et de ne plus être en contact avec lui. A faire le test de Isabelle Nazar Agare , psy et spécialiste de la question : 30 critères de la perversion narcissique. Sur les 30 il faut au moins 14 affirmations vraies pour qualifier la perversion narcissique.

    J'aime

  4. sortez vous avec un Loser ? C est une bonne question et super article mais pas si facile d avoir la réponse car même si votre article sonne juste , ce ne sont pas TOUS les hommes qui ont une ou plusieurs de ces caractéristiques qui sont des losers, non ? bon déjà si je me pose la question c est surement déjà un signe :))
    maintenant oui « le mien  » me fait un peu peur a la vue de ce que je peux lire ici et là . il a quitté son ex pour moi ( un an de relation ) , mais elle lui en veut a mourir tout comme toutes ses ex .. il s en fiche, ne lui répond même plus au téléphone pour qu elle récupère ses affaires . c est vrai ca a été vite entre nous, en deux semaines il me dit je t aime, veut m inviter en vacances cet été et veut venir a la rentrée vivre dans ma ville. ca me fait un peu peur cette emballement, j ai peur que ca redescente aussi vite 😦
    il fait pas mal de promesses, je te rappelle ( il rap pas ) , je vais venir vendredi ( arrive le samedi), je vais venir avec les courses ( pas de courses ), je vais faire a diner ( pas de diner), je vais t acheter un cadeau pour ton anniversaire ( pas de cadeau ) , etc ce sont des détails petits mais ca me fait peur même si je sais qu il est très amoureux de moi !

    J'aime

    • Euuuh… si ! S’ils présentent plusieurs des caractéristiques, il faut en tout cas surveiller notre ressenti – et l’incohérence (la non-fiabilité), surtout, est un énorme signal d’alarme !
      C’est vrai que les feux de paille sont généralement de peu de durée – TOUS les hommes tendent à vouloir accélérer les choses (même s’ils ne l’expriment pas toujours) et (pour le bien de la relation) c’est à la femme de « freiner leur enthousiasme » (par ex, en ne couchant pas tout de suite => voir : http://www.bonheuretamour.com/2014/10/14/retardez-le-moment-de-faire-lamour/ ).
      Il a quitté son ex pour vous ? VOUS ETES LA SUIVANTE ! La même mésaventure vous pend au nez …Son ex (pis que ça : TOUTES ses ex) sont en rage après lui ? Ce sera bientôt vous qui le serez !
      Une fois de plus, la femme ne vaut (aux yeux de la plupart des hommes) que par sa plastique, et ..on ne rajeunit pas… En outre, chaque relation érode notre coeur & nous blase.. Il vaut mieux en avoir le moins possible, donc…
      Il FAUT donc un partenaire FIABLE ; c’est ça qui donne le sentiment de sécurité, et donc le bonheur (par la sérénité) – dans le cas inverse, on devra subir d’innombrables moments d’angoisse & de frustration (je rappelle que l’incertitude est la pire des tortures !) qui abîmeront de plus en plus notre santé physique & mentale … Jusqu’à ce qu’on ait un accident, ou qu’une dépression (avec risque de suicide) ou une maladie grave (cancer) se déclare …
      Vous « savez qu’il est très amoureux de vous » ? Je dirais plutôt que vous savez qu’il SEMBLE très amoureux de vous…(et oui, je sais ; c’est TRES, TRES agréable). Mais en fait, « il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour » – Alors, quand votre bien-aimé fait des promesses en l’air (promettant d’appeler sans le faire, …), vous appelez ça une preuve d’amour ? Pas moi, en tout cas !
      Les belles paroles, c’est bien beau, mais IL N’Y A QUE LES ACTES QUI COMPTENT ! C’est ainsi, & non autrement, qu’un gars vous montre s’il vous aime ou pas ! Enfin quoi ; vous feriez ça à quelqu’un que vous aimez, vous ? Non, n’est-ce pas ?
      Alors, à vous de voir si c’est ça que vous voulez …

      J'aime

    • Vous êtes Top 🙂 si je vous avais eu comme amie ou confidente je pense que j aurais évité pas mal de losers dans le passé :)) et oui ce que vous dites est juste , il y a des signes d’incohérence et de non fiabilité et c est bien pour cela que je retrouve a taper sur internet des mots comme instabilité , loser, incohérence, inconstance, etc… (!) Et ses histoires passées me font peur , car NON je n ai pas envie d’être la suivante, elles ont toutes un point communs, elles ont souffert TOUTES, les ruptures ont été dures et elles lui en veulent toutes a un point pas possible ..oui vous avez raison, il SEMBLE amoureux mais il me donne le « beau  » rôle puisqu’ il a dit a tous ses amis qu’ il avait rencontré la femme de sa vie, qu’ il avait eu un coups de foudre, plaqué son ex que tout le monde connaissait et aimait pour moi . Et chose nouvelle pour lui il s affiche avec moi sur les réseaux sociaux ce qu il n a pas fait avec les dernières… J ai donc envie d y croire et de croire que ce sont des preuves d amour, et cela même si il a plusieurs des caractéristiques du losers, en tout cas ils les a eu avec ses ex.. …suis je naive d y croire ? les histoires d amours ne sont elles pas différentes ? Mais malheureusement je vais garder quand même au coin de ma tête ces petits signes qui me font peur, j ai peur de tomber de très haut ….

      J'aime

      • Merci 😉
        Le garder tant qu’il ne fait rien de mal, tout en restant rester vigilante, semble effectivement une bonne chose… sauf que promettre ( = faire espérer quelque chose) et ne pas tenir, c’est déjà faire du mal…
        Attention aussi à ceci : mon « cancrelat » n’avait encore rien fait de vraiment mal, mais il avait dû faire quelque chose quand même (sans que je m’en aperçoive) car je remarquais que je n’étais plus aussi sûre de moi après un mois et demi de relation avec lui, qu’au début.. J’en ai conclu que j’ai bien fait de le plaquer, car si j’avais attendu plus longtemps, je n’aurais sans doute plus eu assez d’estime de moi pour juger que je valais mieux que ça, et le faire. Je vous conseille donc de surveiller aussi ce facteur-là pour vous faire une idée de ce qui se passe dans cette relation…

        J'aime

  5. Super article, je retrouve. Un grand merci à l’auteur. Moi je me suis rendue compte que c’était un looser seulement après une longue année de mauvaise santé et de manque d’argent permanents. Je me disais : non, ce n’est pas normal ça, ce n’est pas le moi que j’ai l’habitude de connaître. En réalité, cette personne menait une vie sexuellement très actif ailleurs alors qu’il me touchait à peine, passait ses journées à regarder des séries télé en ne faisant absolument rien pour son chômage, s’apitoyait continuellement sur un passé difficile et une vie présente ponctuée de drames permanents (sa mère décédée, sa soeur cardiaque qu’il faut ménager, son frère atteint d’une pathologie médullaire, son père qui fréquente une fille mineur, sa soeur qui est une peste, etc.) et me racontait des tas d’histoires à dormir debout pour me vanter des exploits fictifs. Petit détail qui me vient l’esprit : pendant notre relation, il me « harcelait » de coups de téléphone et de bips presque toutes les 1 heures pour savoir où j’étais et ce que je faisais. En fait, c’était pour mieux me contrôler. Tout ça pour dire qu’il a finalement contaminé mon monde avec son énergie négative et cela n’allait plus très bien pour moi. Décision : rupture sans appel de ma part, malgré « la grande scène du 3 ». Quand mes yeux se sont enfin ouverts, je me suis rendue compte qu’il était réellement moche physiquement, un vrai caméléon dans ses paroles et ses actes, obtus intellectuellement, avec un sens de la morale diamétralement opposé du mien, très peu apprécié par mon entourage et avec aucun avenir peu promettant. Bref, bon débarras et j’ai bien retenu la leçon pour l’avenir

    J'aime

    • C’est super d’avoir ouvert les yeux et vu que vous méritiez mieux qu’un loser pareil ! Vous avez pris la bonne décision et c’est bien aussi d’en avoir tiré la leçon. « Bon débarras » est le mot ! Qui a besoin d’un tel être ? Immoral, profiteur, sale caractère, psychorigide, méprisant, cruel, et sans cœur ni morale ..
      En vous lisant, je déduis que vous aimez le sexe 😉 Le comportement décrit est typique du PN (pervers narcissique) ; il DOIT vous garder toujours en état de frustration, car la frustration est à la fois douleur et colère – or, tel un vampire, il se nourrit de nos émotions.. (le mien faisait pareil )
      Pour le reste, comme tous les losers, ils aiment le drame … Nous, on veut le calme et l’harmonie, mais avec ces malades, c’est tout simplement IMPOSSIBLE A OBTENIR !
      Encore un trait typiquement PN ; nous, on évolue, alors qu’eux, « plus ça change, plus c’est la même chose » … En effet, la vie est mouvement, et eux ne changent jamais (bien la preuve qu’ils sont morts !)
      C’est bien de s’informer parce que savoir, c’est pouvoir. On devient leur cible parce qu’on est riches de vie, et on devient leur proie parce que (dans notre bonté et naïveté), on ne peut imaginer qu’un être humain puisse faire le mal exprès et en jouir, et on reste parce qu’on est dans le brouillard (ils sèment exprès la confusion !). J’ai perdu des années à me demander s’il le faisait exprès ou s’il était dingue (s’il ne VOULAIT pas ou ne POUVAIT pas se comporter convenablement avec moi et mes enfants) – tout ça, c’est du temps perdu… Il faut cesser de se ronger à réfléchir, et s’informer le plus possible sur eux.. Plus on en sait sur les PN, mieux on reconquiert notre pouvoir…
      Pour l’avenir, il ne faut que suivre cette règle : si, dans une relation, vous n’êtes pas 100% heureuse, minimum 50% du temps, vous vous faites du mal…
      Je vous dirais bien « bonne chance », mais vous n’en avez pas besoin car vous êtes maligne, vous vous aimez, vous vous respectez et en plus, vous avez le soutien de votre famille … Donc, je vous fais confiance ; vous ne vous laisserez plus bloquer durant 3 ans dans une relation à sens unique (où vous êtes seule à donner)….

      J'aime

  6. Bravo ! C’est exactement le portrait et de tout ce que m’a fait vivre mon ex en 6 ans de vie commune. Mot pour mot, tout ici correspond. Nous avons vécu un coup de foudre mémorable. Il a voulu venir vivre chez moi au bout de 2 mois (et je n’étais pas d’accord). J’ai finalement accepté par peur de le perdre (pauvre conne !)… Au bout d’un an, il me promettait le mariage… Jamais réalisé. Il m’a quittée je ne sais plus combien de fois. Je suis rentrée en dépression nerveuse très grave pendant 3 ans et demi et là… Est-ce un conte de Noël ? C’est fini, mais cette fois, de mon côté : plus aucune envie d’établir le moindre contact avec lui… Aucune jalousie quant à la possible femme qu’il aurait rencontrée… Rien. Je me fous totalement de lui… C’est tout à fait récent… Ca s’est fait comme par magie… Oui, c’est un malade. Merci pour ce magnifique article !

    J'aime

    • Merci 😉 J’ai beaucoup d’expérience en « dingos narcissiques » : d’abord avec mon mari (pendant + de 25 ans) & puis, l’an passé – mais là, ça n’a duré 50 jours avant que je pige dans quoi j’avais mis les pieds, et que je plaque le « cancrelat » 😉 !
      Pour celui-ci, à part le fait qu’il me flattait exagérément et se faisait passer pour une pauvre victime (typique !), ce qui m’a alertée, c’est qu’un jour, il m’a dit quelque chose qui, croyait-il, me plairait, mais qui en fait ne me correspondait pas du tout – et quand il a vu ma réaction, il a vite fait marche arrière et changé complètement sa phrase – exactement comme un caméléon s’adaptant à la « couleur » du décor.
      Et je vous confirme ; oui, les pervers disent TOUS les mêmes choses et emploient les mêmes tactiques ; on diriait qu’ils ont appris par cœur le manuel du parfait petit vampire … Et pourtant, non ; c’est inné, programmé, comme des genres de « robots du mal » !
      Et le pis, c’est qu’on est seule dans cette épreuve : les autres ne comprennent pas du tout ce qu’on vit – car le pervers a l’art de plaire ; il dit à chacun ce qu’il veut entendre et flatte les gens « dans le sens du poil »- en sorte que tout le monde les trouve hyper-sympathiques – et que c’est nous qui avons l’air d’être la garce – eux, ils apparaissent comme des petits saints (les gens ne voient que les apparences, et n’imaginent pas se qui se passe derrière les portes fermées ! ).
      Attention : si je m’en suis sortie, c’est parce que j’ai vécu aux USA, et trouvé ce livre merveilleux : « the verbally abusive relationship » (de P. Evans). En Europe, où c’est encore le moyen-âge – les livres sur le harcèlement (ou la violence morale) jettent TOUJOURS la faute sur la victime (= la femme – éternelle coupable, une fois de plus !) – (cf « les femmes qui aiment trop » & autres âneries) – ne les lisez pas, et si quelqu’un ose vous faire la morale sur ce qui vous est arrivé, envoyez-le se faire voir !
      On n’a ici pas encore pigé cette simple chose : ce n’est pas vous qui êtes le problème ; c’est le problème qui est le problème ! Ni que si on est restée, ce n’est pas parce qu’on aime souffrir, mais parce que pour partir, il faut estimer qu’on vaut mieux que ça… Or, le loser a eu bien soin de démolir notre estime de nous… C’est comme un oiseau à qui on aurait coupé les ailes ; comment pourrait-il alors s’envoler ? !
      Pour savoir quoi en dire , je vous conseille de lire « l’histoire du chat sauvage » – qui est tirée du livre : https://bonheuretamour.wordpress.com/2013/01/01/lhistoire-du-chat-sauvage/
      Ne le laissez pas gagner en restant bloquée sur cet épisode. La meilleure revanche, c’est de réussir et d’être heureuse … ce que je vous souhaite de tout mon cœur 😉

      J'aime

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s