Comment veux-je vivre ?

Par défaut

Pour trouver la réponse, voici un conte (de J.-M. Guyau)  qui donne à penser : « la bobine merveilleuse » …

Un petit prince fut un jour réprimandé sévèrement, par son précepteur. Le soir, il songeait, tristement qu’on est bien malheureux d’être enfant parce qu’il faut obéir. Il aurait voulu être déjà un homme. Tout en pleurant, l’enfant s’endormit.

Le lendemain en s’éveillant, il vit à côté de lui une jolie bobine de soie qui brillait aux rayons naissants de l’aurore. Surpris, il allait la saisir, quand de la bobine, une toute petite voix s’échappa et murmura les paroles suivantes :

« Prends garde, enfant, prends garde ! Le fil merveilleux qui s’enroule autour de moi représente toute la suite de tes jours. Vois-tu, à mesure que les instants s’écoulent, ce fil se déroule et se dévide. Hier, tu souhaitais pouvoir à ton gré hâter ta vie. Je t’en donne le pouvoir. Mais rappelle-toi que ta main, qui peut dévider ce fil tout entier en un instant, ne pourra en pelotonner de nouveau un seul brin.»

Le petit prince regarda la bobine sans oser y toucher. Puis il s’enhardit et il tira un petit bout de fil, seulement de manière à passer un jour et il se revit près de s’endormir dans le lit où il venait de s’éveiller :

«Un jour, pensa-t-il, ce n’est pas assez, je veux grandir et être homme ! »

Saisissant la bobine, il se mit à tirer le fil et il se vit devenu homme, avec de la barbe au menton. Il était roi ; des conseillers et des courtisans l’entouraient et lui parlaient des affaires de l’Etat.

Ce fut d’abord une grande joie pour lui. Puis il voulut être marié, avoir des enfants… et déjà il se voit père de famille. Enfin, impatient de voir ses enfants grandir, de nouveau il tire le fil de la bobine et ses années passent emportées dans un tourbillon. Après chaque désir rassasié, il en voyait renaître un autre, plus ardent, et de nouveau la bobine tournait entre ses doigts et de nouveau le fil se dévidait.

Or, il arriva qu’un jour, derrière le fil de soie, le bois doré de la bobine se montra tout à coup. Le roi en fut surpris et effrayé ; il osait à peine regarder le fil qui se déroulait tout seul, lentement. Que n’eût-il pas donné pour pouvoir pelotonner de nouveau un brin de fil sur la bobine qu’il regardait avec tristesse !

La petite voix se fit encore entendre :

«ô prince ! les jours passés ne reviennent point. Tu as dépensé ta vie follement ! Elle te paraît vide : c’est que tu ne l’as point remplie de bonnes actions ; elle te paraît malheureuse : c’est que tu n’as point su l’employer utilement. Ton impatience, au fond, c’était de la paresse, c’est pour échapper à la tâche journalière que tu as voulu vivre vite.

Va, si tu n’es pas heureux, c’est que tu ne l’as pas mérité.»

J’espère que ce petit conte vous a plu, et aussi qu’il vous poussera à réfléchir à votre vie,  età ce que vous devez à vous-même et aux autres …

Publicités

Une réponse "

L'article vous a plu... ou pas ? Laissez-moi un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s