Croître en « Présence « 

Par défaut

Paisibles pensées

 (Photo credit: S!gMa °)

Pratique :

dissoudre le corps de souffrance :

Le corps de souffrance ne désire pas que vous l’observiez ; car si vous le faites, si vous sentez le champ d’énergie en vous et y mettez votre attention, l’identification à lui, est brisée et un niveau de conscience plus élevé est atteint ; c’est la présence – vous êtes alos l’observateur du corps de souffrance.
Voici 3 façons de faire pour observer et dissoudre ce corps de souffrance :
– remarquez tout signe de mal-être en vous –  irritation, impatience, tristesse, colère, désir de revanche, rage, dépression, besoin d’une scène, … Surprenez le corps de souffrance en train de s’éveiller de son état dormant.

– Observez la résistance en vous ; votre attachement à votre douleur, le plaisir que vous tirez d’être malheureux, le besoin d’en causer ou d’y penser. Soyez bien attentif(ve) car en en prenant conscience, votre résistance disparaîtra.

– Focalisez votre attention sur la sensation négative en vous – voilà le corps de souffrance.  Acceptez sa présence, mais n’y pensez pas ; ne laissez pas cette sensation devenir une pensée. Ne vous jugez pas de la ressentir – restez présent(e) et continuez à être l’observateur(trice) de ce qui se passe en vous.

s’en libérer :

N’essayez pas de vous libérer, ne visez pas la sérénité ou un autre état que celui que vous sentez maintenant – sinon, vous créez un conflit intérieur et une résistance inconsciente. Donc, si vous sentez le corps de souffrance arriver, faites l’exercice ci-dessus.
A partir du moment où vous acceptez totalement votre non-paix, elle se transforme en paix.  Tout ce que vous acceptez pleinement vous mène à la paix ; c’est le miracle de la non-résistance.

Lorsque vous acceptez ce qui est, chaque moment est le meilleur ; voilà l’illumination.

Vous ne devez plus vous mentir pour vous convaincre qu’il est normal d’accepter une situation déplaisante ou indésirable. Sans doute est-il temps pour vous d’en sortir, au contraire –vous pouvez reconnaître que vous avez envie d’en sortir. Puis, portez votre attention au moment présent sans l’étiqueter mentalement en quelque façon que ce soit – pas de jugement, pas de résistance, pas de négativité ; juste l’ »être » de ce moment. Puis, vous passez à l’action pour vous sortir de la  situation.

croître en « présence » :

Etes-vous si occupé à poursuivre votre avenir que le présent n’est qu’un moyen d’y parvenir ? Faites alors ces exercices pour remettre votre attention dans l’ici et maintenant. Vous pouvez mesurer vos progrès dans cette pratique d’après le degré de paix que vous ressentez.

Soyez patient : au début, simplement être une Présence qui observe n’est pas facile à atteindre, surtout si l’ego est en mode de survie – mais une fois qu’on y a goûté, notre « présence » se renforce et l’ego perd du terrain. Le but ultime de l’existence humaine (VOTRE but, donc) est d’apporter ce pouvoir au monde.

–          Soyez conscient de votre respiration : sentez l’air entrer et sortir de votre corps, sentez votre champs d’énergie intérieure… TOUT ce que vous devez vivre ou affronter est là, en ce moment, et non dans vos projections mentales imaginaires.  En cet état, demandez-vous quel problème vous avez en ce moment – pas le mois ou l’an prochain, pas même demain ou dans 10 minutes – qu’est-ce qui ne va pas en ce moment?

–          Bannissez la mentalité d’attente : si vous vous surprenez à y tomber, sortez-en : revenez au moment présent  – « Soyez » tout simplement, et jouissez d’ »être » !  En étant présent, vous n’attendez jamais. Donc, si quelqu’un s’excuse de vous avoir fait attendre, répondez : “je n’attendais pas : j’étais juste ici en train de m’amuser”.

Exercices  pour créer un état d’attention calme et alerte. Surtout, soyez patient, n’exigez pas trop de vous, en apprenant ces méthodes qui changeront votre vie.

agir consciemment :

Voici 3 façons de pratiquer l’”action consciente” :

–          Savoir que ce qui est, ne peut être annulé — dites oui à ce qui est ou acceptez ce qui n’est pas, au lieu de vous révolter contre cet état de choses. Puis, faites ce que vous avez à faire, quelque soit l’action que la situation exige.

–          Restez alerte et présent—présent de tout votre être, avec chacune des cellules de votre corps ; ce faisant, la flamme de votre conscience annule les ténèbres.

–          Chaque jour, placez-vous en cet état d’acceptation et demeurez-y un peu plus longtemps – là, vous ne créez plus de souffrance, de malheur, de négativité ; vous êtes en état de grâce, de légèreté, de non-lutte, de non-résistance.  Et lorsque vos actes naissent de cet état, votre être est un don pour le monde.

Libérez-vous de votre esprit :

Choisissez 1 ou 2 activités de routine et focalisez votre attention sur elles, par ex :
– lorsque vous montez ou descendez les escaliers (chez vous ou au travail), faites attention à chacune des marches, chacun de vos mouvements, même votre respiration – bref, soyez totalement présent(e).

-quand vous vous lavez les mains, notez les perceptions sensorielles qui y sont associées ; le bruit et la sensation de l’eau, le mouvement de vos mains, l’odeur et la sensation du savon, …

-une fois assis(e) dans votre voiture et la portière fermée, faites une petite pause pour observer le flux de votre respiration… soyez conscient(e) d’un sens de présence silencieuse mais puissante.

Ecoutez la voix dans votre tête :

Plusieurs fois dans la journée, écoutez la toute petite voix dans votre tête, le flux de votre discours intérieur. Puis, réfléchissez à la question suivantes – juste pour la poser ; pas besoin d’y répondre : Suis-je les pensées qui circulent dans ma tête  – ou suis-je celui (celle) qui est conscient(e) que ces pensées me traversent la tête ?

Faites attention au “blanc” entre une pensée et celle qui la suit – “trou” entre l’instant où l’une s’efface et une autre apparaît.

Ce faisant, vous retirez votre conscience de votre activité mentale, et créez un vide de non-mental, dans lequel vous êtes  alerte et conscient, mais pas en train de penser. Lors de ces périodes de « blanc », vous vous démarquez de votre esprit, et ressentez un calme et une paix en vous ; ceci est l’essence de la méditation et un 1er pas vital vers l’illumination.

Eliminez la négativité :

Parfois, des émotions négatives récurrentes contiennent un message.  Tout changement dans notre vie (travail, relation, …) n’est que superficiel, à moins qu’il ne naisse d’un changement de niveau de conscience – sinon, c’est : « chassez le naturel, il revient au galop » !

Si vous atteignez un bon niveau de présence, vous n’aurez plus besoin d’être négatif – mais tant que cette dernière est présente dans votre vie, voyez-la comme un signal, vous faisant remarquer d’être plus présent.

–          quand vous sentez la négativité monter en vous, qu’elle provienne d’une pensée ou d’une cause extérieure, voyez-la comme une voix vous prévenant, vous disant : « Attention ! Ici & maintenant ! Eveille-toi ! Sors de ton esprit- Sois présent ! »

–          Sentez-vous devenir transparent,  perdre la solidité d’un corps matériel. Puis, laissez ce à quoi vous réagissez négativement – une sirène d’alarme, l’aboiement d’un chien, la circulation – vous traverser – ces contrariétés ne viennent plus vous heurter, mais vous traversent sans rien toucher de vous.

–          Devenez un lac profond. Votre situation actuelle et tout ce qui s’y passe, est comme la surface du lac ; parfois calme, parfois venteuse et agitée.  Mais plus bas, le lac est toujours calme… Or, vous êtes TOUT le lac, et pas seulement sa surface.  Pratiquez cet exercice de vous identifier et vous relier à vos profondeurs, qui demeurent toujours sereines.

Effacez le temps :

Eliminer le temps de votre conscience revient à éliminer l’ego – c’est la seule vraie pratique spirituelle. Voici 3 façons de le faire :

–          Sortez de la dimension temporelle autant que possible dans votre vie quotidienne. Soyez amical envers le moment présent et entraînez-vous à ôter votre attention du passé ou du futur dès qu’on n’en a pas besoin.

–          Soyez présent comme observateur de votre esprit – de vos pensées et émotions, et de vos réactions dans diverses situations. Intéressez-vous autant à vos réactions qu’à la personne ou situation qui les cause.

–          Utilisez pleinement vos sens : soyez où vous vous trouvez, regardez autour de vous (juste regarder, pas interpréter). Prenez conscience de la présence silencieuse de chaque chose, de l’espace qui leur permet d’exister. Ecoutez les sons – sans juger – et le silence sous ces sons. Touchez quelque chose (n’importe quoi) et ressentez et reconnaissez son existence. Permettez à toute chose d’être, entrez profondément dans l’instant présent.

Respirez :

Le souffle n’ayant pas de forme en soi, il a toujours été signe de l’Esprit – la vie une et sans forme – et forme pour cette raison un bon moyen de méditer.  Lorsque l’on porte attention à sa respiration, on est totalement présent.  Voici comment prendre conscience de notre espace intérieur :

–          Respirer n’est pas une chose que l’on « fait », mais bien quelque chose qui se fait tout seul (par l’intelligence du corps) et qu’on observe quand il se déroule. Donc, il ne faut pas faire d’effort.

–          Notez votre souffle, la sensation qu’il génère ; sentez l’air entrer et sortir de votre corps, remarquez comment votre poitrine et votre abdomen monte puis redescend à l’inspir et à l’expir. Une seule respiration suffit à créer un espace là où il n’y avait qu’une succession ininterrompue de pensées.

–          Prenez 2 ou 3 respirations conscientes ; vous percevrez alors en vous une sensation ténue d’être en vie. Pouvez-vous ressentir votre corps “de l’intérieur”? Vos mains, puis vos bras…. Vos pieds et vos jambes … Votre ventre, poitrine, cou et tête … Et vos lèvres ; y a-t-il de la vie en elles ? Là, prenez conscience de la vie en tout votre corps, globalement.

Publicités

À propos de bonheuretamour

intérêts : développement personnel, photo, peinture, spiritualité, neurosciences, relations, alimentation saine, Histoire. films préférés : Love actually, Un jour sans fin, Avatar livres préférés : la petite Fadette, la Prière aux étoiles, le Pouvoir du moment présent animal préféré : le blaireau de miel

Les commentaires sont fermés.