Se sortir de sa situation actuelle

Par défaut
Butterfly flying free from cupped hands

 (Photo credit: Beverly & Pack)

 

 

Les gens ordinaires songent à passer leur temps. Les battants pensent à l’utiliser.

Beaucoup de gens veulent réussir, mais bien peu prennent la peine de réfléchir à ce que le mot succès signifie pour eux ou d’apprendre les outils qui les y mèneraient.

 

 

 

Pour réussir sa vie (et éventuellement, dans la vie), il faut que vos buts professionnels soient composés de vos passions personnelles.  C’est bien beau, mais encore faut-il en avoir, des passions ! La plupart des gens ont été tellement laminés par la vie qu’ils sont devenus comme des légumes …

 

On entend toujours : ne venez pas vous plaindre ou accuser autrui, puisque votre situation actuelle n’est que le résultat de vos choix.

 

C’est vrai, mais on oublie ce petit « détail », qui change tout : vous n’êtes responsables ni de vos gènes ni de votre éducation familiale, c’est-à-dire les 2 facteurs qui, combinés, vous donnent votre intelligence, votre optimisme ou pessimisme, votre degré d’agressivité, d’audace ou de passivité, votre façon de concevoir la vie et de réagir, …

 

Bref, en fait, vous n’agissez pas ; vous « êtes agis », et quant au soi-disant « choix », vous n’en aviez  aucun, vu que vous ne connaissez aucune autre manière de faire.  Tout était prédéterminé.

 

Et si vous voulez faire des choix meilleurs à l’avenir, il y aura forcément un travail à faire sur vous-mêmes – et d’abord, vous rendre compte que vous transportez du « bagage en excès » ; les mauvaises expériences, relations nuisibles et sentiments négatifs accumulés.

 

Si vous ne connaissez pas d’autres façons de procéder et de supprimer vos « manques », il faut apprendre cela – et c’est ce que je vais tenter de faire. Pas la peine d’aller fouiller dans le passé et gratter là où ça fait mal : ça ne marche pas.  Moi, je veux vous fournir – pour la première fois, peut-être – des informations justes et des trucs pratiques, qui marchent.

 

Comme, dans la vie, tout est question d’émotions, j’en tiens compte, car les mots ne peuvent rien changer ; seules les émotions le peuvent.

 

Contrairement à pas mal d’autres, j’ai vécu des choses dures et je sais qu’il ne faut pas condamner les gens des malheurs qui leur arrivent, que beaucoup sont tellement englués dans leur histoire qu’ils ne peuvent s’en sortir seuls. D’où l’utilité des infos pratiques, qui sont une vraie libération.

 

Je ne reproche pas aux autres leur naïveté ou leur manque de bon sens ou d’études, le fait de mal juger des situations ou de tirer de fausses conclusions ; chacun fait de son mieux, ici bas… Tous, nous sommes humains et comme tels, nous avons tous nos propres limites.

 

Pour vouloir changer, il faut que vous vous sentiez en sécurité, c’est-à-dire que personne ne se moquera pas de vous ou ne vous fera la morale.

 

Il faut juste comprendre que les mêmes causes auront forcément les mêmes effets et que si vous voulez des résultats différents – parce que certains domaines de votre vie vous causent un malaise ou une souffrance – vous devrez faire l’effort d’agir autrement.

Vous pouvez penser : « J’ai déjà une vie minable, remplie seulement d’obligations, de démarches pénibles et de privations et je devrais encore m’en ajouter ? Ca va pas la tête ?! Je ne suis pas capable de supporter plus que ce que je supporte ». Eh bien oui ! Soyez logique ; vous n’allez pas récolter sans semer, non ? De toute manière, agissez et vous verrez que vous aurez l’énergie.

 

David Douillet a bien résumé la chose en nous enjoignant d’en faire 110 % – oui, pas 100 % mais 110 % – c-à-d, faire l’effort « en plus » ; aller encore un peu plus loin que ce qu’on pensait pouvoir faire !

J’adore aussi le discours de courage de Stallone dans Rocky : « quand tu es petit, ta mère attend beaucoup de toi, mais tu te laisses insulter par les autres qui te disent que tu ne vaux rien, et alors, tu changes.

 

La vie n’est pas un lit de roses; elle est mauvaise, et même si tu es un « dur », elle t’abattra et te mettra à genoux, et pour toujours, si tu la laisses faire. Personne ne te frappera aussi fort que la vie, et peu importe que tu puisses frapper fort ; l’important, c’est de savoir combien tu peux supporter, combien tu peux encaisser de coups et continuer à avancer.

 

Si tu sais ce que tu veux, eh bien, va le chercher, mais tu dois accepter que tu te feras frapper, et cesser de montrer les autres du doigt en disant que tu n’es pas ce que tu devrais être à cause de lui, d’elle ou de qui que ce soit ; ce sont les lâches qui font ça et tu vaux mieux que ça. il faut que tu commences à croire en toi-même pour avoir une vie. »

 

=> La conception que l’on se fait de soi-même est au cœur de notre personnalité ; d’elle découlent nos comportements ; l’aptitude à apprendre, à changer et à croître. Une image de soi forte est la clé du succès dans la vie.

 

Publicités

À propos de bonheuretamour

intérêts : développement personnel, photo, peinture, spiritualité, neurosciences, relations, alimentation saine, Histoire. films préférés : Love actually, Un jour sans fin, Avatar livres préférés : la petite Fadette, la Prière aux étoiles, le Pouvoir du moment présent animal préféré : le blaireau de miel

Les commentaires sont fermés.