Regard sur la psychologie et la psychiatrie

Par défaut
Left to right: Conrad Habicht, Maurice Solovin...

(Photo credit: Wikipedia)

La science ( ?)* psychologique compte plus de succès dans le côté négatif que dans le positif ; elle nous a révélé beaucoup sur les maladies mais bien peu sur nos potentialités, vertus ou santé psychique ; elle s’est volontairement limitée à la moitié de son domaine légitime.

Si elle se libérait des effets abrutissants de sa focalisation pessimiste et mesquine sur la nature humaine, elle pourrait être plus éclairante. Abe Maslow en a eu marre du fait que la psychologie et le domaine de la santé mentale ne s’occupent que du négatif ; ils accentuent les études sur les troubles et leurs traitements au lieu de se concentrer sur l’amélioration de soi ou le renforcement du caractère.

Il commença alors à faire ce que personne d’autre n’avait fait : étudier les êtres les plus stables, créatifs, adaptés et heureux – et non les schizophrènes.

Il dit que si on veut savoir jusqu’où les humains peuvent pousser, on étudiera les personnes les plus grandes, pour savoir à quelle vitesse l’homme peut courir, on étudiera les grands coureurs – de même, pour connaître les sommets spirituels où l’homme peut atteindre, il faut étudier la vie des êtres saints, de haute moralité – comme Abraham Lincoln, Thomas Jefferson, Albert Einstein, Eleanor Roosevelt,… c’est ce qu’a fait Maslow, qui a dressé une liste de leurs qualités et caractéristiques ; celles-ci définissent la santé mentale.

Hélas, le livre qui fait autorité en la matière, est le DSM (gros de presque 1000 pages et décrivant des centaines de troubles mentaux) ; ce qui fait peur, c’est que, nulle part, on n’y trouve la définition de la santé mentale – il n’y a que des maladies mentales.

Le système de « santé mentale » est là pour les traiter et pas du tout pour s’occuper de santé mentale !

Il y a une différence entre la santé et le bien-être ; la médecine ne fait que traiter des maladies – c’est donc un « système de maladies », pourtant, ils se désignent du terme de « système de santé”  – donc, la médecine alternative devait employer un autre terme pour s’en démarquer ; c’est le « bien-être ».

Vous consultez un docteur quand vous êtes malade, et non quand vous désirez être en forme : pour la forme, vous faites appel à un centre sportif ou un nutritionniste.

On l’a vu, nulle part en psychiatrie, n’est clairement défini à quoi ressemble une personne mentalement saine ; donc : Comment guérir les malades si on n’a aucune idée de à quoi ressemble un être sain ? On peut penser qu’un être mentalement sain est un être présentant une absence de symptômes psychiatriques, mais c’est faux : la santé est plus que l’absence de maladies !

Par ex, si l’on prend 2 hommes : l’un mangeant sainement et s’entraînant régulièrement, et l’autre, de 40 ans, qui boit, fume et mange trop gras – même si les 2 n’ont aucun symptômes de maladie, on peut dire que le 1er est en meilleure santé, et que des symptômes apparaîtront bientôt chez le 2ème.

Et ça vaut aussi pour la santé mentale : ce n’est pas parce que quelqu’un n’a pas de symptômes psychiatriques qu’il est en bonne santé mentale !  Tout comme pour la santé physique, celui qui n’a pas une bonne hygiène mentale, est menacé de voir bientôt apparaître des symptômes de maladie mentale !

On ne consulte pas un psychiatre pour être heureux, juste pour traiter une dépression, par ex ; il y a une énorme différence entre l’absence de dépression et la santé mentale.  Hélas, comme pour la santé physique, notre culture n’a pas un système de santé mentale, mais un système de MALADIE mentale !

Les malades ne peuvent guérir avec l’ »aide » de ce système, puis que personne n’a une vision nette de ce qu’est la santé mentale !

* j’ai mis un « ? » à science, parce que la psychologie fait partie des sciences dites « humaines », qui ne sont pas de vraies sciences. Du reste, même les vraies sciences (dites « sciences exactes ») ne sont que le reflet de l’état actuel des connaissances et sont appelées à évoluer, à devenir obsolètes et à être remplacées par d’autres, plus adaptées…


Publicités

À propos de bonheuretamour

intérêts : développement personnel, photo, peinture, spiritualité, neurosciences, relations, alimentation saine, Histoire. films préférés : Love actually, Un jour sans fin, Avatar livres préférés : la petite Fadette, la Prière aux étoiles, le Pouvoir du moment présent animal préféré : le blaireau de miel

Les commentaires sont fermés.